Archive pour le 10 mars, 2017

Communiqué « franceinfo »……………………..(10/03/2017)

Logo Francetv info

10 mars 2017
Drapeau français Elections 2017
Les #5 infos de la présidentielle aujourd’hui
Juppé parraine Fillon, Peillon implore ses camarades PS, Asselineau et Le Pen ont leurs parrainages…
Juppé parraine Fillon, Peillon implore ses camarades PS, Asselineau et Le Pen ont leurs parrainages...
Grands discours, petites phrases, propositions chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu’au 7 mai 2017, date du second tour de l’élection présidentielle, franceinfo résume ce qu’il ne faut pas rater de l’actualité de la campagne. Voici l’essentiel à retenir ce vendredi 10 mars.

#1 Juppé parraine Fillon…

En annonçant son renoncement « définitif », le 6 mars, Alain Juppé a eu des mots très durs à l’égard de François Fillon, évoquant un « gâchis » et « l’obstination » du candidat de la droite. Mais ce matin, le maire de Bordeaux a voulu montrer sa loyauté envers son camp en annonçant avoir donné son parrainage à son ancien rival. « Même simple passager, je ne quitte pas le navire dans la tempête », écrit-il sur Twitter.

#2 … pendant que Macron drague les juppéistes

Si Alain Juppé reste donc fidèle à son camp, ses proches et surtout sa base semblent déboussolés. Emmanuel Macron l’a visiblement bien compris et tente de les convaincre de le rejoindre. Lors d’une réunion hier soir à Talence (Gironde), le candidat d’En marche ! a ainsi rendu un hommage appuyé au maire de Bordeaux, « un grand responsable français, un maire respecté qui a transformé sa ville ». Il poursuit aujourd’hui son opération séduction des juppéistes en se rendant à Bordeaux.

#3 Peillon implore ses camarades : « Restez au PS ! »

Invité de franceinfo ce matin, l’ex-candidat à la primaire lance un message aux élus tentés par le vote Macron : « Restez au Parti socialiste ! » Pour Vincent Peillon, « on voit bien ce qui se joue et qui est extrêmement grave ». « Maintenez votre unité quoi qu’il se passe, dans l’intérêt du pays et dans l’intérêt de votre famille politique », explique-t-il. François Hollande doit-il prendre position et soutenir Benoît Hamon ? Interrogé à ce sujet, l’ancien ministre de l’Education nationale est clair : « Oui, il devra s’exprimer. »

#4 Deux nouveaux candidats annoncés

Après François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Nathalie Arthaud et Nicolas Dupont-Aignan, c’est au tour de Marine Le Pen et, plus étonnamment, de François Asselineau de décrocher leurs 500 parrainages requis selon un nouveau décompte du Conseil constitutionnel. La présidente du FN obtient 577 parrainages tandis que le candidat de l’Union populaire républicaine en totalise 524. Jean-Luc Mélenchon n’a toujours pas atteint le nombre fatidique, puisqu’il n’a recueilli que 432 parrainages, mais il devrait se qualifier lors de la prochaine vague. En revanche, ça s’annonce beaucoup plus compliqué pour Philippe Poutou, le candidat du NPA, qui n’a que 245 parrainages. La date limite pour déposer les signatures est fixée au 17 mars.

#5 Asselineau drague les maires des petites communes

Candidat surprise de cette élection, François Asselineau est parti très tôt en campagne. Et ses militants ont réussi à convaincre les maires de petites communes de le parrainer, parfois sans connaître le personnage et ses idées. « Ce n’est pas pour le candidat que je l’ai fait, mais pour la personne qui est venue me le vendre, confie à franceinfo Serge Cardonne, maire de Puycasquier (Gers). Il sait s’entourer de personnes qui savent convaincre. » « J’ai été contactée par un militant de François Asselineau. Je l’ai écouté et puis voilà, j’ai voulu faire plaisir », renchérit Huguette Della-Giorgia, maire de Feissons-sur-Salins (Savoie).

Suivez-nous

Publié dans:Politique |on 10 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Flash « franceinfo »…………………………(10/03/2017)

Logo Francetv info

  12h44
Alerte info
Soupçons d’emplois fictifs : un nouvel assistant parlementaire d’une eurodéputée FN mis en examen pour « recel d’abus de confiance »L’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs chez les assistants parlementaires frontistes au Parlement européen progresse. Charles Hourcade, collaborateur de la l’eurodéputée FN Marie-Christine Boutonnet, a été mis en examen pour « recel d’abus de confiance », a appris franceinfo vendredi 10 mars de source judiciaire, confirmant une information du Parisien. Cette mise en examen, intervenue lundi, est la deuxième dans ce dossier, après celle de Catherine Griset, cheffe de cabinet de Marine Le Pen. La justice cherche à savoir si le Front national a utilisé des fonds européens pour payer le salaire d’employés qui travaillaient en réalité en France, en leur faisant signer des contrats d’assistants au Parlement européen.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 10 mars, 2017 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin………………………(10/03/2017)

Libération

10 mars 2017
Laurent Joffrin
La lettre de campagne
de Laurent Joffrin

Le grand oral de «petit Benoît»

Hamon a livré hier soir sur France 2 une prestation fort honorable. Calme, sympathique, il a répondu avec précision à une série d’interrogateurs peu amènes. Sa mise au point sur le travail, face au souriant cuisinier Thierry Marx, était bienvenue ; son nouveau revenu universel-non universel a l’avantage d’être finançable ; on ne peut pas reprocher au candidat socialiste de proposer une mesure utopique puis, une fois le projet ramené à plus de réalisme, souligner son manque d’ambition. Il veut améliorer le sort des plus pauvres ? Quel crime !

De même on ne peut pas pousser les hauts cris quand il évoque une restructuration de la dette française et se gausser quand il revient en arrière pour plaider une mutualisation européenne ; c’était à l’origine une proposition allemande, récusée par Angela Merkel, mais qui n’a rien de farfelu. Au vrai, en rachetant massivement des titres, la Banque centrale européenne mutualise sans le dire.

Question décisive : Benoît Hamon fait-il président ? La réponse est nécessairement subjective. Mais beaucoup se la posent.

Deux faiblesses, en tout cas. L’attaque contre Macron est purement rhétorique. L’argument «vous faites monter le Front national» est un pont-aux-ânes de la polémique publique. On peut l’employer dans tous les sens. Si le libéralisme favorise le Front national, Sarkozy et Fillon sont coupables, plus que Macron. Si c’est l’Europe, tous les pro-européens sont coupables, Hamon compris. Si c’est l’ouverture des frontières, le mondialisme libéral et l’altermondialisme se retrouvent tous deux sur le banc des accusés. Comme il y a des partis nationalistes dans la plupart des pays européens, quel que soit leur système social ou leur performance économique, il y a fort à parier que les facteurs culturels jouent un rôle aussi important que la situation sociale. Pas de causalité simple, donc. Difficile d’en tirer un réquisitoire sommaire contre tel ou tel.

Quant au point central du projet hamoniste, le rapport au travail, il souffre d’une contradiction interne. A moins d’une baisse d’attention coupable, on n’a pas entendu prononcer le mot chômage dans cette émission, alors que le sous-emploi reste le fléau de la société française. Hamon postule que la croissance ne reviendra pas et Jadot dit que c’est une bonne chose (pour sauvegarder la planète). Qui le sait ? Elle ne remontera pas à 5% par an, certes. Mais à 1,5 %, seuil au-delà duquel le chômage commence à diminuer ? Hamon récuse la politique de l’offre et prévoit une augmentation du pouvoir d’achat pour les classes défavorisées. N’est-ce pas qu’il compte sur une demande plus forte pour favoriser l’activité et la création d’emplois ? Sur la croissance, donc…

C’était hier

L’impudence frontiste est frontale. Marine Le Pen condamne sans pitié les «politiciens corrompus», les emplois fictifs et le détournement de l’argent public. Sauf quand elle est elle-même accusée. Dans ce cas, elle refuse de répondre à la convocation des juges. C’est la force du réquisitoire «anti-système», qui repose sur un affect et s’évade de toute raison. Quand il est corrompu, on dénonce «le système». Quand il lutte contre la corruption, on le dénonce aussi.

Macron veut amadouer les partisans de Juppé, accusé par les conservateurs fillonistes de représenter la droite molle. Il reçoit le soutien de Bertrand Delanoë, auquel la gauche de gauche reproche son demi-socialisme et son demi-libéralisme. Un mou à droite, un mou à gauche.

Un certain Asselineau, François de son prénom, a obtenu ses 500 parrainages. C’est un ancien énarque souverainiste et pasquaïen, complotiste sur les bords, qui accuse les médias de passer sous silence son magnifique message. Il veut sortir de l’Europe. Comme Dupont-Aignan et Marine Le Pen disent la même chose, on peut légitimement se demander à quoi il sert. Ses affiches sont apposées à la sortie des métros parisiens. Un candidat souterrain, en quelque sorte. Mais écrire cela, c’est se désigner d’avance comme membre du complot.

Laurent Joffrin
Publié dans:Politique |on 10 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Fumeurs, attention…………..(10/03/2017)

Si vous ne parvenez pas à lire cet email, visualisez la version en ligne.
Fumeurs, attention..............(10/03/2017) dans Economie header_alerte
bandeau_alerte dans Economie
bandeau_bottom
  dot   dot  
ALERTE > Le prix des paquets de cigarettes les moins chers en hausse de 10 à 20 centimes
Publié dans:Economie |on 10 mars, 2017 |Pas de commentaires »

L’édito de Laurent Joffrin………………………..(10/03/2017)

EDITORIAL

Pow-wow

Par Laurent Joffrin — 9 mars 2017 à 20:36
  • Pow-wow

ÉditoIl y a une injustice faite à Benoît Hamon dans cette campagne : le considérer de manière un peu condescendante comme un aimable utopiste, un candidat pour l’honneur, un gentil animateur de colloques sur l’avenir de la gauche, qui fait de la figuration dans un scrutin trop important pour lui. Or, il a déjà réussi ce qu’on croyait impossible : renouveler le vieux logiciel socialiste, dessiner une perspective de long terme et ramener du même coup au PS une partie de la jeunesse, en même temps que des électeurs en mal d’identité politique. Quant à l’irréalisme supposé de ses propositions, il a répondu sur plusieurs points importants. Son projet européen en vaut bien d’autres et il a le grand mérite de proposer une démocratisation qui fait tant défaut à l’Union. Son «revenu universel» a été chiffré et les étapes de son introduction précisées, ce qui renvoie à bien plus tard, après un vaste pow-wow national, une généralisation qui pose de redoutables problèmes de financement. Dans l’immédiat, il s’agit de revaloriser le revenu des couches les plus modestes, ce qui nous change des augmentations de dividendes et des déploiements de parachutes dorés qui émaillent l’actualité. Quant à l’aspect écologique de son programme, qui peut dire qu’il est décalé alors que chaque jour apporte la preuve des dégâts infligés à la planète par un mode de production toujours aussi agressif ? Reste une question qui est centrale dans cette campagne : celle du travail. Ou, plus exactement, de la pénurie annoncée de travail vers laquelle nous nous dirigerions inexorablement. C’est un point sur lequel les économistes se divisent âprement. Au sein de la gauche, beaucoup ne croient pas à cette fatalité, par exemple chez les ultrakeynésiens qui entourent Mélenchon, ou chez les sociaux-libéraux qui conseillent Macron. Hamon a pris sur ce point une option radicale. Mais peut-on bâtir un programme présidentiel immédiat sur une tendance de long terme qui demande à être vérifiée ? Surtout quand le mal principal reste le chômage de masse qui mine la société française ?

Laurent Joffrin

Liberation.fr
Publié dans:Politique |on 10 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente