Archive pour le 8 novembre, 2019

La lettre de Laurent Joffrin………..(08/11/2019)

Libération 08 novembre 2019
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Comment rater un appel à manifester

Faisonsun rêve. Après l’attaque contre la mosquée de Bayonne, un certain nombre d’organisations antiracistes, ou progressistes, justement indignées par le climat d’hostilité qui se développe dans le pays envers les musulmans et les musulmanes, décident d’organiser une manifestation de solidarité envers ces compatriotes injustement montrés du doigt et souvent discriminés dans leur vie quotidienne. Pour obtenir le soutien le plus large, elles placent le défilé sous l’égide d’associations de défense des droits humains et rédigent un texte d’inspiration universaliste qui stigmatise les discriminations, les violences et tous les actes de racisme antimusulman. Prudemment, elles évitent d’entrer dans des considérations sur les lois de 2004 ou de 2010 sur les signes religieux ostensibles, sachant bien que cette référence ne manquerait pas de diviser ceux qui sont choqués par la situation faite à nos compatriotes de culture musulmane, mais professent des conceptions divergentes en matière de laïcité.

Ainsi, le jour dit, toutes les associations se retrouvent sur un même mot d’ordre : halte à l’insupportable racisme antimusulman qui infeste le débat public depuis des années. Elles mettent ainsi de leur côté toutes les chances de rassembler massivement les partisans d’une République laïque, accueillante et tolérante, sachant que les principes universalistes sont les seuls à même de rassembler tout le monde.

C’eût été trop simple. En lieu et place de cet appel rassembleur (et fictif), on fait signer un manifeste peu clair, dont on ne sait s’il procède d’un calcul ou du simple amateurisme. Il assimile par exemple les textes contre les signes religieux ostensibles à des «lois liberticides» (dixit sur BFM mercredi le Conseil contre l’islamophobie en France, qui figure parmi les initiateurs de la manifestation). Du coup, une partie des leaders qui avaient signé le texte font machine arrière (Ruffin, Jadot, Quatennens), invoquent, qui la consommation de gaufres, qui une lecture trop rapide, pour expliquer leur défaut de vigilance et déclarent qu’ils sont pris ce jour-là par des obligations autrement importantes (match de football, débat avec des associations, etc.). Le PS, tout en condamnant, comme les organisateurs, «la haine» antimusulmane, décide de s’abstenir. On doit même retirer en catastrophe de la liste des signataires un prêcheur qui a fait il y a quelques années des déclarations peu conformes aux valeurs du mouvement #metoo (un éloge du viol conjugal, pour être clair).

Si bien que ces derniers jours, la discussion, au lieu de se concentrer sur l’objet de la manifestation – le sort injuste fait aux musulmans – s’égare dans une discussion âpre et byzantine sur la lettre du texte et l’identité politique de ses rédacteurs. Au passage, la gauche française démontre encore une fois son aptitude à se diviser, y compris sur un sujet – l’antiracisme et le soutien à une minorité maltraitée – qui devrait la réunir sur la base de valeurs républicaines communes.

LAURENT JOFFRIN
 
Publié dans:ACTUALITES |on 8 novembre, 2019 |Pas de commentaires »

Vite, une camomille………………(08/11/2019)

Logo Francetv info 07H54
ALERTE INFO
Réforme des retraites : Macron et Philippe excédés par les propos de Delevoye sur la « clause du grand-père »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:ACTUALITES |on 8 novembre, 2019 |Pas de commentaires »

« J’écris ton nom LIBERTE »………..(08/11/2019)

Logo Francetv info 11H52
ALERTE INFO
« On se dirige vers la porte de Brandebourg avec des marteaux » : la chute du mur de Berlin racontée par ceux qui l’ont vécue
Publié dans:Non classé |on 8 novembre, 2019 |Pas de commentaires »

Retraites : ça barde…………..(08/11/2019)

L’unité de l’exécutif se fissure sur la question de la réforme des retraites. Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont profité du Conseil des ministres organisé jeudi 7 novembre pour exprimer leur colère après une prise de position de Jean-Paul Delevoye jugée hasardeuse. Explications.

Dans une interview au Parisien, le Haut commissaire chargé du dossier des retraites avait fermé la porte à l’application de la « clause du grand-père ». Cette clause, présentée par le quotidien francilien comme la « carte maîtresse » d’Emmanuel Macron en cas de conflit social majeur après les mobilisations du 5 décembre, consisterait à n’appliquer la réforme des retraites à venir qu’aux futurs entrants sur le marché du travail (et non à tous les salariés). Une manière de calmer la colère en repoussant l’échéance des dispositions les plus impopulaires de la réforme, comme le fait de ne pouvoir disposer d’une pension à taux plein qu’en partant à la retraite à 64 ans. « C’est impossible ! (…) Ça veut dire que l’on renonce à la réforme ! » avait balayé Jean-Paul Delevoye dans son entretien au Parisien.

« Toutes les options restent sur la table »

A la sortie du Conseil des ministres organisé jeudi, où Jean-Paul Delevoye n’était pas présent, la porte-parole du gouvernement Sibeth N’Diaye a tenté d’éteindre l’incendie en précisant que le Haut commissaire chargé des retraites avait « simplement indiqué une préférence qui était la sienne », tout en assurant « que toutes les options [restaient] bien sur la table ». Malgré l’absence du Haut commissaire au Conseil des ministres, « le message et le destinataire étaient clairs », rapporte une source proche du dossier.

Mais en coulisses, le recadrage a été autrement plus sévère, selon les informations recueillies par Julien Gasparutto, journaliste politique de France 3. Selon un proche du Premier ministre, Edouard Philippe, « très très mécontent », ne digère pas qu’un membre du gouvernement puisse « acter ainsi publiquement son désaccord sur un sujet aussi explosif » que la réforme des retraites. Un instant plus tôt, le ton d’Emmanuel Macron était du même acabit.

Je vous demande de ne pas expliquer dès maintenant ce que serait une bonne ou une mauvaise réforme en dehors de ce que disent le président de la République ou le Premier ministre.Emmanuel Macronlors du Conseil des ministres

Franctv

Publié dans:RETRAITES |on 8 novembre, 2019 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente