De Rugy se laisse aller……………..(12/07/2017)

« Putain, il est chiant lui » : la drôle de réaction de Rugy à l’intervention d’un député 8/13

logo de L’Obs L’Obs

L’ObsIl y a 4 heures
De Rugy se laisse aller.................(12/07/2017) dans HUMOUR

Macron souffre d’une «petite arrogance de classe»
La petite phrase a obligé le président de l’Assemblée nationale à fournir des explications devant l’hémicycle.

Ancien écologiste passé à la République en marche (REM), François de Rugy a été largement élu, mardi 27 juin, avec 353 voix, treizième président de l'Assemblée nationale de la Ve République. Les députés ont salué son élection par une longue standing ovation. Député de Loire-Atlantique depuis 2007, François de Rugy, ancien coprésident du groupe écologiste et ancien vice-président de l'Assemblée, a bénéficié du soutien des 308 députés REM et des 42 députés MoDem. Il avait fait campagne sur le thème de la "modernisation". Aussitôt élu, le nouveau locataire de l'Hôtel de Lassay, âgé de 43 ans, a pris place au "perchoir".© Copyright 2017, L’Obs Ancien écologiste passé à la République en marche (REM), François de Rugy a été largement élu, mardi 27 juin, avec 353 voix, treizième président de l’Assemblée nationale de la Ve…Fatigué François de Rugy ? Déjà épinglé par l’opposition il y deux semaines lors de la répartition des postes clés dans l’hémicycle, le nouveau président de l’Assemblée nationale fait encore parler de lui.

Et l’écolo ferait bien à l’avenir de vérifier que son micro est perchoir est coupé avant de livrer ses états d’âme. « Putain, il est chiant lui », peut-on l’entendre lâcher, en pleine séance, quelques secondes avant la prise de parole du député communiste, Jean-Paul Dufrègne. Cela fait mauvais genre.

 

Pris par la patrouille

C’est « Politis » qui a repéré l’extrait, fort embarrassant pour François de Rugy. La scène se déroule en trois temps. En fin d’après-midi d’abord, alors que l’Assemblée nationale se penche sur le projet de loi d’habilitation à réformer le code du travail par ordonnance, François de Rugy donne la parole à Jean-Paul Dufrègne. Depuis le perchoir, le président du Palais Bourbon soupire et siffle, la mine dépitée :

 

« Putain il est chiant lui… »

 

 

« Je voulais simplement faire un rappel au règlement »

Problème, les débats sont retransmis en direct et la sortie a été repérée par de nombreux internautes indignés. A tel point qu’en début de soirée, le député communiste Sébastien Jumel prend la parole pour demander des explications à François de Rugy :

« Sur Twitter, à l’heure où nous parlons, Politis, qui est attentif à nos débats, fait état, avant l’intervention d’un député communiste, Jean-Paul Dufrègne, pour ne pas le citer : ‘Putain il est chiant, lui’, avant qu’il parle. »

Et le parlementaire de rappeler à son président le règlement de l’Assemblée – sous les applaudissements de ses collègues :

 

  »Je voulais simplement faire un rappel au règlement pour dire que, quelles que soient les interventions des parlementaires; qu’ils soient dans la ligne du gouvernement ou non, le Président de l’Assemblée est filmé, considérant qu’un camarade député est ‘chiant’ lorsqu’il parle. Et donc, je n’ose penser que c’est lui dont il s’agissait. Donc je veux faire un rappel au règlement pour dire que, quelles que soient les opinions défendues dans cet hémicycle, nous puissions valablement les défendre dans l’intérêt des électeurs que nous représentons, des territoires dont nous sommes l’émanation et de la République dont nous sommes la représentation. »

 

« Je réagissais à un message que j’avais reçu par SMS »

Troisième acte et réponse de François de Rugy : « J’ai moi-même vu également ces commentaires sur les réseaux sociaux. »

« Je tiens à vous dire avec la plus grande solennité que ça ne s’adressait aucunement à un député ni de votre groupe, ni d’un autre groupe, que j’ai informé, d’ailleurs, votre président de groupe, André Chassaigne [député du Puy-de-Dôme, NDLR], dès que j’ai eu connaissance de ces commentaires sur Twitter, qui sont une mauvaise interprétation. En effet, je pensais que mon micro était coupé et je réagissais à un message que j’avais reçu par SMS. Voilà.  »

 

Le président de l’Assemblée nationale ajoute « à la limite » : « Je vous remercie de me donner l’occasion de faire cette mise au point au micro. Et j’espère du coup que les commentaires sur Twitter, journalistiques ou autres, ne manqueront pas de s’arrêter immédiatement. J’en doute quelque peu, mais ce n’est pas grave. »

Pour autant, difficile de savoir si François de Rugy dit vrai. Comme l’indique « Le Lab« , deux téléphones portables sont bien présents devant lui au moment où il prononce   »Putain, il est chiant lui »mais les secondes qui précèdent sa saillie ne le montrent pas clairement en train de consulter sa messagerie.

Publié dans : HUMOUR |le 12 juillet, 2017 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente