Un p’tit dernier : Jean Yves Le Drian…………………..(17/05/2012)

Jean-Yves Le Drian

Aller à : Navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Drian.
Jean-Yves Le Drian
Jean-Yves Le Drian 2011 cropped.jpg

Jean-Yves Le Drian à Rennes, le 1er juillet 2011.

Fonctions
Ministre de la Défense
22e ministre de la Défense de la Ve République
En fonction depuis le 16 mai 2012
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault
Prédécesseur Gérard Longuet
Président du conseil régional de Bretagne
En fonction depuis le 28 mars 2004
Élection 23 mars 2004
Réélection 21 mars 2010
Prédécesseur Josselin de Rohan
Maire de Lorient
4 juillet 19812 avril 1998
Réélection 13 mars 1983
19 mars 1989
18 juin 1995
Prédécesseur Jean Lagarde
Successeur Norbert Métairie
Secrétaire d’État à la Mer
16 mai 19912 avril 1992
Président François Mitterrand
Gouvernement Édith Cresson
Prédécesseur Jacques Mellick (ministre délégué)
Successeur Charles Josselin
Député de la 5e circonscription du Morbihan
3 avril 19781er avril 1986
Élection 19 mars 1978
Réélection 21 juin 1981
Législature VIe et VIIe
Prédécesseur Yves Allainmat
Successeur (proportionnelle)
23 juin 19881er avril 1991
Réélection 12 juin 1988
Législature IXe
Prédécesseur (proportionnelle)
Successeur Pierre Victoria
12 juin 199719 juin 2007
Réélection 1er juin 1997
19 juin 2002
Législature XIe et XIIe
Prédécesseur Michel Godard
Successeur Françoise Olivier-Coupeau
Député du Morbihan (proportionnelle)
2 avril 198614 mai 1988
Réélection 16 mars 1986
Législature VIIIe
Biographie
Date de naissance 30 juin 1947 (64 ans)
Lieu de naissance Lorient, Morbihan (France)
Nationalité Française
Parti politique PS
Diplômé de Université Rennes 2 Haute Bretagne
Profession Universitaire en histoire
modifier Consultez la documentation du modèle

Jean-Yves Le Drian est un homme politique français, né le 30 juin 1947 à Lorient (Morbihan). Membre du Parti socialiste, il est président du conseil régional de Bretagne depuis 2004. En septembre 2010, il est devenu président de la Conférence des régions périphériques maritimes d’Europe (CRPM). Le 16 mai 2012, il est nommé ministre de la Défense dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Sommaire

Biographie

Enfance et jeunesse

Jean-Yves Le Drian est issu d’une famille ouvrière de Lorient ; son père Jean et sa mère Louisette se sont connus alors qu’ils militaient à la JOC et ils se sont ensuite engagés dans des mouvements syndicaux et familiaux, notamment la Confédération syndicale des familles dont Jean fut président national1. Ses bons résultats scolaires lui permettent d’intégrer le collège Sainte-Anne puis le lycée Saint-Louis où il est un des rares fils d’ouvriers. Il milite au sein de la Jeunesse étudiante chrétienne, dont il devient premier secrétaire dans le Morbihan alors qu’il est en terminale. Lors du congrès national de Dijon, il fait la rencontre d’Henri Nallet, leader national de la JEC et futur ministre socialiste1. Après son baccalauréat, il passe un an en hypokhâgne à Quimper, puis arrive à Rennes où il s’inscrit en faculté d’histoire en 1966.

Il milite alors à l’UNEF de Rennes. En mai 68, il est à la fois responsable local de l’UNEF et leader national de la JEC ; il prend une part active aux manifestations à Rennes. Il obtient son agrégation d’histoire contemporaine en 1971 et est nommé maitre assistant à l’université de Rennes 2.

Engagement politique

Entrée en politique

Après avoir écouté un discours de François Mitterrand à Rennes en mai 1974 en compagnie de son collègue Jean-Michel Gaillard, il décide d’adhérer au Parti socialiste et milite au sein de la section de Lorient2.

Il commence sa carrière politique à l’occasion des élections municipales de 1977 en se faisant élire sur la liste du maire socialiste de Lorient, Jean Lagarde, dont il devient adjoint en charge de l’action économique. Il est élu maire de la ville le 4 juillet 1981, à la suite de la démission de ce dernier qui s’était engagé à se retirer à 70 ans2. Il occupe cette fonction pendant 17 ans jusqu’en 1998, date de sa démission pour cause de cumul de mandats après son élection au conseil régional de Bretagne. Il est alors remplacé par Norbert Métairie, son ancien adjoint, mais reste membre du conseil municipal. Il est réélu sur la liste de Norbert Métairie lors des élections municipales de 2001. Il démissionne cependant de ce mandat municipal au lendemain des élections régionales de 2004 pour se consacrer pleinement à son nouveau mandat de président de Région.

Député du Morbihan

Le 3 avril 1978, il fait son entrée à l’âge de 30 ans à l’Assemblée nationale en étant élu député de la cinquième circonscription du Morbihan. Il assure ainsi la succession du député sortant Yves Allainmat, l’ancien maire socialiste de Lorient, qui se présentait en tant que suppléant2. Il parvient à conserver son siège pendant 13 ans, jusqu’à son entrée au gouvernement d’Édith Cresson le 18 mai 1991 comme secrétaire d’État à la mer, auprès du ministre de l’équipement, du logement, des transports et de l’espace Paul Quilès. Sa carrière ministérielle est cependant de courte durée puisqu’il ne retrouve pas son poste après la nomination à l’Hôtel Matignon de Pierre Bérégovoy le 2 avril 1992. Son successeur est un autre élu breton, le costarmoricain Charles Josselin.

Lors des élections législatives de 1993, il cède à la « vague bleue » et ne parvient pas à récupérer son mandat de député, cédé à son suppléant Pierre Victoria pendant deux ans. Il est battu le 28 mars 1993 par le candidat UDF Michel Godard.

Il récupère finalement son siège de député à l’occasion des élections législatives de 1997. Il bat alors nettement la candidate RPR Catherine Giquel en obtenant 56,79 % des voix au second tour. Il est réélu député le 16 juin 2002 pour un sixième mandat en battant de justesse le candidat UDF Fabrice Loher avec 50,39 % des voix au second tour. Au cours de la XIIe législature (2002-2007), il fait partie du groupe socialiste et est membre de la commission de la défense et du groupe d’études sur le problème du Tibet de Assemblée nationale3. Il décide de ne pas se représenter pour les législatives de 2007 et soutient la candidature de sa chargée de mission à la région, Françoise Olivier-Coupeau.

Président du conseil régional de Bretagne

En 1998, il est élu au conseil régional de Bretagne sur la liste socialiste du Morbihan mais il devra se contenter de mener l’opposition au nouveau président Josselin de Rohan (RPR). Touché par le cumul des mandats, il choisit d’abandonner son mandat municipal pour conserver un rôle de chef de l’opposition régionale. Dans le portrait que fait de lui le journaliste Michel Rouger en 2007, il confie : « Il était important d’exercer sans arrêt un contre-poids à l’action de Rohan et de me faire connaître au niveau breton. […] On a entrepris surtout un travail de longue haleine pour préparer un projet et gagner en 2004. »4 . En effet, le 28 mars 2004 il mène à la victoire la liste « Bretagne à gauche, Bretagne pour tous » (PSPCFPRG + Les VertsUDB), qui obtient 58,66 % des suffrages exprimés et 58 sièges. Cette nette victoire concrétise le progressif basculement à gauche de la BretagneNote 1. Il devient ainsi le premier président socialiste du conseil régional de Bretagne. Il est également délégué national chargé de la défense auprès du premier secrétaire du PS.

Après les législatives de juin 2007, il affirme avoir reçu un appel téléphonique du Président de la République Nicolas Sarkozy lui proposant d’entrer dans le gouvernement Fillon 2, ce qu’il refuse5.

En octobre 2009, candidat à sa propre succession, Jean-Yves Le Drian est choisi par le Parti socialiste pour mener la campagne en vue des élections régionales de mars 2010. À l’issue du premier tour le 14 mars 2010, la liste qu’il mène obtient 37,2 % des voix, le plaçant loin devant la liste de l’UMP de Bernadette Malgorn (23,7 % des voix) et devant la liste Europe ÉcologieUDB de Guy Hascoët (12,2 % des voix)6. Sa liste l’emporte au second tour en obtenant 50,27 % des voix et 52 sièges, contre 32,36 % à la liste UMP (20 sièges) et 17,37 % à la liste Europe-Écologie (11 sièges)7. Le 26 mars 2010, il est réélu président du conseil régional en obtenant 52 voix ; les élus UMP, Europe-Écologie et UDB s’étant abstenus8.

Engagement auprès de François Hollande

Lors de la primaire PS pour la présidentielle de 2007, il avait soutenu la candidature de Ségolène Royal.

Lors des primaires citoyennes de 2011 en vue de la présidentielle de mai 2012 il soutient François Hollande, un ami de longue date. Chargé des questions de défense du candidat, il établit, durant la campagne, des contacts avec les administrations étrangères9. Après la victoire du candidat socialiste, il est nommé Ministre de la Défense dans son gouvernement.

Vie privée

Il a pour sœurs Thérèse Thiéry, conseillère générale et maire de Lanester, et Marie Le Drian, écrivain.

En secondes noces, Jean-Yves Le Drian a épousé Maria Vadillo, élue rennaise et conseillère régionale de Bretagne.

Mandats

Député
Conseiller régional
Conseiller municipal / Maire
  • 14/03/1977 – 03/07/1981 : adjoint au maire de Lorient (58 300 hab10.), Morbihan
  • 04/07/1981 – 13/03/1983 : maire de Lorient
  • 14/03/1983 – 12/03/1989 : maire de Lorient
  • 20/03/1989 – 18/06/1995 : maire de Lorient
  • 19/06/1995 – 30/03/1998 : maire de Lorient
  • 31/03/1998 – 18/03/2001 : membre du conseil municipal de Lorient
  • 19/03/2001 – 30/04/2004 : membre du conseil municipal de Lorient

Fonctions ministérielles

  • 18/05/1991 – 02/04/1992 : secrétaire d’État à la mer
  • 16/05/2012 - : ministre de la Défense
Publié dans : BIBLIOGRAPHIE |le 17 mai, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente