RESF communique….

LE BLIS NOUVEAU EST ARRIVE
Le Bulletin de liaison intermittent et sporadique n°37 est arrivé. C’est un quatre pages destiné à être utilisé pour la rentrée : on doit le trouver, en version imprimée, dans les salles de profs, entre les mains des parents d’élèves et des élèves eux-mêmes. Les exploits du ministre de la Chasse à l’Enfants, de la Rafle et du drapeau ne doivent pas rester ignorés !

Au sommaire : 
* Le bel été de la chasse à l’enfant
* Ils manqueront à l’appel le jour de la rentrée (les enfants expulsés de l’été)
* Ils n’auront pas leur père pour les accompagner le jour de la rentrée
* 30 jours de rétention pour la mère (22 ans) et la fille (2 ans), puis 3 jours de prison pour la première, 3 jours de DDASS pour l’enfant.
* Expulsion minute pour une famille kosovare d’Orléans
* Shérazade et ses deux enfants expulsés après 30 jours de rétention
* La préfète des Ardennes Fusil d’or de la chasse aux familles
* Lille : Grève des sans papiers
* En Ariège, le préfet se spécialise dans le jeune majeur
* Délinquants de la solidarité
* Indignités de l’été (suite)
Pour lire et télécharger : 

FRAGILE SURSIS POUR LA FAMILLE POPOV
La famille Popov qui devait être expulsée le 31 août (voir communiqués RESF du 28 et du 30 août) ne l’a finalement pas été. Yekaterina et Vladimir ont réussi avec l’aide de la Cimade à formuler un ultime recours devant l’OFPRA qui a 5 jours pour se prononcer. En effet, la préfecture des Ardennes avait demandé une enquête à Interpol pour vérifier la réalité des persécutions dont la famille était l’objet. Interpol s’était adressée à la police kazakh (auteur des persécutions) qui avait semble-t-il déclaré que tout était normal. Surprenant ! Il semble en outre que la police kazakh ait été informée des déclarations de Yekaterina et de Vladimir devant l’OFPRA, ce qui est évidemment totalement illégal et irresponsable. L’OFPRA a donc 5 jours pour statuer, 5 jours qu’il faut mettre à profit pour continuer à demander des explications aux responsables. Il n’est pas interdit de suivre l’affaire et d’appeler, de faxer, de mailer tous les jours pour prendre des nouvelles :

Fax ministère: 01 55 55 49 20 Standart 01 77 72 61 00
Brice Hortefeux au Conseil régional Auvergne 
*Région :* Auvergne <http://www.arf.asso.fr/index.php/regions/auvergne>
*Tél. :* 04 73 31 85 85 *Fax :* 04 73 36 73 45
Guillaume Larrivé, Directeur-adjoint cabinet du ministère, sur son blog g@larrive.com

Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

La préfecture des Ardennes (qui a tout déclenché et pris l’OQTF) se prétend maintenant dessaisie de l’affaire : elle renvoie vers la préfecture du Maine et Loire. On suit donc ses conseils et on appelle Angers de la part de Charleville-Mézières
Prefecture de Maine & Loire– Place M. Debré 49034 Angers Cedex
Tél : 02.41.81.81.81 Fax : 02.41.88.04.63
Prefet : M. Vacher - prefet@maine-et-loire.pref.gouv.fr / cabinet-prefet@maine-et-loire.pref.gouv.fr - Cabinet : tel 02 41 81 80 20
Service de la Réglementation : reglementation@maine-et-loire.pref.gouv.fr – Secretariat : tel 02 41 81 81 02

Préfecture des Ardennes : 03 24 59 66 00
Mail de la préfète : catherine.delmas-comolli@ardennes.pref.gouv.fr 
Fax de la pref : 03 24 59 67 55 et : 03 24 59 66 12
Secrétaire Général : vincent.desoutter@ardennes.pref.gouv.fr Fax : 03 24 59 66 60
Direc de la Réglementation : nadine.estermann@ardennes.pref.gouv.fr Fax : 03 24 59 67 19
Directeur de cabinet : franck.chaulet@ardennes.pref.gouv.fr 

LE CALVAIRE DES MUSANOVIC CONTINUE
La famille MUSANOVIC, la mère, le père et leurs 2 filles, a été arrêtée le 30 août à Montbéliard. 
Ce sont des Bosniens (c’est-à-dire des Musulmans de la République Serbe), arrivés en France en 2005. Ils ont été déboutés de leur demande d’asile OFPRA en 2005 et Commission de Recours des Réfugiés en 2006.
Monsieur Salko MUSANOVIC a déposé en Préfecture une demande de régularisation par le travail, avec promesse d’embauche. Mais la Direction du Travail et la Préf y ont répondu négativement.
La fille aînée, Saldina (née en 2000) est scolarisée à l’école élémentaire Coteau Jouvent, à Montbéliard. La cadette, Sumaja, est née en France en 2006.
La famille a reçu une OQTF, un recours a été fait, mais le TA a donné raison à la Préf. Une avocate de Besançon a déposé un nouveau recours en appel, mais la procédure sera longue, et l’appel n’est pas suspensif.
Il faut savoir (le procès de Sabina Smajladic, la jeune femme mise en détention provisoire pendant que sa fille était placée à la DDASS, nous l’a appris, car les deux familles ont la même origine géographique) que les Bosniens de l’actuelle République Serbe ne sont pas les bienvenus dans une région qu’ils ont dû fuir pendant la guerre et les massacres, dont le plus sinistrement célèbre est celui de Srebrenica. Pour les autorités serbes, ce sont des Musulmans, et on sait ce qui leur est arrivé il y a une dizaine d’années... Et l’on comprend aisément (mais pas l’OFPRA apparemment, ni la CRR) que les familles originaires de cet enfer ne veuillent pas y retourner, pas plus qu’elles ne peuvent aller vivre en Bosnie (Sarajevo) où elles ne sont pas davantage "accueillies" (ni droit au logement ni droit au travail).
JEUDI 30 AOÛT 2007 :
Les Musanovic sont à Rouen, mais ils n’ont plus de téléphone portable. Madame Musanovic est très mal, le bébé pleure beaucoup, Saldina fait preuve de beaucoup de courage.
La PAF leur a dit ce que France 3 a annoncé, à savoir qu’ils reviendraient demain à Montbé, mais M. Musanovic n’y croit pas...
Au journal local de FR3 à 19h (qu’on peut visionner sur internet par le site www.france3.fr, rubrique régions, franche-comté), il a été dit que la famille Musanovic était semble-t-il de retour à Montbé et que M.Musanovic aurait un mois pour régulariser sa situation au regard du travail !!! Mensonge préfectoral, apparemment !
L’expulsion prévue pour le 31 août à 14 heures n’a finalement pas eu lieu. Mais elle peut se produire à tout instant.
Pour protester contre la mise en rétention et la procédure d’expulsion de la famille MUSANOVIC, envoyer dès maintenant des mails :
Fax ministère: 01 55 55 49 20 Standart 01 77 72 61 00
Brice Hortefeux au Conseil régional Auvergne 
*Région :* Auvergne <http://www.arf.asso.fr/index.php/regions/auvergne>
*Tél. :* 04 73 31 85 85 *Fax :* 04 73 36 73 45
Guillaume Larrivé, Directeur-adjoint cabinet du ministère, sur son blog g@larrive.com

Elysée : http://www.elysee.fr/ecrire/index.html

Préfet du Doubs : bureau-du-cabinet@doubs.pref.gouv.fr fax Préf du Doubs : 03.81.83.21.82
services-du-SGAR@doubs.pref.gouv.fr
courrier@doubs.pref.gouv.fr
Sous-préfet de Montbéliard : Sous-Prefecture-de-Montbeliard@doubs.pref.gouv.fr 
fax Sous-Préfecture Montbéliard : 03.81.91.22.18
Faites circuler l’information, seule la mobilisation de tous peut maintenant les sauver de l’expulsion.

EVREUX : Mercy OVIASUYI n'a pas encore été expulsée !

Tirée de son lit (au centre de rétention de Oissel où elle avait été ramenée après l'échec d'une première tentative d'expulsion), ce matin 31 août, au petit jour, des policiers l'ont emmenée à Roissy où elle devait être "mise" au vol Air France de 10h25 à destination de Lagos.
Sans nouvelle d'elle depuis son départ du centre de rétention, nous redoutions que l'entêtement de la préfecture d'Evreux ait finalement eu raison de sa résistance et qu'elle ait été expulsée vers le Nigéria, avec le bébé (de père français) qu'elle porte en elle.
Vers 13h, nous avons été contactés par une personne de la Croix Rouge parisienne qui nous a informé que Mercy avait dû être hospitalisée puis prise en charge par une de leurs antennes à la suite d'un grave malaise.
Alors qu'elle avait été enfermée dans un local de l'aéroport de Roissy, en attente de son embarquement Mercy, très affectée par cette situation qu'elle venait déjà de vivre quelques jours auparavant, a fait un malaise dont la gravité a contraint les fonctionnaires de police à faire appel aux services médicaux.
Après qu'elle ait reçu des soins dans un hôpital elle était ramenée à l'aéroport quand un arrêté de fin de rétention administrative est arrivé de la préfecture de l'Eure ... Mercy était "libre".... Libre mais mal en point, si bien que les fonctionnaires de police l'ont confiée aux soins d'une antenne de la croix rouge avant de s'en aller.
Mercy est donc actuellement rendue à la liberté... mais dans quel état physique et psychologique ? Au nom de quoi peut-on justifier qu'on fasse prendre de tels risques et endurer de telles souffrances à une jeune femme et au bébé qu'elle attend ?
Mercy est "libre" mais pour combien de temps ? Elle peut-être arrêtée à nouveau à tout instant (comme nous en avons eu l'exemple récent sur Evreux) et remise en rétention ou expulsée directement.
Pourtant cette jeune femme et son enfant (de père français) ont droit à notre protection ... 
Cette forme de maltraitance doit donc cesser.
Dès que nous aurons d'autres nouvelles de Mercy nous vous tiendrons informés.

Contacts :
Collectif Etrangers-Français pour l’Egalité des Droits (CEFED27) : cefed27@wanadoo.fr
membre du Collectif de l’Eure de soutien à Wei-Ying et Ming, aux Mineurs et jeunes Majeurs scolarisés sans papiers.collectifwym@wanadoo.fr

à bientôt, 

MR
getmr@wanadoo.fr
01/09/2007
_______________________________________________
Resf.info@rezo.net - http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info

Publié dans : Droit de l'homme, Etranger, Politique |le 2 septembre, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente