La lettre de Laurent Joffrin………………(18/07/2018)

Libération 18 juillet 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

L’avenir de Mélenchon

Samedi et dimanche, une troupe de bénévoles soutenus par La France insoumise projettent d’envahir une école de Marseille pour en repeindre les murs et effectuer quelques menus travaux. Début 2016, Libération avait mis en évidence (et en une) le délabrement extravagant du parc scolaire dans les quartiers nord de la ville. Les grands esprits se rencontrent. Cette action spontanée et mélenchonoïde à la fois – tout autant que positive – pourrait traduire une inflexion plus importante qu’il y paraît.

Ce genre d’action de terrain tranche avec les mots d’ordre tonitruants de La France insoumise, dont les derniers appels à la mobilisation nationale n’ont pas donné grand-chose. La «marée populaire» de juin n’était qu’une modeste vague et la «convergence des luttes» s’est achevée…dans la divergence des appareils.

Retour à la base, donc. Si ces expériences se changent en stratégie, Mélenchon peut une nouvelle fois marquer des points. Outre les européennes l’année prochaine, l’échéance décisive de mi-mandat sera celle des municipales. Quoi de mieux que des gestes «de proximité» pour préparer le scrutin ? Caractéristiques des mouvements «alters» ou des luttes «citoyennes», ces actions de terrain ont permis à la gauche alternative de surpasser la gauche institutionnelle dans beaucoup de pays. Pendant ce temps, les écologistes «politiques» se sont perdus dans les querelles d’ambition, Hamon s’enferme dans des manœuvres groupusculaires, les trotskistes végètent, le PCF cherche un point moyen entre ses courants divergents, le PS déménage et s’occupe d’un inventaire du hollandisme qui le ramène en arrière au lieu de préparer l’avenir. Lequel hollandisme survit néanmoins grâce à un succès de librairie, plongeant les dirigeants socialistes dans la consternation…

Ce contraste entre une France insoumise en marche et des appareils englués dans leurs travers se traduit dans les sondages. Certes, les enquêtes sur les élections européennes, réalisées un an avant l’heure, peuvent encore changer dix fois. Mais tout de même, toutes rendent le même verdict : Mélenchon est à 12-13%, les écolos et le PS autour de 7%, Hamon, le PCF et les trostkistes entre 1% et 3%. C’est un mauvais conte de fées qui menace la gauche française : Rouge-Neige et les cinq nains.

Rien de glorieux au total : la gauche tout compris rallie moins d’un tiers des intentions de vote, alors que La République en marche vire en tête à 24% et que la droite dure, divisée, dépasse les 40% si on cumule ses suffrages – Le Pen plus Wauquiez plus Dupont-Aignan. En privé, Mélenchon confie son souci : voir la gauche française suivre la pente descendante de son homologue en Italie, où les formations progressistes ont été marginalisées, reléguées sur le balcon désuet de la nostalgie impuissante, au profit des populisto-nationalistes de Salvini, Berlusconi et Grillo.

Si les choses se cristallisent, Mélenchon s’installe dans le rôle du leader impérieux d’une gauche affaiblie. Nous nous retrouvons dans la configuration des années 60, quand un PCF hégémonique côtoyait une «gauche non-communiste» éparpillée, comme l’est aujourd’hui la gauche «non-mélenchoniste». Mutatis mutandis, un boulevard pour le gaullisme à l’époque, pour le macronisme aujourd’hui. Mélenchon peut aussi tendre la main aux anciens Verts et constituer un pôle radicalo-écologiste, une sorte de gauche pastèque, verte à l’extérieur, rouge à l’intérieur. Ou encore mettre de l’eau dans son vin à l’approche des échéances, montrer patte rose, en quelque sorte, pour rallier des électeurs jusqu’ici rebutés par sa radicalité tonnante. A moins que quelqu’un ou quelque chose ne se crée, ou ne ressuscite, entre lui et Macron, pour rééquilibrer la gauche et rendre une chance au camp progressiste. Nous en sommes loin.

Laurent Joffrin
Publié dans : Politique |le 18 juillet, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente