La lettre de Laurent Joffrin……………(26/06/2018)

Libération 26 juin 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Trump et la pensée magique

Tout comme Brigitte Bardot dans une chanson signée Gainsbourg, Donald Trump n’a besoin de personne, mais il n’aura plus sa Harley-Davidson. Frappée à dessein par l’Union européenne d’une taxe de 30 % à l’importation en représailles des droits de douane imposés par les Etats-Unis à l’acier européen, la firme aux motos légendaires a décidé de délocaliser une bonne partie de sa production hors des Etats-Unis, ce qui réduirait en proportion l’emploi local dans le Wisconsin, état trumpiste. Il est vrai que cette société quelque peu vieillissante devrait sinon supporter une augmentation de ses prix de vente de plus de mille euros sur le marché européen, qui la placerait en mauvaise posture face à la concurrence japonaise. Harley-Davidson avait pourtant soutenu Trump au moment du scrutin, paradant à la Maison Blanche juste après l’élection du héraut des intérêts américains. Ce soutien connaît maintenant des ratés, victime de la guerre commerciale pétaradante ouverte par le milliardaire-président.

Ainsi va le monde quand il laisse les démagogues accéder au pouvoir. A force de dénoncer «le système», «la pensée unique», «les bien-pensants», on aboutit à des absurdités. Ceux qu’on dénonce comme «les sachants» avaient fait remarquer que le protectionnisme, recette miracle des souverainistes, avait l’inconvénient de renchérir le prix des produits pour les consommateurs et, en freinant des échanges, pouvait nuire à la croissance mondiale. Aujourd’hui, bien au-delà du cas Harley-Davidson, les économistes et les marchés redoutent un ralentissement de l’expansion planétaire. Certains prédisent même une sévère correction à la Bourse de New York. Si la menace se matérialise, la guerre commerciale aura pour principale conséquence une hausse du chômage dans le monde et un coup d’arrêt infligé aux pays émergents qui comptent sur leur position dans les échanges mondiaux pour sortir leur population de la misère.

Le même syndrome de l’arroseur arrosé frappe d’autres populistes, qui dirigent aujourd’hui l’Italie. Adeptes des théories économiques de Mandrake le magicien, ils prévoient dans le même temps une baisse des impôts, une augmentation des dépenses et une diminution de la dette. Les trois événements étant incompatibles, le ministre des Finances du nouveau gouvernement a déjà annoncé qu’il s’en tiendrait, pour sa part, aux recommandations de l’Union sur la maîtrise des déficits. S’il persiste, cela voudra dire que le programme mirobolant de la coalition au pouvoir ne sera pas appliqué. Et donc que la Ligue et le Mouvement Cinq Etoiles ont été élus sur des promesses fallacieuses.

Cela ne gênera guère les intéressés, qui fondent leur fortune politique non sur l’amélioration du sort des Italiens, mais sur le rejet de l’immigration, ce qui leur permet d’engranger des gains électoraux spectaculaires. Il est vrai que la logique n’est pas leur préoccupation première. L’excellente chronique d’Eric Jozsef, publiée par Libération, nous apprend que plusieurs ministres de la coalition au pouvoir ont un rapport à la réalité assez lointain, dégagé, en tout cas, de la dictature intellectuelle du «système». L’un pense que les Américains n’ont jamais atteint la lune et que les images diffusées à l’époque par la Nasa sont le résultat d’un trucage. L’autre, que les traînées blanches laissées dans le ciel par les avions de ligne recèlent des produits chimiques répandus volontairement par des puissances occultes pour contrôler les populations. Beppe Grillo, fondateur de Cinq Etoiles, a fait campagne pour la méthode «Stamina», une thérapie opposée à la «médecine officielle», jusqu’à ce que son promoteur, Davide Vannoni, soit arrêté et convaincu de charlatanisme. D’autres encore estiment que les vaccins obligatoires sont inutiles et procèdent d’une conspiration organisée par les laboratoires pharmaceutiques. Ces gens dirigent aujourd’hui l’un des grands pays de l’Europe et sont soutenus, entre autres, par une grande partie de la presse de droite en France. Peu importe, au fond : s’ils échouent, ils pourront toujours incriminer «le système», le «complot des Illuminati» et «la dictature de Bruxelles»…

Laurent Joffrin
Publié dans : Politique |le 26 juin, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire