En vrac…………………………..(17/04/2018)

Macron veut faire rêver l’Europe, Marion Le Pen déguste Buisson, Fillon se paie l’affiche

Macron veut faire rêver l'Europe, Marion Le Pen déguste Buisson, Fillon se paie l'affiche
Emmanuel Macron lors de son discours à la Sorbonne sur l’Europe le 26 septembre 2017. ((ludovic MARIN / POOL / AFP))

Au menu du Réveil politique : le grand oral européen de Macron, le déj’ secret entre Marion Maréchal-Le Pen et Patrick Buisson, l’affiche de Fillon (et du « Figaro »)…

Le grand oral du jour : Macron à Strasbourg

Emmanuel Macron va s’adresser mardi 17 avril pour la première fois aux députés européens réunis à Strasbourg. Le but de l’opération est clair : tenter de les mobiliser autour de son ambition de « refonder l’Europe », une initiative qui est loin de susciter l’enthousiasme de Berlin à Budapest, en passant par Varsovie.

Emmanuel Macron est donc attendu à 10 heures dans l’Hémicycle du Parlement européen, où les députés sont rassemblés pour leur session mensuelle. Devant eux, « il exprimera l’urgence qu’il y a à agir dans un contexte difficile au sein de l’Union européenne mais aussi à l’extérieur », explique l’Elysée. Comprendre : les victoires en Italie et en Hongrie des partis eurosceptiques et, à l’extérieur, la guerre en Syrie, des Etats-Unis imprévisibles depuis l’arrivée de Donald Trump et à un président russe, Vladimir Poutine, peu accommodant avec l’UE.

Lors de son interview dimanche, Emmanuel Macron a affirmé que le continent européen assistait à « une montée de l’illibéralisme, c’est-à-dire des extrêmes, des populismes, de gens qui remettent en cause l’Etat de droit ».

Face à cela, il serait nécessaire de promouvoir une « Europe souveraine » qui protège « des grands risques, des grandes transformations, du risque numérique comme fiscal », selon lui. Et d’avertir :

« Nous avancerons avec les pays qui voudront bien avancer » et il faudra que « ceux qui ne suivront pas [...] acceptent d’être aux marges de cette Europe. »Emmanuel Macron devrait ainsi rappeler les grandes lignes de son discours pour « refonder l’Europe » qu’il avait prononcé en septembre à l’université de la Sorbonne. Ses 80 initiatives portaient sur tous les sujets, d’un renforcement de la zone euro à la généralisation du programme Erasmus, en passant par l’Europe de la défense et la taxation des géants du numérique.

 

 

Le président se rendra en fin d’après-midi à Epinal pour lancer les « consultations citoyennes européennes » avec un premier débat qui devrait rassembler 200 à 300 personnes. Une journée 100% européenne pour Macron.

Le chiffre du jour : 20.400 euros

Le 19 mars 2017 dans l’après-midi, le « Figaro » sort un scoop sur son site internet : François Fillon change de slogan de campagne présidentielle. Empêtrée dans le PenelopeGate, la nouvelle équipe du candidat de la droite a décidé de jeter à la corbeille son précédent mantra, « Le courage de la vérité », trop moqué depuis les révélations du « Canard enchaîné ». A la place, ce sera « Une volonté pour la France ».

« La photo qui avait été choisie pour les affiches de campagne pendant la primaire va, elle aussi, être changée », annonce « le Figaro », qui ajoute que « le choix du nouveau visuel a été déjà choisi au QG ». Et le quotidien en sait quelque chose : François Fillon vient d’opter pour une image réalisée par… un photographe du « Figaro », révèlent nos journalistes Lucas Burel et Timothée Vilars.

 

 

Coût de l’opération ? 20.400 euros (toutes taxes comprises) et… beaucoup de détournements.

Le déjeuner du jour : Marion Maréchal-Le Pen et Patrick Buisson

Ont-ils tous deux opté pour le plat du jour ? La bouchée à la reine de chez Drouant est pourtant réputée. Comme le révèle « l’Express », Marion Maréchal-Le Pen, la nièce prodige à la retraite, et Patrick Buisson, l’âme damnée du sarkozysme, ont déjeuné ensemble mercredi 21 mars dernier dans le célèbre restaurant où l’on débat des futurs prix Goncourt et Renaudot.

« Elle est en train de revisiter le mythe du sauveur cher à la droite », explique Patrick Buisson à « l’Express » :

« Air du temps oblige, la femme providentielle a supplanté l’homme dans cet emploi. Même les plus conservateurs sont prêts à faire cette concession à la modernité. Ça leur rappelle Domrémy et Vaucouleurs [les terres natales de Jeanne d'Arc, NDLR ]. »Qu’est-ce que cela veut dire ? Pas grand-chose, sauf si on imagine les yeux pétillant de Patrick Buisson, patron de la chaîne Histoire et ancien directeur du journal d’extrême droite « Minute », suçant sa sauce poulette et dévorant les champignons de sa bouchée à la reine comme il se régalait des sondages à l’Elysée. L’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy rêve toujours d’une union des droites, cette alliance entre la bourgeoisie et les classes populaires.

Publié dans : Politique |le 17 avril, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente