Archive pour le 11 avril, 2017

Inquiétant mais réel…………………..(11/04/2017)

Alerte info
Logo Francetv info 18h01

 

Alerte info

 

Election présidentielle : 67% des Français ressentent de la déception, du dégoût ou de la colère face à la campagne, selon notre sondage Ipsos / Sopra SteriaCe sont des chiffres pour le moins inquiétants, à douze jours du premier tour. Si deux Français sur trois déclarent s’intéresser à l’élection présidentielle, selon une enquête Ipsos / Sopra Steria* publiée mardi 11 avril, 67% affirment aussi que la campagne leur fait d’abord ressentir de la déception, du dégoût ou de la colère, et 64% assurent qu’elle ne leur a « pas appris grand-chose sur les programmes et les personnalités » des onze candidats.
Cliquez ici pour plus d’informations

 

Publié dans:ELECTIONS |on 11 avril, 2017 |Pas de commentaires »

Encore une……………………………(11/04/2017)

Logo Francetv info

  17h12
Alerte info
La préfecture de Seine-et-Marne ordonne la fermeture d’une mosquée de Torcy, « légitimant le jihad armé »Une mosquée située à Torcy (Seine-et-Marne) a fait l’objet d’une fermeture administrative pour des prêches « légitimant le jihad armé », mardi 11 avril, a indiqué la préfecture, confirmant une information du Parisien. Selon l’arrêté de fermeture pris par le préfet, les deux imams ont notamment « apporté leur soutien aux fidèles de la mosquée mis en cause dans la cellule terroriste dite ‘de Cannes-Torcy’ », dont le procès doit s’ouvrir le 20 avril.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:TERRORISME |on 11 avril, 2017 |Pas de commentaires »

Oh! quel dommage……………………….(11/04/2017)

Jean-François Copé renonce à son siège de député

Le deputé-maire LR de Meaux annonce mardi au Figaro qu’il ne se représentera pas en juin aux législatives.

Le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne), Jean-François Copé, lors d\'une session de questions au gouvernement à l\'Assemblée nationale, le 24 janvier 2017.
Le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne), Jean-François Copé, lors d’une session de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, le 24 janvier 2017. (BERTRAND GUAY / AFP)
avatar

franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 10/04/2017 | 23:26
publié le 10/04/2017 | 23:

Il n’avait pas le choix. Ou plutôt la loi sur le non-cumul des mandats l’obligeait à en faire un. Dans une interview au Figaro datée du mardi 11 avril, Jean-François Copé annonce renoncer à son mandat de député pour se consacrer à sa mairie de Meaux (Seine-et-Marne).

« La décision a été difficile à prendre. Après mûre réflexion, le choix de me consacrer au développement de l’agglomération meldoise, qui compte près de 100 000 habitants, m’est apparu comme une évidence », indique l’ancien candidat à la primaire de la droite et du centre, devenu depuis un soutien de François Fillon.

« Ne pouvant plus être député, je ferai entendre ma voix autrement »

Jean-François Copé en est persuadé : « C’est au niveau municipal que l’on peut vraiment améliorer la vie des Français ». Faut-il comprendre qu’il abandonne la vie politique nationale ? Loin de là. « Je vais continuer de contribuer aux débats qui passionnent les Français à travers ce que je vois et ce que je fais, en tant que décideur local, loin des préjugés parisiens », explique-t-il, avant d’ajouter, sans plus de précisions : « Ne pouvant plus être député, je ferai entendre ma voix autrement ».

Interrogé sur la campagne présidentielle, l’élu est convaincu qu’« une page se tourne ». « La droite française devra repenser son contenu idéologique et son organisation. Les temps ont changé. Nous devrons en parler ensemble, et j’entends bien prendre une part active à ces débats », conclut-il.

Publié dans:Politique |on 11 avril, 2017 |Pas de commentaires »

Flash…………………….(11/04/2017)

Logo Francetv info 07h39
Alerte info
Rattrapé par Jean-Luc Mélenchon dans les sondages, François Fillon est l’invité des « 4 Vérités » sur France 2. Regardez son interview en directA moins de deux semaines du premier tour de l’élection présidentielle, François Fillon est dans une posture difficile. Pour la première fois, un sondage le place derrière Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de la droite à l’Elysée est l’invité des « 4 Vérités », sur France 2, mardi 11 avril. Il répondra aux questions de Caroline Roux à partir de 7h38. Franceinfo vous propose de suivre cette interview en direct.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Politique |on 11 avril, 2017 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin………………..(11/04/2017)

Libération 11 avril 2017
Laurent Joffrin
La lettre de campagne
de Laurent Joffrin

Tout est clair

Satanée marge d’erreur. Dix jours avant le scrutin, les enquêtes d’opinion livrent toujours le même diagnostic : Le Pen et Macron dominent encore la compétition avec plusieurs points d’avance, à 24%, contre 18% pour Fillon, qui stagne, et Mélenchon, qui progresse. Seulement voilà : certains sondages, divergeant de la moyenne, donnent un écart plus réduit entre les quatre as. Et avec deux points d’incertitude, les courbes des principaux candidats, dans certains cas de figure, peuvent se rejoindre. A partir de là, on s’accroche…

Macron devrait gagner au deuxième tour mais si Mélenchon continue son ascension, il peut lui passer devant, ce qui donne un deuxième tour FN-France insoumise que Mélenchon devrait remporter avec l’apport de la gauche, à moins que la droite filloniste choisisse massivement Le Pen, hypothèse qui néglige toutefois le fait que Fillon garde son socle au premier tour et peut voir revenir à lui les électeurs de droite momentanément déconcertés par des affaires de justice ce qui le place en challenger de Marine Le Pen au deuxième tour avec une bonne chance de gagner sauf si la gauche fait totalement défaut au candidat LR sans oublier le fait que dans un cas de figure improbable mais possible, Fillon et Macron peuvent s’affronter au deuxième tour avec une bonne chance pour Macron, sauf si la droite se mobilise et si la gauche s’abstient, rebutée par le social-libéralisme de Macron, lequel peut aussi avoir en face de lui Mélenchon dans un duel final que Macron devrait dominer grâce à l’apport des électeurs de droite effrayés par La France insoumise, à moins que les électeurs de Marine Le Pen ne se joignent à ceux de la gauche pour faire tomber le candidat de l’establishment, qui garde les meilleures chances, sauf s’il les perd dans les dix jours qui viennent. Autrement dit, tout est clair et voilà pourquoi votre sondeur est muet.

Plus sérieusement, résumons les choix des uns et des autres. Si l’on est lepéniste, on vote Le Pen, pas de changement. Si l’on est conservateur-libéral à la Thatcher, on vote Fillon, pas de changement. Mais si l’on est d’une droite plus ouverte, plus modérée, on vote Macron, pour éviter les fractures que le programme de Fillon ne manquera pas de susciter. Et si l’on est d’une gauche réformiste, modérée, on vote aussi Macron, pour éviter Fillon, Le Pen et Mélenchon.

Reste la gauche pur sucre. Si l’on veut la rupture, on vote Mélenchon, pas de changement. Si on veut sauver le PS et la gauche réformiste, on vote Hamon. Mais si on craint avant tout Fillon et Le Pen, on se résout à voter Macron, sans savoir ce qu’il vaut, ni ce qu’il veut. Pas simple non plus…

Et aussi…

Hamon attaque Macron, Mélenchon et rend Hollande responsable de ses déconvenues. Il est vrai que le dernier sondage en date évalue son score à 8%. Jamais très bon signe quand on cherche des boucs émissaires…

• Fillon a rebaptisé Macron «Emmanuel Hollande». En réponse, Macron appelle Fillon «François Balkany». «C’est une insulte», rétorque Fillon. Balkany appréciera.

«Voter Le Pen, Hamon, Mélenchon, c’est ruine, désespoir et désolation», dit Pierre Gattaz, du Medef. Quant à Macron, «il ne diminue pas assez les dépenses publiques». Reste Fillon, promu candidat des patrons. Pas sûr que ce soit un atout…

Laurent Joffrin
Publié dans:"AFFAIRES", Politique |on 11 avril, 2017 |Pas de commentaires »

Les toutes dernières………………(11/04/2017)

Logo Francetv info 11 avril 2017
Drapeau français Elections 2017
Les #5 infos de la présidentielle aujourd’hui
Fillon ne veut pas être votre « pote », Mélenchon est prêt « à gouverner », Hamon et Macron entrent dans le dico…
Fillon ne veut pas être votre "pote", Mélenchon est prêt "à gouverner", Hamon et Macron entrent dans le dico...
Grands discours, petites phrases, propositions-chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu’au 7 mai 2017, date du second tour de l’élection présidentielle, franceinfo résume ce qu’il ne faut pas rater de l’actualité de la campagne. Voici l’essentiel à retenir du mardi 11 avril.

#1 Fillon ne cherche pas à être votre « pote »

François Fillon ne cherche pas à « se faire aimer ». Car pour les hommes politiques, cela aboutit, selon lui, « à l’impuissance ». « On ne demande pas aux Français de choisir un pote » lors de l’élection présidentielle, a lancé ce matin le candidat des Républicains sur France 2. A cette occasion, le candidat a également refusé de commenter les dernières informations sur les activités de son épouse auprès de lui, qui ont commencé dès 1982 selon Mediapart. « Je ne dirai plus jamais un mot sur ces questions », a-t-il déclaré.

#2 Mélenchon est prêt « à gouverner »

Jean-Luc Mélenchon se voit déjà au second tour. Le candidat de la France insoumise a déclaré ce matin sur RTL qu’il croyait à l’émergence d’un « paysage entièrement nouveau », après avoir dépassé François Fillon dans les sondages. « Si je suis devant M. Fillon, alors tout l’argument d’après lequel le vote utile serait M. Macron pour éviter Fillon-Le Pen s’effondre », a-t-il ajouté. Et il est prêt : « Je n’ai jamais pensé à autre chose qu’à gouverner », a-t-il assuré.

#3 Dupont-Aignan compare la France à une « femme battue »

Le parallèle semble pour le moins malheureux. Ce matin sur France Inter, Nicolas Dupont-Aignan a comparé la situation de la France dans l’Union européenne à celle d’une femme battue. « Une femme qui est violentée dans sa maison – c’est le cas de la France depuis des années par Bruxelles – il y a deux solutions : soit elle s’en va, elle laisse le mari violent dans la maison et il garde la maison ; soit elle éjecte le mari et elle reste dans sa maison », a-t-il déclaré. « Déplacé », « irrespectueux », « nauséabond »… La comparaison est très mal passée auprès des internautes, comme le note le Huffington Post.

#4 Facebook lance un comparateur de programmes

Facebook s’invite de plus en plus dans la présidentielle. Le réseau social propose, à partir d’aujourd’hui, un comparateur des programmes nommé Perspectives. Il s’agit d’un outil qui regroupe les propositions de tous les candidats sur des thèmes comme le logement, l’économie, l’énergie… Il apparaît au maximum trois fois par jour sur le fil de l’utilisateur, quand ce dernier lit un article lié à la politique.

#5 Hamon et Macron entrent dans le dico

Benoît Hamon et Emmanuel Macron vont faire leur entrée dans le dictionnaire. D’après Le Parisien, les deux candidats vont intégrer Le Robert illustré en juin et la version numérique du Robert des noms propres. Ils vont ainsi rejoindre dans les pages Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon. Pour le candidat socialiste, c’est parce qu’il « a gagné la primaire de la gauche », explique au journal une lexicographe des Editions du Robert. Pour le candidat d’En marche !, c’est parce qu’il est jugé « incontournable » dans cette campagne.

Suivez-nous
Publié dans:Politique |on 11 avril, 2017 |Pas de commentaires »

Batterie de cuisine…………………..(11/04/2017)

Logo Francetv info

  09h41
Alerte info
ENQUETE FRANCEINFO. Pas-de-Calais : à 25 ans, le maire d’Hesdin collectionne déjà les casserolesLorsqu’il a été élu en mars 2014, Stéphane Sieczkowski-Samier était le plus jeune maire de France. Trois ans plus tard, la justice a ouvert plusieurs enquêtes, notamment pour « détournement de fonds public » et « achat de voix ». Franceinfo révèle les dessous de ce mandat tumultueux.
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 11 avril, 2017 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente