Archive pour le 2 mars, 2018

La lettre de Laurent Joffrin…………..(02/03/2018)

Libération 02 mars 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

L’obsession des frontières

Lentement mais sûrement, la peste nationaliste continue de produire ses effets délétères. Donald Trump décide d’instaurer des droits de douanes sur les importations d’acier. Il veut protéger son industrie sidérurgique : on peut le comprendre. Mais cette décision suscite la colère des alliés les plus sûrs des Etats-Unis : l’Union européenne, le Canada et la Corée du Sud. Outre qu’il handicapera les entreprises du secteur dans ces trois zones et renchérira les coûts de production aux Etats-Unis, ce protectionnisme agressif risque fort de déboucher sur une guerre commerciale entre les grandes nations industrielles, qui réduira les échanges et augmentera les prix. Theresa May tente de s’extraire du piège dans lequel le Brexit a jeté le Royaume-Uni. Elle veut sortir du marché unique sans en sortir, conserver ses avantages sans en accepter les inconvénients. Du coup, les rapports se tendent entre Londres et Bruxelles. La presse populaire déverse un torrent d’insanités sur l’Union européenne, laquelle n’est pas prête à se laisser faire. L’hostilité s’installe de part et d’autre de la Manche.

A cela s’ajoute l’inextricable imbroglio de la frontière entre Irlande du Nord et du Sud. L’Irlande est dans l’UE, l’Ulster fait partie de la Grande-Bretagne, qui sort de l’UE. Le Brexit suppose donc le rétablissement d’une ligne de démarcation entre les deux Irlandes, avec contrôles policiers et droits de douane. Mais l’abolition de toute frontière physique était une des conditions de l’apaisement du conflit avec l’IRA. Le Brexit fait maintenant planer la menace d’un nouvel affrontement entre Irlandais et Anglais, et d’une nouvelle tension entre Irlandais catholiques et protestants. Belle réussite… Jusqu’ici les grandes démocraties avaient choisi la voie de la coopération, en réglant pacifiquement leurs différends. Le populisme les entraîne dans les impasses de l’hostilité permanente. Le nationalisme repose sur l’idée que chacun peut se retrancher derrière ses frontières pour défendre ses intérêts. Tout le monde y gagne, disent ses partisans. Il faut craindre, en fait, que tout le monde y perde.

Laurent Joffrin
Publié dans:Etranger |on 2 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Et tant pis mpour nous………………………(02/03/2018)

Canal+ interrompt la diffusion des chaînes gratuites du groupe TF1

Canal+ avait porté plainte contre TF1 mardi, en raison d’un différend sur la diffusion de ses chaînes gratuites.

Le siège de Canal+, le 27 novembre 2017 à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). 
Le siège de Canal+, le 27 novembre 2017 à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).  (MARTIN BUREAU / AFP)
avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le 02/03/2018 | 00:20
publié le 01/03/2018 | 23:48

image il y a 2 heuresL’assurance chômage sera réformée sans ordonnances, assure la ministre du Travail

Le conflit s’enlise. La direction de Canal+ a annoncé qu’elle interrompait la diffusion des chaînes gratuites du groupe TF1, jeudi 1er mars, faute de parvenir à un accord commercial avec ce dernier. Dans un communiqué publié jeudi, Canal+ dénonce « les exigences financières déraisonnables et infondées » de TF1.

« Le groupe Canal+ regrette l’impasse dans laquelle se trouvent les négociations avec le groupe TF1 après 18 mois de discussions », écrit la chaîne dans un communiqué. Canal+ « se voit contraint d’interrompre la diffusion des chaines TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films, LCI et leurs services associés », poursuit-elle.

Bras de fer avec Canal+ et Orange

Le groupe TF1 a engagé un bras de fer avec les opérateurs, afin d’obtenir une rémunération pour ses chaînes en clair, qu’il fournissait gratuitement jusqu’ici. Il a signé de nouveaux contrats avec SFR et Bouygues Telecom, mais les négociations avec Canal+ et Orange butent sur le montant des droits de diffusion.

Mardi, Canal+ avait annoncé avoir porté plainte contre TF1, en raison de ce différend sur la diffusion de ses chaînes gratuites. Selon les informations de BFM Business« TF1 réclame à Canal une vingtaine de millions d’euros par an, soit quasiment dix fois plus que jusqu’à présent ». 

Canal+ a mis sa décision jeudi sur le compte de « l’intransigeance du groupe TF1 qui abuse de sa puissance de marché ».  »Le groupe Canal+ réaffirme son souhait de pouvoir diffuser les chaînes gratuites du groupe TF1 mais n’entend pas payer pour la diffusion de ces chaînes », affirme la chaîne.

Publié dans:Médias |on 2 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Bonne nouvelle ?? (02/03/2018)

L’assurance chômage sera réformée sans ordonnances, assure la ministre du Travail

Muriel Pénicaud a accordé un entretien au « Parisien » daté de vendredi. Elle annonce notamment que le gouvernement ira « plus loin » que les partenaires sociaux sur l’indemnisation chômage des démissionnaires.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud à l\'Elysée, à Paris, le 12 janvier 2018.
La ministre du Travail Muriel Pénicaud à l’Elysée, à Paris, le 12 janvier 2018. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le 02/03/2018 | 08:56
publié le 02/03/2018 | 06:39

image il y a 2 heuresL’assurance chômage sera réformée sans ordonnances, assure la ministre du Travail

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, promet que l’assurance chômage sera réformée sans légiférer par ordonnances, contrairement au Code du travail, dans une interview publiée jeudi 1er mars sur le site du Parisien. Elle présente une réforme qui suit dans ses grandes lignes les termes de l’accord conclu le 22 février par les syndicats et le patronat.

« Nous sommes en phase avec le texte de l’accord », déclare la ministre. Concernant notamment la lutte contre les contrats précaires, « nous allons respecter ce que les partenaires sociaux ont prévu dans leur accord », assure-t-elle. Celui-ci demande aux branches professionnelles de réduire, par la négociation, le recours aux contrats courts. Le texte prévoit aussi une indemnisation pour les salariés qui démissionnent en vue d’une reconversion professionnelle.

Les démissionnaires indemnisés comme les autres

La ministre annonce que le gouvernement ira « plus loin » que les partenaires sociaux sur l’indemnisation chômage des démissionnaires, avec un droit mobilisable « tous les cinq ans » au lieu de sept.

Autre différence : ce nouveau droit sera mobilisable par un démissionnaire souhaitant « créer son entreprise ». Après l’avoir un temps envisagé, les partenaires sociaux avaient, eux, retiré cette possibilité de leur texte final.

En revanche, la ministre valide la proposition des partenaires sociaux d’indemniser les démissionnaires dans « les mêmes conditions que n’importe quel chômeur », alors qu’elle tablait initialement sur un droit minoré. Avec les critères retenus par le gouvernement, la mesure concernerait « entre 20 000 et 30 000 personnes par an » et coûterait « quelques dizaines de millions d’euros supplémentaires » par rapport aux 180 millions budgétés par les partenaires sociaux.

Publié dans:Chômage |on 2 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente