Archive pour le 5 octobre, 2018

La lettre de Laurent Joffrin………….(05/10/2018)

Libération 05 octobre 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Manuel et Shahnourh

Aznavour, Valls… Toujours cette obsessionnelle querelle de l’identité, si souvent imbécile. Voilà deux hommes qui, dans leur métier et leur vie, ont fait partie intégrante du paysage français, celui de la chanson populaire pour l’un, de la politique pour l’autre. Pourtant, sans que grand monde ne s’en soucie, ils revendiquaient fièrement leurs origines et ils détenaient une double nationalité. Bien pire, ou bien mieux, ils ont pris des responsabilités publiques au service d’un Etat étranger, ambassadeur d’Arménie il y a quelques années pour l’un, candidat à la mairie de Barcelone plus récemment pour l’autre. Qui douterait qu’ils ont été, ou qu’ils sont, en même temps, de bons citoyens français ?

On se saisit de leur cas pour opposer l’ancien modèle d’«assimilation à la française» au «multiculturalisme» qui serait devenu une des plaies du vieux pays. Assimilé, Charles Aznavour l’était (sauf sur le plan fiscal), chanteur international amoureux de la langue française, icône populaire à tous égards. Assimilé, Valls l’était aussi, protagoniste énergique du débat français, élu, chef de courant dans un grand parti national, ministre de l’Intérieur, Premier ministre. Mais tout autant, ils étaient – horresco referens – «multiculturels». Dans la cour des Invalides l’hommage rendu à Aznavour a fait retentir des chants arméniens. Aznavour s’appelait Charles mais sa mère lui avait d’abord donné deux prénoms arméniens, Shahnourh et Varinag, que l’état civil a refusés. Il a une fille prénommée Seda et un fils Misha, prénoms qui ne figurent pas dans le calendrier des Postes, comme si ce critère avait encore de l’importance. Le cœur d’Aznavour battait aussi pour Erevan, celui de Valls pour Barcelone. Pourquoi en irait-il autrement de ceux qui s’appellent Mohammed, Zinedine ou Hapsatou ?

L’enfermement de l’identité unique est absurde. Valls et Aznavour démontrent qu’on peut être d’ici et d’ailleurs, adhérer à la République sans renier sa propre origine, avoir deux amours, son pays et Paris. Ce qui compte, au fond, ce n’est pas l’identité, c’est la volonté. La volonté de prendre sa part au sort commun d’un pays, sans obéir forcément à l’étrange injonction d’oublier qu’on est aussi d’autre part. Ceux qui doutent que la France puisse supporter la différence culturelle doutent en fait de la France. Ils doutent de son histoire, qui est celle d’un creuset. Eux qui se croient Français d’élite doutent d’une identité française qui a ses constantes mais aussi ses variantes, qui tient ensemble non à cause de la terre et des morts, mais par l’adhésion à des principes communs, au premier rang desquels on trouve l’ouverture et l’universalité.

Laurent Joffrin
desirdavenir77500
Publié dans:Non classé |on 5 octobre, 2018 |Pas de commentaires »

Si même la police disparait………………(05/10/2018)

Logo Francetv info 12h54
Alerte info
Une enquête ouverte en France après la disparition du président d’Interpol, Hongwei Meng
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 5 octobre, 2018 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente