Archive pour le 8 mars, 2017

Communiqué de « franceinfo »…………………..(08/03/2017)

Logo Francetv info

08 mars 2017
Drapeau français Elections 2017
Les #5 infos de la présidentielle aujourd’hui
Le ralliement de Delanoë à Macron, le ras-le-bol de Raffarin face au « Canard », la bourde de Collard…
le ralliement de Delanoë à Macron, le ras-le-bol de Raffarin face au "Canard", la bourde de Collard...
Grands discours, petites phrases, propositions chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu’au 7 mai 2017, date du second tour de l’élection présidentielle, franceinfo résume ce qu’il ne faut pas rater de l’actualité de la campagne. Voici l’essentiel à retenir de ce mercredi 8 mars.

#1 Le ralliement de Delanoë à Macron

L’ancien maire socialiste de Paris est sorti de sa réserve ce matin. Bertrand Delanoë a choisi l’antenne de France Inter pour annoncer son ralliement à Emmanuel Macron : « Il faut donner de la force au candidat qui pourra battre Marine Le Pen », a-t-il assuré en guise d’explication. L’ex-édile, qui considère pourtant Benoît Hamon comme « un ami », s’est montré particulièrement sévère avec le programme du candidat socialiste, qualifié de « dangereux ». « Il ne rassemble pas et n’est pas en mesure de produire du vrai progrès social », a-t-il lâché.

#2 La charge de Hamon contre Macron

En meeting hier soir à Marseille, le candidat socialiste s’en est, lui, justement pris à Emmanuel Macron. Confronté aux doutes de plusieurs ténors socialistes, Benoît Hamon a violemment attaqué le candidat d’En marche ! « Qui peut croire qu’aujourd’hui, réduire les dépenses publiques, diminuer le nombre de fonctionnaires, remettre en cause le système de retraite, remettre en cause le compte pénibilité, renvoyer le recrutement des écoles à la liberté des établissements, la remise en cause des rythmes scolaires, qui peut croire que ces solutions-là, qui sont les solutions qui partout ailleurs en Europe ont précipité la montée des extrémismes, qui peut croire que c’est le bon projet pour battre le Front national ? » s’est-il interrogé.

#3 La « persécution » de la justice dénoncée par Le Pen

La patronne du Front national ne compte pas laisser l’affaire des assistants FN au Parlement européen entraver sa conquête de l’Elysée. « Je ne me rendrai pas devant les magistrats pendant la campagne », a confirmé Marine Le Pen, interrogée sur RTL sur ces soupçons d’emplois fictifs. « Je pense qu’il y a une instrumentalisation de la justice, qui cherche à peser sur l’élection présidentielle », a-t-elle estimé. Selon la candidate, il y aurait « un fumet de persécution », auquel elle ne compte « pas se soumettre ».

#4 Le coup de gueule de Raffarin après les nouvelles révélations du « Canard enchaîné »

« Trop, c’est trop. » Voilà comment a réagi sur Europe 1 Jean-Pierre Raffarin après les nouvelles révélations du Canard enchaîné sur François Fillon. Le journal affirme que le candidat de la droite a obtenu, en 2013, un prêt de 50 000 euros de Marc Ladreit de Lacharrière, le propriétaire de la Revue des deux mondes, employeur de Penelope Fillon. « Aux avocats de répondre sur ces questions, (…) on doit rester sur les idées, sur nos projets », a botté en touche l’ancien Premier ministre.

#5 La grosse bourde électronique de Collard

Il a voulu réagir au tout nouveau ralliement de Bertrand Delanoë. « Les cars Macron remontent le temps : en marche arrière toute Delanoé [sic], Hue, Bayrou, Cohn-Bendit… », écrit Gilbert Collard ce matin dans un tweet repéré par Le Lab. Problème : le député apparenté FN du Gard a accompagné son message d’une capture d’écran, sur laquelle apparaît une liste d’identifiants et de mots de passe d’adresses e-mails à son nom, de compte Twitter, de « compte Assemblée » ou d’accès d’abonné à des sites d’info comme Le Figaro ou Le Monde.

Suivez-nous
Communiqué de twitter dans Politique google youtube instagram snapchat mobile
Publié dans:"AFFAIRES", Politique |on 8 mars, 2017 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……………(08/03/2017)

Libération

08 mars 2017
Laurent Joffrin
La lettre de campagne
de Laurent Joffrin

Janus Macronus

Macron, l’aiglon à deux têtes… Obsessionnellement centré sur le centre du centre, le leader d’En marche, telle l’araignée au milieu de la toile, capte les insectes qui viennent de la droite ou de la gauche. Il use pour ce faire de l’antique langue de guimauve des centristes, auquel le regretté Edgar Faure, apôtre de «l’indépendance dans l’interdépendance», a donné ses lettres de noblesse et qu’on nomme, à Sciences-Po ou à l’ENA, le «balancement circonspect». C’est une dialectique molle qui consiste à toujours équilibrer une première proposition par une deuxième qui vient l’atténuer. L’entretien fleuve qu’il a donné mardi à l’AFP, soigneusement tenu au milieu du courant, entre rive droite et rive gauche, en est l’illustration parfaite.

Giscard, qui était un Macron chauve, en a donné la clé avec sa célèbre formule du «oui, mais». Oui, Macron veut ouvrir mieux la naturalisation aux étrangers (gauche) mais il leur refuse le droit de vote (droite). Oui, il veut garder l’ISF (gauche), mais il veut le supprimer pour les détenteurs d’actions (droite). Oui, il veut garder les frontières ouvertes (gauche), mais il veut renvoyer sans faiblesse les sans-papiers (droite). Oui, il veut une société plurielle (gauche), mais aussi combattre «l’insécurité culturelle» (droite). Oui, il veut aider les entreprises (droite), mais aussi rendre du pouvoir d’achat aux salariés modestes (gauche). Oui, il comprend les riches (droite), mais il aime les pauvres (gauche). C’est un Janus bifrons, un sectateur du ying et du yang, un adepte de Mani, ce prophète persan fondateur de la religion manichéenne qui divisait l’univers en deux parties égales. Ses adversaires confirment d’ailleurs cette position centrale en lui adressant des critiques parfaitement symétriques : pour la droite, Macron est un socialiste déguisé, continuateur de Hollande ; pour la gauche, c’est un émule de Fillon. Ces procureurs comprendront peut-être un jour que ces tirs croisés tendent à s’annuler…

Le fusil à tirer dans les deux coins de Macron semble efficace. A son tableau de chasse, il a accroché une horde de centristes sans attache et de gaullistes abandonnés ; mais aussi un troupeau d’éléphants socialistes rebutés par Hamon le jeune loup, Bartolone, Delanoë, peut-être Le Drian et Ayrault. Dans les enquêtes d’opinion – encore transitoires –, il talonne Marine Le Pen et laisse à distance François Fillon. Et comme Fillon et Hamon se sont imprudemment écartés sur la droite et sur la gauche, ce chemin de crête devient une autoroute. Mène-t-elle à l’Elysée ? Pour l’instant, c’est lui qui en est le plus proche. Mais la vraie campagne commence.

C’était hier

Fillon a touché 50 000 euros de Marc Ladreit de Lacharrière sous la forme d’un prêt sans intérêt et sans échéance. Il a seulement oublié de l’inclure dans sa déclaration de patrimoine… Le député Thévenoud souffrait de phobie administrative. Fillon de phobie déclarative.

François Hollande met en garde avec insistance contre une victoire possible du Front national. L’inquiétude est sincère et beaucoup d’élus de terrain pensent que le vote Marine Le Pen est sous-estimé dans les sondages. Mais il y a peut-être aussi, dans cette posture de Cassandre, un calcul tactique. Dénoncer le danger FN, c’est par contrecoup favoriser le vote utile anti-Front. C’est-à-dire, dans la circonstance présente, le vote Macron.

François Bayrou, qui s’y connaît en centrisme, n’a guère d’indulgence pour ses camarades de l’UDI (les autres centristes). Il a dénoncé mercredi les «contorsions» et les «attitudes mercantiles» de l’UDI qui a validé mardi soir l’accord avec Les Républicains sur les investitures pour les législatives. «Vous voyez bien de quoi il s’agit exactement, c’est-à-dire d’attitudes mercantiles», «ils échangent des soutiens qu’ils rejetaient contre des circonscriptions. Il y a là quelque chose qui est pour moi moche». Il faut reconnaître que lui, Bayrou, dans une situation comparable en 2007 et 2012, a refusé d’aller à la soupe. Deux conceptions de la politique…

Laurent Joffrin
Publié dans:Politique |on 8 mars, 2017 |Pas de commentaires »

« Les opportunistes » (J.Dutronc) (08/03/2017)

Affaire Fillon : le palmarès des « retourneurs de veste »

Affaire Fillon : le palmarès des "retourneurs de veste"
François Baroin, Nicolas Sarkozy, Valérie Pécresse (Montage Obs – Photos : Witt, Euler, Astar / Sipa). (ontage Obs – Photos : Witt, Euler, Astar / Sipa)

Anti-Fillon un jour, pro-Fillon le lendemain… Ces derniers jours, nombre d’élus de droite ont lâché le candidat, avant de rapidement se raviser. Best of des retournements de veste les plus étonnants.

Sylvain Courage et Sébastien Billard Sylvain Courage et Sébastien Billard Publié le 08 mars 2017 à 06h17
Partager ce contenu

« Je suis pour le fillonisme, je suis pour le juppéisme, je suis pour le sarkozysme, parce que je suis opportuniste », pourrait chanter Dutronc. Le psychodrame autour de la candidature de François Fillon l’a montré : pour survivre en politique mieux vaut savoir retourner sa veste « toujours du bon côté ». Dauber sur Fillon, le jeudi. Le presser de se démettre, le vendredi. Convoquer la presse, le samedi… Et soutenir son programme, d’un tweet, le dimanche soir, pour mieux s’afficher à ses côtés, le lundi. Ils sont nombreux, le weekend dernier, à avoir tourné casaque. Voici notre palmarès de l’élégance !

Affaire Fillon : « Une trêve judiciaire serait dangereuse »

Prix « sans vergogne » : Valérie Pécresse

Changer d’avis à plusieurs reprises en l’espace de quelques semaines, voire quelques jours, ne pose à l’évidence aucun problème à la présidente de la région Île-de-France. En la matière, elle fait même figure de championne toutes catégories des « girouettes ». Soutien de François Fillon lorsque celui-ci briguait la présidence de l’UMP, en 2012, l’élue avait finalement décidé de se ranger au dernier moment derrière Alain Juppé, quelques jours avant le premier tour de la primaire de la droite. Une première trahison et surtout un vrai manque de flair politique ! Mais peu importe, Valérie Pécresse est très vite retombée sur ses pieds en re-ralliant François Fillon, dès la victoire de ce dernier acquise.

Dimanche, la récidiviste Pécresse fut à deux doigts de trahir une deuxième fois Fillon. Avec Christian Estrosi et Xavier Bertrand, elle est montée au créneau en début de journée, pour proposer une « sortie respectueuse » et promouvoir la solution Juppé. Mais de cette initiative humanitaire, il n’était plus du tout question quelques heures plus tard. Dans la soirée, après le rassemblement de François Fillon au Trocadéro et sa « brillante » prestation au 20h de France 2, les trois présidents de région sont vite rentrés dans le rang, réitérant finalement leur soutien, sur Twitter, au Sarthois…

L’OBS

Publié dans:Politique |on 8 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Flash « franceinfo »……………………….(08/03/2017)

Logo Francetv info

  09h02
Alerte info
Présidentielle : Bertrand Delanoë, l’ancien maire socialiste de Paris, annonce son soutien à Emmanuel MacronL’ancien maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, a annoncé mercredi 8 mars sur France Inter son soutien à Emmanuel Macron, le candidat du mouvement En Marche ! pour la présidentielle. « Le candidat qui se rapproche le plus de mes convictions de socialiste réformiste, européen, réaliste, c’est Emmanuel Macron. »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Politique |on 8 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente