Par Nicolas Dupont-Aignan
Tout au long de la campagne électorale présidentielle, Nicolas SARKOZY a promis de s’opposer à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. S’il est un des engagements auquel beaucoup de Français ont cru, c’est bien celui là. Je dois le reconnaitre moi aussi. Car cela fait des années que le Président a toujours été opposé à cette dilution de l’Europe. C’était d’ailleurs un de nos points d’accord.