Pédant et inconscient……………(13/06/2018)

Le fait du jour : Macron, l’ »Aquarius » et le « cynisme »

Qui est le plus cynique ? Critiqué pour son silence à propos de l’incroyable situation de l’ »Aquarius », Emmanuel Macron a fini par parler. Bref rappel de la situation : le navire de SOS Méditerranée est resté plusieurs jours en mer sans savoir où accoster pour sauver les 629 migrants qu’il a secourus. Ni l’Italie ni Malte ne voulaient l’accueillir. L’ »Aquarius » rejoindra finalement l’Espagne accompagné de deux bateaux italiens.

 

Crise de l’ »Aquarius » : « Dommage qu’il n’y ait aucun grand pays entre l’Italie et l’Espagne… »

 

Lors du conseil des ministres, Emmanuel Macron a dénoncé la « part de cynisme et d’irresponsabilité du gouvernement italien » qui a refusé d’accueillir le navire, a rapporté le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.  »Si un bateau avait la France pour rive la plus proche, il pourrait accoster » en France car « c’est le respect du droit international », a ajouté le président qui a salué le courage de l’Espagne, selon le porte-parole.

C’était pourtant le cas ! La France, et notamment le port d’Ajaccio, en Corse, était beaucoup plus proche pour l’ »Aquarius » que les côtes espagnoles. Mais selon Emmanuel Macron :

« La France prend sa part, mais ce qui est inacceptable, c’est le comportement et l’instrumentalisation politique qui en a été faite par le gouvernement italien. »

Pas question donc d’embrayer sur la proposition d’accueil lancée par les dirigeants nationalistes corses pour « porter secours à ces personnes en détresse » − une offre spectaculaire, visant surtout à « essayer d’apporter [...] une contribution », selon le président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni.

La décision « appartient à l’Etat français », a répliqué la préfète de Corse, Josiane Chevalier. Mais pour certains, la France a été la grande absente dans cette histoire, en ne proposant pas d’ouvrir ses ports pour se substituer à l’Italie dans l’accueil des migrants. Et comme lors de l’examen au Parlement de la loi asile-immigration, les doutes ont gagné jusqu’aux députés de la majorité : « La France ne peut pas rester silencieuse face au drame en Méditerranée », a lancé Fiona Lazaar dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, tandis que Sonia Krimi regrettait « la dérive » du « principe d’accueil » et qu’Anne-Christine Lang appelait à « faire une exception et à accueillir les passagers de l »Aquarius’ ».

 

Fronde sociale à LREM : la revanche des godillots

 

Face à ces critiques, le porte-parole du gouvernement a assuré que « la France n’est pas restée inactive au cours des 24 dernières heures ». Emmanuel Macron recevra le président du conseil italien Giuseppe Conte lors d’un déjeuner vendredi à l’Elysée.

La citation du jour : « Un pognon de dingue »

Même assis à son bureau, Emmanuel Macron sait s’enflammer. Dans une vidéo qui le montre en train de peaufiner son discours devant la Mutualité mercredi, le chef de l’Etat lâche :

« On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas. »

Dans cette vidéo tweetée par sa directrice de la communication Sibeth Ndiaye, il résume sa philosophie devant ses collaborateurs dans un langage familier, à quelques heures d’un discours « stratégique » sur sa politique sociale, prévu à Montpellier, mercredi vers 11h30.

 

 

Publié dans : Politique |le 13 juin, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente