Juste pour toucher les subventions ? (18/01/2018)

Logo Francetv info 21h04
Alerte info
« Nous n’abandonnerons pas l’Europe » : regardez l’interview de la Première ministre britannique Theresa May au « 20 Heures » de France 2« Nous quitterons l’Union européenne, mais nous n’abandonnerons pas l’Europe. » Theresa May a longuement évoqué le Brexit, jeudi 18 janvier, dans un entretien exclusif au « 20 Heures » de France 2. « Il n’y aura pas de deuxième référendum sur le Brexit, a martelé la Première ministre britannique. Nous avons posé la question [aux Britanniques], ils ont donné leur point de vue : ils veulent quitter l’Union européenne. »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : BREXIT | le 18 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Bioéthique………………………….(18/01/2018)

PMA, fin de vie, don d’organes : que faut-il attendre des états généraux de la bioéthique ?

Lancée jeudi, cette vaste concertation de six mois est appelée à nourrir la révision des lois de bioéthique. Au cœur des débats prévus dans toute la France et qui doivent impliquer médecins, experts, associations et citoyens : la PMA, le suicide assisté, le dépistage de maladies génétiques, l’autoconservation des ovocytes…

Un médecin dans le centre d\'étude et de conservation des œufs et du sperme, à Lyon (Rhône), en mars 2010. 
Un médecin dans le centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme, à Lyon (Rhône), en mars 2010.  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)
avatar

franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 18/01/2018 | 17:48
publié le 18/01/2018 

imageil y a 39 minutesPMA, fin de vie, don d’organes : que faut-il attendre des états généraux de la bioéthique ?

« Quel monde voulons-nous pour demain ? », c’est la question que pose le Comité consultatif national d’éthique (CCNE), qui pilote les états généraux de la bioéthique, lancés jeudi 18 janvier. Des débats, une consultation en ligne et des auditions qui dureront jusqu’à l’été. Le but : nourrir la prochaine loi bioéthique, attendue au Parlement à l’automne pour réviser celle de 2011. Franceinfo vous explique ce qu’il faut savoir sur ces états généraux.

Pourquoi des états généraux de la bioéthique ?

Pour que la loi s’adapte aux évolutions en matière de biologie, de médecine et de santé ou encore de droit, mais aussi aux évolutions de la société, le CCNE est tenu d’organiser des états généraux de la bioéthique au moins une fois tous les cinq ans, en l’absence de projet de réforme sur ces sujets. Par ailleurs, la dernière révision des lois de bioéthique, datée de 2011, prévoit que le Parlement doit faire un réexamen d’ensemble dans un délai maximum de sept ans après son entrée en vigueur, soit en 2018.

Les première lois de bioéthique datent de 1994. Une première révision avait eu lieu en 2004.

De quoi va-t-on débattre ?

Le programme est très large, avec neuf thèmes sociétaux ou dictés par les progrès de la science.

La procréation. L’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA, ou AMP) aux femmes célibataires et aux couples de femmes, à laquelle est favorable Emmanuel Macron, figurera en bonne place dans les discussions. Le CCNE a ouvert la voie en se prononçant en juin pour une telle ouverture.

Selon un récent sondage Ifop paru dans La Croix, six Français sur dix sont favorables à la PMA pour les couples de femmes homosexuelles. Ils étaient un peu moins de 25% à y être favorables en 1990. Presque autant sont pour que les femmes célibataires en bénéficient.

>> PMA ouverte à toutes les femmes : y a-t-il un risque de pénurie de sperme ?

Selon ce même sondage, près de deux tiers des Français sont aussi favorables au recours à une « mère porteuse » ou GPA (gestation pour autrui), dont 18% « dans tous les cas » et 46% « pour des raisons médicales seulement ». Cette pratique est interdite en France et le président de la République n’y est pas favorable.

>> GPA : à rebours de son parti, un sénateur LR demande un débat « serein et apaisé » sur la question 

La fin de vie. Le sujet de la fin de vie n’est pas inclus dans la loi de bioéthique (avec une loi séparée en janvier 2016), mais il sera tout de même discuté en Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Ile-de-France… A Tours (Indre-et-Loire), en mars, on abordera le suicide assisté, sujet récemment revenu dans l’actualité avec l’euthanasie en Belgique, à sa demande, de la romancière Anne Bert, en octobre 2017.

Selon le sondage Ifop pour La Croix, une grande partie de la société (89% des personnes interrogées) se prononce aussi pour une évolution de la loi sur la fin de vie : pour 47%, il faut légaliser l’euthanasie ; pour 24%, il faut légaliser l’euthanasie et le suicide assisté et, pour 18%, le suicide assisté. En revanche, 11% des sondés estiment qu’il ne faut pas changer la législation actuelle.

>> Fin de vie : aux soins palliatifs à Argenteuil, « on ne soigne pas des mourants mais des vivants »

Les autres sujets abordés. Les recherches dans le domaine de la reproduction (cellules souches, autoconservation des ovocytes, etc.) ; la génétique (modification du génome, diagnostic préimplantatoire, tests génétiques…) ; le don d’organes et les greffes ; les données de santé (provenant par exemple des objets connectés ou des dossiers maladies) ; l’intelligence artificielle et la robotisation ; les neurosciences et le rapport santé/environnement.

Quel est le calendrier ?

Le 18 janvier, les états généraux de la bioéthique sont lancés. Un site a été ouvert pour recueillir l’avis des citoyens, associations, sociétés savantes… Le but est d’« approfondir et formuler des arguments pour présenter vos positions, dans un climat que nous souhaitons serein et respectueux », écrit le président du CCNE.

De janvier à mai, une soixantaine de conférences-débats, ouvertes au public, seront organisées partout en France par les espaces éthiques régionaux. Des rencontres spécifiques aux lycéens et aux étudiants de plusieurs disciplines sont également prévues, note La Croix. Parallèlement, les membres du CCNE procéderont aux auditions d’associations, de représentants d’autorités religieuses, de groupes d’intérêt et de sociétés savantes. Un « comité citoyen », panel d’une vingtaine de personnes représentatif de la population, qui produira son propre rapport. Enfin, les réflexions seront aussi nourries par les comités éthiques des principaux instituts de recherches et des académies.

En juin, le CCNE présentera son rapport de synthèse au gouvernement et aux parlementaires.

Le 7 juillet, un « événement de niveau national », selon une note du ministère de la Santé, doit venir clore la phase de débats. Dans le courant de l’été, le CCNE remettra un avis définissant « les priorités qui pourraient figurer dans la loi, à la lumière de toutes les contributions qu’il aura réunies », selon La Croix.

Fin 2018-début 2019. Un projet de loi révisant les lois de bioéthique sera finalisé « à l’été 2018″, pour un dépôt au Parlement « à l’automne » en vue de l’adoption d’une nouvelle loi bioéthique « dans le courant du premier semestre 2019″, a indiqué le gouvernement

Publié dans : Libres Propos | le 18 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Allons-nous indemniser les « zadistes » ? (18/01/2018)

Logo Francetv info 15h19
Alerte info
Notre-Dame-des-Landes : cinq questions qui restent en suspens après l’abandon du projet d’aéroportLe projet a été enterré par le gouvernement, mercredi 17 janvier. Mais ce choix entraîne de nombreuses questions. Que va devenir le site ? Comment l’aéroport existant à Nantes va-t-il être réaménagé ? Ou encore, combien va coûter le renoncement de l’exécutif ? Franceinfo apporte des éléments de réponse.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : "AFFAIRES" | le 18 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin…………..(18/01/2018)

Libération 18 janvier 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Le tribunal des bien-pensants

Promotion pour l’auteur de cette lettre : son nom apparaît en une de Valeurs actuelles à côté de quelques membres honnis d’un supposé «tribunal des bien-pensants», Marlène Schiappa, Aymeric Caron, Yann Barthès, Anne Hidalgo, auxquels s’ajoutent les «féministes hystériques», les «associations pro-migrants», les «islamo-gauchistes», les «bobos» et leurs «délires», etc. Bref, une bande diabolique et hurlante, une légion d’horreur, qui hante les cauchemars des rédacteurs de Valeurs actuelles.

Affaire anecdotique, néanmoins révélatrice. Que fait donc ce «tribunal des bien-pensants» aussi informel que nuisible ? Il étouffe la pensée libre et maintient le débat public sous une épaisse chape de plomb. Comme chacun sait, les vrais résistants, les francs-tireurs de l’intelligence, les dissidents martyrisés par la bien-pensance que sont Eric Zemmour, Alain Finkielkraut, Laurent Wauquiez, Ivan Rioufol, Luc Ferry, Denis Tillinac, Eugénie Bastié, Philippe de Villiers, vivent dans la clandestinité, abominablement censurés, réduits au silence, pourchassés par la police de la pensée. Avec une mention particulière pour Elisabeth Lévy, dont la parole ténue et délicate est impitoyablement étouffée. Tout juste ont-ils réussi, tel Che Guevara dans la Sierra Maestra, Jean Moulin dans les traboules du vieux Lyon, Alexandre Soljenitsyne dans son isba de Gorki, à trouver refuge dans les studios des radios et des télévisions, les tribunes des quotidiens ou les pages des hebdos, où ils campent héroïquement, défiant avec panache les menées répressives du nouveau KGB intellectuel.

Qu’est-ce qu’un «bien-pensant» ? C’est celui ou celle qui ne pense pas comme Valeurs actuelles. Celui ou celle qui défend, par exemple, le droit des gens, la dignité des migrants, les libertés publiques, les réformes sociales, la coopération internationale, ces idées folles qui ont fait tant de mal. Un progressiste, quoi, autant dire un dictateur, un tyran, un mercenaire de l’idéologie rouge, un soldat du totalitarisme. Et qu’est-ce qu’un «mal-pensant», que Valeurs actuelles désigne ainsi par antiphrase ? Celui qui pense comme l’hebdo de la droite nationaliste, à la fois subtil et profond, tolérant et visionnaire, élégant et respectueux de la vérité : Donald Trump, Marine Le Pen, Viktor Orbán, Vladimir Poutine, Nigel Farage, tous en finesse et en retenue précieuse.

Laurent Joffrin
Publié dans : Politique | le 18 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Macronrico……………………………..(18/01/2018)

Logo Francetv info 11h33
Alerte info
La compagnie Emirates annonce la commande de 36 avions A380, un soulagement pour le programme très gros-porteur d’AirbusEmirates a annoncé, jeudi 18 janvier, la commande de 36 appareils A380, une bonne nouvelle pour la production de l’avion emblématique d’Airbus. La compagnie aérienne Emirates a annoncé un accord d’un montant catalogue de 16 milliards de dollars (environ 13 milliards d’euros), avec 20 commandes fermes et 16 commandes en option. L’entreprise avait averti en début de semaine qu’un absence d’accord avec Emirates pourrait entraîner un arrêt de la production d’A380. Le géant des airs, plus gros avion commercial au monde avec une capacité maximum de 853 sièges, a fêté en 2017 les 10 ans de son premier vol commercial, mais il a peiné ces derniers mois à trouver de nouveaux clients.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : Economie | le 18 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Une grande première…………………(18/01/2018)

Logo Francetv info 14h04
Alerte info
Les syndicats approuvent un projet de rupture conventionnelle collective pour 1 300 personnes chez PSA : une première depuis la réforme du Code du travailC’est la première fois que ce dispositif de départs volontaires, issu de la récente réforme du Code du travail, est appliqué. Un projet de rupture conventionnelle collective concernant 1 300 salariés, présenté par le constructeur automobile PSA, a reçu l’aval d’une majorité de syndicats. FO, CFDT, CFTC et GSEA, qui totalisent à eux tous plus de 58% des voix, ont indiqué jeudi 18 janvier à l’AFP vouloir signer le projet d’accord, qui sera formalisé vendredi. Le projet prévoit en outre autant d’embauches en CDI en 2018.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : SOCIAL | le 18 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Révolte…………………………….(18/01/2018)

Logo Francetv info 14h41
Alerte info
Les 123 détenus protestataires de la prison de Fleury-Mérogis regagnent leurs cellules. Suivez notre directLes 123 détenus de la prison Fleury-Mérogis (Essonne) qui avaient refusé de regagner leurs cellules après la promenade sont remontés. Il n’y a pas eu de blessé ni de dégâts matériels. L’administration pénitentiaire l’a indiqué à franceinfo, jeudi 18 janvier. Ce mouvement de révolte des prisonniers est survenu alors que la mobilisation des surveillants de prison a repris, jeudi matin, dans toute la France, avec de nombreux établissements bloqués.o « Il n’y a pas de revendications, pas de violence », affirme la direction de l’Administration pénitentiaire. Des équipes d’intervention étaient en route pour mettre fin à ce mouvement.o Les gardiens de prison de nouveau mobilisés. Jeudi matin, 87 établissements étaient affectés par la mobilisation « à des degrés divers, soit 46% du parc pénitentiaire », selon la direction de l’Administration pénitentiaire, pour qui la mobilisation est « similaire à la journée de mardi ».
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : "AFFAIRES" | le 18 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Avec nos impôts bien entendu……………(18/01/2018)

Logo Francetv info 08h05
Alerte info
Notre-Dame-des-Landes : les routes d’accès seront libérées « d’ici la fin de semaine prochaine », annonce Gérard Collomb. Suivez notre directLe jour d’après. L’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, annoncé mercredi 17 janvier par le gouvernement, provoque de nombreuses réactions dans la sphère politique comme dans la société civile. Le gouvernement doit maintenant gérer la suite des événements avec notamment les questions sur l’avenir de la ZAD. Les routes d’accès seront libérées « d’ici la fin de semaine prochaine », a déjà annoncé sur CNews le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : "AFFAIRES" | le 18 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……………(17/01/2018)

Libération 17 janvier 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Les minorités font-elles la loi ?

Les zadistes ont gagné. Ils le disent, la droite le dit, les premiers pour triompher, la seconde pour se lamenter. La décision est sage : le gouvernement évite un débordement de violence et la France, désormais en première ligne dans la défense de la planète, pouvait difficilement imposer un projet voué aux gémonies par le courant écologiste. Mais la question de principe reste entière. La construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes avait été décidée par des gouvernements légitimes, approuvés par l’immense majorité des élus des régions concernées, confortés par une consultation locale au résultat clair et net. C’est donc une minorité qui s’est imposée à la majorité, par une action illégale, assortie de manifestations violentes.

Personne ne peut écarter ce problème d’un revers de main, même une main verte. Les mêmes qui approuvent l’abandon du projet seraient probablement intraitables si une minorité défendant une cause à leurs yeux détestable voulait imposer ses vues à la majorité. Si des activistes «prolife» excités occupaient une clinique où l’on pratique des avortements, les progressistes ne seraient pas long à demander son évacuation par la police, quitte à risquer des violences. Vérité dans une sphère idéologique, erreur au-delà.

Comment rester cohérent ? Peut-on récuser la légalité d’un côté, l’exiger de l’autre ? En fait, les démocraties n’obéissent pas seulement à la loi de la majorité. Quand une minorité de forte conviction exprime une opposition radicale en mettant en jeu la vie de certains de ses membres, un gouvernement démocratique n’envoie pas aussitôt la police. Il est souvent conduit à négocier. Faiblesse ? Peut-être, mais aussi humanité.

Aussi bien, certaines causes minoritaires sur l’instant sont ratifées après coup. Quand les défenseurs des droits civiques aux Etat-Unis usaient de moyens illégaux (mais non-violents), ils anticipaient sur des changements qui paraissent aujourd’hui élémentaires. De même les suffragettes au XIXe siècle, Gandhi en Inde, ou encore Nelson Mandela quand il contestait l’apartheid avec violence. Il est possible que les zadistes de Notre-Dame-des-Landes, aujourd’hui minoritaires dans leur région, soient absous à l’avenir parce qu’il auront décelé avant les autres le caractère dépassé du projet d’aéroport. Quand des éleveurs désespérés attaquent des préfectures, on cherche à composer, sans envoyer immédiatement la troupe. Bien sûr, la décision de la majorité doit rester la règle. Mais elle souffre des exceptions. Il arrive que les minorités aient raison contre la majorité. Tout démocrate doit garder en tête cette hypothèse, avant d’exiger sur l’heure que l’on déploie canons à eau et escadrons de gendarmes. On dira que c’est une ligne de conduite incertaine et sinueuse. Certes. Mais la démocratie est un régime humain, et donc imparfait.

Laurent Joffrin
Publié dans : "AFFAIRES" | le 17 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

La « chienlit » a gagné……………………..(17/01/2018)

Logo Francetv info 12h55
Alerte info
Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est abandonné, assure le président du syndicat mixte aéroportuaire, avant l’annonce du Premier ministre. Suivez notre directLe projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes est abandonné. Le président du syndicat mixte aéroportuaire, Philippe Grosvalet, l’a affirmé, mercredi 17 janvier, avant l’annonce officielle du Premier ministre Edouard Philippe.L’exécutif doit dévoiler sa décision concernant le projet très controversé d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le Premier ministre Edouard Philippe s’exprimera à la sortie du Conseil des ministres, en présence des ministres Gérard Collomb, Nicolas Hulot, Elisabeth Borne, Nicole Belloubet et Benjamin Griveaux.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans : "AFFAIRES" | le 17 janvier, 2018 |1 Commentaire »
12345...1227

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente