Tolbiac………………………….(20/04/2018)

Article sélectionné dans La Matinale du 19/04/2018 Découvrir l’application

Evacuation du site universitaire de Tolbiac : « Tout s’est passé très vite »

Une centaine de personnes qui occupaient la faculté parisienne depuis le 26 mars pour protester contre la réforme de l’université ont dû quitter les lieux vendredi au petit matin.

LE MONDE | 20.04.2018 à 05h38 • Mis à jour le 20.04.2018 à 11h07

Sur le site de Tolbiac, à Paris, après l’évacutation des manifestants, vendredi 20 avril.

Le blocage du site universitaire de Tolbiac, à Paris, lieu emblématique de la mobilisation contre la réforme de l’accès à l’université, a été levé vendredi 20 avril par une vaste opération de police lancée au petit matin. Une centaine de personnes qui occupaient cette tour de vingt-deux étages depuis le 26 mars, pour protester contre la réforme de l’accès à l’université, ont quitté les lieux après l’arrivée des forces de l’ordre, dans un climat tendu.

L’opération, qui a pris fin vers 6 heures, s’est déroulée « dans le calme » et sans « incident », a toutefois assuré la préfecture de police, qui a, par ailleurs, relevé « des dégradations nombreuses » sur le site. Un individu a été interpellé pour outrage et rébellion.

« On continuera à lutter »

« On ne les a pas vu arriver, tout s’est passé très vite », commente Ayse, étudiante en philosophie à l’université Panthéon-Sorbonne. « Ils sont passés par la porte arrière. Ils ont débarqué avec des tronçonneuses, des Famas. Ça s’est passé en quelques minutes. Nous avons été parqués dans l’amphi N, où nous dormions, avant d’être évacués, sans pouvoir récupérer nos affaires. Deux personnes sont à l’hôpital. On continuera à lutter contre la politique de Macron et la loi Vidal », racontait vendredi matin Emma, étudiante en L1 de langues à Paris-I, qui occupait les lieux depuis trois semaines.

Une photo de l’intervention a été postée sur la page Facebook des occupants :

Au moins une centaine de CRS ont pénétré à 5 heures du matin sur le site, essuyant notamment des jets de bouteilles de verre et autres projectiles. Quelques minutes avant le début de l’intervention, les occupants des lieux avaient sonné l’alarme, semant la confusion. Certains se sont retranchés à l’intérieur tandis que d’autres tentaient de s’enfuir en escaladant la grille tout en lançant des projectiles sur les forces de l’ordre, a constaté une journaliste de l’Agence France-Presse (AFP). La rue longeant le site a ensuite été bouclée par la police.

Lire aussi :   Tolbiac : les étudiants bloqueurs dénoncent l’appel de la présidence aux forces de l’ordre

Intervention réclamée par le président de l’université Paris-I

Le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, s’est félicité de cette opération. Mercredi, il avait promis que « l’Etat de droit » serait rétabli « partout » et « en particulier dans les facultés », en écho aux déclarations d’Emmanuel Macron, qui avait fustigé dimanche soir des protestataires « souvent minoritaires » et « des professionnels du désordre ».

Interrogé par Le Monde, Georges Haddad, le président de l’université Panthéon-Sorbonne, s’est déclaré « soulagé et plus que satisfait » de cette opération. Il a remercié les forces de l’ordre qui ont agi « avec un savoir-faire exemplaire », et souhaite maintenant un « retour à la sérénité ».

Il avait réclamé l’intervention des forces de l’ordre dès le 9 avril, inquiet de la situation sur place après la découverte de cocktails Molotov sur le site. La préfecture de police n’avait alors pas immédiatement donné suite à sa demande, invoquant une « appréciation technique ».

Dans l’université vidée, les murs affichent de nombreux slogans tels que « Nos rêves sont les racines de notre lutte ». Sur un promontoire dominant la cour et la rue, des dizaines de canettes et bouteilles ont été accumulés, ainsi que des morceaux de ciments, des palettes de chantier, des chaises et tables, des poubelles et des caddies. Selon Florian Michel, le responsable du Centre Pierre-Mendès-France (nom officiel du campus de Tolbiac), « ces munitions devaient probablement servir en cas d’intervention des forces de l’ordre ». Donnant sur un autre rue, une cagette semble contenir une dizaine de cocktails Molotov, que la police prévoit d’analyser.

image: http://img.lemde.fr/2018/04/20/0/0/4998/3480/1068/0/60/0/a16f666_5396405-01-06.jpg

Des CRS ont levé le blocage du site de Tolbiac à Paris, le 20 avril 2018.

A l’intérieur, des distributeurs de boissons et de nourriture ont été éventrés, des vieux canapés installés. Des sacs de couchages, matelas et sacs à dos jonchent le sol dans l’amphithéâtre N, où dormaient les occupants au moment de l’évacuation.

Depuis plusieurs semaines, quatre universités étaient totalement bloquées et une dizaine de sites (sur quatre cents) perturbés pour protester contre la loi sur l’orientation et la réussite des étudiants, accusée par ses détracteurs d’instaurer un système de « sélection » déguisée.

Le 9 avril, des CRS étaient également intervenus à la faculté de Nanterre, autre point chaud de la mobilisation, pour reprendre un bâtiment aux étudiants mobilisés. A Montpellier, le tribunal administratif a ordonné mercredi aux occupants de l’université Paul-Valéry, bloquée depuis la mi-février, de « libérer les lieux sans délai » mais les forces de l’ordre ne sont pas encore intervenues.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/universites/article/2018/04/20/debut-d-une-intervention-policiere-a-tolbiac-pour-lever-le-blocage-de-l-universite_5287974_4468207.html#ks7hgaXTol5Xbd6p.99

Publié dans : Education |le 20 avril, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente