L’édito de David Carzon……………….(27/05/2017)

Libération

Twitter Facebook

100 User MICHEL L. Abonnement

  • France
  • Planète
  • Futurs
  • Idées
  • Culture / Next

Le marché des gitans, un nomade land

26 mai 2017 à 19:46

Florian Philippot, l’apparatchik détesté du «Front profond»

26 mai 2017 à 18:16

Vaucluse : la vie du FN sans Marion Maréchal-Le Pen

26 mai 2017 à 18:16

FN : Les doigts dans la crise

26 mai 2017 à 18:16

Les détenus de sécurité palestiniens mettent fin à leur grève de la faim

27 mai 2017 à 11:33

Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller de Jimmy Carter, est mort

27 mai 2017 à 07:48

Attentat de Manchester : deux nouvelles arrestations après une perquisition

25 mai 2017 à 23:56

«Malta files» : un pétrolier offert au clan Erdogan, selon des médias

26 mai 2017 à 23:42

Ne dites plus TGV, dites in-OUI

26 mai 2017 à 19:14

Après le Brexit, quelle cité pour les exilés de la City ?

26 mai 2017 à 17:56

Téléchargez gratuitement le «Libé» du jour

25 mai 2017 à 18:27

Philippot théorise la post-vérité: «ce n’est pas vrai mais ça aurait pu l’être»

24 mai 2017 à 23:18

Serge Audier : «Le combat pour une écologie de gauche est devant nous»

26 mai 2017 à 17:56

Manchester, métropole bouillonnante et résiliente

26 mai 2017 à 10:46

Manchester, métropole bouillonnante et résiliente

25 mai 2017 à 19:21

Comprendre l’emprise du cinéma

25 mai 2017 à 19:16

La recette du week-end : l’amour qui fait ail

27 mai 2017 à 09:11

Cannes Day 11, we need to talk about Joaquin

27 mai 2017 à 09:09

Marques ou crève

26 mai 2017 à 20:36

«In the Fade», néo naze et daube dorée

26 mai 2017 à 20:26

Facebook

Twitter

édito

Paranoïa

Par David Carzon — 26 mai 2017 à 18:16
Meeting de Marine Le Pen, à Villepinte, le 1er mai 2017.Zoom
Meeting de Marine Le Pen, à Villepinte, le 1er mai 2017. Photo Laurent Troude pour Libération

ÉditoEn dehors du grand chambardement politique qu’elle a provoqué et dont on ne voit pas encore l’issue, cette élection présidentielle aura eu une vertu : celle de montrer le vrai visage du Front national. Ce visage que Marine Le Pen tentait de dissimuler par une stratégie de dédiabolisation qui a fini par montrer ses limites. Le FN a voulu faire croire qu’il était un parti fréquentable, ouvert aux électeurs de droite comme de gauche, avec une colonne vertébrale solide, prêt à gouverner, débarrassé de ses vieilles badernes…

Il n’en est rien, il reste au fond un parti d’extrême droite, autoritaire, clanique, sans démocratie interne, guidé par la paranoïa et l’appétit de pouvoir de ceux qui le dirigent. La prestation de Marine Le Pen lors du débat télévisé du second tour n’était que l’expression la plus criarde de la crise qui couve, entre la nouvelle garde qui a fait main basse sur l’appareil, les anciens nostalgiques du FN à la papa, et la majorité qui plaide pour un parti ancré à droite et débarrassé de ses oripeaux les plus extrêmes. Depuis la défaite du second tour, la remise en cause de cette transformation proposée par Marine Le Pen se fait au grand jour. Et c’est autant une question de leadership que de ligne politique et de fonctionnement interne. Beaucoup sont tentés d’abandonner la voie du marinisme qui se proposait de rassembler les déçus de la mondialisation, de l’Europe, du libéralisme économique. Ce qui semblait être la seule méthode pour crever le plafond de verre et accéder au pouvoir a surtout réveillé les vieux démons d’un parti dont le fond de commerce reste la haine de l’autre.

David Carzon

Publié dans : Politique |le 27 mai, 2017 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente