Vigipirate…………………………(25/09/2014)

Terrorisme : quelles mesures de sécurité en France et à l’étranger ?

Le Nouvel Observateur

Voir tous ses articles

Publié le 25-09-2014 à 15h51

L’Elysée a annoncé un renforcement des mesures de prévention contre les risques terroristes « dans les lieux publics et dans les transports ». Où en est-on ? Décryptage.

Les deux niveaux du plan Vigipirate, tels qu'ils ont été définis en février 2014. (FRANCOIS GUILLOT/AFP) Les deux niveaux du plan Vigipirate, tels qu’ils ont été définis en février 2014. (FRANCOIS GUILLOT/AFP)

Après l’exécution sauvage du guide de montagne Hervé Gourdel, François Hollande a tenu jeudi 25 septembre un conseil de défense, en vue de  »prendre toutes les dispositions pour assurer la sécurité de nos compatriotes, ici, en France, et partout dans le Monde ».

A l’issue de la réunion, l’Elysée a annoncé un renforcement des mesures de prévention contre les risques terroristes « dans les lieux publics et dans les transports », ainsi qu’une extension des « conseils de vigilance » à une quarantaine de pays au lieu d’une trentaine en début de semaine.  »L’Obs » fait le point sur les mesures déjà en vigueur en France, ainsi que les consignes du Quai d’Orsay en Algérie et au Sahel.

 

 

En France : le plan Vigipirate 

Depuis février 2014, le plan Vigipirate, créé en 1978 après une vague d’attentats terroristes en Europe et modifié, depuis, à plusieurs reprises, s’articule autour de deux niveaux de mobilisation.

  • Le niveau « de vigilance »

Actuellement en vigueur, le niveau dit « de vigilance » correspond selon le gouvernement à une « posture permanente de sécurité, en raison du maintien durable de la menace terroriste sur le territoire ». Il consiste notamment à interdire le stationnement près de certains édifices publics qui pourraient constituer une cible de choix pour des attentats, ou encore à contrôler les bagages dans les aéroports. Les forces de l’ordre peuvent également ponctuellement élargir les interdictions ou contrôles, par exemple lors d’un sommet de chefs d’Etat ou une manifestation sportive attirant un large public. Il comprend une surveillance accrue des aéroports, gares, sites institutionnels et lieux publics très fréquentés.

  • Le niveau « alerte attentat »

Ce second niveau s’applique lorsque des projets d’actions terroristes ont été détectés par les services de renseignement, ou lorsqu’un acte terroriste a été commis sur le territoire national. Les mesures, temporaires, sont alors plus drastiques : interdiction de grands rassemblements ou du stationnement près des écoles, systématisation des contrôles, patrouilles en certains lieux.

C’est le niveau le plus élevé de mobilisation. Ce stade ultime de mobilisation a été passé, pour la première fois et brièvement, en mars 2012 dans la région Midi-Pyrénées, lors des tueries perpétrées par Mohamed Merah à Toulouse et Montauban. A l’époque, le plan Vigipirate fonctionnait encore sur la base d’un code couleur et le niveau le plus élevé était dit « écarlate ».

Mardi, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a estimé que dans ses dispositions actuelles, Vigipirate était « opérationnel et efficace ».

A l’étranger : les consignes du Quai d’Orsay

  • « La plus grande vigilance » dans une quarantaine de pays

La France a annoncé jeudi 25 septembre que les conseils de vigilance adressés aux Français à l’étranger étaient étendus d’une trentaine à une quarantaine de pays.  »Aujourd’hui, nous avons étendu l’appel à une dizaine de pays de plus », a expliqué Didier Le Bret, patron du centre de crise du ministère français des Affaires étrangères, sans les citer.

Selon une source diplomatique, 11 pays ont été ajoutés : Indonésie, Malaisie, Philippines, Afghanistan, Pakistan, Ouzbékistan, Comores, Burundi, Tanzanie, Somalie et Ouganda.

  • En Algérie

A la suite de l’exécution d’Hervé Gourdel par un groupe djihadiste se réclamant de l’Etat islamique, le ministère des Affaires Etrangères a mis à jour jeudi sur son site des consignes aux Français se trouvant ou comptant se rendre en Algérie.

Dans ce contexte et dans le contexte de l’intervention de la coalition internationale contre Daech, et face au risque accru d’enlèvements et d’actes hostiles contre les ressortissants des pays membres de la coalition, les Français résidant ou de passage dans le pays sont invités à renforcer leur vigilance » peut-on notamment y lire.

Le Quai d’Orsay incite les Français en déplacement temporaire à s’enregistrer sur le site Ariane. L’inscription permet la réception d’éventuelles consignes de sécurité par SMS ou mails ainsi que des prises de contact directes en cas de crise. Une personne désignée peut aussi être contactée en cas de besoin.

Concernant les Français résidant en Algérie, le Quai d’Orsay les invite, si ce n’est déjà fait, à se signaler auprès du consulat de France le plus proche et s’inscrire au registre des Français établis hors de France.

Le ministère déconseille par ailleurs « formellement » tout déplacement aux ressortissants français dans la « zone rouge », notamment au sud et à l’est de l’Algérie. Et invite à la « plus grande prudence » dans « certaines zones du nord-est du pays où évoluent encore des groupes terroristes. » Comme la wilaya de Tizi-Ouzou, où Hervé Gourdel a été enlevé et où 11 militaires algériens ont été tués en avril dernier lors d’une attaque terroriste près de la commune d’Iboudrarene.

  • Au Sahel

« La menace d’attentat et d’enlèvement visant des Occidentaux demeure élevée dans la zone sahélienne mais aussi dans les pays limitrophes. Aucune zone ne peut plus désormais être considérée comme totalement sûre » indique par ailleurs le ministère des Affaires Etrangères. Il déconseille formellement de se rendre des zones rouges au Mali, au Niger, en Mauritanie ainsi que dans l’ensemble des zones rouges des pays frontaliers.

« Les ressortissants français qui se trouveraient dans ces zones doivent savoir que leur sécurité et leur vie sont explicitement et directement menacées. En particulier pour les touristes, aucune personne, aucun groupe, aucune organisation ne peut prétendre garantir leur sécurité » prévient également la Quai d’Orsay, qui rappelle que son site dispose de « conseils voyageurs » propres à chaque pays.

C.R. avec AFP

Publié dans : SECURITE |le 25 septembre, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente