Archive pour le 28 mai, 2018

Macron cherche une tête de…………(28/05/2018)

Menu Libération

TwitterFacebook

100Use

LREM cherche sa tête d’affiche en capitale

  • LREM cherche sa tête d’affiche en capitale
Twitter

Elections

LREM cherche sa tête d’affiche en capitale

Par Nathalie Raulin — 27 mai 2018 à 20:06
LREM cherche sa tête d’affiche en capitale Zoom
LREM cherche sa tête d’affiche en capitale

Slalomant entre les rumeurs prêtant des ambitions à Xavier Niel ou Edouard Philippe, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux espère le soutien de l’Elysée pour les municipales de 2020.

Marrakech, mi-septembre. Le gotha des médias et des affaires, tendance sociale-libérale, se retrouve pour saluer la mémoire d’un des leurs, Pierre Bergé, récemment disparu. A peine les cendres de l’homme d’affaires dispersées dans sa résidence du jardin Majorelle, comme l’avaient été quelques années plus tôt celles de son compagnon, Yves Saint Laurent, les conversations s’amorcent dans la touffeur de cette fin d’été. A quelques pas de l’animatrice cathodique Daniela Lumbroso et de son époux, Alain Minc repère celui qu’il cherche, Xavier Niel. Fidèle à sa réputation, l’entremetteur du CAC 40 a une idée décapante à soumettre au fondateur de Free : mener la bataille de Paris sous les couleurs du parti macronien. L’influenceur des puissants à qui quinze ans plus tôt Emmanuel Macron, tout juste sorti de l’ENA, était venu présenter ses hommages, en est certain : une aventure à la Bloomberg, du nom du milliardaire américain qui en 2001 était entré à l’hôtel de ville de New York, est désormais possible. La réussite fulgurante de Macron et sa cote de popularité dans la capitale en attestent. Qui mieux que le self-made-man français de la téléphonie mobile pour incarner l’idée macronienne de start-up nation ? Surpris, Xavier Niel se dérobe. «J’en parlerai au Président», conclut Minc. Un propos dénué de forfanterie. Difficiles durant la campagne, les relations entre le soutien revendiqué d’Alain Juppé à la primaire de la droite et le fondateur d’En marche se sont réchauffées depuis le 8 mai 2017. Les réflexions dont le premier abreuve le second sont désormais écoutées avec attention. «A l’Elysée, l’influence de Minc est forte», concède un protagoniste.

Niel n’a pourtant pas besoin de telle entremise. A la différence de l’essayiste, le patron de Free n’a jamais mégoté son appui au candidat En marche. A l’occasion, il accompagne le désormais chef de l’Etat dans ses déplacements, en Algérie début décembre, en Tunisie courant février. Le 23 mars, Niel était des happy few conviés à l’Elysée pour le dîner d’Etat donné en l’honneur du grand-duc de Luxembourg. A défaut de contacts physiques fréquents entre les deux hommes, les échanges de SMS sont réguliers.

Son karma c’est le business

Le Président en profite-t-il pour le sonder ? Rien n’est moins sûr. Macron n’ignore pas la volonté d’un de ses lieutenants devenu porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, de conduire la liste LREM à Paris. Même si plusieurs de ses proches doutent de sa capacité à renverser l’actuelle édile, Anne Hidalgo – à commencer par Alain Minc, persuadé que seule une figure clairement identifiée à droite peut faire rebasculer l’Hôtel de Ville -, difficile de solliciter Niel sans désavouer l’un des siens. «Macron n’aime rien moins que d’arbitrer entre les hommes», sourit un de ses conseillers. Et les municipales sont encore loin… De son côté, Niel a tranché : son karma, c’est le business, pas la politique. Pour l’homme d’affaires, la proposition est sans objet.

Croyant le scénario enterré, Niel se garde de l’ébruiter. Quand, le 6 mars, Valérie Pécresse l’apostrophe au Parc des princes en marge de la rencontre PSG-Real Madrid, il tombe des nues. «Alors il paraît que tu ne veux pas de la mairie de Paris ?» taquine la présidente LR de la région Ile-de-France, proche d’Alain Minc. «Non effectivement», lui répond Niel, contrarié. Le patron de Free comprend instantanément le danger. Laisser courir la rumeur, c’est risquer de se mettre tout le monde à dos. Et d’abord Anne Hidalgo, avec qui il entretient des relations de confiance et d’affaires depuis de longues années. Sans la coopération active de la maire de Paris, jamais l’entrepreneur n’aurait pu mener à bien son projet d’incubateur géant de start-up. C’est d’ailleurs en compagnie d’Hidalgo et de Macron qu’il avait, le 17 juin, inauguré sa Station F au cœur du XIIIe arrondissement parisien… De retour à son bureau, Niel appelle illico un pilier de la majorité municipale, Jean-Louis Missika, ancien administrateur de son holding Iliad qui lui est resté proche, pour le prier de rassurer Hidalgo sur ses intentions. «Quels que soient les bruits qui courent, dis-lui que c’est faux : je ne suis pas candidat à la mairie de Paris», intime-t-il. Les macronistes et les socialistes du Conseil de Paris, qui croient encore qu’un ticket Hidalgo-LREM est possible aux municipales, reprennent espoir. Sans doute à tort.

S’il travaille en bonne intelligence avec Hidalgo sur des dossiers structurants comme les Jeux olympiques ou le Grand Paris, le chef de l’Etat n’a pas oublié l’accueil guerrier qu’elle lui a réservé à l’hôtel de ville le jour de sa prise de fonctions. Pas non plus la guerre sourde qu’elle livre à son ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, sur la gestion des migrants dans la capitale (Libération du 25 mai). Pour lui, entre déboires à répétition sur les dossiers municipaux (Vélib, voies sur berge…) et refus de prendre la direction du PS, Hidalgo n’est plus incontournable. Fin mars, en appelant de ses vœux «une alternance forte à Paris». le délégué général de LREM, Christophe Castaner, l’a clairement signifié. Un député LREM complète : «Paris, c’est un symbole, un élément clé de la lecture du résultat de municipales. On voit mal Macron renoncer à présenter une liste avec un homme ou une femme à lui à sa tête.»

Liberation.fr

Publié dans:Politique |on 28 mai, 2018 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente