Le « sous-curé » Jonas……………(10/04/2018)

  1. « On entend un sous-curé » : Macron accusé de porter atteinte à la laïcité

"On entend un sous-curé" : Macron accusé de porter atteinte à la laïcité
Emmanuel Macron a déclaré lundi 9 avril vouloir « réparer » le lien entre l’Église et l’Etat. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le discours du chef de l’Etat prononcé lundi devant la conférence des évêques a fait bondir dans les rangs de la gauche.

Par L’Obs

Publié le 10 avril 2018 à 07h41

En affirmant lundi devant la conférence des évêques de France, vouloir « réparer » le lien entre l’Église et l’Etat qui « s’est abîmé », Emmanuel Macron s’est attiré les foudres d’une partie de la gauche.  »Pour cela, il n’est pas d’autre moyen qu’un dialogue en vérité », a précisé le président dans un discours fleuve, devant 400 invités réunis dans la grande nef cistercienne du collège des Bernardins à Paris.

Des déclarations qui ont fait bondir dans les rangs de la gauche. En tête, le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon qui a condamné sur Twitter un discours « insupportable », un « délire métaphysique ».

Une « parole indigne »

Une analyse partagée par le député insoumis de Seine-Daint-Denis, Alexis Corbière. L’élu a également condamné lundi sur les réseaux sociaux une « parole indigne d’un Président d’une République laïque ».

« Macron piétine allègrement la loi de 1905″, remarque à son tour, la députée FI de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain.

De son côté, l’ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon a vivement commenté ce discours. Et de s’interroger : « Quand le lien entre l’Église et l’État a-t-il été abîmé ? Est-ce lors du mariage pour tous? S’il doit être réparé ? Est-ce lors de la révision des lois de bioéthique? sur la PMA? », a-t-il tweeté.

Le mouvement de l’ex-socialiste, Génération.s a dénoncé dans un communiqué un discours « profondément contraire aux principes fondamentaux de la laïcité dont il devrait être le premier garant.

« Quel lien restaurer avec
l’Etat ? »

« Quel lien restaurer avec l’Etat ? », s’interroge pour sa part, Olivier Faure, député PS de Seine-et-Marne. Et d’ajouter sur Twitter qu’en « République laïque, aucune foi ne saurait s’imposer à la loi ».

« Mais justement 1905 c’est la rupture de ce lien. On ne l’a pas abîmé, on l’a heureusement rompu ! », s’insurge David Assouline, sénateur socialiste de Paris, rappelant au président « la gravité de [son] discours ».

« Toute la loi, rien que la loi »

La gauche n’est pas la seule à avoir pris ses distances avec les propos du chef de l’Etat. L’ex-Premier ministre Manuel Valls a pour sa part rappelé que « la laïcité c’est la France, et elle n’a qu’un seul fondement : la loi de 1905, celle de la séparation des Eglises et de l’Etat ».

Ce discours d’Emmanuel Macron, qui a marqué à plusieurs reprises son intérêt pour les questions religieuses, est inédit car c’est la première fois que l’Église catholique organise un tel événement médiatico-politique, comparé par certains observateurs au dîner du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France).

L'Obs

L’Obs

Le  dans Non classé

nouvelobs.com

Publié dans : Non classé |le 10 avril, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente