Archive pour le 6 avril, 2018

« Le pinard ça devrait être obligatoire » ………..(06/04/2018)

Logo Francetv info 17h47
Alerte info
Jean-Vincent Placé est convoqué en correctionnelle le 11 juillet prochain, après sa nuit alcoolisée
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 6 avril, 2018 |Pas de commentaires »

Grèves………………………(06/04/2018)

Logo Francetv info 18h08
Alerte info
La CGT estime que la grève à la SNCF pourrait aller « au-delà » de juin
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 6 avril, 2018 |Pas de commentaires »

Grèves……………………………..(06/04/2018)

SNCF: « arbitres » de la guerre de l’opinion, les médias sous la pression des pro et anti-grèves

La gauche radicale accuse la presse de faire le jeu de la réforme. L’exécutif et la SNCF tentent de garder le contrôle des images.

POLITIQUE – Si la grève « saute-mouton » à la SNCF ne fait que commencer, la rengaine, elle, est déjà bien installée. Depuis le début du conflit qui oppose les syndicats et l’opposition de gauche au gouvernement sur la réforme ferroviaire, les médias font régulièrement l’objet de pressions, d’injures voire de menaces sur leur couverture du mouvement social. Un « mediabashing » qui n’a rien d’une nouveauté s’agissant de la France insoumise, mais qui témoigne du rôle assigné à la presse dans la bataille de l’opinion que se livrent les partisans de la grève et l’exécutif.

Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus, plusieurs personnalités de la gauche radicale, du député Jean-Luc Mélenchon au politologue insoumis Thomas Guénolé en passant par le philosophe Frédéric Lordon, un des initiateurs et maître à penser de Nuit Debout, ont ces derniers jours exprimé leur mécontentement pour ne pas dire leur colère vis-à-vis de la couverture des grèves réalisée par les médias traditionnels.

« Une campagne de harcèlement contre les grévistes »

« Les médias font une campagne de harcèlement contre les grévistes. [...] C’est vous, les médias, qui faites un travail de merde. Vous salissez les grévistes! », s’est emporté Jean-Luc Mélenchon en s’adressant à un journaliste qui l’interrogeait sur les perturbations subies par les usagers. Pourfendeur régulier de ce qu’il qualifie de « parti médiatique », l’ancien candidat à la présidentielle avait auparavant accusé sur son blog la presse de « labourer en profondeur et attiser les haines comme à son habitude ».

Dans cette invective visant la presse, la chaîne d’information en continu BFMTV est particulièrement pointée du doigt pour sa couverture jugée abusive des désagréments liés aux blocages. À tel point que les soutiens des grévistes ont relayé de nombreux messages sur Twitter en usant du mot-clé #BFMenteurs, tandis que des syndicalistes ont manifesté sous les locaux de la chaîne en l’accusant de « désinformation ».

 

« La police vous parle tous les soirs à 20h. Cela c’est dédié à BFMTV qui fait des zooms sur les moindres incidents et les moindres problèmes dans les cortèges au lieu de couvrir ce qui se passe dans les manifestations », a ironisé Thomas Guénolé sur France Info, en reprenant le célèbre slogan de Mai 68.

Détracteur viscéral des « médias de l’argent », le philosophe et économiste atterré Frédéric Lordon s’est quant à lui démarqué par la virulence de ses attaques contre la presse à l’occasion d’une réunion à la Bourse du Travail convoquée par le député François Ruffin. « Les médias vont révéler leur parti. Nous aurons droit à tout. Aux sondages à la con. Aux micro-trottoirs à la con. Aux éditocrates à la con », a-t-il critiqué sous les applaudissements en dénonçant leur « haine viscérale de tous les mouvements sociaux », encouragé par un tonitruant « On va les fumer! » venu de l’assistance.

Le thermomètre crucial de l’opinion publique

Plus qu’un désaccord, c’est un rapport de force qui est ici à l’œuvre. Le ton est donné. Et l’accusation limpide. Aux yeux de leurs détracteurs, les médias influeraient négativement sur l’opinion publique au moment où celle-ci affiche un soutien plus affirmé à la cause des cheminots. Or chacun l’a compris, chez les grévistes comme au gouvernement: le soutien de l’opinion va constituer un thermomètre crucial dans les semaines à venir.

« Toutes ces forces vont se scandaliser que nous ayons à la bouche les mots de la bataille. Mais elles mènent la bataille, la leur », a prévenu Frédéric Lordon. « S »il y a des journalistes qui regardent en ce moment, s’il vous plaît, arrêtez de faire campagne contre les grévistes: informez-nous », renchérit Thomas Guénolé.

Le parti médiatique, écrit Jean-Luc Mélenchon, « reste notre seul adversaire réel. Retirez le pilonnage des médias, que reste-t-il à Macron? Où sont ses militants, ses tracts, ses interventions dans la société? Il n’y a en a pas. Notre action au contact des gens peut contrebalancer leur action de propagande anti-populaire. »

Communication de crise

Dans un registre plus classique, l’exécutif et la SNCF s’emploient eux aussi à influer sur la couverture médiatique du conflit social. Tout en soutenant les alternatives à ses trains bloqués, l’entreprise ferroviaire a durci les conditions de tournage dans ses gares, exigeant l’octroi d’autorisations à l’endroit des médias audiovisuels, comme l’a démontré un reportage de l’émission Quotidien. Dans le même temps, la SNCF a fourni à la presse des images d’illustration clé en main de ses gares. Images flattant l’efficacité de ses « gilets rouges » et affichant le calme et la sérénité de ses usagers.

Huffpost

Publié dans:GREVES |on 6 avril, 2018 |Pas de commentaires »

Autisme……………….(06/04/2018)

Handicap

Autisme : cinq fronts contre un scandale français

Par Eric Favereau — 5 avril 2018 à 20:36
Pendant plus de vingt ans, de 1994 à 2016, le photographe français Olivier Coulange (de l’agence Vu) a suivi le quotidien d’Antonin, enfant autiste, et de sa famille. Année après année, il a partagé l’intimité d’Antonin, âgé de 8 ans au début de ce travail photographique et de 32 ans en 2016.
Pendant plus de vingt ans, de 1994 à 2016, le photographe français Olivier Coulange (de l’agence Vu) a suivi le quotidien d’Antonin, enfant autiste, et de sa famille. Année après année, il a partagé l’intimité d’Antonin, âgé de 8 ans au début de ce travail photographique et de 32 ans en 2016. Photo Olivier Coulange. Vu

Le plan pour une meilleure prise en charge globale, présenté ce vendredi, est articulé autour de cinq ambitions : la recherche, la détection et l’intervention précoces, la scolarisation, l’accompagnement des adultes handicapés et le soutien aux familles.

  • Autisme : cinq fronts contre un scandale français

Plus de 340 millions d’euros et «cinq ambitions». Ce vendredi par la voix du Premier ministre et jeudi par celle du président de la République lors d’une visite sur le terrain à Rouen, la «stratégie pour l’autisme au sein des troubles neuro-développementaux» a été dévoilée.

Il est peu de dire qu’elle était très attendue. Lors de sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron en avait fait l’une de ses priorités, d’autant que la situation française (comme le répètent les rapports de l’Igas ou de la Cour des comptes) est au minimum chaotique, mais surtout inégalitaire et incohérente. «En matière de politique de l’autisme, la France n’est pas au niveau, a carrément reconnu à l’Assemblée nationale la secrétaire d’Etat chargée du handicap, Sophie Cluzel. Les familles concernées sont exposées à un parcours du combattant indigne de notre République et la France se trouve loin derrière de nombreux pays de l’OCDE en matière de recherche.» «Les progrès réalisés dans la prise en charge des enfants, mais surtout des adultes, sont insuffisants», soulignait encore la Cour des comptes dans son rapport de janvier 2018. En juillet, un tribunal administratif avait même condamné l’Etat français pour «des carences» dans la prise en charge d’enfants autistes.

Après trois plans successifs depuis 2005, Emmanuel Macron a donc lancé en juillet la concertation sur de nouvelles mesures. «On attend que ce quatrième plan prenne le taureau par les cornes, mais on n’est pas sûrs que la volonté politique existe», s’inquiétait d’avance Danièle Langloys, présidente d’Autisme France. Sera-t-elle rassurée ? «Ce plan a de la gueule», nous dit Claire Compagnon, militante des droits des malades et inspectrice générale des affaires sociales- qui a présidé, il est vrai, la concertation pour l’élaboration du plan. «L’idée maîtresse est l’inclusion. Tout est fait pour que l’on passe d’une logique de relégation des autistes dans les établissements à une logique d’inclusion dans la cité. Avec la volonté d’intervenir précocement, le plus tôt possible, en mettant de la science le plus possible et non plus de l’idéologie ou des postures.»

A lire aussi Victimes de querelles de chapelles et d’incurie

Un objectif que nul ne conteste. Mais dans ce dossier, l’important est la cohérence des pouvoirs publics, dans la durée. Exemple de l’hypocrisie des autorités sanitaires : depuis des années, elles ont mis en avant le souhait d’un dépistage le plus précoce, mais dans les faits, que voit-on ? Le délai d’attente moyen que subissent les familles pour accéder à un diagnostic dans un centre ressources autisme est de 446 jours. Une durée insupportable, qui les laisse dans un désarroi profond.

Ce plan se veut de rupture, tant par les moyens que dans les objectifs fixés. Conforté par la nomination prochaine d’un délégué interministériel auprès de la secrétaire d’Etat chargée du handicap, il s’articule autour de cinq ambitions.

Le repérage précoce

La première est de booster la recherche sur ces maladies, tous les acteurs notant un manque de structuration et de coordination. A cet effet, un groupement d’intérêt scientifique sera créé, avec trois centres d’excellence. Le gouvernement n’a pas choisi de créer une grosse structure qui aurait chapeauté toute la prise en charge (comme pour le cancer), mais une organisation sur la seule recherche. «Il faut remettre la science au cœur, et balayer les fake news en tout genre. En matière de prise en charge, c’est la science qui doit prévaloir», préconise la secrétaire d’Etat, Sophie Cluzel.

Deuxième objectif, présenté comme la pierre angulaire du plan : l’intervention précoce, qui est l’une des grandes faiblesses de la prise en charge, les bilans des enfants étant effectués en moyenne entre 6 et 16 ans. «Plus on intervient tôt, plus on peut corriger les parcours, rappelle Claire Compagnon. Aujourd’hui, cela dysfonctionne à toutes les étapes. Il faut reprendre en main toute la chaîne.» Pour cela, le plan prévoit un effort massif sur la formation des professionnels de la petite enfance, qui vont se retrouver en première ligne (médecins, pédiatres, PMI), avec des examens diagnostics renforcés. Si ce premier niveau révèle un problème chez l’enfant, des plateformes de coordination (au moins une par département) vont être créées, avec la mission de rassembler les dossiers, puis de proposer un parcours en ville. «Tous les examens seront remboursés», insiste le plan.

A lire aussi «Il ne faudrait pas que l’Etat oublie les cas les plus sévères»

Troisième volet, essentiel : la scolarisation. Les objectifs sont élevés. A partir d’un dépistage précoce qui permettra une intervention rapide, tous les enfants devront pouvoir aller dans des maternelles «normales», dès l’âge de 3 ans. Ensuite ? De nouvelles équipes médico-sociales pour le primaire seront créées ou renforcées. Le nombre d’instituts médico-éducatifs (IME) doit passer de 700 à 2 100. «C’est tout le dispositif qui va être renforcé, avec l’objectif de l’inclusion scolaire au maximum», assure Sophie Cluzel. Au collège et au lycée, l’idée sera de consolider l’assistance scolaire personnalisée (ASP) par des contrats plus longs et plus solides.

Des solutions de logement pour les adultes

Quid des adultes ? C’est le quatrième objectif, et peut-être le plus difficile. Qui sont-ils ? Où sont-ils ? Il n’existe aucun chiffre, aucune donnée. Un certain nombre d’entre eux reste des années, sans raison valable, dans des lits d’hôpitaux psychiatriques. D’autres, seuls dans des lieux insalubres. D’autres encore échouent dans des pays voisins. Seuls 11 % disposeraient d’un logement personnel. La stratégie du plan consiste, par le biais des agences régionales de santé, à procéder dans un premier temps à un repérage, puis à multiplier des solutions de logement : «10 000 logements accompagnés avec des colocations sociales seront ainsi prévus». Et surtout, est-il écrit dans le plan, il s’agit de «ne pas enfermer».

Enfin, le plan préconise de s’appuyer sur les familles, leur expérience, leur savoir. «Il faut reconnaître leur expertise, et les associer dans la gouvernance». Mais aussi les «soutenir» : une «plateforme de répit» doit être créée dans chaque département, pour leur permettre de faire des pauses mais aussi d’échanger leurs expériences. «Les autistes doivent avoir la vie la plus normale possible», a rappelé Emmanuel Macron à l’issue de sa visite, hier à Rouen. Les annonces sont là, les objectifs aussi, l’argent également. Mais ce n’est que dans cinq ans que l’on saura si ce plan marque vraiment une rupture.

Eric Favereau

Liberation.fr
Publié dans:SANTE |on 6 avril, 2018 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente