Cafouillage majoritaire………………………(04/04/2018

Projet de loi asile et immigration : des députés franc-tireurs de LREM à la manœuvre

Projet de loi asile et immigration : des députés franc-tireurs de LREM à la manœuvre
Gérard Collomb à l’Assemblée nationale, le 22 novembre 2017. (F. GUILLOT/AFP)

Certains députés cherchent à adoucir les dispositions les plus dures du texte, sans toucher à sa philosophie générale. D’autres veulent aller plus loin.

Par L’Obs

Publié le 04 avril 2018 à 09h55

Le projet de loi « asile et immigration », qui arrive en commission ce mercredi 4 avril, fait l’objet d’une offensive marquée des députés LREM, dont certains espèrent des concessions sur ce texte controversé, voire pour les francs-tireurs du groupe une réécriture.

Pendant au moins deux jours – mercredi et jeudi – les députés vont passer au crible quelque 900 amendements, dont pas moins de 363 LREM, avant l’examen dans l’Hémicycle, qui doit débuter le 16 avril. Dès mardi soir, Gérard Collomb est venu défendre son projet de loi, tout en entrouvrant la porte à un assouplissement des dispositions sur la durée maximale de la rétention, se disant « prêt à étudier » les propositions des députés.

 

 

« Je forme le vœu que nous sachions collectivement nous montrer dignes des enjeux qui sont ceux de la période », a-t-il affirmé, après des semaines de pédagogie auprès des députés, invités pour les uns à dîner, emmenés pour les autres au Niger ou en Albanie, depuis que les controverses ont commencé fin 2017.

« J’ai peur que si jamais nous ne résolvions pas le problème qui est devant nous [...], d’autres demain se chargent de le résoudre sans humanisme mais avec une grande volonté d’efficacité », a-t-il mis en garde.Une allusion voilée aux montées des partis populistes en Europe.

« J’entends les préoccupations exprimées »

Mesure phare – indispensable selon Beauvau pour éloigner les déboutés de l’asile – l’allongement de la durée maximale de la rétention devrait être rabotée. Plusieurs scénarios LREM ramènent le plafond à 90 jours grand maximum, rebonds compris (au lieu de 135 jours avec les prolongations dans la version gouvernementale).

« J’entends les préoccupations exprimées » et « sans perdre de vue la nécessité d’un allongement du temps de la rétention,je suis prêt à étudier avec votre commission les modalités les plus appropriées pour concilier humanité et efficacité », a affirmé Gérard Collomb. 

 

Publié dans : Politique |le 4 avril, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente