Quel dilemme………………….

Quel dilemme...................... dans LA VIE EN SARKOZIE

Présidentielle 2012

 

Politiques Hier à 15h18

Sarkozy ou le piège infernal de la pipolisation

CHRONIQUE «Entre les lignes»Pendant toute la campagne présidentielle, Antoine Guiral décrypte le dessous des cartes politiques.

70 commentaires Par ANTOINE GUIRAL

 

Le 21 avril 2002, Lionel Jospin mettait un terme à sa «vie publique». Mercredi 19 octobre 2011, Nicolas Sarkozy a, lui, rompu avec l’étalage de sa «vie privée». Exposer sa famille, son nouveau bonheur de père? Mais quelle horreur, quelle vulgarité! Pas ça, pas lui… Et puis il y a ces millions de Français qui souffrent des conséquences de la crise, imaginez l’indécence de telles images…On ne saura donc rien du 4e enfant du chef de l’Etat, une fille. Du moins, pour le moment.

La non-communication érigée en communication, tel est le nouveau concept élaboré à l’Elysée pour tout ce qui touche à l’intimité du couple présidentiel. Début septembre, c’est Carla Bruni qui l’avait elle-même testé à une heure de grande écoute sur TF1. Son message à l’adresse de millions de téléspectateurs: «L’exposition à la vie publique est un choix d’adulte». En clair, regardez bien mon ventre rond, je ne vous montrerai jamais mon enfant.

Au passage, elle avait reconnu que la virée de Petra (Jordanie) en janvier 2008 avait été «une grande erreur». Petit rappel: en pleine période bling-bling, le Président de la République – lunettes d’aviateur et sweat noir à bandes jaunes – avait débarqué sous une nuée de caméras avec sa «top» et le fils de celle-ci cachant son visage sur ses épaules. Puis, lors d’une conférence de presse, il se rengorgeait: «Avec Carla, c’est du sérieux», et ainsi de suite.

Opération: repentance bling-bling

Autant dire que cette époque fut ravageuse pour l’image et la popularité de Nicolas Sarkozy. Elle lui colle encore tant à la peau que toute les tentatives dites de représidentialisation ont pour l’heure fait un flop. Le silence et le relative discrétion autour de la naissance de sa fille participent à nouveau à cette ingrate reconstruction d’image. A peine née, voilà donc cette enfant déjà au centre de l’opération repentance bling-bling de son père.

En terme de com’, le changement de cap est, a priori, très radical. Carla Bruni vient d’accoucher dans une très chic clinique parisienne? Oui, et alors… «Vie privée», claironne l’Elysée. Les medias du monde entier s’interrogent sur le prénom? «Pas de commentaire», répond le Château. Voilà, c’est une fille, c’est tout! Et pour le reste, circulez. On voudrait créer du buzz et de l’attente que l’on ne s’y prendrait pas autrement, gronde déjà la presse people.

Pauvre Nicolas Sarkozy, le piège infernal de la peopolisation s’est refermé sur lui. Il montre son enfant ou met en scène son bonheur familial, et l’on criera à l’instrumentalisation. Il le cache et fait comme si de rien n’était, et il lui sera reproché de faire monter la tension.

Le temps des photos en noir en blanc dans Paris-Match façon Kennedy à la Maison Blanche et autre «bonne chance mon papa» lancé dans un clip par le jeune Louis Sarkozy est-il révolu? Sous cette forme aussi grossière, c’est probable. Mais attendons la suite. Si les sondages restent en berne et qu’il faut tout tenter pour l’emporter en mai prochain, la petite Sarkozy entourée de ses parents pourrait vite avoir une silhouette sur papier glacé.

Publié dans : LA VIE EN SARKOZIE, People |le 21 octobre, 2011 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente