Archive pour le 6 janvier, 2020

Prévisions pour le 07/01/2020……………..

Logo Francetv info 17H27
ALERTE INFO
Grève du mardi 7 janvier à la RATP : aucune ligne ne sera totalement fermée, mais le trafic restera « très perturbé »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:RETRAITES |on 6 janvier, 2020 |Pas de commentaires »

Retraites……………..(06/01/2020)

Réforme des retraites : on vous explique quelles sont les pistes d’un possible compromis

La CFDT et des personnalités de la majorité ont mis sur la table des idées afin de parvenir à un compromis sur la réforme des retraites. Le gouvernement semble les accueillir favorablement.

Edouard Philippe, le 6 janvier 2020 sur le perron de l\'Elysée, pour le premier Conseil des ministres. 
Edouard Philippe, le 6 janvier 2020 sur le perron de l’Elysée, pour le premier Conseil des ministres.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

« Jamais le compromis ne m’a paru aussi proche. » Invité sur France Inter, lundi 6 janvier, Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, s’est voulu optimiste sur une sortie de crise concernant le projet de réforme des retraites voulu par le gouvernement et contesté par les syndicats. Franceinfo détaille les pistes envisagées alors que la contestation est entrée dans son deuxième mois.

Organiser une conférence sur le financement
(et débattre de l’âge pivot)

Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a proposé, dimanche 5 janvier sur France 2, de sortir de l’impasse en écartant du projet gouvernemental le volet financier, qui serait renvoyé à une grande « conférence » étalée sur plusieurs mois, jusqu’en juillet ou en septembre.

« Banco pour cette conférence ! » lui a répondu Bruno Le Maire, même s’il a estimé que l’âge pivot (l’élément clé pour assurer l’équilibre financier, selon le gouvernement) est « une bonne solution », alors qu’Edouard Philippe ouvrira mardi une séance de discussions avec les partenaires sociaux pour sortir du conflit sur la réforme des retraites. De son côté, Matignon a  » pris note avec intérêt », mais l’entourage d’Edouard Philippe rappelle que le président de la République veut un compromis rapide. Or, une telle conférence serait organisée seulement d’ici plusieurs semaines voire plusieurs mois.

Limiter le malus en cas de départ à la retraite avant 64 ans

C’est la proposition faite lundi 6 janvier dans Le Parisien par Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, pour convaincre la CFDT sur la question de l’âge pivot. Car le syndicat juge cette mesure « injuste et inutile ». Selon Richard Ferrand, une décote seulement temporaire pour les personnes partant avant l’âge pivot, pourrait être « une source d’inspiration » pour parvenir à un compromis. Ce système est déjà utilisé dans le cadre des retraites complémentaires, comme à l’Agirc-Arrco. « Ce n’est rien d’autre qu’un système à points avec un âge pivot et une décote, plus forte d’ailleurs que celle proposée par le gouvernement puisqu’elle est de 10%. Mais une décote de trois ans, donc temporaire ! » plaide-t-il. Cette proposition va « évidemment être étudiée », a indiqué l’entourage d’Edouard Philippe à franceinfo.

Moduler l’âge pivot selon la pénibilité

De leurs côtés, une vingtaine de députés, dont les élus LREM Jean-François Cesarini, Matthieu Orphelin, Delphine Bagarry et Paula Forteza, ont demandé, dans une lettre ouverte au Premier ministre publiée dans le JDD, une modulation de l’âge d’équilibre suivant la pénibilité. « La réforme des retraites doit être une réforme sociétale et non budgétaire. Elle est nécessaire et juste car elle réduit les inégalités et supprime des injustices », écrivent-ils. Selon eux, « la fin des régimes spéciaux ne signe pas la fin des différences entre les personnes » car « arrivé à 60 ans, un cadre peut espérer vivre jusqu’à 75 ans en bonne santé, contre 65 ans pour un ouvrier ».

Il faudrait donc, selon eux, « poser comme principe que les durées de cotisation soient modulées en fonction de seulement deux critères : le risque quotidien et la pénibilité, mesurée à l’aune de l’espérance de vie en bonne santé ».

Depuis 2017, quatre critères de pénibilité ne sont plus pris en compte : le port de charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques, et l’exposition à des agents chimiques dangereux. Avec la réforme des retraites, les syndicats réformistes, comme la CFDT de Laurent Berger, demandent le retour de ces critères. Une option balayée dimanche 5 janvier par Laurent Pietraszewski, le secrétaire d’État chargé de la réforme, dans les colonnes du Parisien. Si des concessions sont accordées à certaines professions (pilotes, routiers, marins ou encore les danseurs de l’Opéra), le secrétaire d’Etat martèle que la promesse d’universalité du futur régime sera « tenue ».

Publié dans:RETRAITES |on 6 janvier, 2020 |Pas de commentaires »

Retraites…………………..(06/01/2020)

Par L’Obs avec AFP

Publié le 06 janvier 2020 à 09h33

La rentrée, ce lundi 6 janvier, promet d’être chaude. Le mouvement contre la réforme des retraites est désormais entré dans son deuxième mois et ses opposants misent sur un regain de mobilisation, en attendant les deux journées de manifestation prévues jeudi et samedi, pendant que l’exécutif assure « être ouvert à la discussion ».

Raffineries bloquées, ports « morts » : l’agenda social (très chargé) de la semaine prochaine
Même si les taux de grévistes ont baissé, le trafic est resté très perturbé pendant les vacances scolaires à la SNCF et à la RATP. Pour ce lundi de rentrée, la SNCF prévoit néanmoins une amélioration de la circulation des trains, avec 8 TGV sur 10, 2 TER sur 3, un Intercités sur 3, et en Ile-de-France un Transilien sur deux.

Côté RATP, le trafic sera encore « très perturbé » et lundi matin s’annonce collé-serré dans les rames de RER et de métro. En région parisienne, les quais des métros étaient bondés dès le petit matin.

Parallèlement, on comptait 405 kilomètres de bouchons à 9 heures autour de Paris selon le site Sytadin.

Reprise des négociations mardi
Lundi matin, le gouvernement reprend officiellement son cartable pour son premier conseil des ministres de l’année, où il va affûter sa stratégie devant un mouvement de grève entamé le 5 décembre.

Mardi, le Premier ministre Edouard Philippe ouvrira une séance de discussions au ministère du Travail, à laquelle sont conviés les partenaires sociaux pour parler pénibilité et emploi des seniors. Elle se tiendra sous l’égide de la ministre du Travail Muriel Pénicaud qui n’était jusqu’à présent que peu associée à cette réforme comme s’en est étonné le numéro un de la CGT Philippe Martinez.

Ce dernier a répété dimanche sur LCI qu’il souhaitait le retrait de ce « mauvais » projet. « Il est temps que le président et le Premier ministre sortent de leur bulle d’autosatisfaction », a-t-il estimé.

« Conférence de financement des retraites »
Il a rappelé les scores de Jacques Chirac et d’Emmanuel Macron au deuxième tour de l’élection présidentielle face au FN, maintenant RN, et averti qu’en n’écoutant pas la partie du pays opposé à cette réforme, « on joue avec le feu sur la future échéance électorale ». Dimanche, de son côté, le RN a précisé, par la voix de Jordan Bardella, que s’il arrivait au pouvoir il « retirerait ce système à points ».

Les principaux dirigeants de gauche, dont Jean-Luc Mélenchon, Olivier Faure, Fabien Roussel et Julien Bayou, ont eux réitéré leur opposition dans une tribune publiée au « Journal du dimanche ».

Impact des grèves : Bercy prend le pouls dans les beaux quartiers
Ce week-end, le nouveau « monsieur retraites » Laurent Pietraszewski, a expliqué au « Parisien » que l’âge d’équilibre est « un progrès social ». Si les partenaires sociaux ont « une autre idée, on prend », a-t-il promis, comme l’avait déjà dit le Premier ministre.

Parti en guerre contre cet âge pivot, fixé à 64 ans et en dessous duquel il ne sera pas possible de partir avec une retraite à taux plein, Laurent Berger n’a pas manqué de réaffirmer vertement dimanche sur France 2 son opposition totale à cette mesure. Il a proposé que se tiennent une « conférence de financement sur les retraites », bien distincte du projet de loi en préparation, et des discussions sur la pénibilité et l’emploi des seniors liées à l’instauration d’un régime universel.
Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, a de son côté garanti que le gouvernement était « ouvert au dialogue » et « au compromis », alors que des concessions ont été faites par l’exécutif, pour les policiers, les danseurs de l’Opéra, les marins ou les pilotes… A l’unisson, le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand (LREM) a lui aussi appelé au « compromis ».

Une majorité de Français toujours contre la réforme
Dans la rue, le jeudi 9 janvier fera-t-il mieux que le jeudi 5 décembre, qui avait réuni quelque 800 000 personnes dans toute la France ?

En attendant, la Fédération CGT de la Chimie a appelé à un blocage de toutes les installations pétrolières à partir de mardi et pour quatre jours. Déjà mobilisés le 5 décembre, les avocats recommencent, à compter de lundi, pour défendre leur régime autonome. Des syndicats d’infirmiers et de kinés ont aussi appelé à la grève.

Selon le dernier sondage Ifop pour le « JDD », plus de la moitié des Français (55 %) souhaite que le gouvernement n’aille pas au bout de la réforme en l’état. Le soutien à la mobilisation reste néanmoins supérieur à l’hostilité.

L’Obs
L’Obs avec AFP

 

Publié dans:RETRAITES |on 6 janvier, 2020 |Pas de commentaires »

Grèves…………………(06/01/2020)

Logo Francetv info 08H03
ALERTE INFO
Grève du 6 janvier : plus de 330 km de bouchons enregistrés en Ile-de-France à 8 heures
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:RETRAITES |on 6 janvier, 2020 |Pas de commentaires »

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente