Archive pour le 31 juillet, 2018

 » C’est un joli nom, camarade »…………..(31/07/2018)

 

 

 

 

 

Diapositive 1 sur 14: Quelques jours après l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du pacte de Varsovie, le reporter de Paris Match Jack Garofalo arpente les rues de Prague occupée. Ici, des civils regardant les restes d'un char d'assaut ayant brûlé.

Publié dans:HISTOIRE |on 31 juillet, 2018 |Pas de commentaires »

Etat d’alerte chez les macroniens………….(31/07/2018)

Logo Francetv info 15h14
Alerte info
Affaire Benalla : le gouvernement face à deux motions de censure, regardez en direct les débats à l’Assemblée nationale
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 31 juillet, 2018 |Pas de commentaires »

Castaner, quel communicant !!! (31/07/2018)

Le délégué général de La République en Marche doit être auditionné ce mardi 31 juillet à 8 heures devant la commission d’enquête du Sénat.

Par L’Obs

Publié le 31 juillet 2018 à 07h09

Au tour de Christophe Castaner. Après les hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur, de la préfecture de police de Paris, de l’Elysée et du cabinet de la présidence de la République, c’est le délégué général de La République en Marche et secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement qui doit être auditionné ce mardi 31 juillet à 8 heures devant la commission d’enquête du Sénat.

Les parlementaires espèrent notamment obtenir des éclaircissements sur le rôle joué par Vincent Crase, qui avait participé à l’interpellation de plusieurs manifestants le 1er-Mai au côté d’Alexandre Benalla, au sein de La République en Marche, dont il est salarié.

 

 

Gendarme réserviste, présent place de la Contrescarpe comme « observateur », Vincent Crase intervenait aussi ponctuellement pour l’Elysée… Il a été mis en examen le 22 juillet pour  »immixtion dans l’exercice d’une fonction publique » et « port prohibé d’une arme de catégorie B ».

Pour l’instant, c’est peu dire que l’image de Christophe Castaner sort écornée de la séquence Benalla. Alors que la majorité continue de dénoncer à l’unisson une « instrumentalisation politique » de l’affaire par l’opposition, invitant les Français et les médias à « passer à autre chose », les rares interventions du secrétaire d’Etat sur le sujet ont mis de l’huile sur le feu. Quand ce n’est pas sa discrétion qui a été taxée de lâcheté. Surtout, le parti La République en Marche est apparu bien inutile au plus fort de la crise, laissant les députés de la majorité puis l’exécutif prendre les coups.

« Bagages » encombrants

Il y a d’abord eu la boulette sur les bagages des Bleus. Le 19 juillet, Christophe Casterner avait en effet affirmé, sur CNews, qu’Alexandre Benalla n’avait plus de « fonction de sécurité » à l’Elysée : « Il a des fonctions logistiques. J’ai entendu dire l’Elysée qu’il était chargé des valises de l’équipe de France », lors du retour des Bleus à Paris le 16 juillet. Rebelote le 23 juillet sur BFMTV :

« J’ai entendu dire qu’il était en charge de la logistique des bagages. »De quoi brouiller un peu plus encore la communication catastrophée de l’Elysée, déjà accusé de vouloir enterrer l’affaire.

Car les ouï-dire de Christophe Castaner ont été démentis. Le 24 juillet d’abord, par le directeur de cabinet d’Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, lequel avait détaillé les raisons de la présence du garde du corps dans le dispositif de sécurité autour de l’équipe de France le 16 juillet :

« Il me fallait un contact permanent pendant toute la progression du cortège pour savoir si la contrainte horaire était tenue. »Toujours le 24 juillet, Emmanuel Macron a également fait allusion à la boulette de son fidèle secrétaire d’Etat, lors de sa première prise de parole à la Maison de l’Amérique latine face à la majorité et son gouvernement :  »Alexandre Benalla n’a jamais détenu de codes nucléaires. Alexandre Benalla n’a jamais occupé un 300 m2 à l’Alma. Alexandre Benalla n’a jamais gagné 10.000 euros. Alexandre Benalla, lui non plus, n’a jamais été mon amant. Alexandre Benalla, quoique bagagiste d’un jour, n’a jamais eu ces fonctions dans la durée », avait taclé le président.

« Qu’ils soient parlementaires, commentateurs ou journalistes… ils ont dit des fadaises ! »

Publié dans:"AFFAIRES" |on 31 juillet, 2018 |Pas de commentaires »

A quand les mafieux ? (31/07/2018)

Logo Francetv info 09h45
Alerte info
Violences du 1er-Mai : Christophe Castaner annonce le licenciement de Vincent Crase, salarié de LREM et mis en examen dans l’affaire Benalla. Suivez notre direct
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 31 juillet, 2018 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente