Archive pour le 23 mars, 2017

Heureusement, il ne s’agissait pas de sous-vetêments..(23/03/2017)

Logo Francetv info

  21h23
Alerte info
François Fillon : « J’ai eu tort d’accepter » les costumes offerts par l’homme d’affaires Robert Bourgi, « je les ai rendus ». Regardez « L’Emission politique » en directTenter d’enrayer la chute dans les sondages et convaincre les Français sur son programme. A un mois jour pour jour du premier tour de l’élection présidentielle, François Fillon est l’invité de « L’Emission politique » sur France 2, jeudi 23 mars à partir de 21 heures. « J’ai eu tort d’accepter » les costumes offerts par l’homme d’affaires Robert Bourgi, « je les ai rendus », a affirmé l’ancien Premier ministre en début d’émission.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 23 mars, 2017 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin…………..(23/03/2017)

Libération

23 mars 2017
Laurent Joffrin
La lettre de campagne
de Laurent Joffrin

Comme par hasard…

Entre House of Cards et X-Files. Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, «chargé de la mobilisation dans la campagne de François Fillon», a trouvé un bon moyen de mobiliser les électeurs : dénoncer le ténébreux complot qui vise son candidat. «Vous voyez bien que, comme par hasard, il y avait un problème avec M. Le Roux […] et on nous sort une nouvelle affaire, a-t-il dit sur RTL. […] On assiste chaque jour à l’organisation d’une manipulation globale.» Peu après, François Fillon lui-même a repris la formule : «Comme par hasard, le Parti socialiste, M. Macron, M. Hollande, se jettent sur ces pseudo-révélations.»

La locution «comme par hasard» est l’une des plus commodes dans l’arsenal rhétorique des campagnes. Elle permet d’accuser n’importe qui de n’importe quelle manœuvre subreptice, sans que l’interlocuteur puisse répondre. Comment prouver, en effet, que c’est bien le hasard qui explique telle ou telle coïncidence ? Celui qui s’y risque passe aussitôt pour un naïf qui ignore les véritables ressorts de la vie politique. Comme on disait dans le vénérable X-Files, «la vérité est ailleurs».

Tous les camps, tous les candidats peuvent y recourir. C’est le propre des propositions «infalsifiables», comme disait Karl Popper, elles sont parfaitement réversibles. Ainsi le gouvernement pourrait répondre à Ciotti : le projecteur des affaires était braqué sur Fillon, «comme par hasard» les médias (manipulés, bien sûr) sortent l’affaire Le Roux, qui relativise les ennuis du candidat LR. Manipulation !

Même chose au FN. Marine Le Pen semble bien placée pour franchir le premier tour ? «Comme par hasard», la justice s’intéresse à l’activité – ou à la non-activité – de son assistante parlementaire. Le Parlement européen est d’ailleurs complice de cette obscure opération, puisqu’il réclame, «comme par hasard», le remboursement des sommes touchées pour payer ladite assistante. Manipulation !

Benoît Hamon a fait un bon discours dimanche. «Comme par hasard», trois instituts de sondages le donnent en baisse. Vous croyez que c’est seulement le reflet de l’opinion ? Vous êtes naïfs. Tout le monde sait, comme le disent par exemple les partisans de Jean-Luc Mélenchon, que les sondages sont financés «par les multinationales». La preuve : les mêmes instituts placent Mélenchon à environ 12% depuis des semaines, accréditant l’idée d’une campagne qui ne décolle pas. On veut soumettre les Insoumis. Manipulation !

Emmanuel Macron s’installe à la place du favori ? Eminemment louche. Outre qu’elle se lit dans les sondages (manipulés, voir supra), cette place est aussi le résultat de l’action oblique des «forces de l’argent». C’est Hamon qui le dit très benoîtement. Il ne cesse de suggérer que Macron est financé par des personnages aussi douteux que puissants. La preuve ? Il refuse de donner la liste de ses donateurs. Manipulation !

Enfin, «comme par hasard», cette lettre s’inquiète de la psychose du complot qui tend à l’installer au cœur de la campagne et qui marque une régression démocratique, favorable avant tout aux extrêmes. C’est bien pour camoufler l’influence occulte des maîtres cachés de l’élection (suivez mon regard…), de manière à tromper un peu plus l’électeur. Autrement dit, ce que vous venez de lire montre que l’auteur, lui aussi, est de mèche dans ce vaste complot. Manipulation !

Et aussi…

• Le Drian a franchi le rubicon. Le populaire ministre de la Défense a rejoint Emmanuel Macron. Etonnant ? Pas sûr. Celui qui fut longtemps maire de Lorient accueillait dans les années 80 une petite bande delorienne qui s’était baptisée «les transcourants». Un opuscule avait livré sa philosophie très réformiste, signé Jean-François Trans. Le transparent pseudonyme réunissait cinq mousquetaires de la «gauche moderne», quatre Jean et un François : Jean-Pierre Jouyet, Jean-Pierre Mignard, Jean-Michel Gaillard (mort depuis), Jean-Yves Le Drian et François Hollande. Jouyet a rejoint le gouvernement Sarkozy en 2007 avant de revenir vers Hollande. Jean-Pierre Mignard et Jean-Yves Le Drian sont chez Macron. Transcourants ou transfuges ? Reste tout de même François Hollande…

•Les candidats ont publié l’état de leur patrimoine. Comme d’hab, c’est celui de Fillon qui pose le plus de questions. Prêts familiaux, transactions incertaines, contrats discrets… Décidément, le candidat LR tend à s’emmêler dans les comptes, lui qui joue depuis toujours les pères la rigueur. Mélenchon n’est pas pauvre, loin de là. Il est vrai qu’il a été ministre, sénateur et qu’il est député européen. Rien de louche là-dedans, seulement un niveau de vie confortable, logique pour un élu en fin de carrière. Marine Le Pen est également prospère. La candidate «du peuple» possède des parts dans un château et quelques bien immobiliers supplémentaires. Macron déclare l’un des plus petits patrimoines, ce qui est paradoxal pour un ancien banquier d’affaires. Mais il est encore en début de carrière… Dupont-Aignan, candidat de Debout la France, est assis sur un magot rondelet. Hamon possède un patrimoine immobilier désirable, quoique très cohérent avec son parcours. Arthaud et Poutou sont trotskystes jusque dans leur maigre fortune. Une remarque, tout de même, qui devrait calmer les ardeurs poujadistes qui flottent dans l’air du temps : eu égard aux compétences requises pour arriver à ce niveau de la vie politique, ces patrimoines restent tout à fait raisonnables. Les mêmes qualités déployées dans le privé auraient rapporté beaucoup plus. Comme quoi, contrairement à une idée reçue, l’argent n’est pas tout pour les ambitieux.

Laurent Joffrin
Publié dans:Politique |on 23 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Flash « franceinfo »…………….(23/03/2017)

Logo Francetv info

  13h22
Alerte info
Le groupe Etat islamique revendique l’attaque de Londres. Suivez notre directLe groupe Etat islamique a revendiqué l’attaque de Londres via son organe de communication Amaq, jeudi 23 mars, sur la messagerie Telegram. L’identité de l’assaillant présumé reste toujours inconnnue. Abattu devant le Parlement, cet homme était britannique et connu du renseignement britannique comme un « extrémiste », a annoncé la Première ministre, Theresa May.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:TERRORISME |on 23 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Flash « franceinfo »………………………..(23/03/2017)

Logo Francetv info

  14h31
Alerte info
Un homme tente de foncer dans la foule à Anvers avant d’être arrêté, le véhicule était immatriculé en France. Suivez notre directLe conducteur d’un véhicule a été arrêté par la police à Anvers (Belgique), jeudi 23 mars, après avoir tenté de s’engager à vive allure dans une rue commerçante et de foncer dans la foule, annonce la police belge. Des policiers et des militaires ont été déployés en renfort dans la ville. Le véhicule utilisé était immatriculé en France, précise la police belge.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:TERRORISME |on 23 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Les infos de « franceinfo »………….(23/03/2017)

Drapeau français Elections 2017

Les #5 infos de la présidentielle aujourd’hui
Le Drian va (enfin) rallier Macron, La Réunion chante pour En marche !, le camp Fillon s’inquiète…
Le Drian va (enfin) rallier Macron, La Réunion chante pour En marche !, le camp Fillon s'inquiète...
Grands discours, petites phrases, propositions chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu’au 7 mai 2017, date du second tour de l’élection présidentielle, franceinfo résume ce qu’il ne faut pas rater de l’actualité de la campagne. Voici l’essentiel à retenir de ce jeudi 23 mars.

#1 Le Drian rallie (enfin) Macron

Maintes fois annoncé, le soutien de Jean-Yves Le Drian doit devenir officiel ce jeudi, annonce Ouest-France. Le ministre de la Défense annoncera son soutien au candidat d’En marche ! aux vice-présidents du Conseil régional de Bretagne qu’il dirige. Par ailleurs, un entretien qui explique les raisons de son ralliement sera publié par le quotidien régional. Après Barbara Pompili et Thierry Braillard, il est le troisième membre du gouvernement à rallier Emmanuel Macron.

#2 Fillon et Hamon baissent encore, selon un sondage

A un mois, jour pour jour, du premier tour, Emmanuel Macron et Marine Le Pen confortent leur avance sur leurs concurrents, selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions publié ce jeudi. Selon cette enquête, réalisée après le premier débat télévisé, l’ancien ministre de l’Economie arriverait en tête au premier tour, avec 26% des intentions de vote, talonné par la candidate frontiste (25%). Toujours empêtré dans ses affaires, François Fillon chute de deux points et arriverait troisième, avec 18% des voix.

Par ailleurs, Benoît Hamon perd 1,5 point en deux semaines, quand Jean-Luc Mélenchon en gagne autant. Résultat : le candidat socialiste rétrograde en cinquième position (12,5%) et se fait doubler par le candidat de La France insoumise (13,5%).

 

#3 Les fillonistes s’inquiètent

« On est à trente jours du premier tour, il peut arriver un accident industriel », s’alarme un « filloniste de la première heure », dans Le Figaro (article réservé aux abonnés). Le quotidien explique que, en privé, l’équipe de campagne de François Fillon s’alarme de la tournure prise par la campagne, alors que le candidat de la droite est distancé dans les sondages. « Là, c’est la chute », constate l’un des lieutenants de l’équipe. « Il y a eu une rupture la semaine dernière sur le terrain, liée à l’affaire des costumes » offerts à François Fillon, poursuit un député LR.

#4 Les Réunionnais offre une chanson à Macron

Il s’agit d’une tradition locale, explique Outre-mer 1ère. Avant son déplacement à La Réunion les 25 et 26 mars, Emmanuel Macron est l’objet d’un « séga », un chant traditionnel réunionnais, utilisé par les politiques locaux. La vidéo a été mise en ligne par Thierry Robert, député-maire de de Saint-Leu. En créole, les paroles (entêtantes) sont résumées par Outre-mer 1ère : « Vote pour Macron, notre pays a besoin d’un bon président. Il sait comment il faut faire pour mettre le peuple dans la lumière. L’Outre-mer mérite un bon dirigeant. »

#5 Le patrimoine des candidats se dévoile

C’est une première : les déclarations de patrimoine des onze candidats à l’élection présidentielle ont été publiées mercredi soir par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Des déclarations certifiées sur l’honneur mais non contrôlées. Qui a le plus gros patrimoine immobilier ? Quel candidat a des comptes à découvert ? Qui ne possède pas de voiture ? Et qui est un gros collectionneur de montres ? Franceinfo a répéré huit éléments marquants de ces documents.

Suivez-nous
Les infos de
Publié dans:Politique |on 23 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Mais Hamon va bientôt être le « frondeur solitaire »…..(23/03/2017)

Logo Francetv info

  07h44
Alerte info
Présidentielle : le secrétaire d’Etat aux Sports, Thierry Braillard, annonce à son tour son soutien à Emmanuel MacronEt de deux. Après Barbara Pompili, Thierry Braillard est le deuxième membre du gouvernement à soutenir Emmanuel Macron dans la course à la présidentielle. Le secrétaire d’Etat aux Sports a annoncé, jeudi 23 mars sur RTL, son ralliement « dès le premier tour » au candidat d’En marche !.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Politique |on 23 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Sans oublier nos « amis » les frondeurs……………….(23/03/2017)

Le Roux, Cahuzac, Trierweiler… Comment Hollande a été trahi par les siens

Le Roux, Cahuzac, Trierweiler... Comment Hollande a été trahi par les siens
François Hollande, le 21 mars 2017 (JEFF PACHOUD / AFP)

EDITO. Le président français rêvait d’incarner une République exemplaire. Un modèle à la scandinave. Les ripoux de sa famille, peu regardants sur la morale publique, l’ont trahi allègrement. La liste commence à être longue.

Serge Raffy Publié le 23 mars 2017 à 07h11

Il voulait être le président d’une République exemplaire, propre sur elle, nickel chrome, rutilante comme une voiture de collection. François Hollande, l’homme qui ne murmurait pas à l’oreille des banquiers, pas plus qu’à celles des patrons du CAC 40, si peu intéressé par l’argent, droit dans ses bottes corréziennes, celle d’une France profonde qui respectait la parole donnée, les petites gens, les galériens des fins de mois, rêvait à voix haute d’un modèle scandinave. Il devait en être l’incarnation, le porte-voix. Un type honnête, citoyen parmi les citoyens.

Ce quinquennat maudit l’a transformé en président de toutes les trahisons. D’abord celle de sa compagne, Valérie Trierweiler, qui, par un tweet, sapait, dès les premiers jours, son autorité naissante. Premier coup de poignard, suivi, plus tard, d’un livre de confidences fielleuses, ravageur pour l’autorité présidentielle. Puis vinrent les frondeurs, conjurés professionnels, adeptes de l’étranglement par derrière. Les Martine Aubry, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, et leurs affidés, après avoir juré fidélité et soutien à Hollande, le soir de son triomphe à la primaire de la gauche, lui tournèrent le dos au premier coup de vent. Un véritable vol d’étourneaux. Le Hollande bashing était né, non pas venu de la droite, mais, bien plus pernicieux, de la maison socialiste elle-même. On n’est jamais mieux trahi que par les siens…

Cahuzac, Morelle, Macron

Dans ce contexte de grande fragilité, un autre Judas surgit sur le chemin d’épines du président : Jérôme Cahuzac, le Pinocchio des comptes offshore. L’affaire n’aurait pu être qu’un accident de parcours. Hélas, la série noire ne faisait que commencer, ponctuée, un temps, par l’épisode croquignolesque du cireur de chaussures de son conseiller, Aquilino Morelle. L’exemplarité présidentielle commençait à sentir le roussi. Dans ce maelström, on remarqua à peine la création, par le chef de l’Etat, de la Haute Autorité de la transparence de la vie publique, ainsi que la mise en place du parquet national financier, deux mesures visant à l’assainissement en urgence de nos mœurs politiques.

François Hollande : lui, enterré vivant 

Tout occupé à suivre à la loupe l’inflexion de la courbe du chômage, le président vit à peine venir la « désertion » de son petit protégé, Emmanuel Macron, l’oisillon qu’il couvait avec une bienveillance naïve de mère méditerranéenne. Il y eut, bien sûr, l’opération « étouffement » de Manuel Valls, le lieutenant aux dents longues qui le poussait, dans la dernière ligne droite, à grandes ruades, vers la case « retraite ». Une petite trahison, en somme, car les deux hommes n’ont jamais travaillé en toute confiance, malgré la loyauté affichée à chaque occasion.

Hollande, trahi par lui-même ?

Hollande, prince des dupés ? Le petit dernier des mauvais bougres venus ternir son quinquennat, pourtant pas si sombre, Bruno Le Roux, est, il faut l’espérer, le dernier coup de pied de l’âne asséné à François le Balafré. Qui l’eut cru ? Le Roux accepta de devenir ministre de l’Intérieur de son mentor, malgré le petit secret qu’il gardait sur les emplois familiaux de ses mômes. Croyait-il pouvoir échapper à la patrouille ? Le Roux, le bon soldat, l’homme de toutes fidélités, gardien implacable de l’orthodoxie hollandaise, pris la main dans le sac d’un petit arrangement avec la morale.

C’est sans doute le coup le plus rude encaissé par ce président qui aimerait que le supplice s’arrête, qu’on lui laisse finir son mandat en roue libre, dignement. Terrible destin pour un homme aux mains propres, jamais piégé par les délices du pouvoir, cerné par des renégats indignes de sa confiance. Comment éluder la question : après tout, n’est-ce pas lui qui les a choisis ? Et, d’une certaine manière, en les nommant, ne s’est-il pas trahi lui-même ?

Serge Raffy

Serge Raffy

Serge Raffy

Journaliste

l’Obs

  • Voir son profil00000000000000000000000000000000000000
  • +++++++++++++++++++++++++++++++00++0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

000000000000000+0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Publié dans:Politique |on 23 mars, 2017 |Pas de commentaires »

L’édito de David Vann………………….(23/03/2017)

Il est temps de tuer Dieu et la patrie

ÉditoJe suis heureux et honoré d’écrire l’éditorial de Libé aujourd’hui, particulièrement parce que mes romans sont existentialistes et que j’ai été très marqué par Sartre. Il n’y a peut-être jamais eu d’époque plus importante pour l’existentialisme que maintenant. Devant l’absurdité récurrente des Trump et autres phénomènes nationalistes de droite tels que le Brexit, les Le Pen, Wilders, Grillo et compagnie, nous avons des raisons de nous sentir effrayés et désorientés. Etant donné que les masses populistes qui votent pour des autoritaristes à peine déguisés et des aspirants dictateurs sont largement influencées par la religion, l’athéisme offre une porte de sortie. C’est sur ces masses-là que je voudrais m’attarder aujourd’hui, et sur notre combat contre Dieu.

Les menaces qui pèsent sur la France et sur l’Amérique, qu’elles soient internes ou viennent de l’extérieur, ont Dieu pour origine. Bien que le respect de la liberté religieuse soit une pierre angulaire de la démocratie occidentale, force est de reconnaître que les religions elles-mêmes n’apportent aucune liberté, mais plutôt l’asservissement et la perspective d’une guerre inéluctable. Dans les universités, nous avons tendance à penser que le débat autour de Dieu s’est achevé au XIXe siècle, aussi sommes-nous devenus complaisants et avons-nous oublié que notre mission première de créer un monde sécularisé demeure. C’est le but même de l’éducation.

La guerre religieuse doit toujours être envisagée sous ses deux angles. De jeunes musulmans attaquent des populations civiles en France et en Amérique ou ailleurs, favorisant l’élection de chefs de guerre chrétiens racistes et anti-immigrants, tels que George W. Bush ou Donald Trump, qui vont en retour châtier le Moyen Orient, suscitant de nouveaux recrutements de jeunes musulmans désireux de tuer des civils. C’est une boucle sans fin. La seule façon de parvenir à, peut-être, y mettre fin serait de s’attaquer à notre part de responsabilité, c’est-à-dire à la tâche quasi impossible de démontrer aux dizaines de millions d’électeurs religieux nationalistes des pays occidentaux que leurs croyances sont tout simplement infondées.

Aux Etats-Unis, dans un coin rural de la Floride, je me retrouve à devoir convaincre mes voisins que les faits existent ; que l’Associated Press ou le New York Times sont des sources plus crédibles que Fox ou Breitbart ; que des millions de Syriens ne vont pas venir leur piquer leurs emplois, que la grandeur de l’Amérique n’existe pas et ne devrait pas être recherchée, et que la devise du pays, «God Bless America» – que Dieu bénisse l’Amérique – ne devrait plus jamais être prononcée. En France, vous êtes confrontés à la même chose. Chacun devrait convaincre ses voisins qu’un gouvernement très à droite est plus dangereux que les terroristes, que la France ne devrait pas poursuivre des rêves de grandeur et que Dieu est mort.

Il y a 70 millions de catholiques en Amérique, et leur vote est l’aspect dont on parle le moins dans l’élection de Trump. Nombre d’entre eux sont ce qu’on appelle aux Etats-Unis des single issue voters – des électeurs qui se mobilisent sur un seul et unique sujet – qui ont voté pour Trump simplement pour voter contre l’avortement. Tant que nous ne comprendrons pas à quel point la religion sape tous nos efforts pour créer un monde ouvert, démocratique et pluraliste fondé sur les faits avérés, la raison et la loi séculière, nous ne pourrons pas remporter ce combat.

Il nous reste encore à éradiquer les références religieuses de toute notre législation, par exemple. Entre les lois américaines sur le divorce, qui punissent injustement quiconque veut briser le sacrement du mariage, et la difficulté qu’il y a à bannir la burqa de France sous prétexte qu’une telle décision cible une religion au détriment de la liberté de culte, des débats difficiles nous attendent, qui remettent en cause le mode et la raison d’être mêmes du gouvernement de nos pays.

Ce qui est en jeu ? Tout. L’avènement de Trump montre au moins une chose : la vitesse choquante à laquelle une démocratie occidentale s’écroule. Bon nombre de nos institutions bâties pour protéger les citoyens dans leur foyer et sur leur lieu de travail, ainsi que l’environnement naturel dans lequel ils vivent sont en train de se dissoudre. Le déni patent des faits et de la science est devenu acceptable. De nouveaux abysses de sexisme et de racisme sont devenus normaux. La fin de la coopération, de la diplomatie et du commerce internationaux est possible. Une guerre mondiale contre la Chine et la Russie, avec la Corée du Nord ou Taiwan pour point de départ, est désormais envisageable alors que ça n’aurait jamais dû l’être.

Trump se moque de ce qu’on écrit à son sujet, et se moque des faits. Marine Le Pen non plus ne tiendra pas compte de ce que j’écris ici. Mais les supporteurs des apprentis dictateurs sont des gens normaux. Sur le plan démographique, ils sont plutôt plus vieux, blancs, ruraux, pas riches, pas très bien éduqués et tout à fait religieux. Nous devons aller les chercher. Nous devons trouver des moyens de tuer leur Dieu et de tuer leur amour pour leur patrie. C’est sans doute impossible, mais ça ne vous dit pas d’essayer ?

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Benjamin Guérif.

David Vann

Liberation.fr
Publié dans:Etranger |on 23 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Londres………………………………………..(23/07/2017)

Logo Francetv info

  09h59
Alerte info
Attaque à Londres : le parquet de Paris ouvre une enquête en raison de la présence de trois Français parmi les blessés. Suivez notre directUn nouveau bilan, revu à la baisse, fait état de quatre morts, dont l’assaillant, et 29 blessés, indiquent les autorités britanniques au lendemain de l’attaque qui a frappé le cœur de Londres. Le parquet de Paris ouvre une enquête en raison de la présence de trois lycéens français parmi les blessés. Originaires de Concarneau, ils ont été fauchés par la voiture de l’assaillant sur le pont de Westminster.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Etranger, Politique |on 23 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente