La lettre de Laurent Joffrin…………(08/06/2018)

Libération 08 juin 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

La possibilité d’une gauche

Macron : et de droite… et de moins en moins à gauche. Le sondage que vient de réaliser l’institut Elabe pour les Echos et Radio classique mérite une attention particulière. Sous l’apparente stabilité de la cote du Président dans les enquêtes, on constate des mouvements significatifs. La popularité d’Emmanuel Macron s’accroît auprès des anciens électeurs de François Fillon ; elle diminue auprès de tous les autres. Cette baisse est la plus nette parmi ceux qui proviennent de l’ancien électorat socialiste ou écologiste. Faute d’un candidat socialiste crédible, ceux-là avaient joué la carte Macron au premier tour. Un an après, ils sont nombreux à s’en mordre les doigts. Ce qui se profile est de plus en net : une coupure définitive entre Macron et les anciens électeurs de la gauche.

Il est vrai qu’entre une réforme fiscale favorable aux plus aisés, la libéralisation du marché du travail, les menaces qui pèsent sur les prestations sociales, la baisse programmée de quatre points des dépenses publiques, les difficultés rencontrées par Nicolas Hulot, la raideur de Gérard Collomb et ses vaticinations publiques, le caractère «vertical» de l’exercice du pouvoir, la réforme de la SNCF, et bien d’autres choses, le «nouveau monde» ressemble de plus en plus à l’ancienne droite.

Dans le même temps, les mots d’ordre aventuristes de La France insoumise ne sont pas suivis : un espace de plus en plus grand s’ouvre entre Macron et Mélenchon. De toute évidence, une grande partie de l’opinion est en quête d’une gauche de gouvernement rétablie dans son rôle d’alternative au pouvoir en place. Le congrès de la CFDT qui vient de s’achever en est une des traductions, qui voit Laurent Berger reconduit sans anicroche à la tête de la centrale, se poser en opposant de plus en plus sourcilleux face au gouvernement. De même que le mécontentement des obédiences franc-maçonnes, qui s’inquiètent de la place croissante donnée aux sensibilités religieuses dans le discours officiel. Ou bien le regain de faveur dont bénéficie François Hollande dans l’opinion. Ou encore dans la fronde discrète menée par une partie des élus d’En Marche contre le caractère à leurs yeux trop droitier de la politique en cours. En se déportant vers le libéralisme à poigne, Macron étouffe la droite modérée. Il donne de l’air à la gauche réformiste. Encore faut-il qu’elle existe.

Laurent Joffrin
Publié dans : Politique |le 8 juin, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente