Archive pour le 22 mars, 2018

Pas mal…………………….(22/03/2018)

DIRECT. Manifestations à Paris : 47 800 personnes ont défilé dans la capitale, selon notre décompte indépendant

Les syndicats de fonctionnaires avaient appelé à la mobilisation contre la réforme de la fonction publique. Ils ont été rejoints par les cheminots, en colère contre la réforme de la SNCF annoncée par le gouvernement.

Publié dans:GREVES |on 22 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Inévitable…………………………..(22/03/2018)

Logo Francetv info 16h02
Alerte info
Des heurts éclatent à Paris entre manifestants et forces de l’ordre. Suivez notre direct
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:GREVES |on 22 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Il est beau le gourou, il est beau……………(22/03/2018)

« Relu par JLM » : le SMS de Chikirou qui prouve que Mélenchon s’implique dans Le Média

"Relu par JLM" : le SMS de Chikirou qui prouve que Mélenchon s'implique dans Le Média
Sophia Chikirou, entourée des salariés du Média, le 26 février (Le Média/Capture d’écran) (Capture d’écran)

D’après un message révélé par « le Point », le manifeste du Média a été relu par Jean-Luc Mélenchon avant d’être envoyé aux signataires.

Par L’Obs

Publié le 22 mars 2018 à 11h11

Le Media, la webtélé lancée le 15 janvier dernier et confrontée depuis fin février à des départs en cascade de journalistes, est d’abord et avant tout la télévision de Jean-Luc Mélenchon. On avait fini par le comprendre, nous direz-vous. Peut-être, mais le magazine « le Point » en apporte la preuve définitive dans son édition du 22 mars.

La preuve ? C’est un message envoyé le 11 septembre dernier sur Telegram par Sophia Chikirou, l’ex-directrice de communication de Jean-Luc Mélenchon, la fondatrice et actuelle directrice générale du Média. Voilà ce qu’elle disait à l’époque à ses futurs collègues :

« Voici le texte du manifeste : relu par JLM, vous pouvez m’envoyer vos corrections avant demain matin. Et demain on démarre la quête des signataires. » 

 

Publié dans:"AFFAIRES" |on 22 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Bravo Sarko……………………….(22/03/2018)

Logo Francetv info 12h09
Alerte info
« Corruption passive », « financement illégal de campagne »… On vous explique ce que la justice reproche à Sarkozy (et ce qu’il risque)
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 22 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Grèves…………………………..(22/03/2018)

Logo Francetv info 12h39
Alerte info
La SNCF annonce 35,4% de grévistes, l’Education nationale 12,8%. Suivez notre direct
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:GREVES |on 22 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Grèves………………………………….(22/03/2018)

Rail

SNCF : les syndicats affichent un front commun

Par Franck Bouaziz — 22 mars 2018 à 07:01

Photo Jean-Sébastien Evrard. AFP

Malgré quelques divergences sur la manière d’organiser les arrêts de travail, les quatre organisations représentatives affronteront ensemble la direction sur le projet de réforme du groupe ferroviaire.

  • SNCF : les syndicats affichent un front commun

Près de quatre heures de discussions pour harmoniser une position commune. Les quatre syndicats représentatifs de la SNCF ont passé l’après-midi en conclave pour mettre au point une position commune dans la perspective de la journée de mobilisation de ce jeudi, et du mouvement de grève, plus long, qui débutera le 3 avril. Le mode opératoire choisi à partir de cette date a pour le moins surpris lorsqu’il a été annoncé, la semaine dernière. Un arrêt de travail de deux jours suivi de trois jours de reprise et à nouveau deux jours d’interruption. Le tout sur une période de trois mois. Ce choix, loin de satisfaire tous les syndicats, a été critiqué dès le départ par l’un d’entre eux, SUD-rail, partisan d’une mobilisation plus dure avec une grève reconductible de jour en jour. Une manière de peser plus fortement avant l’examen, au Parlement, du projet de loi autorisant le gouvernement à réformer la SNCF par ordonnances.

Au final, les syndicats partent unis, et vont même prendre la plume pour écrire, de concert, à la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Leur missive sera en fait une réponse à un courrier reçu hier et indiquant que le gouvernement était prêt à transformer les concertations actuelles en véritables négociations, dont les avancées pourraient être actées. Chiche ! devraient répondre en substance les syndicats, qui demandent néanmoins d’aborder une liste de huit points, dont la dette, l’avenir du fret ou encore les droits sociaux des cheminots. Les syndicats ont prévu de se revoir le 29 mars, à quelques jours du début de leur mouvement, qui débutera le 3 avril.

Infographie — Le calendrier des jours de grève à la SNCF

Du côté de la SNCF, on se prépare à un conflit particulièrement dur. La mobilisation s’annonce très importante en Ile-de-France, mais aussi dans certaines régions, comme les Hauts-de-France. «Je ne crois pas à un schéma  »deux jours de perturbation et trois jours de trafic normal », sachant qu’une organisation, SUD, a appelé à une grève reconductible», pronostique Alain Krakovitch, le directeur général de Transilien, les trains d’Ile-de-France.

«Je n’ai jamais vu ça»

La direction de l’opérateur ferroviaire est d’autant plus remontée qu’un courrier électronique de la CGT est venu lui amener, sur un plateau, une mise en cause de cette stratégie syndicale. Ce mail, révélé par le Parisien, est une invitation à perturber officieusement le service durant les jours où, normalement, la grève est suspendue. Le numéro 1 de la SNCF, Guillaume Pepy, a saisi la balle au bond : «En vingt ans de maison, je n’ai jamais vu ça. On va avoir une grève low-cost pour les salariés et maximale pour les usagers.» En clair, la CGT est suspectée de vouloir minimiser les retenues sur la feuille de paie des grévistes tout en optimisant les perturbations.

À lire aussi : Fonctionnaires, cheminots… qui sera en grève ce jeudi et pourquoi ?

L’une des inconnues de ce mouvement demeure le niveau de mobilisation des cadres. Cette catégorie de salariés n’est en effet pas tenue à une déclaration préalable de grève. Difficile, donc, d’évaluer s’ils seront nombreux à s’associer à ce mouvement. Néanmoins, les perspectives d’ouverture à la concurrence des lignes nationales comme régionales ne menacent pas uniquement les salariés affectés au fonctionnement des trains. L’encadrement risque aussi d’y laisser des plumes, d’où le sentiment diffus qu’ils pourraient être nombreux à poser leur sac. Et cela aussi, en vingt ans de SNCF, le PDG, Guillaume Pepy, risque de ne pas l’avoir beaucoup vu.

Franck Bouaziz

Liberation.fr
Publié dans:Non classé |on 22 mars, 2018 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente