Archive pour août, 2019

La lettre de Laurent Joffrin………………………..(30/08/2019)

Libération 30 août 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Retraites dans le brouillard

La réforme «systémique» des retraites annoncée à sons de trompe répétés par le gouvernement commence à ressembler à un gros chewing-gum en forme de marshmallow. Onctueuse, élastique et malléable à souhait. On parlait d’un «âge pivot» en deçà duquel les futurs retraités subiraient un«malus» qui réduirait leur pension pour cause de départ précoce. Puis le président a soudain exprimé une préférence pour la prise en compte principale du nombre d’années de cotisation, ce qui revient à proroger peu ou prou le système actuel. Puis le ministre des Comptes publics précise que la concertation engagée cet automne durera environ un an. Comme Jean-Paul Delevoye consulte à tout va depuis presque deux ans, on aura donc consacré quelque trois années entières à déminer la réforme à coups de palabres. C’est ce qui s’appelle prendre son élan…

A cela s’ajoute le pas de deux entamé avec Laurent Berger, fort satisfait de voir «l’âge pivot» s’effacer dans le brouillard des déclarations contradictoires. Après avoir fustigé la méthode de ses prédécesseurs, – ces «fainéants» trop précautionneux – Emmanuel Macron s’y conforme à son tour. Pour un peu, il endosserait soudain les habits d’un «président normal». A vrai dire, c’est le bon sens même. Depuis l’échec de Juppé en 1995, tous les gouvernements ont pratiqué cette stratégie des «petits pas». Faut-il s’en plaindre ? Pas sûr. En fait, cette France qu’on dit «impossible à réformer» a amendé sans cesse les règles du départ à la retraite et tant bien que mal équilibré les comptes au fur et à mesure. Est-ce une si mauvaise tactique ?

La nouveauté, c’est l’instauration d’un mode de calcul «à points» qui existe dans les pays scandinaves (et pour les cadres en France). Système plus clair et en principe simple d’usage, puisqu’il suffit de faire varier la valeur du point pour balancer les comptes. Mais on se garde bien de dire si cette valeur est destinée à baisser, ou si la durée de cotisations nécessaire à une retraite à taux plein va s’allonger, comme le Medef le demande depuis trois siècles. C’est pourtant l’un des points sensibles. Mystère et boule de gomme : la concertation est en cours…

On oublie au passage une question essentielle pour quiconque s’intéresse, autant qu’à l’équilibre comptable du système, à la justice sociale en cette matière. Chacun sait que l’espérance de vie moyenne diffère sensiblement selon les métiers. Pour faire court, les ouvriers, les travailleurs manuels en général, vivent environ six années de moins que les cadres et les professions intellectuelles. Autrement dit, quand on vante l’égalitarisme du système à points (chaque point ouvre les mêmes droits), on bonimente. On applique un système uniforme à des situations notoirement différentes.

L’équité voudrait que le régime de calcul appliqué aux classes populaires tienne compte de leur moindre espérance de vie. Qui en parle ? Personne ou presque. En 2012, au début du quinquennat Hollande, les socialistes ont introduit dans le calcul des retraites un critère de pénibilité destiné à pallier cette injustice. Aussitôt le Medef a crié à «l’usine à gaz» et tenté par tous les moyens de minimiser la portée de la réforme, qui est néanmoins entrée en vigueur. Sera-t-elle complétée, étendue, améliorée ? Voilà un sujet utile de discussion publique…

LAURENT JOFFRIN
Publié dans:Education |on 30 août, 2019 |Pas de commentaires »

Gag………………………………..(30/08/2019)

Orange avec AFP-Services, publié le vendredi 30 août 2019 à 13h44

Alors que le Premier ministre avait annoncé en juin une suppression totale de la taxe d’habitation en 2023, le ministre de l’Action et des Comptes publics a assuré vendredi matin qu’elle serait supprimée en 2022. Quelques heures plus tard, ce dernier a précisé sur Twitter que 2022 « sera la dernière année au cours de laquelle 20% des Français les plus aisés paieront le dernier tiers de leur taxe d’habitation » et qu’ »en 2023 elle aura disparu pour tous. »

« Tous les Français auront leur taxe d’habitation supprimée en 2022″.

Invité de RTL vendredi 30 août, Gérald Darmanin a assuré que la suppression intégrale de la taxe d’habitation pour les 20% de ménages les plus aisés interviendra en 2022.

Publié dans:Impôts |on 30 août, 2019 |Pas de commentaires »

Çà commence fort………………………………….(30/08/2019)

Logo Francetv info 08H04
ALERTE INFO
Préavis de grève, syndicats aux aguets… La rentrée sera-t-elle mouvementée chez les profs ?
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:Education |on 30 août, 2019 |Pas de commentaires »

Brexit…………………………(30/08/2019)

Boris Johnson a t-il préjugé de ses forces, sous-estimé la réaction des députés, de la rue ? Sa décision, brutale, de suspendre le Parlement britannique pendant cinq longues semaines, à partir du 9 septembre, suscitait de très fortes répliques, jeudi 29 août. Notamment dans les rangs conservateurs. Cette « prorogation » exceptionnellement longue des deux Chambres (Communes et Lords) réduit drastiquement la marge de manœuvre des élus pour débattre d’un éventuel nouvel accord avec Bruxelles ou pour s’opposer à un « no deal » le 31 octobre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  En suspendant le Parlement britannique, Boris Johnson aggrave la crise du Brexit

La rumeur courait déjà la veille : jeudi matin, Ruth Davidson, la chef de file des conservateurs écossais, a confirmé sa démission« pour raisons familiales » (elle a un enfant en bas âge), mais aussi à cause« du conflit que j’ai ressenti concernant le Brexit ». Mme Davidson était particulièrement respectée dans le camp conservateur, celui du premier ministre, pour avoir été capable de lui faire gagner treize sièges écossais lors des dernières élections générales, limitant la suprématie du SNP, le parti nationaliste.

Ruth Davidson a pourtant évité toute critique directe à l’endroit du premier ministre, jeudi. La suspension de Westminster ? « Elle laisse encore l’opportunité aux députés de voter un accord de divorce avec l’Union européenne. » S’il ramène un accord de Bruxelles, « pour l’amour de Dieu, soutenez-le », a-t-elle ajouté, qui avait voté pour le maintien dans l’UE en 2016. Le départ de cette figure plutôt centriste a pourtant été largement interprété dans les médias britanniques comme une réaction au coup de Boris Johnson. Elle fragilise aussi le camp conservateur à Edimbourg, rendant encore plus probable, en cas d’absence d’accord avec l’UE, la convocation d’un second référendum sur l’indépendance écossaise.

Le Monde

Publié dans:BREXIT |on 30 août, 2019 |Pas de commentaires »

Rentrée scolaire……………………(30/08/2019)

Jean-Michel Blanquer à l’Assemblée nationale en juillet. 

ÉDUCATION NATIONALE – Un chiffre autant clinquant qu’abstrait. Sur le plateau de BFMTV mercredi 28 août, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a annoncé des “augmentations de salaire” pour les professeurs cette année: “300 euros pour tout le monde en moyenne en 2020″.

Une somme qui a de quoi surprendre, dans la mesure où elle n’a pas été mentionnée lors de sa conférence de presse de rentrée, au cours de laquelle il a néanmoins multiplié les mots doux à l’égard des enseignants. Alors, s’agit-il de l’équivalent d’un chèque de 300 euros qui sera versé à chaque professeur comme l’a laissé entendre le ministre? La réalité est -beaucoup- plus compliquée.

300 euros brut annuels (et en moyenne)

Premier élément permettant de relativiser la portée de l’annonce du ministre, il s’agit d’une moyenne annuelle calculée en brut. En d’autres termes, pas grand chose. ”Ça représente moins de 30 euros par mois en moyenne, ça veut dire que certains toucheront nettement moins”, a souligné ce jeudi 29 août Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et collèges, interrogé par BFMTV.

En effet, la rémunération des professeurs dépend de nombreux facteurs (ancienneté, qualification, zone d’enseignement etc.), rendant l’application de cette moyenne de 300 euros inopérante puisque cette “augmentation” est indexée sur le traitement actuel du professeur. Considérant que le revenu moyen d’un enseignant est de 2510 euros net mensuels (chiffre qui ne prend pas en compte d’importantes inégalités), celui-ci va donc voir son salaire augmenter d’une trentaine d’euros. Pas vraiment de quoi lui changer la vie.

D’où sort cette augmentation?

L’annonce de Jean-Michel Blanquer laisse entendre que cette “augmentation” est à mettre au crédit de l’actuel gouvernement, lequel aurait entendu la colère des professeurs sur ce point. Là encore, la réalité est un peu différente. Cette évolution du salaire des enseignants est un effet automatique du dégel du Protocole parcours professionnels carrières et rémunération (PPCR) décidé sous François Hollande, et que l’actuel gouvernement avait gelé pour l’exercice 2018. “Il ne fait qu’activer une mesure du précédent quinquennat qui avait été gelée par ce gouvernement. Ce n’est pas une revalorisation salariale”, souligne auprès du HuffPost Claire Guéville, secrétaire nationale responsable du lycée au SNESFSU.

Au HuffPost, le ministère de l’Éducation explique que le déploiement de ce protocole est estimé à 300 millions d’euros. Divisez cette somme par le million de personnels que compte l’Éducation nationale, et obtenez la hausse à la louche communiquée par Jean-Michel Blanquer. En résumé, il ne s’agit pas d’une “augmentation des salaires” comme l’a indiqué le ministre, mais d’un rééquilibrage. Un rééquilibrage par ailleurs jugé insuffisant puisque le point d’indice des fonctionnaires (permettant d’indexer leurs salaires sur l’inflation) est quant à lui toujours gelé.

Rep+ et heures supplémentaires défiscalisées

Lors de cet entretien, Jean-Michel Blanquer a aussi cité d’autres mesures décidées pour augmenter le pouvoir d’achat des enseignants, comme l’augmentation de la prime annuelle des enseignants en Rep+ (école et collège). “On passe à 2000 euros, qui s’ajoutent aux 2500 euros de primes déjà existants, donc c’est très significatif”, a souligné le ministre. Un effort significatif, mais qui ne concerne que 50.000 enseignants, soit 4.37% du personnel.

Le ministre de l’Éducation nationale a également évoqué la défiscalisation des heures supplémentaires comme un outil permettant aux professeurs d’arrondir leurs fins de mois. Or, cela ne concerne que les enseignants du secondaire. “On ne peut pas se contenter de donner de l’argent à quelques-uns et de laisser les autres sur le carreau alors que le pouvoir d’achat des enseignants est en baisse depuis plus de trente ans maintenant”, a également souligné ce jeudi Rémi Girard.

Selon les chiffres de l’OCDE, les enseignants français sont moins bien lotis que leurs homologues espagnols, portugais, autrichiens, irlandais ou encore danois.

Le HUFF

Publié dans:Education |on 30 août, 2019 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin………………………..(29/08/2019)

Libération 29 août 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Salvini : veni, vidi… pschitt

Il voulait passer le Rubicon : il est tombé dedans. Matteo Salvini, ce sous-César numérique et barbu, qui a gagné non la guerre des Gaules mais celle de Twitter, pensait provoquer des élections en détruisant la coalition qu’il avait lui-même montée un an et demi plus tôt. Las ! Dans un réflexe de survie, la démocratie italienne a sorti de son chapeau une de ces combinazione dont elle a le secret. Plutôt que de retourner aux urnes prématurément, les partis inquiets du succès de la Ligue se sont brusquement rabibochés pour maintenir le président du Conseil, Giuseppe Conte, en place et pour constituer une nouvelle majorité parlementaire. Du coup, celui qui croyait s’emparer de tous les pouvoirs n’en a plus aucun, sinon le ministère de la parole qui désormais tourne à vide. Veni, vidi… pschitt.

Certes, l’alliance des sociaux-démocrates et des Cinq Etoiles est celle de la carpe et du lapin, sans qu’on sache encore si c’est la carpe qui a sauté hors de l’eau ou le lapin qui a enfilé un scaphandre. La peur de perdre a scellé cette coalition, et non une quelconque convergence programmatique. On dira que cet emplâtre ne saurait tenir, que Conte ne pourra pas gouverner longtemps, que Salvini dans l’opposition aura tout loisir de déployer en grand sa démagogique éloquence, que c’est finalement reculer pour mieux sauter, à la prochaine échéance, dans une sorte de fascisme soft et légal dominé par la Ligue, avec quelques supplétifs post-mussoliniens ou berlusconiens.

C’est oublier une réalité maintes fois démontrée : en politique, il faut saisir sa chance quand elle passe. Salvini a vu passer la sienne ; il n’a pas su l’attraper. L’histoire repasse rarement les plats. Grâce à une manœuvre sans gloire, ses adversaires ont évité le pire et gagné du temps – trois ans selon la Constitution. La tâche est ardue, l’attelage hautement incertain. Mais enfin, il vit.

Dans ces circonstances, l’Europe tient en main les cartes décisives. Si enfin lui vient un début de sens politique, elle aidera de tout son possible la nouvelle majorité italienne. En desserrant la contrainte budgétaire qui gêne le gouvernement italien, en proposant des projets communs, en prenant résolument en charge la question des migrants de la Méditerranée qui alimente sans cesse la popularité de la Ligue. Bref, en faisant sentir aux classes populaires italiennes, soutien de Salvini, que Bruxelles se soucie d’elles, que l’Union n’est pas la mère fouettarde qu’on croit, qu’elle peut aussi aider, favoriser, protéger les peuples qu’elle est censée unir. Pour Bruxelles, ce n’est pas une affaire de calculs, de raisonnements macroéconomiques ou de principes monétaires. C’est une question de survie.

LAURENT JOFFRIN
Publié dans:Etranger |on 29 août, 2019 |Pas de commentaires »

Une forte ressemblance, non ? (29/08/2019)

Logo Francetv info 14H58
ALERTE INFO
Brexit : peut-on parler de « coup d’Etat » après la suspension prévue du Parlement britannique ?
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:BREXIT |on 29 août, 2019 |Pas de commentaires »

Brexit……………………………………….(29/08/2019)

Logo Francetv info 00H08
ALERTE INFO
Brexit : une pétition contre la suspension du Parlement britannique voulue par Boris Johnson rassemble un million de signatures en une journée
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:BREXIT |on 29 août, 2019 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……………….(28/08/2019)

Libération 28 août 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

L’autre vainqueur de Biarritz

Ave Macronus ! La plupart des commentateurs, Libé compris, ont à juste titre salué le succès – médiatique mais pas seulement – remporté par Emmanuel Macron à l’occasion du symposium de Biarritz. On a oublié l’autre gagnant de ce G7 devenu G2 : Donald Trump.

Mielleux, conciliant, chaleureux, laudatif, presque délicat, le tigre bling-bling de la Maison Blanche s’est changé soudain en Raminagrobis, ce«saint homme de chat, bien fourré, gros et gras», rond et ronronnant à souhait. Ce moment bisounours lui a d’abord permis de regagner des galons de chef d’Etat responsable, de spécialiste en «deals», capable lui aussi, tel Theodore Roosevelt, tonitruant président américain des années 1900, de changer sa manière en «parlant doucement avec un gros bâton». Toujours utile en période de campagne électorale.

Mais surtout, sur le fond, il revient avec quelques bonnes prises dans sa besace. Dans l’affaire iranienne, nombre de responsables et de commentateurs avaient stigmatisé sa rupture unilatérale de l’accord sur le nucléaire contracté avec Téhéran. Le compromis signé par Obama et les autres puissances démocratiques avait l’immense mérite, contrôle international à l’appui, d’écarter la menace de la bombe iranienne. La rupture, geste brutal et inconsidéré, autorisait le régime des mollahs à reprendre la construction d’une arme nucléaire, ce qu’il a commencé de faire. Voilà que la lune de miel macronienne avalise, justifie, légitime désormais, ce coup de force diplomatique. Il s’agit maintenant, a dit le président français, de négocier un nouvel accord, plus large, qui élimine le risque de prolifération nucléaire et garantisse une meilleure stabilité dans la région. Exactement l’objectif que Donald Trump s’était fixé en rompant avec éclat le compromis obtenu par Obama. Mieux : le durcissement des sanctions contre l’Iran, dixit Macron, rend la négociation plus aisée. Erreur en deçà de Biarritz, utile manœuvre au-delà. Dès lors, le président américain aura beau jeu d’expliquer à ses électeurs que son coup de force partout fustigé aura permis de renégocier l’accord. A condition que les Iraniens l’acceptent, ce qui n’a rien d’acquis…

Même chose dans l’affaire amazonienne. Trump consent à prévoir une aide de 20 millions de dollars destinée à lutter contre les incendies qui ravagent cette immense forêt, si utile dans la lutte pour le climat. Concession hautement médiatisée et célébrée. Sauf que chacun voit maintenant que cette somme est en fait dérisoire au regard des enjeux, et que la mesure décidée en commun n’empêche en rien Trump, deux jours après le sommet, d’apporter un éclatant soutien à Bolsonaro l’incendiaire, quelles qu’aient pu être les insultantes éructations proférées par le butor brésilien contre le couple présidentiel français. Trump accepte un geste vert symbolique qui flatte son hôte de Biarritz, pour mieux conforter son climatosceptique allié de Brasília. Passez, muscade…

LAURENT JOFFRIN
 
Publié dans:Politique |on 28 août, 2019 |Pas de commentaires »

Brexit…………………………..(28/08/2019)

Le président de la Chambre des communes, John Bercow, lors d\'une séance au palais de Westminster, à Londres (Royaume-Uni), le 11 avril 2019.
Le président de la Chambre des communes, John Bercow, lors d’une séance au palais de Westminster, à Londres (Royaume-Uni), le 11 avril 2019. (JESSICA TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP)
Ce qu’il faut savoirCoup de tonnerre au Royaume-Uni. Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a annoncé, mercredi 28 août, qu’il allait demander à la reine Elizabeth II de suspendre les travaux du Parlement à partir du 9 septembre et jusqu’au 14 octobre, soit deux semaines avant la date prévue du Brexit. L’annonce de Boris Johnson a provoqué de vives critiques de la part de l’opposition et d’une partie des conservateurs. Le président de la Chambre des communes, John Bercow, a notamment qualifié la suspension du Parlement de  »scandale constitutionnel ».

Les députés ne siégeront que quelques jours. Après la rentrée parlementaire prévue le 3 septembre, les députés siégeront jusqu’au 9 septembre et reprendront leurs travaux le 14 octobre, jour du discours de la reine, qui présente traditionnellement le programme du gouvernement.

Deux semaines pour « débattre » du Brexit. Boris Johnson affirme que les députés auront « l’occasion de débattre du programme du gouvernement et de son approche du Brexit avant le Conseil européen [des 17 et 18 octobre] et pourront ensuite voter les 21 et 22 octobre, une fois son résultat connu ». « Si je réussis à conclure un accord avec l’UE, le Parlement pourra alors passer la loi pour la ratification de l’accord avant le 31 octobre », a-t-il déclaré.

La livre en baisse. La livre sterling a chuté de 0,7 % face à l’euro et au dollar après cette annonce, qui renforce l’hypothèse d’u Brexit « dur », une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord.

 

Publié dans:BREXIT |on 28 août, 2019 |Pas de commentaires »
1234

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente