Archive pour le 10 avril, 2019

La lettre de Laurent Joffrin……………………………(10/04/2019)

Libération 10 avril 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Marie, Jean, Yanis et Lina

Quand on s’appelle Rachida, Zinedine, Jamel ou Najat, est-on mal intégré à la société française ? Une certaine droite, dont Eric Zemmour est le pathologique porte-parole, le pense. Ainsi il rangera Zinedine Zidane, Rachida Dati, Jamel Debbouze ou Najat Vallaud-Belkacem dans la catégorie des mauvais Français, ce qui en dit long sur le niveau de sa réflexion. Plus souvent qu’on ne croit, un prénom d’origine étrangère ne dit pas grand-chose sur l’insertion culturelle d’un enfant d’immigré dans le pays où sont venus ses parents. Autrement dit, la «police des prénoms» exercée sur les plateaux de télévision par le publiciste d’extrême droite est éminemment fausse et choquante.

En revanche, pour les démographes et pour les sociologues, le choix d’un prénom local par une famille venue d’ailleurs est à coup sûr le signe d’une volonté d’intégration. C’est là que l’étude publiée jeudi par l’Ined, intitulée «Quels prénoms les immigrés donnent-ils à leurs enfants ?», prend son sens. Comme on pouvait s’en douter, elle contredit les cris d’orfraie poussés par le courant nationaliste, qui roule de grands yeux en expliquant peu ou prou que le prénom Mohammed va devenir à brève échéance le plus couru de l’Hexagone. Vaste fumisterie que les chiffres de l’Ined dissipent sans appel.

La question est vite réglée pour les enfants et petits-enfants d’immigrés «latins» (Espagnols, Portugais, etc.). En deux générations, le choix du prénom des nouveau-nés ne diffère plus de la moyenne des Français. Qu’en est-il pour la descendance des immigrés venant du Maghreb ? A la deuxième génération, les prénoms de culture musulmane se transmettent aux deux tiers. Mais à la troisième – pour les petits-enfants – le pluralisme s’installe. Seuls 23% des petits-enfants d’immigrés portent un prénom arabo-musulman. «La trajectoire suivie par les originaires du Maghreb,écrivent les chercheurs de l’Ined, mène au même point d’arrivée que celle suivie par les Européens du Sud, mais de manière différée.» Avec cette nuance : ces familles choisissent souvent des prénoms qui ne sont ni «français d’origine» ni «maghrébins» : Inès, Rayan, Yanis ou Lina. Autrement dit, ces familles ont opté envers leurs enfants pour une sorte de compromis, qui tend à concilier leur double identité de Français et de citoyen d’origine immigrée.

Stratégie ? Pas vraiment : l’étude montre aussi que cette diversification des prénoms touche l’ensemble de la société française, qui choisit souvent des prénoms qui ne sont pas «dans les calendriers» (selon l’ancien critère légal), mais viennent de la culture populaire (prénoms de héros de romans ou de films, prénoms d’acteurs célèbres ou encore inventions pures et simples). Ainsi la fable horrifique du «grand remplacement» trouve, s’il en était besoin, une nouvelle réfutation. Traditionnellement, les Français choisissaient pour moitié le prénom de leurs enfants parmi quelque 80 prénoms «des calendriers». Ils piochent désormais, toujours pour 50% d’entre eux, dans un répertoire de quelque 200 prénoms, où se mélangent toutes sortes d’influences venues de la culture internationale, souvent anglo-saxonne. Au bout du compte, ce n’est pas Allah qui inspire le plus le choix d’un prénom. C’est Hollywood.

LAURENT JOFFRIN
Publié dans:Non classé |on 10 avril, 2019 |Pas de commentaires »

??????? (10/04/2019)

Logo Francetv info 14H09
ALERTE INFO
Des ONG sont-elles « complices des passeurs » de migrants en Méditerranée, comme l’assure Christophe Castaner ?
Publié dans:Non classé |on 10 avril, 2019 |Pas de commentaires »

Cruel sondage………………………………(10/04/2019)

Sondage Ifop : La popularité de Macron et de ses ministres chute

Paris Match | Publié le 10/04/2019 à 07h00

A l'Elysée, lors du conseil des ministres du 1er avril.
A l’Elysée, lors du conseil des ministres du 1er avril. LUDOVIC MARIN / AFP

Avant les conclusions du grand débat, Emmanuel Macron (-5) et ses principaux ministres (Blanquer, Castaner, Rugy, Schiappa) subissent un net recul dans le tableau de bord Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio.

Le grand débat a trop duré et les Français s’impatientent. Une mauvaise humeur qui touche de plein fouet l’exécutif et les principaux ministres du gouvernement d’Edouard Philippe. La Macronie est à la peine dans le tableau de bord Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio. Le chef de l’Etat recule de cinq points (34%). Il est lâché surtout à gauche (18%, -2) mais se maintient à droite (34%, +2) et fait le plein chez les marcheurs (96%, +4). Fortune diverse chez les ministres ce mois-ci. François de Rugy (24%), Marlène Schiappa (30%) et Christophe Castaner (28%) perdent respectivement cinq, quatre et trois points. Tous les trois sont en quelque sorte des dégâts collatéraux du grand débat dans lequel ils se sont beaucoup investis.

Publié dans:Non classé |on 10 avril, 2019 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente