Archive pour le 7 janvier, 2019

Benalla et autres……………………(07/01/2019)

 

Révélations

Info «Libé» : les amitiés louches de Benalla

Par Renaud Lecadre , Emmanuel Fansten , Willy Le Devin et Ismaël Halissat — 6 janvier 2019 à 20:56
Alexandre Benalla, le 25 juillet 2018. Zoom

Alexandre Benalla, le 25 juillet 2018. Photo Ed Alcock. MYOP pour le Monde

Djouhri, Miclet, Hababou Solomon… Depuis l’été, l’ancien collaborateur du Président multiplie les relations avec des intermédiaires controversés. «Libération» révèle ses liens avec Mohamad Izzat Khatab, un homme d’affaires syrien impliqué dans des escroqueries.

C’est la soirée où tout bascule pour Alexandre Benalla. Ce 18 juillet, le journal le Monde vient de révéler l’implication de celui qui est encore l’un des proches collaborateurs d’Emmanuel Macron dans des violences contre des manifestants le 1er mai. Aussitôt publié, l’article provoque une déflagration. Et le téléphone d’Alexandre Benalla commence à crépiter. Installé dans l’enceinte du luxueux hôtel du Collectionneur, puis dans un bar à chicha du VIIIarrondissement, le jeune homme de 26 ans tente d’anticiper la tempête qui s’apprête à déferler.

La fadette de son téléphone listant les personnes contactées lors de cette folle nuit, versée à la procédure judiciaire, laisse deviner un réseau déjà bien étoffé, hérité notamment de ses années dans la sécurité privée. On y retrouve par exemple Christian Prouteau, fondateur du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), puis de la cellule antiterroriste de l’Elysée sous François Mitterrand. Ou encore le garde du corps historique de Johnny Hallyday, Jimmy Reffas. Un réseau de commissaires de police va en outre s’activer du côté de la préfecture de Paris pour fournir à Alexandre Benalla des images qui lui permettraient de se défendre. Enfin, plusieurs numéros de téléphone de la présidence de la République sont contactés, certains chiffrés, d’autres non.

Une fois exfiltré de l’Elysée, Alexandre Benalla n’aura pas perdu beaucoup de temps pour élargir et faire fructifier un réseau aussi tentaculaire que sulfureux. Chaque semaine qui passe le jette dans les bras d’intermédiaires, notamment connus de la Françafrique et du Moyen-Orient, plus douteux les uns que les autres. En reconstituant le parcours d’Alexandre Benalla depuis l’été, Libération révèle, notamment, l’existence d’un nouveau personnage trouble : le Syrien Mohamad Izzat Khatab, sur qui Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy, a ouvert une enquête en 2018.

Août 2018 : l’escapade marocaine chez Vincent Miclet

En pleine folie médiatique, Benalla commence par s’accorder quelques jours de répit chez Vincent Miclet, comme l’a raconté le Monde. Très en cour sous la présidence de Jacques Chirac, via les «messieurs Afrique» de l’Elysée (Michel de Bonnecorse) et du Quai d’Orsay (Bruno Joubert), cet homme d’affaires ayant fait fortune dans l’agro-alimentaire en Angola a vu son étoile pâlir sous Hollande, puis sous Macron. «Oui, Miclet avait besoin d’un petit téléphoniste comme Benalla pour ouvrir des portes à l’Elysée», glisse un proche de l’homme d’affaires. Alexandre Benalla admet lui avoir organisé «deux ou trois rendez-vous», du temps où il officiait auprès de Macron – mais «sans la moindre contrepartie financière», tient-il à préciser à Libération. Dès lors, quand Vincent Miclet s’empresse de l’héberger dans son splendide palais de Marrakech en août dernier, il faudrait n’y voir qu’un amical renvoi d’ascenseur. «Accueillir Benalla si vite au Maroc, c’est signifier aux dirigeants africains « j’ai mes entrées à l’Elysée ! » grince toutefois un ancien proche de Miclet. C’est toujours bon pour un mec comme ça de se faire miroiter.» Surtout que ce dernier a des démélés avec la justice angolaise, qui le suspecte d’avoir détourné plusieurs centaines de millions d’euros. En bon intermédiaire, Alexandre Benalla met en contact pour affaires son ami Miclet avec un autre personnage aussi trouble que fortuné, le Syrien Mohamad Izzat Khatab.

Septembre : le séjour chez Mohamad Izzat Khatab

Après ses quelques jours de repos sous le soleil marocain, Benalla reprend ses quartiers à Paris, au coeur du «triangle d’or». Selon nos informations, il a notamment passé plusieurs semaines chez un sulfureux homme d’affaires syrien, Mohamad Izzat Khatab, avec qui il est apparu très proche ces derniers mois. Une information démentie par l’entourage de Benalla, qui assure qu’il n’y a passé qu’une seule nuit avec sa femme et son fils. Libération dispose d’un selfie qui immortalise la complicité entre les deux hommes. Un cliché pris en septembre dernier dans l’appartement principal d’Izzat Khatab, situé Place de l’Alma (XVIarrondissement), juste en face de la Seine. Tout sourire, Alexandre Benalla, polo rose sur les épaules et lunettes rondes sur le nez, sort tout juste de son audition devant la commission d’enquête du Sénat.

A lire aussiInfo «Libé» : Mohamad Izzat Khatab, le sulfureux bienfaiteur de Benalla

L’histoire qui lie les deux hommes commence en 2012. A l’époque, Alexandre Benalla est au service d’ordre du Parti socialiste. Souvent, lors des rassemblements publics, il remarque cet élégant mais insistant homme d’affaires au crâne luisant qui tente par tous les moyens d’être sur la photo. L’obsession d’Izzat Khatab est alors claire : tisser un relationnel qui lui permettra de se valoriser en prétendant faire partie de l’entourage de François Hollande, grand favori des sondages.

Six ans plus tard, lorsque Benalla se fait éjecter de l’Elysée, Izzat Khatab s’empresse de revenir à la charge. Introduit par un ami photographe, il donne rencard à Benalla au Fouquet’s. Selon nos informations, le Syrien fait alors miroiter au jeune chômeur un emploi à 25 000 euros mensuels. Surtout, il l’invite à occuper l’un des nombreux biens dont il dispose, niché sur la prestigieuse avenue Montaigne. Désormais au chaud, l’ancien garde du corps va s’atteler à bâtir sa nouvelle carrière, lui qui dit désormais travailler dans le «consulting international».

Septembre : la rencontre avec Alexandre Djouhri

Quand Libé avait révélé leur rencontre du 5 septembre dans un hôtel londonien, Alexandre Benalla avait démenti vigoureusement en nous traitant par texto de «pire de ce qu’a produit l’humanité». Trois mois plus tard, les deux hommes assument finalement plusieurs rencontres. Interrogé par Libération, Alexandre Djouhri admet avoir vu son cadet. Mais pas pour lui ouvrir les portes du business en Afrique ou au Moyen-Orient, étant peu soucieux de partager son carnet d’adresse : «Il a 26 ans, j’en ai 60. Le garçon est sympa, poli. Mais ouvrir des portes à un gamin que je ne connais pas, jamais de la vie ! Soyons sérieux», précise-t-il à Libération. Célèbre intermédiaire de la sarkozie aujourd’hui assigné à résidence à Londres, Djouhri fait l’objet d’un mandat d’arrêt délivré par la justice française à son homologue britannique dans le cadre de l’enquête sur le financement libyen présumé de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

Benalla et Djouhri assurent finalement s’être rencontrés, une première fois à Londres, dans un restaurant japonais, le Zuma. Une rencontre fortuite, à les entendre. «Au bar», selon Djouhri. Les services de renseignement britannique ont depuis confirmé à leurs homologues français au moins une autre rencontre dans un pub. Les deux hommes ont alors découvert qu’ils avaient une bonne connaissance commune : l’ancien journaliste Charles Villeneuve. L’automne dernier, il s’est lui aussi mis en tête de prendre Alexandre Benalla en main, et surtout de le faire savoir au microcosme politico-financier. C’est ainsi que Charles Villeneuve l’a ostensiblement trimballé chez Laurent, le restaurant du CAC 40, le Stresa, lieu de passage des stars ou à l’Avenue, cantine de l’ancien patron du renseignement intérieur Bernard Squarcini. Largement de quoi alimenter le spectre d’un complot antimacroniste diligenté par ce qui reste de la sarkozie.

Novembre : un contrat pour une entreprise de sécurité privée

Benalla a gardé un pied dans son domaine de prédilection. Comme l’a révélé le Canard enchaîné, son compte bancaire a été crédité en novembre de 12 000 euros, correspondant à un virement d’une toute jeune société dénommée France Close Protection. Selon nos informations, cette structure montée très récemment est domiciliée à la même adresse que Mars, la boîte de Vincent Crase, son ami et compagnon d’infortune du 1er mai. L’entreprise est dirigée par une connaissance de Benalla, Yoann P., ancien militaire de 44 ans. Passé notamment par le Tchad et la Centrafrique, ce dernier affiche sur son CV une vingtaine d’années d’état de service comme commando parachutiste. Lancée avec un capital social de 100 euros, France Close Protection révèle par ailleurs une autre étrangeté : son unique actionnaire est un homme de 18 ans, majeur depuis seulement quelques mois. Pour préciser la nature de cette prestation, l’entourage d’Alexandre Benalla fait valoir «une mission de conseil à l’international».

Self-made-man, Benalla avait déjà tissé des liens dans le milieu de la sécurité privée bien avant de se mettre au service de Macron. Entre 2013 et 2015, il participe, au lancement d’une éphémère filiale marocaine de la société de sécurité Velours. C’est aussi à cette période que le jeune homme intègre l’équipe chargée de la sécurisation des visites parisiennes du futur prince d’Arabie Saoudite, Mohammed ben Salmane. Dès l’âge de 24 ans, il est par ailleurs initié à la franc-maçonnerie via une branche marocaine de la Grande Loge nationale française, bien plus implantée dans la Françafrique que son homologue et concurrent du Grand Orient. L’international lui sourit encore, quand quelques mois plus tard, Benalla poursuit sa carrière en Allemagne, à Munich, comme garde du corps et conseiller du président de l’Office européen des brevets. «J’ai voyagé, rencontré des gens», éludera-t-il devant la commission d’enquête du Sénat.

Décembre : la virée tchadienne avec Philippe Hababou Solomon

Ce controversé intermédiaire d’origine israélienne, condamné en France mais très en cours dans certains pays arabo-musulmans, a pris en charge l’ancien conseiller de Macron. Il l’a notamment fait voyager au Tchad comme l’a révélé le Monde. Leur rencontre s’est effectuée via un ami commun, autre autodidacte devenu courtier renommé sur la place financière. Face à la polémique sur leurs pérégrinations communes au Tchad, au Cameroun ou au Congo-Brazzaville, Philippe Hababou Solomon s’en est expliqué à Libé : «J’ai rencontré ce jeune homme brillant à Paris. J’ai compris pourquoi Macron l’avait recruté… Je ne l’emploie pas, je ne le rémunère pas, mais j’ai seulement détecté un potentiel en lui.»

A lire aussiPhilippe Hababou et Vincent Miclet : deux portes d’entrée de la Françafrique de Benalla

Mais pourquoi diable le trimbaler partout en Afrique alors qu’il le connaît si peu, si ce n’est pour son influence réelle ou supposée ou pour se faire mousser ? «Je n’ai pas besoin de lui pour ouvrir des portes. Il ne m’est pas utile, alors que je lui suis utile.» Un rôle de simple mécène, à l’entendre, qui lui permet toutefois de dresser la psychologie de son jeune poulain : «Il a un dévouement, une adoration excessive vis à vis du président. Il voit des complots partout, la technocratie contre le peuple. C’est un animal blessé, du coup je ne comprends pas l’attitude de l’Elysée : ils connaissent les qualités et les défauts de ce garçon impulsif. Dès lors, pourquoi le menacer, l’acculer, ils poussent Benalla à la faute alors qu’ils savent qu’il peut être dangereux.»

Renaud Lecadre , Emmanuel Fansten , Willy Le Devin , Ismaël Halissat

&lt;imgwidth= »1″height= »1″alt= »xiti »src= »https://logs1091.xiti.com/hit.xiti?s=381060&amp;amp;s2=48&amp;amp;p=France::Article_-_Info_Libe_les_amities_louches_de_Benalla_-_1701361&amp;amp;ptype=2-1-0&amp;amp;di=&amp;amp;ac=&amp;amp;an=&amp;amp;x1=0&amp;amp;x2=40&amp;amp;x3=10&amp;amp;x4=&amp;amp;x5=20190106&amp;amp;x6=10&amp;amp;x7=1701361″&gt;<!–
(function(w,d,s,l,i){w[l]=w[l]||[];w[l].push({‘gtm.start’:
new Date().getTime(),event:’gtm.js’});var f=d.getElementsByTagName(s)[0],
j=d.createElement(s),dl=l!=’dataLayer’?'&l=’+l: »;j.async=true;j.src=
‘//www.googletagmanager.com/gtm.js?id=’+i+dl;f.parentNode.insertBefore(j,f);
})(window,document,’script’,'dataLayer’,'GTM-V9PX’); –>&lt;imgheight= »1″width= »1″style= »display:none »src= »https://www.facebook.com/tr?id=342040669704613&amp;ev=PageView&amp;noscript=1″/&gt;&lt;divstyle= »display:inline; »&gt;&lt;imgheight= »1″width= »1″style= »border-style:none; »alt= »"src= »//googleads.g.doubleclick.net/pagead/viewthroughconversion/964330869/?guid=ON&amp;amp;script=0″/&gt;&lt;/div&gt;&lt;imgsrc= »//pixel.quantserve.com/pixel/p-9E79g-9qXk8bk.gif »style= »display:none; »border= »0″height= »1″width= »1″alt= »Quantcast »/&gt;

  • Alexandre Benalla, le 25 juillet 2018.
    Photo Ed Alcock. MYOP pour le Monde

 

Publié dans:Non classé |on 7 janvier, 2019 |Pas de commentaires »

A suivre……………………….(07/01/2019)

Logo Francetv info 08h40
Alerte info
De l’ascension au scandale, la brutale disgrâce du cardinal Barbarin, jugé pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs à partir d’aujourd’hui
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 7 janvier, 2019 |Pas de commentaires »

Un de plus……………………..(07/01/2019)

Logo Francetv info 10h45
Alerte info
Jacline Mouraud, ex-figure des « gilets jaunes », annonce la création de son parti politique baptisé Les Emergents
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Non classé |on 7 janvier, 2019 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente