Ca déraille à droite……………..(18/06/2018)

Le tandem a fini par dérailler. Après deux semaines de crise ouverte au sommet, la vice-présidente du parti Les Républicains (LR), Virginie Calmels, a été limogée de ses fonctions dirigeantes, dimanche 17 juin. Sans même que l’épilogue de la discorde avec le patron de la droite, Laurent Wauquiez, ne mentionne son nom.

« Après consultation de l’équipe dirigeante, Laurent Wauquiez, président des Républicains, nomme Jean Leonetti, maire d’Antibes et président du conseil national, vice-président délégué des Républicains », a très succinctement annoncé le communiqué à en-tête du président de LR, dans la soirée.

Une éviction prononcée dans la foulée de l’entretien au canon de Virginie Calmels au Parisien, dans lequel elle tance l’autoritarisme de Laurent Wauquiez, et la droitisation de son parti. « Depuis son élection, il démontre au fur et à mesure des jours qui passent qu’il semble être uniquement là pour défendre sa propre ligne. Il estime qu’il doit son élection qu’à sa seule présence. Je ne partage pas cette vision », y gronde celle qui sera restée sa numéro deux six mois, ajoutant que « ce n’est pas parce qu’Emmanuel Macron penche vers nos idées, qu’on doit se déporter plus vers la droite. (…) Je ne veux pas d’une droite qui se rétrécit. » Une interview valant « démission de fait », résume un cadre du parti.

Lire aussi :   Le bras de fer continue entre Virginie Calmels et Laurent Wauquiez

Tract « inutilement anxiogène »

La tension entre Laurent Wauquiez le sarkozyste et Virginie Calmels la juppéiste s’était cristallisée depuis deux semaines autour d’un tract diffusé par LR, intitulé « pour que la France reste la France », que la première adjointe d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux avait jugé « un peu déséquilibré » et « inutilement anxiogène » sur France Inter, jeudi 7 juin, avant de reprocher son absence de validation par les cadres du parti, selon elle, lors d’une réunion de la direction du mouvement, mardi 12 juin.

Une nouvelle charge à l’encontre de Laurent Wauquiez, souvent critiqué pour son discours empruntant à celui de l’extrême droite, certains pointant dans cette brochure un énième rapprochement graphique autant que sémantique avec le Rassemblement national (RN, ex-Front national), qui n’a pas manqué de le copier ironiquement.

Représentante de l’aile libérale du parti, Virginie Calmels avait rallié l’ambassadeur de la ligne identitaire des Républicains il y a moins d’un an, lors de la campagne interne qui avait mené à l’élection de Laurent Wauquiez. Un « ticket » qui avait permis à celui-ci de répondre aux doutes sur sa capacité à rassembler, en intégrant un autre courant au plus haut de son organigramme. Deux lignes qui n’auront finalement pas pu cohabiter plus de six mois à la tête du parti.

Publié dans : Politique |le 18 juin, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente