Archive pour mai, 2017

La lettre de Lautrent Joffrin………………….(04/05/2017)

Libération 04 mai 2017
Laurent Joffrin
La lettre de campagne
de Laurent Joffrin

Vers le bas…

Jean Dupont est agressé dans une rue sombre par un olibrius ; il se défend comme il peut pendant quelques minutes, jusqu’à l’arrivée de la police. Le lendemain dans le journal, il lit ce compte rendu : «Jean Dupont impliqué dans une lamentable bagarre de rue.» Telle est la mésaventure arrivée mercredi soir à Emmanuel Macron. Pris sous un torrent d’invectives, accusé de tous les maux de la terre, attaqué sans cesse au-dessous de la ceinture par une candidate qui a fait exploser le record des mensonges proférés dans un débat de ce genre, il lit le lendemain dans les journaux qu’il a participé à un débat indigne, sans élévation, un pugilat cathodique qui ne fait pas honneur à la République. Et le lecteur non averti en déduit qu’il est coresponsable de cette lamentable bagarre de rue.

Apparemment, l’opinion dans son ensemble ne s’y trompe pas puisque toutes les enquêtes post-débat donnent Macron vainqueur, à plus de 60%. Mais un tiers des spectateurs disent le contraire, chiffre énorme quand on juge le débat sur la forme. On peut penser que le crime ne paie pas et que Marine Le Pen a détruit sa propre crédibilité présidentielle en choisissant le pugilat, comme si elle ne croyait pas à sa victoire et cherchait seulement à se poser en future cheffe de l’opposition. Ses explications sur les deux monnaies qu’elle envisage de faire cohabiter sont inexistantes ; le report de la retraite à 60 ans en fin de mandat est une manœuvre d’amateur ; sans la sortie de l’euro, elle aussi repoussée de plusieurs années, son programme n’est plus financé, puisque l’argent devait venir d’une banque centrale française soumise au gouvernement, laquelle ne peut voir le jour sans briser les traités européens. Marine Le Pen explique benoîtement qu’elle a «un peu bousculé les codes». Toujours cette dénonciation du «politiquement correct» ou du «médiatiquement correct» qui couvre les pratiques les plus grossières et les mensonges les plus éhontés. Marine Le Pen n’a pas bousculé les codes de la bienséance, mais ceux de la vérité.

Stratégie consciente ou simple dévoilement de la vraie nature de l’extrême droite ? Ou encore incompétence camouflée par l’agressivité ? Certains se rassurent en se disant que les choses sont claires, désormais. Marine Le Pen est un Trump au féminin, ou un troll de la politique. Peut-être. Ce n’est pas une raison pour baisser la garde : Trump a été élu.

Et aussi

• Le «rolling» des Echos donne un point de plus à Macron. L’écart s’élargit un chouia, puisque Marine Le Pen tombe sous la barre des 40% (à 39%). Mais les effets du débat sont encore difficiles à appréhender.

• Mieux qu’un sondage : plusieurs proches de Marine Le Pen confessent discrètement leur consternation devant la prestation de leur championne. Peut-être y trouve-t-on l’explication toute bête de cet étrange événement : la candidate n’est pas bonne, voilà tout.

• Les trois organisations représentatives des cultes musulman, protestant et juif appellent ensemble à voter Macron contre Le Pen. Où est l’Eglise catholique ? Et les «racines chrétiennes» ? A moins que lesdites racines ne plongent parfois dans un terreau incertain.

Laurent Joffrin
Publié dans:Politique |on 4 mai, 2017 |Pas de commentaires »

Cinq infos……………………………………(04/05/2017)

Logo Francetv info 04 mai 2017
Drapeau français Elections 2017
Les #5 infos de la présidentielle aujourd’hui
Macron convainc davantage après le débat, Le Pen déçoit ses partisans, Hollande donne une dernière interview…
Macron convainc davantage après le débat, Le Pen déçoit ses partisans, Hollande donne une dernière interview...
Grands discours, petites phrases, propositions-chocs ou anecdotes… Chaque jour, jusqu’au 7 mai 2017, date du second tour de l’élection présidentielle, franceinfo résume ce qu’il ne faut pas rater de l’actualité de la campagne. Voici l’essentiel à retenir du jeudi 4 mai.

#1 Macron convainc davantage que Le Pen

Le très attendu débat de l’entre-deux-tours, qui a réuni plus de 16 millions de téléspectateurs, a-t-il fait bouger les lignes à trois jours du second tour ? Un sondage Elabe publié par BFMTV, immédiatement après la fin de l’émission, permet d’en douter. Selon cette enquête, 63% des Français ayant regardé le face-à-face entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont jugé l’ancien ministre de l’Economie plus convaincant. Une proportion très proche de celle des Français qui ont l’intention de voter en sa faveur, selon les différents instituts de sondages. A l’inverse, 34% des téléspectateurs interrogés ont jugé la candidate du Front national plus convaincante.

#2 Le débat se poursuit par médias interposés

Au lendemain du débat, les deux qualifiés pour le second tour se sont de nouveau affrontés mais cette fois par médias interposés. « On ne venait pas pour prendre une tasse de thé ensemble. On venait pour confronter des visions radicalement différentes et qui vont changer, en ce qui concerne le programme de Monsieur Macron, radicalement le visage de la France », a réagi Marine Le Pen sur BFMTV.

« J’ai beaucoup pensé à Jacques Chirac et à la campagne de 2002. Mais, je crois qu’il faut débattre avec le Front national parce qu’on n’arrive pas à tordre le cou à tous les mensonges mais on en tue quelques-uns. Il est indispensable d’aller sur le terrain de bataille même si on se salit un peu (…) parce que nos concitoyens ont mis Marine Le Pen au second tour », a de son côté déclaré Emmanuel Macron sur France Inter.

#3 La prestation de la candidate FN déçoit

Et eux, qu’ont-ils pensé du débat ? Le JDD a consulté les forums des partisans de Marine Le Pen. Résultat : ses soutiens sont plutôt déçus. « Trop dans ses dossiers », « trop agressive », « cata »… Voici quelques observations glanées sur ces sites web. Sur la plateforme Fdesouche.com, par exemple, les commentaires sous le direct de l’émission sont éloquents. « Ceci dit, on le savait tous que Marine Le Pen n’avait pas le niveau », déplore ainsi l’un d’entre eux.

#4 Les banlieues voteront difficilement Macron

Dans les quartiers populaires où le Jean-Luc Mélenchon a réalisé ses meilleurs scores, raconte Le Monde, Emmanuel Macron est perçu comme un homme qui défend « les riches ». « Le risque, ce n’est pas Le Pen, c’est l’abstention, souligne ainsi Chaïness Taleb, animatrice locale d’En marche ! à Sartrouville (Yvelines). Pour certains, c’est Mélenchon ou rien d’autre. » « Macron, c’est un capitaliste, un libéral, il défend les riches, lance une habitante de Satrouville. Moi, je suis pauvre. »

#5 Hollande donne une dernière interview

« Je n’ai pas senti de grande hostilité contre moi, sauf à la période du mariage pour tous. Aujourd’hui, je suis à deux doigts d’être aimé ! » C’est l’heure de faire les cartons pour François Hollande. A quelques jours de quitter le palais de l’Elysée qu’il aura occupé cinq années, le chef de l’Etat a accordé une longue interview à paraître dans L’Obs. Il y évoque ses derniers instants de président de la République.

Publié dans:Politique |on 4 mai, 2017 |Pas de commentaires »

L’édito de Laurent Joffrin……………………….(04/05/2017)

Franchement, elle n’est pas au niveau. Si on laisse de côté les risques inhérents à son projet ou les discriminations qu’elle veut infliger à quiconque n’est pas d’ici, si l’on considère la simple connaissance des dossiers, la vraisemblance des financements, la solidité des propositions, en un mot la qualité des arguments, Marine Le Pen joue en deuxième division. Il y a beaucoup à dire sur les projets d’Emmanuel Macron, sur leur opportunité, sur leur efficacité, sur les effets pervers qu’ils peuvent receler. Mais pas comme cela. Pas avec une grosse artillerie qui tire au hasard toujours le même boulet, ni avec des ficelles si grosses qu’elles masquent le raisonnement. Pas avec ces insinuations personnelles qui finissent par reproduire l’antique rhétorique des années 30. Arc-boutée sur ses dossiers, accrochée à ses slogans, la cheffe du Front national a joué les roquets pendant plus de deux heures, sans doute préoccupée par les dix points de retard qu’elle affiche dans les sondages.

Bien entendu, cette différence de compétence entraîne aussitôt un risque. Par la faiblesse de sa concurrente qui substitue l’agressivité à la rationalité, Emmanuel Macron se retrouve rangé, sans même le faire exprès, dans la catégorie honnie des sachants, des instruits péremptoires, des gens d’en haut. C’était toute la difficulté de l’exercice, que Macron a dominé, mais qu’à trop dominer, il a risqué d’irriter une partie du public. D’autant que sur les dossiers qui touchent à la sécurité ou à l’immigration, les arguments tripaux du FN sont sans doute efficaces. Là encore, il a fallu une grande patience rhétorique pour contrer la brutale démagogie de la fermeture des frontières, de la discrimination et de la xénophobie. Ceux qui veulent une France dure, hermétique, faussement protectrice, seront peut-être convaincus. Les autres savent à quoi s’en tenir.

Laurent Joffrin

Publié dans:Politique |on 4 mai, 2017 |Pas de commentaires »

Flash………………………….(04/05/2017)

Alerte info

Présidentielle : invectives, répliques chocs, moments forts… Ce qu’il faut retenir du débat Le Pen-Macron sur France 2 et TF1Face-à-face. Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont débattu pendant près de deux heures et demie, mercredi 3 mai, à quatre jours du second tour de l’élection présidentielle. Les deux finalistes ont tenté de convaincre les Français dans la dernière ligne droite en détaillant leur programme, mais aussi en installant leur stature présidentielle. Franceinfo a compté les points.
Cliquez ici pour plus d’informations

 

Publié dans:Politique |on 4 mai, 2017 |Pas de commentaires »

Le débat : sondage………………………(04/05/2017)

#Présidentielle2017 Emmanuel Macron jugé plus convaincant que Marine Le Pen lors du débat, selon ce sondage

Publié le 04/05/17 à 7:45

Emmanuel Macron a été jugé plus convaincant que Marine Le Pen lors du débat télévisé d’hier soir, selon un sondage Elabe pour BFMTV.

63% des téléspectateurs ont jugé le candidat de En Marche plus convaincant, 34% pour la candidate FN.

62% des spectateurs interrogés ont aussi jugé qu’Emmanuel Macron était le « plus honnête des deux ».

Sondage mené auprès de 1.314 téléspectateurs, âgés de 18 ans et plus, qui ont regardé le débat présidentiel. Les sondés ont été interrogés par Internet en fin d’émission. La différence des scores des candidats avec le total de 100% correspond aux « sans opinion ». 

L’OBS

Publié dans:Politique |on 4 mai, 2017 |Pas de commentaires »

Le débat……………………………..(03/05/2017)

Publié dans:Politique |on 3 mai, 2017 |Pas de commentaires »

Le débat……………………………(03/05/2017)

Publié dans:Politique |on 3 mai, 2017 |Pas de commentaires »

Le débat………………………………(03/05/2017)

Publié dans:Politique |on 3 mai, 2017 |Pas de commentaires »

La lettre de Lautrent Joffrin…………..(03/05/2017)

Libération 03 mai 2017
Laurent Joffrin
La lettre de campagne
de Laurent Joffrin

Débats sur le débat

Les débats télévisés ont rarement une influence sur le vote. Le débat Hollande Sarkozy, remporté par Hollande aux dires de tous, n’avait pas empêché son adversaire de poursuivre la remontée qu’il avait entamée en se saisissant de thèmes identitaires et qui a abouti à un score serré. La joute Royal-Sarkozy, où Sarkozy avait dominé, n’avait pas fait bouger d’un iota les sondages qui donnaient de toute manière Sarkozy vainqueur dans l’élection. Aux dires de la plupart des spécialistes de communication politique, et contrairement à une idée très répandue, la télévision ne fait pas l’élection.

Mais il y a des exceptions. Les réparties brutales de Trump face à Clinton l’ont sans doute aidé à créer la surprise dans l’élection américaine. Dans cette campagne-ci, la percée de Mélenchon s’est matérialisée de manière spectaculaire après le premier débat, où il était apparu comme le meilleur représentant de la gauche. Si on remonte dans le passé, on estime que la bonne performance de Kennedy face à Nixon en 1960, premier grand duel cathodique de l’Histoire, a contribué à son élection, de même que les punchlines giscardiennes en 1974 («Vous n’avez pas le monopole du cœur, M. Mitterrand», une des meilleures trouvailles de la vie politique française). D’une manière générale, le vainqueur de l’élection est aussi celui qui domine le grand débat d’avant second tour. Dans quel sens agit la causalité ? C’est une variante de la poule et de l’œuf.

En fait, les candidats ont peu à gagner dans l’exercice, mais beaucoup à perdre. Si Macron réussit son débat, cela ne changera sans doute pas grand-chose. Mais s’il le rate, cela peut lui coûter cher. Comme une équipe de football qui arrive au match retour avec des buts d’avance, il a intérêt à jouer le nul. Pas trop nul, on espère…

Il a un bon dossier sur l’Europe, où les palinodies frontistes ont semé la confusion. Mais l’Europe n’est guère populaire. Il possède une indiscutable maîtrise technique, sans doute supérieure à celle de son opposante. Mais le rôle du sachant péremptoire est dangereux : Macron doit montrer qu’il n’est pas le candidat d’en haut. Délicat… Il doit surtout prouver qu’il est le candidat de la République, qui n’est pas la République si elle n’est pas sociale. Tout est là.

Et aussi

• Macron a interrompu sa glissade dans les sondages. Il reste à 59-60% selon les instituts quasi unanimes. Dans le «rolling» de Paris Match, il reprend un demi-point. L’opération Dupont-Aignan n’a pas eu d’effet mesurable pour le Front.

• L’Eglise catholique au bord du schisme électoral. De très nombreuses personnalités catholiques ont pris clairement position contre le FN et préconisé un vote Macron. Mais les évêques distillent des homélies embrouillées. L’Eglise prêche l’accueil des réprouvés, ce qui devrait suffire à condamner le FN. Mais Marine Le Pen est la seule à vouloir abroger le mariage pour tous et les cathos activistes de Sens commun ne sont pas loin du FN, quoique toujours reliés à la droite classique. En 2002, l’Eglise n’avait pas hésité.

• Onfray se surpasse. «Le belliciste BHL a donc gagné, dit-il et avec lui Pierre Bergé, locataire d’utérus d’autrui, Jacques Attali, plagiaire notoire et condamné comme tel par la justice, Alain Minc, plagiaire du précédent, Manuel Valls, traître en chef, Kouchner, sac de riz chez les médecins et médecin chez les sacs de riz, Cohn-Bendit, pédophile au siècle dernier.» Des arguments hautement métaphysiques pour montrer que Macron est aussi dangereux que Le Pen, le tout au nom de la «vraie gauche». Ce n’est plus la philosophie à coups de marteau mais la philosophie des coups sous la ceinture. Pour Onfray, plus on est à gauche, moins on doit faire barrage à Le Pen. Allez comprendre. Il est vrai que son style rappelle furieusement celui de l’Action française avant-guerre…

Laurent Joffrin
Publié dans:Politique |on 3 mai, 2017 |Pas de commentaires »

L’édito de Lautrent Joffrin………………(03/05/2017)

Twitter

ÉditoUne idée fausse se répand, peut-être encouragée par certaines attitudes malheureuses: ceux qui recommandent de ne pas s’abstenir face à Marine Le Pen traiteraient avec condescendance, voire avec mépris, ceux qui envisagent de le faire. Telle n’est en rien notre idée, notre intention ou le sens de notre argumentation. Chacun est libre de son vote, chacun décide en conscience et il y a bien longtemps que les journaux ne prétendent plus définir une position à la place des électeurs. Ils se contentent, dans certaines occasions décisives, de communiquer la leur, ce qui n’est pas la même chose. Après tout, exprimer un désaccord républicain, c’est plutôt une marque de respect, qui tient l’interlocuteur pour une personne accessible aux arguments, quitte à ce qu’il les rejette après examen. On comprend bien, au demeurant, l’irritation légitime de citoyens que la présence en force du Front national contraint, s’il veut lui barrer la route, à voter pour un candidat qui lui déplaît. Aussi bien, il est clair que les effets destructeurs du libéralisme économique sont pour beaucoup dans la montée du Front national. Encore que les facteurs de cette montée soient multiples : dans plusieurs pays au taux de chômage très inférieur à celui de la France et dotés d’un Etat-providence très développé, les partis nationalistes ou xénophobes réalisent des scores élevés. Mais partout la classe dirigeante par son aveuglement – et souvent son avidité – a suscité la colère d’une grande partie de la population. Difficile de plébisciter un candidat qui ne rompt guère avec les politiques antérieures. Sauf qu’il ne s’agit pas d’un plébiscite, mais d’un choix entre deux options qu’on ne saurait mettre sur le même plan, même si on les réprouve toutes les deux. Tel est l’argument, qui ne méprise personne mais s’attache à rendre compte d’une réalité. Un argument que personne n’est obligé de suivre…

Laurent Joffrin

Publié dans:Politique |on 3 mai, 2017 |Pas de commentaires »
1...1415161718

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente