Archive pour le 16 avril, 2019

La lettre de Laurent Joffrin……………………….(16/04/2019)

Libération 16 avril 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

La cathédrale humaine

Notre-Dame pour tous… En quelques minutes, l’émotion suscitée par l’incendie de la cathédrale de Paris s’est changée en vague planétaire. Réactions innombrables, témoignages de soutien, sidération internationale : le monde entier a été frappé au cœur par cet incendie ravageur, il a tremblé pour les deux tours menacées par les flammes, lointain écho du 11 septembre, il a produit un élan sans frontières de compassion et de solidarité. Objets inanimés, avez-vous donc une âme ?

Quelques idiots ont suggéré que la chute de la flèche qui surmontait l’édifice symbolisait celle, prochaine, de la civilisation française, ou même de la chrétienté tout entière. C’est le contraire qui est vrai : une fois le choc éprouvé, il n’est question que de souscription, de mobilisation, de reconstruction, de projets d’avenir. Une nouvelle fois, les sociétés démocratiques montrent qu’elles n’ont rien à envier aux autres en matière de résilience et d’opiniâtreté.

Pourquoi cette émotion mondialisée ? Pourquoi Français et étrangers ont-ils pensé que c’était, somme toute, une part d’eux-mêmes qu’ils voyaient partir en fumée ? Les «racines chrétiennes», diront certains. C’est une petite partie de la réalité, attestée par les groupes en prière rassemblés autour du bâtiment dévoré par les flammes, incarnée par la conscience meurtrie de la France catholique. Mais Notre-Dame, on le sent bien, est tout autre chose. Identité française ? A coup sûr. Entre Jeanne d’Arc, Henri IV, Louis XIV, Napoléon, De Gaulle ou l’abbé Pierre, une partie de l’histoire du pays s’est déroulée sous ces ogives lancées vers le ciel. Le «fonds indivisible d’impressions, d’images, de souvenirs, d’émotions» qui forme l’attachement à la Nation (Jaurès) a été incendié : chacun se sent atteint. A quoi fait écho Marc Bloch : «Qui n’a pas vibré au sacre de Reims et à la fête de la Fédération n’est pas vraiment français.» Chrétienne mais aussi républicaine – voir la Libération de Paris et le Te Deum pour la Résistance – Notre-Dame est une pièce de cet édifice de mémoire qui unit un pays, au-delà de ses déchirements, quand la cathédrale, joyau du patrimoine populaire, est un sémaphore pour ce peuple parisien rebelle et patriote à la fois. Victor Hugo l’avait compris, qui en a fait un monument du peuple, plus que des prêtres et des puissants. On lui a même reproché, à la parution du roman, d’avoir mis de côté sa force spirituelle, au profit de passions trop humaines, celles de Frollo, d’Esmeralda et de Quasimodo.

Mais il y a plus. Dans le monde tourmenté par les conflits de tous ordres, dans un paysage culturel agité par les réseaux et l’omniprésence des médias de l’éphémère, Notre-Dame de Paris est un môle de paix et de profondeur de temps. La religion de la culture, dans les sociétés modernes, est aussi forte que la religion tout court. L’hymne à la beauté et à l’harmonie d’un monument révéré vaut tous les cantiques de tous les cultes. La culture, l’histoire, le passé, l’esthétique, réunissent par l’émotion ce que la philosophie des droits de l’homme rassemble par la force des principes. Le respect pour les œuvres offre un pendant affectif à la froideur de l’universalisme. Comme la liberté et l’égalité en sont l’esprit, l’amour de la culture en est l’âme, qui vient compléter, corriger, transcender, la froideur de la civilisation technicienne.

LAURENT JOFFRIN
Publié dans:Non classé |on 16 avril, 2019 |Pas de commentaires »

Les « annonces » de Macron…………………….(16/04/2019)

Cette allocution présidentielle devait être le point d’orgue du grand débat national mis en place en janvier pour répondre à la colère des « gilets jaunes ». Une intervention télévisée annulée à la dernière minute, lundi 15 avril, en raison de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Franceinfo a pu prendre connaissance des principales mesures qui devaient être annoncées par Emmanuel Macron et que l’Elysée refuse désormais de commenter. Des annonces que le chef de l’Etat a souhaité reporter pour « respecter un temps de recueillement et avoir la responsabilité qui s’impose dans ce moment de grande émotion nationale », a précisé l’Elysée dans un communiqué.

 

Un référendum d’initiative partagée plus accessible, des RIC locaux

Emmanuel Macron ne ferme pas totalement la porte au référendum d’initiative citoyenne (RIC). Le président avait prévu, lors de son allocution, de citer cette revendication phare des « gilets jaunes ». Avec un bémol de taille : ces scrutins ne pourraient être organisés que pour des sujets d’intérêts locaux.

Le chef de l’Etat devait, en outre, se dire favorable au fait de faciliter l’organisation du référendum d’initiative partagée (RIP). Ce mécanisme, qui existe déjà dans la Constitution, n’est actuellement possible qu’avec l’obtention des signatures de 185 parlementaires, et de 10% du corps électoral. Enfin, Emmanuel Macron avait prévu d’annoncer la mise en place d’une convention de 300 citoyens tirés au sort pour travailler sur le thème de la transition écologique.

Une baisse de l’impôt sur le revenu

Autre mesure phare qu’Emmanuel Macron avait prévu d’annoncer : un moratoire sur des hausses d’impôts, ainsi qu’une baisse de l’impôt sur le revenu. Une baisse qui serait financée par la suppression de niches fiscales, la réduction de la dépense publique, mais aussi « la nécessité de travailler davantage », selon ce qu’avait envisagé le chef de l’Etat, sans plus de précisions.

En revanche, le président n’avait pas l’intention de revenir sur la réforme de l’impôt sur la fortune, depuis rebaptisé impôt sur la fortune immobilière (IFI). Comme il s’y était déjà engagé par le passé, une évaluation de cette réforme sera engagée afin, éventuellement, de la corriger.

 

La pérennisation de la prime exceptionnelle de fin d’année

En décembre, lors du dévoilement de la première batterie de mesures pour calmer la colère des « gilets jaunes », Emmanuel Macron avait annoncé la mise en place d’une prime exceptionnelle entièrement exonérée d’impôts et de charges, versée par les employeurs sur la base du volontariat. Le chef de l’Etat avait prévu d’annoncer lundi soir sa pérennisation. Elle pourrait donc être versée chaque année.

 

Les retraites de moins de 2 000 euros à nouveau réindexées sur l’inflation

Après le recul du gouvernement sur la hausse de la CSG, Emmanuel Macron avait prévu de donner de nouveaux gages aux retraités modestes, en réindexant les pensions de retraite sur l’inflation. Dans le budget 2019, une hausse de 0,3% des pensions était prévue, bien loin du niveau de l’inflation (estimée à 1,6%). Lundi soir, Emmanuel Macron avait prévu d’annoncer la réindexation des retraites inférieures à 2 000 euros.

Autre mesure de solidarité que comptait annoncer le président : la garantie par l’Etat des pensions alimentaires des mères isolées.

 

Un moratoire sur les fermetures d’écoles et d’hôpitaux

Ce devait être l’un des engagements forts de cette allocution présidentielle. Emmanuel Macron avait prévu d’annoncer la fin des fermetures d’écoles ou d’hôpitaux d’ici à la fin du quinquennat. Par ailleurs, le chef de l’Etat avait prévu d’annoncer l’intensification du dédoublement des classes en CP et CE1 dans les zones d’éducation prioritaire. Autre grande annonce qui aurait dû être faite lundi soir : des classes de 24 élèves maximum de la grande section de maternelle au CE1.

 

La suppression de l’ENA

Emmanuel Macron avait prévu d’annoncer une refonte profonde de la haute fonction publique, avec une mesure choc : la suppression de l’Ecole nationale d’administration (ENA), dont il est lui-même issu. Il entend ainsi favoriser l’égalité des chances et le mérite.

 

AUSSI SUR MSN: Incendie à Notre-Dame: «Cette cathédrale, nous la rebâtirons» annonce Emmanuel Macron

Publié dans:Non classé |on 16 avril, 2019 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente