La lettre de Laurent Joffrin…………(12/01/2018)

Libération 12 janvier 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Une pierre dans le jardin décliniste

Encore une fois, les sinistres, les geignards, les bonnets de nuit, les Cassandre, les docteurs tant pis et les broyeurs de noir en sont pour leurs frais. En général regroupés aux extrêmes, ils se répandent en lamentations, en imprécations, en philippiques, en apocalyptiques prophéties finkielkrautiennes ou mélenchoniennes sur l’état de la démocratie. Soit pour soupirer sur le temps passé, soit pour agiter d’improbables rêves de grands soirs.

Las! L’opinion, qui est plus sage, vient encore une fois de les contredire. Une enquête Viavoice-Fondation Jean Jaurès montre que la confiance dans la démocratie française se redresse brusquement. Malgré l’abstention préoccupante, malgré le populisme, malgré le terrorisme, malgré la crise, le chômage, l’exclusion, le racisme qui plombent l’atmosphère et fournissent leurs munitions aux druides de la décadence, les Français estiment que l’état de la démocratie en France s’améliore. Mieux, de manière contre-intuitive, ce sont les catégories qu’on n’attendait pas qui regagnent soudain en optimisme: les jeunes et les classes populaires.

On peut supposer que l’élection d’Emmanuel Macron et le vaste coup de balai afférent ont joué un rôle central dans ce regain. Il est probable, en fait, que l’affaire soit plus profonde. Le renouveau des dirigeants, écume de la vague, recouvre un phénomène de fond: en considérant le résultat de la dernière élection présidentielle, en regardant Emmanuel Macron agir, en bien ou en mal, en constatant la mise au rancart des vieilles structures, les Français se rendent compte que leur vote compte, qu’un scrutin peut changer les choses, que le système, s’il l’a jamais été, n’est pas bloqué, bref que la politique, malgré la reproduction des élites, malgré l’Europe qu’on dit paralysante, malgré la mondialisation qui aurait annihilé toute souveraineté populaire, garde un pouvoir. Voilà une bonne nouvelle qu’on s’empressera sans doute d’étouffer par un redoublement de jérémiades.

Et aussi

• La CGT le conteste, mais l’évolution est nette, pour ne pas dire inexorable: à chaque scrutin professionnel important, au niveau national ou dans les grandes entreprises, la centrale perd des plumes. Si l’on en croit le Canard enchaîné, le syndicat de Philippe Martinez aurait été quitté par un tiers de ses adhérents en un an. Les élections qui auront lieu prochainement dans le secteur public sont un test important. En juillet, Laurent Berger avait suscité une réunion discrète avec ses homologues de FO et de la CGT pour tirer la sonnette d’alarme: après avoir soufflé en tempête sur le monde politique le «dégagisme» menace maintenant l’univers syndical. Arc-bouté sur sa ligne anticompromis, Martinez ne l’a guère écouté.

• En traitant de «pays de merde» Haïti et plusieurs pays africains, Donald Trump a confirmé qu’il n’était pas seulement un mégalomane paranoïaque et incompétent, mais aussi un raciste avéré. Décidément, la vague populiste qui parcourt un nombre croissant de pays charrie un nombre effrayant de personnages indignes. A force de fustiger «la bien-pensance», on arrive au résultat qu’on recherche.

Laurent Joffrin
Publié dans : Politique |le 12 janvier, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente