Archive pour le 5 avril, 2018

Attention à Facebook………………..(05/04/2018)

Facebook : le scandale Cambridge Analytica s’amplifie, Zuckerberg bientôt au Congrès

Facebook : le scandale Cambridge Analytica s'amplifie, Zuckerberg bientôt au Congrès
Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, le 18 avril 2017 (Noah Berger/AP/SIPA)

Les données de 87 millions d’utilisateurs de Facebook auraient été captées par la firme anglaise. Mark Zuckerberg sera entendu la semaine prochaine par des parlementaires.

Par L’Obs

Publié le 05 avril 2018 à 07h16

Le scandale autour de la diffusion de données personnelles d’utilisateurs de Facebook a pris une nouvelle ampleur mercredi 4 avril, le réseau social estimant à quelque 87 millions, contre 50 évoqués jusqu’ici, le nombre de membres dont les données personnelles ont pu être récupérées à leur insu par Cambridge Analytica.

C’est sur ce scandale ainsi que sur sa réponse, jugée tardive, aux manipulations politiques attribuées à la Russie que Mark Zuckerberg, le patron du groupe, devra s’expliquer la semaine prochaine devant des parlementaires américains très remontés.

Mark Zuckerberg a de nouveau admis mercredi des « erreurs » par le passé, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

« Je pense que la vie, c’est apprendre des erreurs », a dit Zuckerberg, qui s’est une nouvelle fois engagé « à faire mieux à l’avenir » même si « aucune mesure de sécurité ne sera parfaite ». Il a néanmoins assuré qu’il était toujours la bonne personne pour diriger le groupe malgré toutes les polémiques qui ternissent fortement l’image du réseau social, dont le modèle économique repose sur l’exploitation des données personnelles de ses utilisateurs.

Cambridge Analytica nie

Il a aussi indiqué que « jusqu’à 87 millions d’utilisateurs« , essentiellement aux Etats-Unis et en comptant « large », avaient pu voir leurs données personnelles tomber entre les mains de la firme britannique Cambridge Analytica (CA), soit bien plus que le chiffre avancé jusque-là par la presse, autour de 50 millions.

Mais la firme d’analyses de données et de communication stratégique, qui travailla pour la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016, a réfuté ce chiffre, indiquant n’avoir reçu les données que de « 30 millions » de personnes via la société Global Science Research (GSR) qui les lui a, selon Facebook, transmises sans autorisation. GSR avait mis au point une application de tests psychologiques, qui fut téléchargée par plus de 300.000 personnes via leur compte Facebook.

 

CA a aussi répété dans un communiqué ne pas avoir utilisé ces données dans le cadre de la campagne de Trump et qu’elle les avait effacées lorsque Facebook l’avait informé, en 2015 selon le réseau social, du fait qu’elles avaient été transmises sans autorisation. 

A l’époque, Facebook laissait des applications tierces accéder non seulement aux données des usagers ayant utilisé l’application mais aussi à celles de leurs amis, ce qui explique le nombre très élevé de personnes potentiellement concernées. L’accès aux données des amis par ce biais a été depuis supprimé, assure le réseau aux plus de 2 milliards d’utilisateurs.

Suppressions de faux comptes

Empêtré dans ce nouveau scandale, Mark Zuckerberg s’est engagé dans une contre-offensive politique et médiatique pour convaincre les utilisateurs, et les pouvoirs publics aux Etats-Unis et dans le reste du monde, que le site a pris conscience de sa responsabilité et agit pour protéger ses usagers de toute exploitation malveillante de leurs données ainsi que contre toute opération de propagande ou de désinformation politique.

Encore mercredi, le groupe a détaillé ses mesures destinées à rendre plus clairs et transparents les paramètres de confidentialité puis, dans un autre texte, expliquer ce qu’il comptait faire pour limiter la diffusion de données personnelles vers des tiers.

 

Mardi, Mark Zuckerberg avait également annoncé la suppression de 270 pages et comptes Facebook et Instagram gérés par la société russe Internet Research Agency (IRA), qui se trouvait déjà, selon le renseignement américain, derrière une opération de désinformation lancée pour déstabiliser la campagne présidentielle américaine de 2016, utilisant notamment les réseaux sociaux. 

« Nous avons déterminé que l’IRA utilisait un réseau complexe de faux comptes pour berner les gens », a écrit Mark Zuckerberg sur sa page Facebook.

Au Congrès les 10 et 11 avril

Mark Zuckerberg, 33 ans, témoignera au Congrès la semaine prochaine sur toutes ces polémiques. Il a confirmé sa venue mercredi 11 avril à 10 heures (16 heures à Paris) devant la commission du Commerce de la Chambre des représentants.

 

 

Il sera aussi entendu lors d’une audition conjointe par les commissions des Affaires juridiques et Commerce du Sénat le 10 avril à 14h15, a annoncé la commission juridique dans un communiqué mercredi soir. Il sera le seul témoin ce jour-là, précise la commission, qui avait initialement convié aussi les patrons de Google et Twitter.

Le scandale CA a déjà coûté cher au groupe, qui a vu s’envoler plus de 80 milliards de dollars de valorisation boursière depuis la mi-mars.

(Avec AFP)

L'Obs

L’Obs

Attention à Facebook....................(05/04/2018) dans Médias
oba-icon dans Médias
Publié dans:Médias |on 5 avril, 2018 |Pas de commentaires »

Que justice soit (bien) faite………………..(05/04/2018)

Justice

Terrorisme : début du procès de la «filière de Lunel»

Par Chloé Pilorget-Rezzouk — 5 avril 2018 à 07:10
Le quartier de l'Abrivado à Lunel, dont sont originaires beaucoup de candidats au jihad.
Le quartier de l’Abrivado à Lunel, dont sont originaires beaucoup de candidats au jihad. Photo Pascal Guyot. AFP

Cinq hommes comparaissent jusqu’au 11 avril devant le tribunal correctionnel de Paris. Ils sont soupçonnés d’avoir appartenu à la «filière» de cette commune de l’Hérault funestement connue pour les départs de ses jeunes en Syrie.

  • Terrorisme : début du procès de la «filière de Lunel»

Une filière «particulièrement dangereuse et organisée», avait décrété Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur. Trois semaines à peine après les attaques terroristes de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, le 27 janvier 2015, les policiers du Raid et les gendarmes du GIGN effectuaient une descente au cœur de la petite ville de Lunel (Hérault) et de deux communes environnantes. Orchestré par la DGSI, le coup de filet se soldait par l’arrestation de cinq hommes, dont deux fraîchement rentrés de Syrie. Aujourd’hui âgés de 29 à 47 ans, ils comparaissent à partir du 5 avril devant le tribunal correctionnel de Paris, pour «association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes». Deux d’entre eux seront aussi jugés pour «financement d’une entreprise terroriste» dans ce dossier dit de la «filière» jihadiste de Lunel.

S’ils ne seront que cinq sur le banc des prévenus, ils sont une vingtaine de jeunes Lunellois – femmes et enfants compris – à être partis, entre l’automne 2013 et décembre 2014, rejoindre les rangs de l’Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie. Les morts successives, à partir de l’automne 2014, de huit d’entre eux, avaient jeté Lunel et ses 25 000 habitants sous les projecteurs. Politiques et médias s’étaient rués vers cette commune camarguaise, classée zone de sécurité prioritaire depuis 2012 et bientôt désignée «capitale du jihad», «laboratoire miniature du jihad made in France» ou encore comme l’un des 100 «Molenbeek français».

Parmi les cinq prévenus, seuls Adil B. et Ali A. ont fait le voyage jusqu’en zone irako-syrienne. Malgré les données téléphoniques et électroniques récoltées, le second a nié devant les enquêteurs s’y être rendu, tandis que le premier a invoqué des raisons humanitaires. Hamza M., Jawad S. et Saad B. n’ont, eux, jamais quitté Lunel, où le taux de chômage qui avoisine les 20% est l’un des plus importants du département.

Une bande de copains

Tous ou presque se connaissent depuis l’adolescence, ont fréquenté le même collège ou le même lycée. La bande de copains – et de frères – se rend régulièrement à la mosquée locale El-Baraka, un temps sous le feu des critiques après que son gérant a refusé de condamner le départ de certains jeunes. Mais c’est en marge du lieu de culte que ces Lunellois développent et consolident leur relation dans le cadre d’un «groupe de prière».

Jawad S., 34 ans, est d’ailleurs soupçonné d’avoir organisé des «assises» religieuses durant lesquelles il aurait incité au départ. Selon Adil B., Jawad abordait lors de ces discussions des thèmes comme «l’invisible, les anges, Dieu, le paradis, l’enfer». Trois jeunes Lunellois morts en Syrie, dont Houssem et Karim, les frères de Hamza M. et Saad B., y ont assisté. Devant les enquêteurs, le jeune homme au parcours professionnel chaotique a réfuté cette accusation, assurant être contre le jihad armé, et affirmant avoir été pris dans une «mascarade», après une période éprouvante post-divorce.

Le conflit syrien nourrira pourtant en continu les discussions du groupe qui avait ses habitudes au snack le Bahut, tenu par Karim B., alias «le Chinois», qui sera l’un des premiers à partir. Ensemble, les jeunes hommes regardent sur Internet des photos et vidéos de propagande jihadiste, les partagent entre eux. Un groupe qui, selon l’instruction, «a créé les conditions d’une émulation jihadiste collective», sans pour autant «constituer en soi une filière». À l’époque, une sorte de surenchère régnait dans la ville pour «se faire mousser», arguera l’un des prévenus auprès des enquêteurs, décrivant «une ambiance un peu jihad». C’était «à celui qui en montre le plus, celui qui ne parle que de ça».

Hamza M., «personnage central» ?

La vague de départs, qui vaudra à la ville sa sinistre réputation, commence en novembre 2013. Suivront des voyages tout au long de l’année suivante. Pour les enquêteurs, Hamza M., originaire du quartier de l’Abrivado, comme de nombreux Lunellois partis en Syrie, aurait joué un rôle essentiel auprès des nombreux candidats au jihad. Qualifié de «personnage central», il est soupçonné d’avoir été le plus actif au sein de la cellule lunelloise en devenant le principal «relais» entre la bourgade camarguaise et le Levant.

C’est d’ailleurs par son biais que l’arrivée sur place de Karim B. – pionnier lunellois sur le front irako-syrien et mort dans des combats en décembre 2014 – aurait pu être assurée dans de bonnes conditions. Hamza connaissait bien Karim et son frère Saad, qu’il côtoyait au Bahut. Lorsque Karim se retrouve, en novembre 2013, à la frontière turco-syrienne, Hamza remue ainsi ses contacts pour organiser son accueil et lui permettre d’intégrer une «katiba» (unité de combattants). Il passe notamment par un Albanais du nom de Johan Juncaj, proche de l’un des principaux recruteurs français, Mourad Farès, aujourd’hui incarcéré depuis son retour de Syrie, en septembre 2014.

Sur place, les premiers Lunellois établis, dont Karim, vont faciliter autant qu’ils peuvent l’arrivée de nouveaux compagnons, en mobilisant leurs relations ou en demandant, par exemple, à leurs proches de récolter de l’argent et du matériel. Ce pionnier sollicite ainsi l’aide de son frère Saad B., aujourd’hui accusé de lui avoir transmis 190 euros et d’avoir envoyé sa femme à l’aéroport de Marseille pour qu’elle puisse le rejoindre.

Crises de panique

Comme l’attestent des écoutes téléphoniques, Hamza M. est quant à lui resté en contact, toujours depuis Lunel, avec des Français présents dans la zone irako-syrienne. Le jeune homme – qui a perdu ses frères cadets (Houssem, 23 ans, et Sabri, 19 ans), officiellement dans un bombardement en octobre 2014 imputé à l’armée de Bachar al-Assad – est notamment effrayé à l’idée que ses copains lunellois s’affrontent au sein de brigades ennemies.

Au printemps 2014, bien informé, il renseigne ainsi Karim sur une potentielle offensive de l’Etat islamique, auprès duquel s’engageront ensuite les Lunellois, sur la katiba «Jaych Mohamed». C’est dans cette même brigade qu’Adil B., lui aussi parmi les premiers à partir, passe quelques semaines où il reste assigné aux tâches ménagères et à la cuisine à cause de fortes crises de panique. Avant de rentrer rapidement, en janvier 2014. Décrit par son entourage comme «influençable», il dira aux policiers être habité par un «djinn» et être parti en Syrie pour des raisons humanitaires.

Devant les enquêteurs, Hamza M. a reconnu être resté en lien avec des Lunellois, mais a réfuté toute activité de recruteur. Dans une ville rongée par le racisme, scindée en deux entre les «Pescalunes» – Lunellois de naissance – et les autres, le Lunellois d’origine tunisienne a aussi expliqué s’être enfermé dans un repli communautaire, après deux ans de chômage et un parcours professionnel chaotique : «J’ai fait un BTS compta, et à l’issue de ce BTS, tous les Français « de souche » ont trouvé un taf et les deux seuls Arabes de la classe, on n’a pas trouvé de travail.»

Il a notamment été décrit aux enquêteurs comme «le plus religieux de tous» par l’ex président de la mosquée El-Baraka. Placé sur écoute, Hamza flambait en décembre 2014, en pleine conversation avec son copain Adil B.: «Lunel, c’est la ville française la mieux représentée au sein de l’Etat islamique». Le procès se tiendra jusqu’au 11 avril.

Chloé Pilorget-Rezzouk

Liberation.fr
Publié dans:TERRORISME |on 5 avril, 2018 |Pas de commentaires »

EnMarche…………………….arrière…………(05/04/2018)

  1. Grève SNCF : le gouvernement joue désormais la prudence

Grève SNCF : le gouvernement joue désormais la prudence
Des trains en gare de Lyon le 4 avril 2018 à Paris. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Léger changement de ton du côté de l’exécutif.

Par L’Obs

Publié le 05 avril 2018 à 10h00 

Alors que s’achève à la SNCF le deuxième jour d’une grève suivie – elle reprend samedi – une légère inflexion est perceptible dans les éléments de langage du gouvernement au sujet du mouvement social.

Le Premier ministre Edouard Philippe a décidé mercredi de reporter un déplacement au Mali afin de passer le week-end à Paris. Sur France-Inter ce matin, il s’est dit « ouvert » à une reprise d’une partie de la dette de la SNCF (47 milliards d’euros). Avec des réserves toutefois :

« Je suis ouvert à la discussion mais pas n’importe comment, pas à n’importe quel rythme, et en contrepartie d’engagements extrêmement clairs, extrêmement fermes, et qui transforment le fonctionnement opérationnel de l’entreprise. »Mercredi, au deuxième jour du premier épisode d’une grève, de deux jours sur cinq, annoncée jusqu’au 28 juin, à l’appel de la CGT, l’Unsa et la CFDT, la participation globale était annoncée en baisse par la direction de la SNCF, avec 29,7% de grévistes « en milieu de matinée » (33,9% la veille).

Mais les trois quarts des conducteurs restaient mobilisés (74% contre 77% mardi) et il y avait davantage de contrôleurs (77% contre 69%) et d’aiguilleurs (46% contre 39%) en grève.

Moins de brutalité

« Le gouvernement ira jusqu’au bout », a bien fait savoir le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux à la sortie du conseil des ministres mercredi. Avec une précision : Emmanuel Macron a demandé aux ministres de  »continuer à expliquer calmement et posément » cette réforme et à « ne jamais stigmatiser personne ».

Le ton est bien différent de celui employé lundi par plusieurs parlementaires de la majorité. On a entendu Gabriel Attal, porte-parole de LREM et élu dans les Hauts-de-Seine, parler de « gréviculture » pour désigner cette grève qu’il ne « comprend pas ». Ou Sylvain Maillard, député de Paris, moquer les cheminots chez qui « il y en a un qui travaille et dix qui surveillent ». Ou encore Gilles Le Gendre, parler de « jusqu’au-boutistes ».

 

 

D’autres élus LREM auraient, en coulisse, invité l’exécutif à faire preuve de moins de brutalité sur le dossier de la SNCF, selon « le Parisien ».

Un mot d’ordre qui semble avoir été entendu jusque chez Guillaume Pepy, le patron de la SNCF. Dans une interview publiée par les quotidiens régionaux du groupe Ebra ce jeudi, il assure que le dialogue n’est « pas rompu » et fait savoir qu’il n’a « jamais accepté et n’accepterait(t) jamais qu’on dise » des cheminots « qu’ils sont privilégiés », en référence aux attaques visant ce statut, qui prévoit notamment la garantie d’emploi à vie.

Un soutien en hausse

44% des Français approuvent la mobilisation des cheminots, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié ce mercredi. Une hausse de six points par rapport au précédent sondage. 41% s’y opposent. Dans l’ensemble, 56% des sondés estiment que le gouvernement doit modifier sa réforme, en tenant compte de la contestation actuelle.

La cagnotte de solidarité avec les cheminots grévistes, lancée le 23 mars par une trentaine d’écrivains, réalisateurs ou encore universitaires, avait dépassé ce jeudi matin les 280.000 euros collectés.

La concertation entre le gouvernement et les syndicats de cheminots reprend cet après-midi au ministère des Transports.

A.R.

L'Obs

L’Obs

Publié dans:Non classé |on 5 avril, 2018 |Pas de commentaires »

Il est populaire le Jonas………………..(05/04/2018)

  1. Accueil
  2. Politique
  3. Emmanuel Macron
Emmanuel Macron

Rouen. Emmanuel Macron hué en marge d’une visite consacrée à l’autisme

Manifestation devant le CHU de Rouen le 5 avril 2018.
Manifestation devant le CHU de Rouen le 5 avril 2018. | CHRISTOPHE ENA / AFP

  • Manifestation devant le CHU de Rouen le 5 avril 2018.
    Manifestation devant le CHU de Rouen le 5 avril 2018. | CHRISTOPHE ENA / AFP
Manifestation devant le CHU de Rouen le 5 avril 2018.
Manifestation devant le CHU de Rouen le 5 avril 2018. | CHRISTOPHE ENA / AFP

Par Ouest-France

Modifié le 05/04/2018 à 11h55

Publié le 05/04/2018 à 11h00

Le président Emmanuel Macron est arrivé sous les huées ce jeudi à Rouen, à l’occasion d’une visite dans l’unité d’intervention développementale précoce de l’autisme (Unidep) du CHU. Les forces de l’ordre ont empêché les manifestants d’approcher du bâtiment de pédiatrie dans lequel se trouvait le président.

Emmanuel Macron s’est rendu jeudi matin dans un service hospitalier spécialisé dans la détection précoce des enfants autistes à Rouen, devant lequel se sont rassemblés entre 150 et 200 manifestants.

Ce déplacement en Seine-Maritime était organisé à la veille de la présentation par le Premier ministre Édouard Philippe du 4e plan autisme, qui doit augmenter les moyens destinés à mieux diagnostiquer et accompagner les personnes atteintes de ce trouble neuro-développemental.

Le président est arrivé vers 10 h dans l’unité d’intervention développementale précoce (Unidep) du CHU de Rouen. Il est accompagné de son épouse Brigitte, engagée dans l’accompagnement des autistes, la ministre de la Santé Agnès Buzyn et la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées Sophie Cluzel.

 

Il est populaire le Jonas....................(05/04/2018) dans Politique
Emmanuel Macron en visite au CHU de Rouen, le jeudi 5 avril 2018. | Reuters

 

A l’extérieur du CHU, des manifestants portant des drapeaux de la CGT, de SUD ou de la CFDT des services de santé ou des services territoriaux criaient : « Résistance » ou « Macron dégonflé, on t’attend ». Quelques étudiants étaient parmi eux, alors que les forces de l’ordre les empêchaient d’approcher du bâtiment de pédiatrie dans lequel se trouvait le président.

 

 

L’unité de Rouen est spécialisée dans le diagnostic précoce des troubles du spectre autistique, alors qu’il faut en moyenne un an et demi pour obtenir un diagnostic en France.

La France « pas au niveau »

« En matière de politique de l’autisme, la France n’est pas au niveau », a récemment reconnu Mme Cluzel. Les familles concernées sont trop souvent exposées à un « parcours du combattant indigne de notre République » et « la France se trouve loin derrière de nombreux pays de l’OCDE en matière de recherche », soulignait-elle.

Les « troubles du spectre de l’autisme » (TSA) atteignent « environ 1 % de la population », soulignait la Cour des Comptes en janvier. Elle estimait à 700 000 le nombre de personnes concernées en France, dont 600 000 adultes, bien que ces derniers ne soient « qu’environ 75 000 » à être aujourd’hui diagnostiqués.

Ce trouble neuro-développemental se caractérise par des difficultés d’interaction sociale, des comportements répétitifs et des centres d’intérêt restreints ou spécifiques. Il peut s’accompagner ou non d’une déficience intellectuelle.

 

.wbtz-widget-divider{background-color:#000}.wbtz-widget-recommend-bar{position:relative}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-left-arrow,.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-right-arrow{background:rgba(0,0,0,.5);position:absolute;z-index:150;height:calc(100% – 4px);top:3px;opacity:0;pointer-events:none;-webkit-transition:all 250ms 0s ease-in-out;-moz-transition:all 250ms 0s ease-in-out;-o-transition:all 250ms 0s ease-in-out;-ms-transition:all 250ms 0s ease-in-out;transition:all 250ms 0s ease-in-out}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-left-arrow .wbtz-widget-left-arrow-icon,.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-left-arrow .wbtz-widget-right-arrow-icon,.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-right-arrow .wbtz-widget-left-arrow-icon,.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-right-arrow .wbtz-widget-right-arrow-icon{background:url(//cdn4.wibbitz.com/images/arrow-big.svg) center no-repeat;background-size:65%;position:absolute;z-index:151;height:100%}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-left-arrow{transform:scaleX(-1);left:0}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-left-arrow .wbtz-widget-left-arrow-icon{left:0}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-right-arrow,.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-right-arrow .wbtz-widget-right-arrow-icon{right:0}.wbtz-widget-recommend-bar:hover .wbtz-widget-left-arrow,.wbtz-widget-recommend-bar:hover .wbtz-widget-right-arrow{opacity:1;pointer-events:all}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container{overflow:hidden}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-play-icon{background:url(//cdn4.wibbitz.com/images/play-rounded.svg) no-repeat;margin:.28em;width:25px;height:25px;display:inline-block;position:absolute;bottom:12px}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table{display:table}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-clip{display:table-cell;position:relative;padding:3px 3px 0 0}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-clip:last-child{padding:3px 0 0}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-clip .wbtz-widget-clip-poster{background-size:cover}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-clip .wbtz-widget-clip-overlay{background:linear-gradient(to bottom,rgba(255,255,255,.08) 0,rgba(122,122,122,.08) 25%,rgba(0,0,0,.3) 100%);cursor:pointer;position:absolute;z-index:110}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-clip .wbtz-widget-clip-overlay .wbtz-widget-clip-texts{font-family:Roboto,sans-serif;width:100%;height:100%;background:linear-gradient(to top,rgba(0,0,0,.5) 0,rgba(0,0,0,0) 100%);position:absolute;bottom:0;text-align:left}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-clip .wbtz-widget-clip-overlay .wbtz-widget-clip-texts .wbtz-widget-clip-title{width:75%;height:34px;color:#fff;font-size:14px;position:absolute;bottom:10px;overflow:hidden;line-height:17px;margin-left:35px}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-clip .wbtz-widget-clip-overlay .wbtz-widget-clip-texts .wbtz-widget-clip-duration{width:75%;height:17px;color:#fff;font-size:14px;position:absolute;top:10px;overflow:hidden;line-height:17px;margin-left:10px}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-clip .wbtz-widget-now-playing-overlay{font-family:Roboto,sans-serif;background:rgba(0,185,255,.7);cursor:pointer;position:absolute;z-index:102;top:3px}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-clip .wbtz-widget-now-playing-overlay .wbtz-widget-now-playing-title{color:#fff;font-size:14px;position:absolute;font-weight:700;top:10px;height:17px;line-height:17px;margin-left:10px}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-ad{display:table-cell;position:relative;padding:3px 3px 0 0}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-ad .wbtz-widget-ad-poster{background-size:cover}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-ad .wbtz-widget-ad-overlay{background:linear-gradient(to bottom,rgba(255,255,255,.08) 0,rgba(122,122,122,.08) 25%,rgba(0,0,0,.3) 100%);cursor:pointer;position:absolute;z-index:110}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-ad .wbtz-widget-ad-overlay .wbtz-widget-ad-texts{font-family:Roboto,sans-serif;width:100%;height:100%;background:linear-gradient(to top,rgba(0,0,0,.5) 0,rgba(0,0,0,0) 100%);position:absolute;bottom:0}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-ad .wbtz-widget-ad-overlay .wbtz-widget-ad-texts .wbtz-widget-ad-source{width:75%;height:17px;color:#f0f0f0;font-size:12px;position:absolute;bottom:43px;overflow:hidden;line-height:17px;margin-left:35px;font-style:italic}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-ad .wbtz-widget-ad-overlay .wbtz-widget-ad-texts .wbtz-widget-ad-title{width:75%;height:34px;color:#fff;font-size:14px;position:absolute;bottom:10px;overflow:hidden;line-height:17px;margin-left:35px}.wbtz-widget-recommend-bar .wbtz-widget-clips-container .wbtz-widget-clips-container-table .wbtz-widget-ad .wbtz-widget-ad-overlay .wbtz-widget-ad-texts .wbtz-widget-ad-promoted{color:#fff;font-size:12px;position:absolute;top:0;left:0;padding:2px 3px;background:rgba(0,0,0,.4);overflow:hidden;line-height:17px}

Lecture en Cours
Maladie de Crohn. Ils inventent un fromage qui soigne l’intestin
1:15
Le frère de Laeticia Hallyday, Grégory Boudou, placé en garde à vue
0:53
Jean-Pierre Foucault répond aux critiques lancées par Agathe Lecaron
1:16
Espace. Découverte d’Icare, l’étoile la plus lointaine jamais repérée
1:22
La Réunion. Nouvelle éruption du Piton de la Fournaise
1:01
Martin Luther King : 50 ans après sa mort
0:47
Bientôt une amende de 300 € pour les fumeurs de cannabis ?
1:05
Au Carrefour d’Évry, il filme des rats qui jouent au rayon boulangerie
1:21
Santé. La pratique du vélo protègerait notre système immunitaire
1:24
Spotify, roi du streaming musical, fait son entrée en Bourse
1:26
.wbtz-created-by-container .wbtz-created-by-modal{display:none;position:fixed;z-index:10000;left:0;top:0;width:100%;height:100%;overflow:auto;background-color:rgba(0,0,0,.5);font-size:16px}.wbtz-created-by-container .wbtz-created-by-modal.wbtz-show-modal{display:block}.wbtz-created-by-container .wbtz-created-by-modal.wbtz-mobile-modal .wbtz-created-by-modal-content{width:80%;padding:5px}.wbtz-created-by-container .wbtz-created-by-modal .wbtz-created-by-modal-content{position:relative;display:flex;background-color:#fff;text-align:center;margin:10% auto;padding:25px 10px 10px;max-width:580px;border:1px solid #ccc;width:65%;border-radius:4px;box-shadow:0 4px 8px 0 rgba(0,0,0,.2),0 6px 20px 0 rgba(0,0,0,.2);font-weight:700;font-family:Roboto,sans-serif;line-height:1.2}.wbtz-created-by-container .wbtz-created-by-modal .wbtz-created-by-modal-content .wbtz-created-by-close{position:absolute;top:-12px;left:-12px;background-image:url(//cdn4.wibbitz.com/images/close-sprite.png);background-position:center top;background-size:cover;width:30px;height:30px;display:inline-block;background-repeat:no-repeat;border-radius:50%;cursor:pointer}.wbtz-created-by-container .wbtz-created-by-modal .wbtz-created-by-modal-content .wbtz-created-by-close:hover{background-position:center bottom}.wbtz-created-by-container .wbtz-created-by-text{cursor:pointer;color:#999;font-size:12px;font-family:arial;text-decoration:none}.wbtz-created-by-container .wbtz-created-by-text .wbtz-created-by-image{background:url(//cdn4.wibbitz.com/images/wibbitz-logo-sprite.png) center top no-repeat;width:49px;height:16px;margin-bottom:-2px;display:inline-block;ertical-align:text-bottom;padding:0 5px;box-sizing:content-box;-moz-box-sizing:content-box;-webkit-box-sizing:content-box}.wbtz-created-by-container .wbtz-created-by-text:hover .wbtz-created-by-image{background-position:center bottom}.wbtz-created-by-container .ob-api-what,.wbtz-created-by-container .ob-one-line{margin-top:-15px;font-family:Roboto,sans-serif;line-height:1.2}

Powered by
<iframe scrolling="no" kwframeid="7" srcdoc=" html {height: 100%} html, body{padding:0;margin:0} <!–//<![CDATA[ var m3_u = 'https://autopromo.ouest-france.fr/of-ajs-autopromo.php'; var m3_r = Math.floor(Math.random()*99999999999); if (!document.MAX_used) document.MAX_used = ','; document.write (""); //]]>–>
Publié dans:Politique |on 5 avril, 2018 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente