« Notre seule richesse »…………………………….(13/07/2012)

Suppressions d’emplois à PSA : « Notre boulot, c’est notre seule richesse »

Créé le 12-07-2012 à 18h08 – Mis à jour le 13-07-2012 à 08h52

REPORTAGE – « J’ai fermé Balard, j’ai fermé Levallois. Je ne partirai pas comme ça! » : les salariés du site d’Aulnay, sous le choc, oscillent entre colère et résignation.

Nouvel Observateur

Jean-Pierre Mercier, CGT, est vent debout contre les mensonges de PSA (L. M. - N.O.)

Jean-Pierre Mercier, CGT, est vent debout contre les mensonges de PSA (L. M. – N.O.)

Peu après 13 heures, une clameur monte du parking de la porte 3 à l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois : « Poutou avec nous, Poutou avec nous ! ». L’ancien candidat NPA à la présidentielle est là pour apporter son soutien aux ouvriers en grève qui viennent d’apprendre, jeudi 12 juillet, la fermeture programmée de leur usine et la suppression de 8.000 postes dans le groupe.

« Je suis venu apporter mon soutien aux camarades de PSA mais, au delà d’Aulnay, la question est de savoir comment empêcher ça, comment riposter », explique Philippe Poutou. A ses yeux, la situation d’Aulnay représente un test pour le gouvernement : « Sera-t-il capable d’affronter le patronat ? Saura-t-il interdire les licenciements ? », lance celui qui refuse la résignation et appelle la population à relever la tête et à se battre.

« PSA n’a pas su s’adapter »

Mohammed Hambli est plus mesuré dans ses attaques contre la direction de PSA. Pour ce représentant de la CFTC, le groupe est aculé : « PSA n’a pas su s’adapter. Le segment B [celui des petites voitures comme la C3 fabriquée à Aulnay, NDLR], on est les derniers à le faire en France ». Les projets de Philippe Varin autour de la logistique, pour l’avenir du site, peinent à le convaincre : « Ce terrain n’est pas adapté pour la logistique. L’autoroute ? Mais elle est déjà saturée l’autoroute ! »

Ce qui inquiète le plus ce vieux de la vieille « arrivé en vélo comme grouillot à l’âge de 19 ans », ce sont les jeunes. Que vont devenir ceux qui ont été embauchés récemment, sans diplôme, « des smicards qui vivent déjà dans la précarité, dans une région déjà sinistrée » ? Mohammed Hambli en veut aux gouvernements, qui n’ont pas su faire de barrières douanières. Cet homme fier refuse de se laisser abattre : « Il faut qu’on continue à vivre et à faire vivre nos enfants ». Les Peugeot ont engrangé les bénéfices et maintenant ils veulent nous jeter mais on va se battre pour nos enfants.

« Tout ce qu’ils veulent, c’est que les voitures sortent »

Au cœur de la colère des ouvriers, il y a aussi l’émotion de Hassan. Le vieux travailleur ne comprend pas la brutalité de l’annonce : « Certains sont tombés par terre ce matin, effondrés, en larmes, et personne du service médical n’était là pour les soutenir ». Il ne se remet pas du manque d’humanité des supérieurs, qui ont très vite demandé une reprise du travail : « Ils se foutent des gens, tout ce qu’ils veulent, c’est que les voitures sortent ». Hassan, lui aussi, a passé sa vie professionnelle chez PSA, où il est entré en 1973. Il ne compte pas en rester là, même si la direction vient de lui proposer de partir à la retraite : « J’ai fermé Balard, j’ai fermé Levallois. Je ne partirai pas comme ça. Je reste avec les copains ! »

« On était les meilleurs et maintenant ça s’arrête »

Hassan aussi se fait du souci pour les jeunes. Il appelle David. Le jeune homme est entré dans l’usine en janvier 1999. Depuis ce matin, sa gorge ne parvient pas à se desserrer. Même si, comme les autres, il s’attendait un peu à une mauvaise nouvelle, la fermeture n’était pas imaginable : « Une grosse usine comme ça qui marche bien ! Tous les jours on nous disait qu’on était les meilleurs et maintenant, ça s’arrête. C’est incompréhensible ! »

David se sent vidé, déprimé : « C’est ta vie qui est là et qui, tout à coup, est remise en question ». Il sera pourtant mobilisé à la rentrée. « Avec mon CAP mécanique, qu’est-ce que je peux trouver comme boulot dans ce coin, où il n’y a pas de travail ? » Il va se battre. Espère que le gouvernement fera pression. Mais nombreux sont ceux qui n’y croient plus :

On a un président normal. On va voir ce que c’est le normal ! Depuis les promesses de François Hollande quand on l’a rencontré au débat avec Nicolas Sarkozy, c’est le point mort. »

Comme beaucoup ici, David doute de la volonté de reclassement de PSA à l’extérieur du groupe. « Depuis plusieurs semaines, ils font venir des entreprises comme la RATP. C’est du vent! Il n’y a rien de plus que si on va nous même les voir. Ils font ça juste pour pouvoir dire qu’ils nous ont proposé quelque chose ». Ce qui a le plus choqué les salariés, c’est sans doute l’ouverture d’une cellule psychologique, elle aussi voici quelques semaines : « C’est bien la preuve qu’ils savaient et qu’ils nous ont menti ».

« Ils ont peur qu’on les contamine »

Quant à retrouver un poste à l’intérieur du groupe, tous savent que « ceux d’Aulnay » traînent derrière eux leur réputation de rebelles. : « Certains supérieurs nous ont dit que si Aulnay fermait, c’était grâce à nous et à nos grèves ! Dans les autres usines, ils préfèrent prendre des intérimaires plutôt que des gens de chez nous. Ils ont peur qu’on les contamine », raconte Hassan.

Entre 14 et 15 heures, au moment où se croisent les deux équipes de l’usine, les délégués syndicaux prennent la parole pour une réunion de protestation. Jean-Pierre Mercier, grande-gueule de la CGT, est vent debout contre les « mensonges » de PSA : « La direction nous dit qu’il y aura 1.500 mutations à Poissy et qu’est-ce qu’on apprend ? Que Poissy aurait déjà un sureffectif de 652 ouvriers ! » Pour le syndicaliste, « le vrai combat commencera à la rentrée. Chacune de nos actions doit être un avertissement aux services publics. Ils doivent entendre notre appel : ‘bougez-vous !’ » Et de conclure : « Notre boulot, c’est notre seule richesse ».

 dans SOCIALE

Le NouvelObs.fr

Publié dans : Economie, SOCIALE |le 13 juillet, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente