Retraites :réactions………..(11/12/2019)

PARIS (Reuters) – Réactions enregistrées mercredi au discours du Premier ministre Edouard Philippe qui a exposé l’architecture du futur système universel de retraite par points en France.

LAURENT BERGER, secrétaire général de la CFDT

« Pour la CFDT vous le savez, il y avait une ligne rouge dans cette réforme, c’était le fait de ne pas mélanger la nécessité d’une réforme systémique pour rendre le système plus juste, plus lisible, et la réforme paramétrique qui demanderait aux travailleurs de travailler plus longtemps.

« Cette ligne rouge est franchie, elle est clairement franchie (…) Finalement, on sait qu’il y aura un âge d’équilibre à 64 ans fixé d’ores et déjà par cette réforme.

« Deuxièmement, concernant les mesures sociales de ce qui est présenté comme une réforme systémique, il y a encore beaucoup d’insuffisances, notamment sur la question de la pénibilité (…) il y a aussi des insuffisances sur le volet social de cette réforme, notamment le minimum contributif avec un relèvement insuffisant.

« Je réunis cet après-midi le bureau national de la CFDT qui décidera des actions de la CFDT dans les jours et les semaines à venir. Mais je crois que cette réforme a été lestée par un angle budgétaire accru et donc on va essayer de la délester dans les semaines à venir. »

PHILIPPE MARTINEZ, secrétaire général de la CGT

« Nous ne sommes pas du tout satisfaits des annonces du gouvernement, c’est se moquer du monde et c’est surtout se moquer de ceux qui sont en lutte aujourd’hui et de l’opinion publique qui est largement défavorable à ce projet de changement de système de retraite. »

CATHERINE PERRET, secrétaire confédérale de la CGT

« Tout est réuni pour que la grève s’amplifie et que l’ensemble des salariés se mobilise dès demain. »

LAURENT ESCURE, secrétaire général de l’UNSA

« Autant on peut se féliciter de ce qu’on a pu obtenir pour limiter la casse pour un grand nombre de salariés voire obtenir un certain nombre de choses positives par notre force et notre abnégation ces dernières semaines, autant sur ces aspects plus négatifs et sur ces lignes rouges on va réfléchir à la façon dont on va continuer à la fois à négocier pour arracher de nouvelles choses mais également à la façon dont dans les jours qui viennent on va se mobiliser.

« On va faire le tour avec l’ensemble de nos fédérations (…) mais là aujourd’hui il y a beaucoup d’inquiétude et donc on verra dans les jours qui viennent comment l’UNSA se positionnera une fois que tout ça sera reposé.

« Mais je suis assez déçu par ces mesures qui sont contraignantes – notamment la mesure d’âge – et par le flou qui reste encore pour tout un tas de profession (…)

« Si on nous dit ce qui est marqué sur la feuille de match avant même qu’on ait commencé à discuter, là y a un problème, c’est-à-dire que c’est un travail de concertation sous la contrainte, et ça c’était une ligne rouge qu’on avait donnée et sur cette question là on ne lâchera pas. »

A la question d’une participation de l’UNSA à la prochaine journée d’action, programmée mardi prochain, il répond: « On n’exclut rien. »

GEOFFROY ROUX DE BÉZIEUX, président du Medef

« Ça nous paraît être le bon système pour équilibrer le régime. Tout ça nous paraît aller dans le bon sens même s’il y a des questions qui demeurent notamment sur les complémentaires Agirc-Arrco. Le système à points existe dans le privé et il fonctionne, il faut donc désormais avancer.

« On pense que c’est un bon équilibre avec une réforme qui est redistributive aussi bien pour les personnes bénéficiant d’une petite retraite que pour les agriculteurs, les artisans et bien d’autres. Et bien évidemment, il faut financer cela et quand c’est possible il faut donc travailler plus. »

(Bureau de Paris)

Publié dans : RETRAITES |le 11 décembre, 2019 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente