Archive pour le 9 février, 2018

Jonas tel qu’en lui-même…………….(09/02/2018)

samedi 28 février 2015

Emmanuel Macron. « ça passe ou ça casse »

Emmanuel Macron né le 21/12/1977 à 10H40 Amiens

Emmanuel Macron est avant tout Sagittaire ascendant Capricorne avec une prédominance de planètes en Feu. 4 en Sagittaire, 1 en Lion, 2 planètes en Terre, (Lune en Taureau et Saturne en Vierge), 2 planètes en Eau (Jupiter en Cancer et Uranus en Scorpion) et pour finir 1 planète en Air qui n’est pas la moindre, Pluton en Balance.

La prédominance de planètes en signe de Feu comme chacun sait, donne de l’énergie, de l’optimisme et de la volonté, accompagnées par Mercure et le Soleil également en Sagittaire en très bons termes de Saturne en Vierge (ces 2 planètes étant sur la cuspide d’un signe) confirme que l’on a de l’ambition et renforce l’intelligence d’action et la ténacité dans l’effort et les projets. Emmanuel Macron  arrive toujours à ce qu’il veut d’une manière ou une autre, ne supporte pas la défaite et l’échec pas seulement sur le domaine professionnel mais aussi dans le domaine privé. Grâce à Saturne en Vierge, la réflexion n’est jamais loin ce qui l’amène parfois à prendre du recul par rapport aux actes et revenir ainsi en force au bon moment sur le devant de la scène.

Le Sagittaire ne fait pas dans la dentelle, généralement il va droit au but, ça passe ou ça casse, les bons sentiments viennent après. Cette façon de procéder peut déranger, voire déstabiliser son entourage par la façon d’amener les changements qui peuvent sembler irréfléchis et impromptus. Sa détermination et sa ténacité en font un leader.

La Lune en Taureau est bien placée dans le thème, elle souligne qu’Emmanuel Macron aime les belles et bonnes choses de la vie. Se retrouver en famille autour d’un bon repas auprès de ses proches, c’est là, qu’il se ressource le mieux et qu’il reprend des forces.

Son Jupiter en Cancer en secteur V donne de la maturité, honneurs et satisfactions, la réussite tend à s’installer à l’âge de Jupiter, l’âge mûr en deuxième partie de vie. Par contre, ce fameux Jupiter marque une opposition à Mercure et explique que tel un électron libre, il va de l’avant et gère ses dossiers comme il l’entend et à sa façon.  Mars en Lion donne de l’énergie mais aussi confirme par la mauvaise position de Mars carré Uranus, de l’impulsion, un manque de jugement, une nette tendance à bousculer les habitudes sans trop réfléchir aux conséquences dans le temps.

 Saturne en Vierge, lui donne la possibilité de se remettre en question, intelligent, il sait aussi reconnaître ses erreurs revoir ainsi sa copie pour mieux la représenter plus tard. Saturne en Vierge confirme le désir d’aller toujours plus loin, le monde politique est marqué dans ce thème, même après une carrière brillante dans la banque, c’était évident de retrouver Emmanuel Macron sur les bancs de l’hémicycle de l’Assemblée Nationale. D’ailleurs sa force aurait été meilleure dans la conception de lois, l’écriture, la rédaction, plutôt que dans la manière de les faire passer au sein d’un groupe car il n’est pas toujours compris. Son Jupiter opposé à Mercure traduit cette faiblesse.
Enfin, Pluton en Balance proche du Nœud Nord en secteur VIII, est une position qui joue surtout sur le plan politique, elle annonce fortement le changement, la rénovation, la restructuration de lois du passé. C’est aussi une conjoncture astrale qui peut si elle est bien maîtrisée apporter des changements certes compliqués à mettre en place mais qui peuvent devenir salutaire dans le temps.

Plus tard….
Sur cette année 2015, Emmanuel Macron est porté par Jupiter en Lion surtout à partir du 8 Avril, lorsque Jupiter reprendra sa course jusqu’en Décembre 2015. De plus, Saturne vient juste de s’installer dans le signe du Sagittaire depuis fin Décembre 2014 pour 2 ans et demi ; il devrait lui apporter son soutien. Par contre, dès Septembre, Jupiter changera de signe et s’installera en Vierge pour 1 an en mauvaise position de ses planètes en Sagittaire, cela pourrait devenir inconfortable sur bien des points. Les choses pourraient se compliquer sur l’automne jusqu’en Décembre 2015. Il faudra à ce moment-là soit faire marche arrière sur certains points soit carrément les modifier. Il y aura dans tous les cas de la transformation sur cette fin d’année, peut-être une autre façon d’aborder son avenir politique ou d’arrêter un moment pour mieux revenir…
Publié dans:HISTOIRE |on 9 février, 2018 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin…………………..(09/02/2018)

Libération 09 février 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Télé-Macron ?

Le gouvernement s’apprête, dit-on, à réformer le statut de l’audiovisuel public. Pourquoi pas ? Entre dépendance manifeste et cote mal taillée, on a du mal à trouver la bonne distance entre l’exécutif et les chaînes de radio ou de télévision publique. Sarkozy nommait directement les patrons de chaînes. Hollande avait confié cette tâche au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). La deuxième procédure a le mérite d’introduire un tampon entre le pouvoir politique et la direction des chaînes. Las ! Certains, à La République en marche notamment, stigmatisent la lourdeur et l’opacité du processus de désignation. C’est un fait que la méthode actuelle donne libre cours à de byzantines manœuvres, qui ne sont pas toutes exemptes d’arrière-pensées politiques. Du coup, l’exécutif a trouvé une solution radicale : plutôt qu’une procédure garantissant imparfaitement l’indépendance, il envisage un système qui garantira la dépendance parfaite. Les dirigeants des chaînes seraient nommés par le conseil d’administration des entreprises concernées, lequel serait composé en majorité de membres désignés… par le Premier ministre. Halte à l’hypocrisie, vive le cynisme !

On remarquera que les deux nominations effectuées par le CSA sous Hollande peuvent difficilement être imputées à l’influence des socialistes. Mathieu Gallet avait travaillé dans des cabinets de droite ; Delphine Ernotte venait du privé et n’est pas plus socialiste que Bernard Arnault ou Stéphane Richard. Le système actuel est sans doute imparfait mais il a donné la preuve qu’il protégeait les directions de chaînes d’une intervention politique directe. Pourquoi le changer ? La question se pose. D’autant que le CSA a montré qu’il ne couvait pas abusivement les dirigeants qu’il nommait : il vient de congédier sans cérémonie Mathieu Gallet, après l’avoir nommé, pour une raison d’éthique qu’il est difficile d’imputer à une subreptice manœuvre partisane, mais bien plus au souci d’exemplarité. Sous Sarkozy, le président nommait lui-même. Sous Macron, ce sera peut-être le Premier ministre. On passe de l’ancien monde au nouveau…

Laurent Joffrin
Publié dans:Médias |on 9 février, 2018 |Pas de commentaires »

Rumeurs…………………………..(09/02/2018)

  1. Accusations et rumeurs visant Nicolas Hulot : le malaise de la presse

Accusations et rumeurs visant Nicolas Hulot : le malaise de la presse
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, le 8 février 2018 (VILLARD/SIPA)

Une affaire « dérangeante », selon « le Parisien » ; « L’emballement jusqu’au malaise », titre « Libération ».

Par L’Obs

Publié le 09 février 2018 à 07h47

Comment traiter une affaire à laquelle ils n’accordent pas beaucoup de crédit ? Les médias disent leur difficulté, en ce vendredi matin, à parler des accusations et rumeurs de harcèlement sexuel visant Nicolas Hulot.

Le ministre de la Transition écologique a qualifié d’ »ignominieuses » les rumeurs qui le visent, n’excluant pas totalement de démissionner pour protéger sa famille, malgré le soutien de l’Elysée. Jeudi soir, le parquet de Saint-Malo a confirmé qu’une plainte pour « un fait de viol » avait été déposée en 2008, mais classée sans suite, les faits supposés étant « prescrits ».

 

 

« Le Parisien / Aujourd’hui » en France fait sa une ce matin sur « la dérangeante affaire Hulot » :

Rumeurs................................(09/02/2018) dans « L’emballement jusqu’au malaise », titre « Libération », qui juge « étrange » la contre-attaque de Nicolas Hulot, remarquant que « son démenti survient donc avant même que son intervieweur (et le reste du pays) n’ait pu lire l’article en question. Même pas un contre-feu: un avant-feu » – l’article paraît dans « l’Ebdo » ce vendredi. C’est ce que « le Figaro » appelle « déminer l’affaire avant qu’elle n’éclate pour limiter les dégâts ».

Dans son éditorial du « Parisien », Frédéric Vézard estime qu’ »il fallait descendre dans l’arène, se défendre en public ».

« Un autre choix était-il possible dans une période où la rumeur devient information et la dénonciation se confond avec la preuve ? »Pour Thierry Prudhon de « Nice-Matin » :

« Les larmes contenues et la voix blanche de Nicolas Hulot, hier matin sur BFMTV, ne valent donc pas brevet de véracité. Il n’empêche que jusqu’à preuve formelle du contraire, on peut avoir envie de croire à sa bonne foi. » « L’ancien animateur a choisi une stratégie de communication axée sur la dénégation préventive », explique Alain Dusart dans « l’Est républicain ». « Son idée était hier de prendre de vitesse la rumeur, d’endiguer les ragots cinglants, de tordre le cou aux accusations imaginaires ou pas. »

Emballement

Quelques jours après la révélation d’une plainte pour viol visant le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, « l’Opinion » dénonce en manchette « l’emballement » autour de ce que le quotidien appelle le hashtag « BalanceTonPol ».

« Dans un monde de rumeurs et de dénonciations, le doute profite désormais à l’accusation. Plus d’amnistie, plus de droit à l’oubli. En somme, la justice ne compte plus », dénonce Nicolas Beytout, le patron du site d’information économique.

catalog-cover-large dans

« Et maintenant Nicolas Hulot ! Rien décidément, ni personne ne semble plus en capacité de résister à l’onde de choc de l’affaire Weinstein », constate Xavier Brouet dans « le Républicain lorrain ». « Si le fait d’être ministre ne doit pas accorder de protection particulière ni empêcher une investigation critique, ce rôle n’en fait pas non plus la cible privilégiée pour des accusations de droit commun », estime Daniel Muraz dans « le Courrier picard ».« Information ne doit pas rimer avec inquisition », professe Baptiste Laureau dans « Paris-Normandie ».

(avec AFP)

L'Obs
Publié dans:"AFFAIRES" |on 9 février, 2018 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente