Le Conseil Constitutionnel……………………(20/06/2012)

Le Conseil constitutionnel ne penchera pas à droite

Créé le 19-06-2012 à 18h24 – Mis à jour le 20-06-2012 à 08h18

Nicolas Sarkozy a siégé pour la première fois mardi. Le Conseil constitutionnel va-t-il se changer en chambre d’opposition ? La réalité devrait être plus nuancée.

Ici figurait une photo du SIPA supprimée à sa demande :merci aux censeurs de tous poils.

« Il faut bien voir que le Conseil Constitutionnel peut devenir un contre-pouvoir extraordinaire, une arme fantastique pour Nicolas Sarkozy ». Un conseiller de l’ancien Président se prend à rêver. Le prédécesseur de François Hollande a siégé pour la première fois rue Montpensier mardi 19 juin. Et les espoirs se réveillent à droite.

 

Après tout, quand on n’a plus rien et qu’on a perdu toutes les élections depuis cinq ans, il faut bien se replier sur quelque chose. Dans l’opposition, certains imaginent le Conseil constitutionnel comme un bouclier anti-Hollande. Leurs vœux risquent difficilement d’être exaucés.

 

Trois anciens présidents de droite : un problème pour la gauche ?

 

La présence de Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy accréditerait la thèse d’un Conseil constitutionnel partisan. Les « ex » pourraient mettre leur nez dans les affaires de la gauche. Sauf que Jacques Chirac n’y siège plus depuis mars 2011. Et Valéry Giscard d’Estaing n’est pas le plus assidu sur les bancs du Conseil constitutionnel. « La présence d’anciens chefs d’Etat reste quand même un problème, surtout s’ils veulent prendre position dans le débat politique », analyse Didier Maus, constitutionnaliste.

Les autres membres favorables à la droite ?

 

Les nominations des autres membres (au nombre de neuf) ont été décidées par ces anciens présidents, ainsi que les ex-président de l’Assemblée nationale et du Sénat. Tous de droite. Chacun désignant trois membres.

 

De quoi alimenter les craintes d’une dérive partisane du Conseil constitutionnel. A la nomination de Pierre Mazeaud, ancien député RPR, à la présidence de l’instance en 2004, Arnaud Montebourg s’était emporté : « C’est un fidèle qui sera toujours là dans les moments difficiles pour l’Elysée et le pouvoir. Il sera le cocher de la voiture présidentielle ». Mais Didier Maus relativise ce système. « Il n’y a aucun fonctionnement idéal. L’important reste de nommer des gens intelligents et tolérants », avant de rappeler qu’un tiers des membres « sera renouvelé en 2013″.

 

Peut-il casser plus facilement des projets de Hollande ?

 

« Ni plus, ni moins qu’avant », démine Didier Maus. De plus en plus sollicité avec les Questions prioritaires de constitutionnalité, le Conseil constitutionnel a été accusé de prendre des décisions trop politiques. Et si des lois doivent être retoquées, « ce sera des péripéties auxquelles font face tous les gouvernements. Comme le précédent d’ailleurs. »

 

Pourrait-il faire capoter des promesses de François Hollande ? « Je n’en vois qu’un pour le moment : l’imposition à 75% des plus hauts revenus. Il est dit dans la Constitution que les impôts ne doivent pas être confiscatoires.

 

Tout dépend de l’interprétation. Un taux de 75% sur une dernière tranche peut-il être qualifié de confiscatoire?

 

Que prend-on en compte? » s’interroge le constitutionnaliste. L’une des propositions symboles de la campagne de François Hollande ne devrait toutefois pas connaitre de problème. Les lois peuvent être retoquées. « Mais, même avant cette étape, je pense que les fonctionnaires de Bercy auront suffisamment d’intelligence pour contourner le problème », conclut Didier Maus.

 

Le NouvelObs.fr

Le Conseil Constitutionnel........................(20/06/2012) dans INSTITUTIONS

Publié dans : INSTITUTIONS |le 20 juin, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente