Archive pour le 16 octobre, 2018

Un revenant………………………..(16/10/2018)

BILLET. On a rêvé que le successeur de Stéphane Travert joue une carte un peu nouvelle sur les pesticides. Perdu, c’est Didier Guillaume…

« Sur le fond, sincèrement, je ne l’ai jamais entendu formuler des propositions fraîches et innovantes, où qu’il soit. » Quand il évoque l’action politique du nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, ce sénateur socialiste anonyme cité par une dépêche de l’AFP est sans aménité. Hélas, il confirme un pressentiment qui nous a traversé lorsqu’on a appris la nomination de cet ancien vallsiste au portefeuille rural : le changement, ce n’est pas pour maintenant.

Car oui, on avait eu la folie de rêver qu’un ministre de l’Agriculture pourrait avoir, sur l’épineuse question des pesticides, une opinion un peu différente de ses prédécesseurs. Voire un pedigree nouveau. Pourquoi ce souhait complètement dingue ? Parce que les choses ont beaucoup évolué ces derniers mois en ces matières. D’abord, il y a eu le procès Dewayne Johnson perdu par Monsanto cet été. Pour la justice américaine, il est clair désormais que glyphosate, le principe actif de l’herbicide RoundUp, est un poison pour l’homme.

Quelque chose s’est brisé

Cette étape judiciaire fondamentale fait écho aux conclusions de l’Organisation mondiale de la santé, qui déclarait le glyphosate « cancérogène probable chez l’homme » en 2015, et au travail journalistique d’une Marie-Monique Robin, enquêtant sur les ravages de cette substance chimique sur la santé humaine, les espèces et les sols.

Quelque chose s’est sans conteste brisé entre l’opinion française et les pesticides (le terme « produits phytosanitaires », doux euphémisme, est de moins en moins usité dans les médias). Quelque chose de renforcé par l’étude de l’Inra démontrant, cet été, qu’ils sont moins efficaces contre les ravageurs, champignons et mauvaises herbes que l’agriculture bio.

Renforcé aussi par les promesses de l’actuel gouvernement d’interdire le glyphosate – promesse, certes, qui n’est accompagnée d’aucun calendrier, mais promesse quand même. Renforcé, enfin, par la démission fracassante de Nicolas Hulot, et par le récent « Appel des Coquelicots », ce mouvement populaire qui réclame d’abolir l’usage de tous les pesticides, sans exception.

Bref, on pensait que le vent avait tourné, que le règne macronien pouvait désormais se risquer à nommer un ministre de l’Agriculture qui ait le courage d’affronter la question phytosanitaire avec courage (car il en faut), sans forcément se mettre au service des grands syndicats agricoles.

Vieille maison

Il ne faut pas faire de procès d’intention à M. Guillaume. « Nul ne sait ce que peut le corps », disait Spinoza. Et un ministre n’est certes jamais définitivement enfermé dans un destin – fût-il tracé par les lobbies. Mais le passif est là. Le successeur de Stéphane Travert a voté contre l’interdiction du glyphosate lorsqu’il était sénateur. C’est un membre de cette vieille maison coupée des réalités qu’est le Sénat, un représentant du monde agricole qui fait donc ce qu’il croit que le monde agricole attend de lui. Pas de surprise en vue, donc.

On l’entend déjà, d’ici, dire que sur le glyphosate, il faut faire preuve de « pragmatisme » plutôt que d’ « idéologie », que les agriculteurs souffrent déjà bien assez de la concurrence mondiale sans qu’on vienne leur ajouter des difficultés supplémentaires… Tout cela est prévisible. Didier Guillaume rêvait, paraît-il, jour et nuit de devenir ministre. Mais c’est à se demander pourquoi Stéphane Travert est parti.

Arnaud Gonzague

L’OBS
desirdavenir77500
Publié dans:Non classé |on 16 octobre, 2018 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……………(16/10/2018)

Libération 16 octobre 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Remaniement : second souffle ou zéphyr ?

Enfin Fesneau vint… Si l’on considère que la nomination de ce fidèle de François Bayrou est l’une des nouveautés les plus notables de ce remaniement, on a la mesure du changement annoncé ce matin par l’Elysée. On pourrait prendre d’autres exemples : Attal, Wargon, Guillaume, Nuñez, Dubos ou Pannier-Runacher… Illustres inconnus du grand public, seconds couteaux promus premières gâchettes. On voit à l’énumération de ces vedettes de l’ombre que ce remaniement a peu de chances de bouleverser l’opinion. Le «second souffle» attendu de l’opération, dixit le communiqué gouvernemental, se ramène pour l’instant à une haleine de bébé, un zéphyr politique. Certains avaient parlé d’un tournant. C’est un tournant en ligne droite. Le même communiqué n’en fait pas mystère, d’ailleurs, puisqu’il est souligné que la nouvelle équipe aura le même «mandat politique» que l’ancienne. On change sans changer tout en modifiant sans infléchir.

A lire aussiRemaniement: quatre sortants, huit entrants, six changements

La nomination de Franck Riester à la Culture est la seule arrivée d’un certain poids : l’homme, fort honorable, est connu pour sa constance, son habileté politique et son esprit d’indépendance, quoique circonscrit jusque-là à une droite plus ou moins ouverte. Françoise Nyssen apprend à ses dépens qu’une brillante réussite dans la société civile – dans l’édition en l’occurrence – ne présage en rien d’un succès ministériel. Contrairement à une idée reçue, le métier politique suppose des compétences particulières qui s’apprennent le plus souvent au contact des électeurs et non des lecteurs.

Les promotions internes sont plus éclairantes : Castaner, soutien de la première heure, rogue à souhait, prend l’Intérieur avec un ancien préfet, Nuñez, frotté aux questions de sécurité. Il s’occupera sans doute des élections autant que du maintien de l’ordre. Jacqueline Gouraud, femme politique d’expérience, affable et ferme, est promue ministre d’Etat pour s’occuper «des Territoires», selon le jargon en vigueur. Autre geste envers le Modem, et surtout signal lancé aux élus locaux et à la France rurale, jusqu’ici hérissés par le style macronien et par quelques réformes désagréables.

Les équilibres internes à la majorité ont été pesés au trébuchet, ce qui explique sans doute, outre l’indécision élyséenne, l’inhabituelle longueur de la séquence. La rhétorique du nouveau monde est respectée, à en juger par le nombre de responsables de peu d’expérience politique qui rejoignent le gouvernement. Mais le dosage d’apothicaire qui préside à l’opération – une mesure de LREM, cent grammes de Modem, un zeste d’Agir – nous ramène aussitôt à l’ancien. De la difficulté d’échapper aux règles classiques…

Constance ou entêtement ? Emmanuel Macron garde le cap, jugeant que seuls des résultats tangibles – qui ne viendront pas tout de suite – lui permettront de remonter la pente dans l’opinion. L’opposition aurait tort de juger la chose impossible. Mais ses difficultés de casting illustrent bien l’une des faiblesses majeures de son régime. Il perd en un an Bayrou, Sarnez, Hulot, Collomb. Il gagne Attal, Wargon, Dubos, Pannier-Runacher. En notoriété, on passe de l’Olympia au radio-crochet. Tous viennent d’En marche. Mais s’il y a une marche dans ce remplacement, c’est celle qu’on descend.

Laurent Joffrin
desirdavenir77500
Publié dans:Non classé |on 16 octobre, 2018 |Pas de commentaires »

Un drole de Keke……………………(16/10/2018)

  13h02
Alerte info
« Kéké », « gros bosseur », parfois « brutal »… Qui est Christophe Castaner, le nouveau ministre de l’Intérieur ?
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 16 octobre, 2018 |Pas de commentaires »

Les heureux et les autres……………….(16/10/2018)

Après plusieurs premiers noms confirmés par BFMTV, comme Christophe Castaner à l’Intérieur ou encore Jacqueline Gourault à la Cohésion des Territoires, la liste des changements est désormais complète:

  • Jean-Michel BLANQUER, ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse;
  • Christophe CASTANER, ministre de l’Intérieur; épaulé par Laurent NUNEZ, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur.
  • Jacqueline GOURAULT, ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales;
  • Sébastien LECORNU, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, chargé des collectivités territoriales;
  • Julien DENORMANDIE, ministre auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires et des Relations avec les Collectivités Territoriales, chargé de la ville et du logement;
  • Franck RIESTER, ministre de la Culture;
  • Didier GUILLAUME, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation;
  • Marc FESNEAU, ministre auprès du Premier Ministre, chargé des Relations avec le Parlement;
  • Marlène SCHIAPPA, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations;
  • Emmanuelle WARGON, secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire;
  • Christelle DUBOS, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé;
  • Mounir MAHJOUBI, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des finances et du ministre de l’action et des comptes publics;
  • Agnès PANNIER-RUNACHER, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances;
  • Gabriel ATTAL, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education Nationale et de la Jeunesse.
Publié dans:Non classé |on 16 octobre, 2018 |Pas de commentaires »

Y a t-il des pleurs ? (16/10/2018)

Logo Francetv info 09h38
Alerte info
Remaniement : Françoise Nyssen et Stéphane Travert quittent le gouvernement, Franck Riester récupère la Culture et Didier Guillaume l’Agriculture
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 16 octobre, 2018 |Pas de commentaires »

La Meluche a des ennuis……………………(16/10/2018)

Logo Francetv info 10h18
Alerte info
Jean-Luc Mélenchon visé par une perquisition à son domicile dans le cadre de deux enquêtes préliminaires
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 16 octobre, 2018 |Pas de commentaires »

Chaises musicales……………….(16/10/2018)

Logo Francetv info 10h53
Alerte info
Remaniement : regardez la passation de pouvoirs au ministère de l’Intérieur entre Edouard Philippe et Christophe Castaner
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 16 octobre, 2018 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente