Cinq infos………………………….(03/05/2017)

Logo Francetv info 03 mai 2017
Drapeau français Elections 2017
Les #5 infos de la présidentielle aujourd’hui
Macron et Le Pen se préparent au débat, le camp Mélenchon rumine sa défaite, la droite confiante pour les législatives
Macron et Le Pen se préparent au débat, le camp Mélenchon rumine sa défaite, la droite confiante pour les législatives
Grands discours, petites phrases, propositions-chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu’au 7 mai 2017, date du second tour de l’élection présidentielle, franceinfo résume ce qu’il ne faut pas rater de l’actualité de la campagne. Voici l’essentiel à retenir du mercredi 3 mai.

#1 Jour J pour le débat d’entre-deux-tours

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouvent ce soir pour le traditionnel débat d’entre-deux tours. Comment s’y sont-ils préparés ? Franceinfo vous raconte les coulisses de ce débat. Le candidat d’En marche ! a, par exemple, regardé les vidéos des anciens débats et demandé à ses conseillers des notes pour alimenter sa réflexion. « Marine Le Pen n’est pas dans l’agression, assure de son côté un proche de la candidate, mais dans la sérénité. Elle restera dans ‘la France apaisée’ [son slogan de l'été dernier]. »

#2 Nicolas Dupont-Aignan raille les « idiots utiles du système » qui manifestent dans sa ville

« Tous ces gauchistes qui viennent en bus protester devant ma mairie feraient mieux de protester contre M. Macron, qui va leur faire une loi Travail bis. » Dans un entretien au Parisien, Nicolas Dupont-Aignan n’est pas tendre avec les centaines de personnes venues manifester devant sa mairie de Yerres (Essonne) pour dénoncer son alliance avec Marine Le Pen. « Ayant été réélu à Yerres avec 80% des voix à trois reprises, il y a forcément des mécontents quant à mon choix du second tour. L’avenir de la France, et pas mon avenir politique, est en jeu. Ce n’est pas un ralliement, c’est un accord de gouvernement sérieux et équilibré », a-t-il insisté.

#3 La rancune tenace du camp Mélenchon

Ils ne digèrent (toujours) pas la défaite. Invité de France Inter ce matin, le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière, a fustigé « les donneurs de leçon » : « Il y avait une bonne méthode pour évacuer Marine Le Pen au premier tour, c’était de voter Jean-Luc Mélenchon. Où sont-ils ces donneurs de leçons au Parti socialiste ? A quoi a servi la candidature qu’ils ont maintenue jusqu’au bout ? », s’est-il écrié. « Je persiste à penser qu’une candidature inutile qui est allée dans le mur, qui a consacré d’ailleurs ses derniers jours à insulter Jean-Luc Mélenchon, n’a pas démontré son efficacité (…), a-t-il ajouté.

#4 François Baroin : « Nous gagnerons les législatives »

« Nous sommes le dernier pôle de stabilité dans ce grand chamboule-tout ». Invité de RTL, François Baroin, chef de file de la droite pour les législatives, a tenté de rassurer ses troupes et les électeurs après la cuisante défaite de la présidentielle. « Nous gagnerons les législatives », a-t-il assuré, avant d’ajouter : « Macron a gagné la bataille de l’ambiguïté, nous gagnerons celle de la clarté ».

#5 Vous avez raté les « lunettes-sourcils » de François Fillon

L’initiative a coûté la coquette somme de 30 000 euros au parti Les Républicains. L’équipe de campagne de François Fillon avait prévu de distribuer aux électeurs pas moins de 15 000 paires de lunettes de soleil en plastique affublées d’épais sourcils en feutre lors du week-end précédant le premier tour de l’élection présidentielle, affirme Le Point. Les objets, qui devaient servir à « rendre plus sympathique » le candidat, devaient être distribués par des militants portant des tee-shirts « Je ne sourcille pas, je vote Fillon », assure l’hebdomadaire. Mais l’opération a finalement été avortée.

Publié dans : Politique |le 3 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente