La grande prêtresse……………………………..(08/03/2016)

Caroline De Haas

Caroline De Haas
Caroline De Haas en 2006.
Caroline De Haas en 2006.
Fonctions
Conseillère de la ministre des Droits des femmes
24 mai 2012 – 17 mai 2013
Porte-parole d’Osez le féminisme !
2009 – 2011
Secrétaire générale de l’UNEF
2006 – 2009
Biographie
Date de naissance 10 septembre 1980
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste (jusqu’en 2014)
Enfants 2
modifier Consultez la documentation du modèle

Caroline De Haas (née le 10 septembre 1980) est une militante féministe, syndicale et associative, une femme politique et une cheffe d’entreprise française.

 

 

Famille et études

Caroline De Haas est née le 10 septembre 19801. Elle est l’ainée d’un couple de médecins : sa mère est gynécologueet son père président de la Fédération française des maisons et pôles de santé2,3.

Elle étudie l’histoire contemporaine aux universités de Lyon-II et Nanterre où elle obtient une maitrise en 20084,5, à l’âge de 28 ans.

Elle est mère de deux enfants2.

Militantisme[modifier | modifier le code]

Engagements syndicaux et associatifs[modifier | modifier le code]

Caroline De Haas milite au sein d’Amnesty International, des Petits frères des Pauvres, des Scouts unitaires3 et à l’Union nationale des étudiants de France (UNEF). Lors du congrès de Lyon en 2003, elle est élue au bureau national du syndicat étudiant[réf. nécessaire]. Elle devient trésorière puis, à partir d’octobre 2006, secrétaire générale de l’UNEF et s’occupe de suivre la section locale de Lyon6. Elle quitte ces fonctions en 20095.

En 2009, elle participe à la fondation de l’association Osez le féminisme ! dont elle est porte-parole jusqu’enjuillet 20117,8,9,10.

En avril 2011, Caroline De Haas fait partie des signataires du manifeste « L’égalité maintenant ! », quarante ans après le manifeste des 34311. En mai 2011, elle s’exprime sur l’affaire Dominique Strauss-Kahn, déclarant que « la manière dont cette saga a été commentée en France par les média et les figures politiques met en lumière un sexisme débridé, dont nous connaissions l’existence »12.

Dans les débats qui suivent les agressions sexuelles du Nouvel An 2016 à Cologne, Caroline De Haas dénonce les « merdes racistes » qui lient les agressions à l’arrivée de migrants en Allemagne2. Cette position est qualifiée de « déni » par Élisabeth Badinter qui accuse des « têtes d’affiches du féminisme » d’avoir « ont mis la priorité sur la dénonciation du racisme avant la protection des femmes »13 ce à quoi De Haas répond que Badinter n’a pas participé aux manifestations de soutien aux femmes de Cologne2.

Politique[modifier | modifier le code]

Caroline De Haas milite au sein du Mouvement des jeunes socialistes puis, au Parti socialiste, elle est attachée de presse du porte-parole du parti, Benoît Hamon14.

Après l’élection présidentielle de 2012 et la création d’un ministère des Droits des femmes au sein du gouvernement Ayrault, Caroline De Haas est nommée conseillère en charge des relations avec les associations et de la lutte contre les violences faites aux femmes au sein du cabinet de Najat Vallaud-Belkacem15. Elle occupe cette fonction pendant une année au cours de laquelle elle est chargée de créer et d’animer des séances essentielles de sensibilisation aux questions d’égalités hommes-femmes pour les ministres du gouvernement16,4.

Le 10 avril 2014, elle quitte le Parti socialiste, jugeant que l’absence de débat et la politique libérale du gouvernement vont à l’encontre de ses convictions17.

En avril 2014, Caroline De Haas est tête de liste en Île-de-France pour les listes « Féministes pour une Europe solidaire » pour les élections européennes de 201418. La liste obtient 0,29 % des suffrages exprimés19.

En janvier 2016, elle lance avec Elliot Lepers et Arnauld Champremier-Trigano la campagne « Primaire de gauche » qui vise à organiser une élection primaire pour désigner un candidat de gauche à l’élection présidentielle de 201720. Peu après, le 18 février 2016, elle initie avec des militants syndicaux la pétition « Loi Travail : non, merci ! » contre la réforme du code du travail proposée par la ministre Myriam El Khomri21. Deux semaines plus tard, la pétition recueille plus d’un million de signatures22.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

En juin 2013, Caroline De Haas crée Egaé, d’égal à égale, une société de conseil en relations publiques et communication (code NAF 7021Z)23,24. En 2015, elle fonde le groupe Egalis25 qui rassemble trois entreprises dédiées à l’égalité femmes-hommes26 (Egaé, d’égal à égale, Équilibres et Autrement Conseil)27 et dont elle est directrice associée28. Le groupe co-anime le site expertes.eu destiné à améliorer la visibilité des femmes dans l’espace public et les médias3.

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Une conquête inachevée : le droit des femmes à disposer de leur corps, Ouvrage collectif coordonné par Valérie Haudiquet, Maya Surduts, Nora Tenenbaum, 2008 Éditions Syllepse (ISBN 978-2-84950-14-81) 29.

Références

  1.  « Caroline DE HAAS » [archive], sur BFMTV
  2. ↑ abc et d « Caroline de Haas, la militante qui combat la réforme du code du travail » [archive], sur Le Monde,‎ 4 mars 2016
  3. ↑ ab et c Mathilde Siraud, « Qui est Caroline De Haas, à l’origine de la pétition contre la loi El Khomri? » [archive], sur Le Figaro,‎ 26 février 2016 (consulté le 27 février 2016)
  4. ↑ a et b « L’équipe » [archive], sur Egalis (consulté le 23 février 2016)
  5. ↑ a et b « Profil public » [archive], sur LinkedIn
  6.  « Entretien réalisé le 25 novembre 2006 » [archive], sur generationmilitante.fr
  7.  « Caroline De Haas : Pour un féminisme tourné vers la jeune génération » [archive], sur Elle,‎ 16 octobre 2009
  8.  Caroline De Haas, « 75 000 femmes sont violées chaque année en France : la honte doit changer de camp ! » [archive], sur Humanité.fr,‎ 24 novembre 2010
  9.  « Caroline De Haas, le féminisme nouvelle génération » [archive], surPsychologies.com,‎ 8 mars 2011
  10.  « Caroline De Haas, porte-parole de « Osez le féminisme » » [archive], sur RFI,‎8 mars 2011
  11.  « Le nouveau manifeste des féministes » [archive], sur Libération,‎ 2 avril 2011
  12.  (en) Lizzie Davies, « How Dominique Strauss-Kahn’s arrest awoke a dormant anger in the heart of France’s women » [archive], sur The Observer,‎ 22 mai 2011
  13.  « Après Cologne, des féministes « dans le déni » pour Elisabeth Badinter » [archive], sur marianne.net,‎ 21 janvier 2016
  14.  « Interview de Caroline De Haas concernant la gestion de la communication de Benoit Hamon » [archive], sur TF1,‎ 2 avril 2010
  15.  « Arrêté du 24 mai 2012 portant nomination au cabinet de la ministre » [archive], surLégifrance
Publié dans : BIOGRAPHIE |le 8 mars, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente