Bon appétit Messieurs, conseillers vertueux…..(15/01/2020)

Comme le dénonce Vincent Jauvert, grand reporter à « l’Obs », dans son nouvel ouvrage « les Voraces », la République est loin d’avoir été moralisée… En dépit d’une succession de lois sur la transparence.

  

Plus fort que Hollande, Sarkozy et Chirac réunis ! Depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron a déjà vu huit ministres démissionner pour des raisons d’éthique. Richard Ferrand et son opération immobilière ; François BayrouMarielle de Sarnez et Sylvie Goulard et leurs assistants parlementaires ; Laura Flessel et sa déclaration d’impôts ; Françoise Nyssen et ses travaux ; François de Rugy et ses homards ; Jean-Paul Delevoye et ses postes cachés. Aucun chef de l’Etat n’avait eu à subir pareille hécatombe avant Emmanuel Macron, lui qui avait inscrit la moralisation de la République parmi ses promesses de campagne, allant jusqu’à signer la loi pour la confiance dans la vie politique, en direct, devant la presse, dès le 15 septembre 2017.

Soyons lucides, le chef de l’Etat ne peut pas être tenu pour responsable des « cachotteries » de ses ministres. Et on peut aussi se féliciter que le durcissement des contrôles déontologiques ait permis à ces affaires d’éclater. Sans la déclaration d’intérêts, même tronquée, transmise par Jean-Paul Delevoye à la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie publique (HATVP), personne n’aurait jamais su qu’il cumulait sa fonction de ministre des Retraites avec la présidence d’honneur du think tank Parallaxe, violant, par là même, l’article 23 de la Constitution.

Mais après une telle avalanche d’affaires, on aurait pu s’attendre à un sévère recadrage de la part du président de la République. C’est tout l’inverse qui s’est produit. Remettant,

testezl’offre à 1€ sans
Publié dans : "AFFAIRES" |le 15 janvier, 2020 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente