Une p’tite nouvelle……………………(18/05/2012)

Aurélie Filippetti

Une p'tite nouvelle........................(18/05/2012) dans BIBLIOGRAPHIE 28px-French_politic_personality_icon.svg
Cet article est une ébauche concernant une personnalité politique française.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Aurélie Filippetti
Aureliefilippetti.jpg


Fonctions
Ministre de la Culture et de la Communication
En fonction depuis le 16 mai 2012
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault
Prédécesseur Frédéric Mitterrand
Députée de la 8e circonscription de la Moselle
En fonction depuis le 20 juin 2007
Élection 17 juin 2007
Prédécesseur Jean-Marie Aubron
Biographie
Date de naissance 17 juin 1973 (38 ans)
Lieu de naissance Villerupt (Meurthe-et-Moselle, France)
Nationalité Drapeau : France Française
Parti politique Les Verts
puis PS
Diplômé de École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud
Profession Enseignante
modifier Consultez la documentation du modèle

Aurélie Filippetti, née le 17 juin 1973 à Villerupt1 (Meurthe-et-Moselle), est une femme politique et romancière française.

Membre du Parti socialiste et députée de la 8e circonscription de Moselle depuis juin 2007, elle est porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. Le 16 mai 2012, elle est nommée ministre de la Culture et de la Communication.

Sommaire

Biographie

Fille d’Angelo Filippetti (1938-1992), ancien mineur de fond, maire communiste d’Audun-le-Tiche de 1983 à 1992 et conseiller général, et petite-fille d’immigrés italiens venus travailler dans les mines de fer de Lorraine2, Aurélie Filippetti raconte dans un premier roman, paru en 2003, Les Derniers Jours de la classe ouvrière, comment son grand-père, résistant, a été arrêté par la Gestapo au fond de la mine, puis déporté en camp de concentration avec ses deux frères3. Elle y évoque aussi la mémoire ouvrière et le sentiment de déclassement du monde ouvrier après la fermeture des mines et des usines sidérurgiques en Lorraine.

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, elle est agrégée de lettres classiques4 et, avant ses débuts en politique, enseigne comme professeur de lettres.

Elle adhère aux Verts, puis devient membre du cabinet d’Yves Cochet, ministre de l’Environnement. Aux élections municipales de 2001, elle est élue conseillère du 5e arrondissement de Paris5. Tête de la liste des Verts au premier tour, elle obtient 13,75 % des voix6. Elle recueille 6,55 % des voix dans la deuxième circonscription de Paris aux élections législatives de 20027. Elle devient membre du secrétariat exécutif des Verts-Paris en mars 2003 et porte-parole8.

Après un refus d’investiture dans la circonscription de Longwy par le CNIR des Verts qui préfère une responsable lorraine9, elle quitte les Verts fin octobre 2006.

En novembre 2006, elle rejoint le PS et l’équipe de campagne de Ségolène Royal10, candidate à l’élection présidentielle de 2007, comme conseillère spéciale (environnement, culture, éducation, sujets de société).

En mai 2007, d’abord pressentie pour la 7e circonscription de Meurthe-et-Moselle (Longwy), elle est investie par les militants socialistes de la 8e circonscription de Moselle (Rombas-Bouzonville) dont le député PS sortant Jean-Marie Aubron ne se représente pas11. Elle est élue le 17 juin 2007 avec 50,96 % des voix.

Aurélie Filippetti est porte-parole puis vice-présidente de la Convention pour la sixième République12,13, puis du courant pro-Royal « L’Espoir à gauche »14.

Candidate aux élections européennes de juin 2009, elle est troisième de la liste conduite par Catherine Trautmann, députée européenne sortante dans la circonscription Nord-Est, place qui ne lui permet pas d’être élue le 7 juin, la liste socialiste ayant obtenu 17,8 % des voix (28,6 % en 2004) et deux élus pour quatre à la liste de l’UMP (29,2 %).

Elle est présidente du conseil d’administration du Festival international du documentaire de Marseille15.

Elle soutient François Hollande pour la primaire présidentielle socialiste de 2011 et suite à la victoire de celui-ci, est intégrée dans son équipe de campagne, en charge de la Culture.

Lors de la nomination du gouvernement Ayrault, le 16 mai 2012, elle devient ministre de la Culture et de la Communication.

Œuvres

  • 2003 : Les Derniers Jours de la classe ouvrière, Stock, rééd. en Livre de Poche (ISBN 2-253-10859-6)
  • 2006 : Un homme dans la poche, Stock
  • 2008 : L’école forme-t-elle encore des citoyens ?, avec Xavier Darcos, Forum Libération de Grenoble sur CD audio, Frémeaux & Associés

Notes et références

  1. Aurélie Filipetti [archive] sur assemblee-nationale.fr. Consulté le 7 octobre 2008
  2. Biographies d’Angel et Tommaso Filippetti dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social de mai 1940 à Mai 1968, tome 5, pp. 205 à 207, Éditions de l’Atelier, 2009. Accès en ligne : Angel Filippetti [archive] et Tommaso Filippetti [archive]
  3. Sur ce point, voir une communication au colloque « Annexion et nazification en Europe », Metz, 7 et 8 novembre 2003 : Pierre Schill, « Antifascisme et résistance ouvrière organisés autour de la CGT et du Parti communiste en Moselle annexée (1940-1945), entre histoire et mémoire », pp. 173 à 187 ; actes publiés sous la direction de Sylvain Schirmann (université de Strasbourg) et téléchargeables sur le site internet du Mémorial d’Alsace-Moselle à Schirmeck [archive].
  4. Aurélie Filippetti, la plus proche conseillère de Ségolène Royal [archive] sur politique.net, 19 novembre 2007. Consulté le 7 octobre 2008
  5. Mandat : 1er mars 20011er mai 2007.
  6. [PDF] Élections municipales des 11 et 18 mars 2001 – premier tour – résultats de la ville de Paris [archive] sur paris.fr. Consulté le 7 octobre 2008.
  7. [PDF] Élections législatives des 9 et 16 juin 2007 – premier tour – résultats de la ville de Paris [archive] sur paris.fr. Consulté le 7 octobre 2008.
  8. Blog de Jean-Marc Pasquet.
  9. « Présentation de Aurélie Filippeti » [archive] dans Libération du 13 décembre 2006.
  10. Article [archive] de L’Humanité du 30 novembre 2006.
  11. Sylvia Zappi, « Aurélie Filippetti, retour à la mine » [archive], Le Monde, 2 juin 2007.
  12. Communiqué du Conseil Fédéral de la convention pour la sixième république. [archive]
  13. Compte rendu d’assemblée générale de la Convention pour la sixième République, 25 juin 2005. [archive]
  14. Aux côtés de Manuel Valls, Jean-Louis Bianco, Delphine Batho, Pascal Terrasse, Julien Dray, Jean-Jack Queyranne, Gaëtan Gorce, David Assouline, François Rebsamen, Louis Mermaz, Gérard Collomb, Jean-Noël Guerini, Gilles Savary, Jean-Pierre Mignard et Malek Boutih.
  15. Aurélie Filippetti [archive], site de campagne de François Hollande, 2012.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe

Lien externe

 

Publié dans : BIBLIOGRAPHIE |le 18 mai, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente