Un peu d’histoire avec Wikipedia : les Roms……………………..(01/09/2012)

 

Un peu d'histoire avec Wikipedia : les Roms..........................(01/09/2012) dans BIOGRAPHIE 280px-Roma_flag.svg

magnify-clip dans BIOGRAPHIE

Le drapeau de la communauté rom

Roms
(Tsiganes, Gitans, Sinti, Manouches, Nouchs, Romanichels)
Populations
Population totale De 6 à 20 millions (dans le monde, en 2000)1
Populations significatives par régions
Drapeau d'Espagne Espagne 600 000
(1,62 %)2,3
Drapeau de Roumanie Roumanie 535 140
(2,46 %)4,5
Drapeau de France France 500 000
(0,79 %)6,7
Drapeau de Turquie Turquie 500 000
(0,72 %)
Drapeau de Bulgarie Bulgarie 370 908
(4,67 %)8
Drapeau de Hongrie Hongrie 205 720
(2,02 %)9
Drapeau de Grèce Grèce 200 000
(1,82 %)10
Drapeau de Russie Russie 182 766
(0,13 %)11
Drapeau d'Italie Italie 130 000
(0,22 %)12
Drapeau de Serbie Serbie 108 193
(1,44 %)13
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 90 000
(0,15 %)14
Drapeau d'Allemagne Allemagne 70 000
(0,09 %)15
Autre
Langue(s) Romani et/ou langue(s) locale(s).
Religion(s) Majoritairement religion locale (catholicismeorthodoxie,islam…) avec apports endogènes (hindouisme). Existence récente d’une importante dynamique protestante évangéliqueinterne16.

Rom (ou Rrom17) est un endonyme signifiant « homme accompli et marié au sein de la communauté18 ». Ce terme a été adopté par l’Union romani internationale (IRU) pour désigner un ensemble de populations, ayant en commun une origine indienne19, dont les langues initiales sont originaires du nord-ouest du sous-continent indien20 et constituant des minorités connues sous de nombreux exonymes vivant entre l’Inde et l’Atlantique ainsi que sur le continent américain.

Présentes en Europe dès le xie siècle21, elles y forment au xxie siècle la minorité « la plus importante en termesnumériques »22.

En français, on peut désigner les Roms par d’autres mots, comme ceux de GitansTsiganes (ou Tziganes), Manouches,RomanichelsBohémiensSintis23.

Lors du Congrès mondial tzigane tenu du 8 au 12 avril 1971 à Londres, la communauté se choisit comme emblème un drapeau bleu et vert, avec une roue de couleur rouge. Le mouvement institua la date anniversaire de ce congrès, le 8 avril, comme journée nationale qui «  sera désormais, célébrée chaque année par toutes les communautés rom dans le monde »[réf. souhaitée]. L’hymneDjelem, djelem, a été écrit par Jarko Jovanovic sur une chanson populaire tzigane24.

Le terme Rom

Le terme de « Rom » est adopté par l’Union romani internationale (IRU) lors du premier Congrès international des Roms (Londres, 1971) qui a revendiqué le droit légitime de ce peuple à être reconnu en tant que tel, et officialisa la dénomination « Roms25 ».

Beaucoup de Roms se désignent par les noms rom (masculin), romni (féminin), roma (masculin pluriel), romnia (féminin pluriel) qui signifient « hommes et femmes mariés et parents faisant partie d’un groupe de voyageurs, Gitans ou Tsiganes26 », par opposition à gadjo (masculin), gadji (féminin) et gadjé (masculin pluriel), qui désignent tous les individus étrangers à la population rom, autrui. Les Gitans de la péninsule ibérique disent payo (masculin), paya (féminin), payos (masculin pluriel) à la place de gadjo, gadgi etgadjé, que les Gitans français désignent aussi avec les mots paysan et paysanne26.

Par ailleurs, des journalistes de The Economist ont reçu une brochure au pavillon « rom27 » de la Biennale de Venise 2007, qui excluait de ce terme « les Sintis, les Romungrés, les Gitans, les Manouches, etc.28 ». Ces différents termes, lorsqu’ils sont entendus dans leur sens étroit de sous-groupes qui s’excluent les uns des autres, posent des problèmes aux étymologistes, car on ne peut prouver de manière indiscutable leur filiation par rapport à « Sind », à « Égyptiens » et aux « Manouches ». Cette notion de rom au sens restreint est également celle utilisée par le site internet de Larousse29. Pour les traducteurs francophones du Conseil de l’Europe, « Les Roms (…) sont – avec les Sintis et les Kalés – une des trois grandes branches des Roms (terme générique), population originaire du nord de l’Inde30 ».

Une hypothèse tout aussi indémontrable suppose que le mot Rom dériverait du nom du Dieu Râma (nom d’un Avatâr de Vishnu)31. Une étymologie remontant au mot sanskrit Dom, dont la signification elle-même pose problème, et qui désigne une population de basse caste en Inde, a également été proposée32. Mais ce même Hancock la réfute en arguant de la distance génétique entre Roms et divers groupes de populations indiennes32.

France[modifier]

2007-2010[modifier]

220px-Mrap-roms

magnify-clip

Autocollant du MRAP utilisé lors d’une campagne de soutien – années 1980

L’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne, le 1er janvier 2007, a facilité la circulation des Roms roumains, ceux-ci n’ayant plus besoin de visa pour entrer en France.

Cependant, jusqu’en 2014, les ressortissants de la Bulgarie et de la Roumanie ne sont pas totalement bénéficiaires du principe de libre circulation européen et, pour travailler officiellement, ont besoin d’un titre de séjour et d’une autorisation de travail. De plus, la directivecommunautaire de 2004 sur la libre circulation des ressortissants de l’UE n’a pas été totalement transposée en droit français, notamment ses dispositions relatives aux garanties accordées aux personnes expulsées128.

Expulsions - Les expulsions de Roms sont passées de 2 000 en 2003 à environ 8 000 en 2008129. Depuis 2007, le nombre de reconduites à la frontière de Roms roumains en France se situe entre 8 000 et 9 000 par an, représentant environ 30 % des objectifs chiffrés de reconduite à la frontière. Ces retours sont en grande partie volontaires car ils sont assortis de primes de 300 € par adulte et100 € par enfant et de la prise en charge du billet d’avion130.

En 2009, la France a expulsé 10 000 Roms originaires de Roumanie ou de Bulgarie. Le 9 septembre 2010, le Parlement européen a réclamé la suspension de ces retours forcés, contraires au droit communautaire.

8 030 Roumains et Bulgares en situation irrégulière ont ainsi été reconduits par la France dans leur pays d’origine entre le 1er janvier et le 25 août 2010. Selon le ministre Éric Besson, 1291 l’ont été de manière contrainte, et 6739 de manière volontaire, au moyen de 27 vols « spécialement affrétés131 ».

Expulsions de l’été 2010[modifier]

Fin juillet 2010, le président Nicolas Sarkozy décide, à la suite de deux faits divers impliquant des membres français de la communauté des gens du voyage, de l’organisation de retours massifs de Roms en Roumanie132, déclenchant une vaste polémique133.

Une circulaire du ministère de l’Intérieur diffusée le 5 août 2010 demande aux préfets de faire évacuer « 300 campements ou implantations illicites d’ici trois mois, en priorité ceux des Roms », et d’engager une « démarche systématique de démantèlement des camps illicites, en priorité ceux de Roms134 ». D’après certains experts en droit constitutionnel, l’expression « en priorité ceux des Roms » contrevient aux principes de non-discrimination, tandis que l’ensemble de la circulaire contrevient à ceux de libre circulation des personnes et de leur droit de séjour garantis par les traités européens et détaillés par la directive de 2004 (38/2004). Elle serait aussi potentiellement contraire à la Convention européenne des droits de l’homme qui interdit les discriminations fondées sur la nationalité, la race ou l’appartenance ethnique135.

Le 22 août 2010, le Pape Benoît XVI exhorte les pèlerins à savoir « accueillir les légitimes diversités humaines », ce qui a été interprété par certaines personnes comme une critique de l’action menée par les autorités françaises spécifiquement contre les Roms136, interprétation contestée par d’autres personnes137,138. Le 27 août 2010, le Comité pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (CERD) de l’ONU demande à la France de « garantir l’accès des Roms à l’éducation, à la santé, au logement et autres infrastructures temporaires dans le respect du principe d’égalité » et se demande pourquoi elle n’a « toujours pas mis à la disposition des gens du voyage le nombre nécessaire d’aires d’accueil conformément à la loi du 5 juillet 2000 dite loi Besson139 ». Le coût annuel de la reconduite des Roms pour le budget de la France est estimé entre 200 et 250 millions d’euros (selon les chiffres du Sénat français).

Le 9 septembre 2010, le Parlement européen adopte une résolution dans laquelle il presse la France de « suspendre sur le champ » les expulsions de Roms. Le texte, déposé par les groupes S&D, ALDE, Verts/ALE et GUE/NGL, demande à la France et aux autres États membres de « suspendre immédiatement toutes les expulsions de Roms ». Les députés prétendent également que le relevé des empreintes digitales des Roms expulsés est illégal et contraire à la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne140,141.

Le 14 septembre 2010Viviane Redingcommissaire européenne à la Justice, aux Droits fondamentaux et à la Citoyenneté, fait part de son « intention de lancer deux procédures d’infraction contre la politique de la France à l’égard des Roms142 ».

Un an après, Médecins du Monde déplore les conséquences sanitaires catastrophiques des expulsions à répétition, publie une enquête sur la couverture vaccinale des populations roms et dénonce une mise en danger volontaire de personnes en grande précarité143.

 

Publié dans : BIOGRAPHIE |le 1 septembre, 2012 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente