Ah ! bon………………………..(08/1/2018)

Congrès du PS : Stéphane Le Foll trop Macron-compatible ?

Congrès du PS : Stéphane Le Foll trop Macron-compatible ?
Stéphane Le Foll, lorsqu’il était encore ministre de l’Agriculture le 10 mai 2017. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Des élus rappellent opportunément que l’ex-ministre doit sa réélection comme député à l’absence d’adversaire En Marche.

On ne sait pas encore si Stéphane Le Foll franchira le pas – il a promis d’annoncer en ce début janvier s’il se lance dans la course pour prendre la tête du Parti socialiste. Mais on sait déjà qu’il a peu de chances de rassembler son camp, à en croire ce tir de barrage de la part de plusieurs élus.

« Le problème de Le Foll, c’est qu’il n’a pas eu de candidat Macron face à lui aux législatives », glisse un ancien ministre, pourtant situé au centre de gravité du PS. Comprendre : la bienveillance complice du nouveau chef de l’Etat à l’égard de Stéphane Le Foll le disqualifierait pour le poste de premier secrétaire du PS.

Ancien bras droit de François Hollande, l’élu sarthois a passé une bonne partie de la campagne présidentielle à dire tout le scepticisme que lui inspirait la candidature du vainqueur de la primaire Benoît Hamon. Si bien que l’absence de candidat La République en Marche dans sa circonscription a été interprétée comme un geste de remerciement. Puis, en juillet, lorsque Edouard Philippe a sollicité un vote de confiance des députés, Stéphane Le Foll a été de ceux qui ont plaidé l’abstention des socialistes, plutôt qu’un vote « contre ».

Militants et députés socialistes s’en souviennent. « Ça pose une vraie question. C’est sûr que vous êtes moins légitime si vous n’avez pas eu de candidat En Marche ! face à vous, comparé à tous les socialistes qui se sont battus sur le terrain », considère une députée qui a évité d’extrême justesse l’hécatombe (90% des socialistes sortants ont été battus).

« Je peux vous assurer que les militants qui ont fait la campagne des législatives sont très marqués », souligne ce même ancien ministre. « Ils ont vu des choses qu’ils n’avaient jamais connues, d’excellents candidats balayés parce qu’ils n’avaient pas la bonne étiquette. Ils ont un profond sentiment d’injustice. »Ils sont une poignée de socialistes à avoir ainsi bénéficié de la neutralité bienveillante d’Emmanuel Macron. Outre Stéphane Le Foll, c’était le cas de Manuel Valls (qui a quitté le PS), Ericka Bareigts, George Pau-Langevin et François Pupponi. Un traitement de faveur qui n’a pas suffi pour Marisol Touraine et Myriam El Khomri, battues malgré tout.

B. L.

Publié dans : Politique |le 8 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente