Archive pour la catégorie 'ACTUALITES'

Air France ou Air Canada ? (18/08/2018)

La défiance affichée de l’intersyndicale de la compagnie aérienne vis-à-vis de leur nouveau directeur général, au prétexte qu’il est canadien, défie l’entendement.

Surréaliste ! A écouter les réactions – d’emblée hostiles – de l’intersyndicale d’Air France-KLM vis-à-vis du nouveau directeur général du groupe, le Canadien Benjamin Smith, on se pince. Et on se dit que notre compagnie aérienne nationale n’est décidément pas près de sortir de la crise…

 

 

Relisons son communiqué du 16 août :

Nomination de Mr Smith à la tête du groupe AF-KLM, l’Intersyndicale donne sa position @FeetsFO @FGliszczynski @BrunoTrevidic @V_Collet @afpfr @Elisabeth_Borne @DeplacementsPro @tourmagtravel @mirak_ta @airjournal @FeetsFO pic.twitter.com/p482tDMDoJ

— FO Air France (@FO_AF) 16 août 2018

 

  • L’intersyndicale appelle Air France « NOTRE entreprise »

C’est oublier un peu vite que la compagnie n’est en rien la propriété de ses syndicats. Elle appartient à ses actionnaires : c’est-à-dire ses employés (et pas exclusivement les encartés !), mais seulement à hauteur de 3,9% de son capital. Viennent ensuite l’Etat français (14,3%), les compagnies aériennes partenaires Delta (8,8%) et China Eastern (8,8%), tandis que les investisseurs en bourse (qui sont en général pour une bonne moitié des fonds anglo-saxons) possèdent 63% du capital.

Par ailleurs, cette intersyndicale représente-t-elle tous les employés d’Air France ? Certains ne sont pas a priori hostiles à l’arrivée de Ben Smith, ex-numéro deux d’Air Canada et expert reconnu du low cost et des négociations salariales. En témoigne le tweet du pilote d’Air France Julien Bottenmuller, qui a monté le collectif @TousAirFrance, pour donner un nouvel élan collectif à la compagnie.

« Pensons le futur ensemble, au lieu d’écouter la poignée d’extrémistes qui défendent leur territoire. »

Pilote Air France, je ne suis pas opposé à la candidature de Benjamin Smith si celle-ci permet de donner un nouvel élan à la compagnie. Pensons le futur ensemble au lieu d’écouter la poignée d’extrémistes qui défendent leur territoire @TVigoureux @TousAirFrance https://t.co/lYj9Buy2qu

— Julien Bottenmuller (@CommentCaVole) 9 août 2018

 

  •  L’intersyndicale juge « inconcevable » que la compagnie tricolore « tombe dans les mains d’un dirigeant étranger »

Là encore, absurde ! Depuis quand la nationalité d’un dirigeant définit-elle la nationalité d’une entreprise cotée ? Ce sont plutôt la localisation de son siège et de ses effectifs, la nature des contrats de travail, et la nationalité de ses actionnaires qui influent sur cette question. Le dirigeant lui, se contente de proposer une stratégie qui doit être validée par le conseil d’administration. C’est-à-dire qu’il agit dans l’intérêt de la société. Comme hier l’Espagnol Jose-Luis Duran chez Carrefour (2005-2008), ou aujourd’hui l’Allemand Thomas Buberl chez Axa… Ne voir en Smith qu’un agent infiltré de Delta Airlines tient de la pure théorie du complot.

  • L’intersyndicale appelle à la « défense des intérêts de notre compagnie nationale »

Mais en se mettant en grève au printemps – occasionnant au passage plus de 300 millions d’euros de pertes – les syndicats ont-ils eux-mêmes joué l’intérêt de la société… ou leurs propres intérêts de boutique ? Ont-ils vraiment pensé à la pérennité d’Air France, en jouant la surenchère sur les négociations salariales ?

Certes, tous les torts ne sont pas de leur côté. L’impasse actuelle d’Air France résulte d’erreurs stratégiques d’ex-dirigeants, qui ont réagi trop tard à la menace du low cost, et de l’incurie de l’Etat actionnaire, qui a notamment lâché l’avant-dernier DG Alexandre de Juniac en rase campagne…

Mais le manque de réalisme de ses personnels précipite la chute d’Air France. Ils semblent ne pas avoir compris que si la compagnie n’organisait pas sa propre offre low cost (Transavia, Joon, Hop !), elle se ferait manger par Easyjet et consorts. Et finirait rayée de la carte comme Sabena ou Swissair !

« Nous avons besoin d’un réseau européen concurrentiel pour garder ces clients. Sinon, tous les emplois iront chez Easyjet, aux conditions Easyjet. Le choix n’était pas entre Air France et Joon mais entre Air France et Easyjet », confiait dans une interview à « l’Obs » le précédent directeur général Jean-Marc Janaillac, au lendemain de sa démission, suite à l’échec de son référendum sur la hausse des salaires.

 

 

  •  L’intersyndicale explique qu’elle va se réunir le 27 août pour « déterminer les actions qu’elle mènera dès la rentrée » 

Elle laisse ainsi planer la menace d’une nouvelle grève, qui ne pourra que saper davantage encore la confiance des clients ! Les usagers semblent en effet les grands oubliés de sa réflexion. Car eux ne se soucient guère du caractère français ou non de la compagnie sur laquelle ils volent. Ni de l’âge du sexe, de la nationalité ou de la religion de l’équipage… Et encore moins de celles de leurs dirigeants.

Les clients veulent un service fiable et compétitif ; des avions qui volent bien et arrivent à l’heure. Air France a encore tous les atouts pour assurer cette offre de qualité… si le dialogue social s’y normalise et que chacun se retrousse les manches.

Janaillac nous confiait avant l’été:

« Si ma démission ne sert pas à ramener la raison chez Air France, alors j’aurai échoué. »Pas sûr qu’il ne perde pas une deuxième fois son pari.

Dominique Nora

L’OBS

desirdavenir77500

Publié dans:ACTUALITES |on 18 août, 2018 |Pas de commentaires »

Curieux…………………..(09/08/2018)

Logo Francetv info 12h04
Alerte info
« J’avais l’impression de flouer ceux qui m’avaient élu » : pourquoi les démissions s’accumulent chez les maires
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:ACTUALITES |on 9 août, 2018 |Pas de commentaires »

Circulation……………………(04/08/2018)

Logo Francetv info 13h41
Alerte info
Circulation : le pic de bouchons a atteint 705 km dans toute la France en ce week-end de chassé-croisé. Suivez notre direct
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:ACTUALITES |on 4 août, 2018 |Pas de commentaires »

Sans commentaire………………..(02/08/2018)

Une élue LREM séquestrée pendant deux jours par sa famille, ses proches jugés

Publié dans:ACTUALITES |on 2 août, 2018 |Pas de commentaires »

de Rugy ne se refuse rien (à nos frais)…(01/08/2018)

Le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, profite-t-il un peu trop du confort offert par ce poste prestigieux de la République. Le Parisien se pose la question, en analysant certaines dépenses du député de la Loire-Atlantique, tout en précisant qu’il n’y a, a priori, rien d’illégal là-dedans. Le quotidien s’interroge sur la cohérence avec l’objectif de réduction des dépenses de l’Assemblée nationale.

D’abord, François de Rugy s’est marié, l’année dernière, et a organisé la réception dans ses appartements privés de l’hôtel de Lassay. Situé juste à côté du palais Bourbon, c’est la résidence officielle du président de l’Assemblée nationale. Un de ses collaborateurs précise néanmoins qu’il a tout payé personnellement. Le choix du lieu laisse néanmoins songeur.

5.600 euros de salaire

Il y a aussi ce vélo elliptique (768 euros), acheté par le président de la chambre basse et passé en note de frais. Et ce, alors qu’il y a une salle de sport au palais Bourbon. Là aussi, son cabinet précise qu’il rendra le vélo à la fin de son mandat. Enfin, François de Rugy a un chauffeur de plus que son prédécesseur, le socialiste Claude Bartolone. Mais de Rugy est élu de Nantes alors que Bartolone était de Seine-Saint-Denis, en Ile-de-France… L’option du train n’a pas été envisagée, précise Le Parisien.

Le journal rappelle que le salaire du président de l’Assemblée nationale est de 5.600 euros, plus une indemnité spéciale de 7.267 euros. Il est aussi nourri et logé par l’institution.

Publié dans:ACTUALITES |on 1 août, 2018 |Pas de commentaires »

Bonne initiative……………………(30/07/2018)

Logo Francetv info 11h39
Alerte info
Le parquet de Paris ouvre une enquête pour « violences » et « harcèlement sexuel » après l’agression d’une femme en pleine rue à Paris
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:ACTUALITES |on 30 juillet, 2018 |Pas de commentaires »

Lettre du PS…………………….(28/07/2018)

Si vous ne voyez pas le contenu de cet e-mail, cliquez-ici.
Lettre du PS.........................(28/07/2018) dans ACTUALITES upload-file-947102962017

 

Parce que le pouvoir sait. Parce que le pouvoir cache. Et parce que depuis jeudi dernier, le pouvoir ment.

Bonjour à toutes et à tous,
Hier soir, le Bureau national extraordinaire a décidé de présenter une motion de censure contre le Gouvernement avec l’ensemble des groupes d’opposition de gauche à l’Assemblée nationale.
Depuis le début, les socialistes se sont battus pour faire la lumière sur l’affaire Benalla-Macron. Ce sont eux qui ont trouvé le levier afin de mettre en place rapidement une Commission d’enquête à l’Assemblée nationale; de donner les marges de manœuvre nécessaires à la Commission d’enquête au Sénat; et qui aujourd’hui sont à l’initiative d’une motion de censure proposée à l’ensemble de l’opposition de gauche à l’Assemblée nationale. Nous avons été présents à chaque étape pour que la vérité soit faite, nous n’abandonnerons pas.
L’affaire Benalla-Macron est un mensonge d’Etat. Nous sommes face à un pouvoir qui ment, et qui cherche à protéger un système au plus haut niveau de l’Etat.
Le 1er mai, l’affaire Benalla n’est encore qu’un fait divers, mais le 2 mai, elle devient une affaire d’Etat, « parce que le pouvoir sait, parce que le pouvoir cache, parce que depuis jeudi dernier, le pouvoir ment », comme l’a affirmé le Premier secrétaire.
Depuis, le travail de la Commission d’enquête à l’Assemblée nationale n’a eu de cesse d’être entravé par la majorité présidentielle, refusant par exemple d’auditionner plusieurs proches du chef de l’Etat dont les noms ont été cités dans l’affaire. De nombreuses incohérences, mais surtout des mensonges, font apparaitre de graves zones d’ombre dans le rôle d’A. Benalla et plus largement dans l’organisation du Cabinet du président de la République.
Aujourd’hui, nous n’avons d’autres choix que cette arme constitutionnelle, le dépôt d’une motion de censure, pour alerter nos concitoyennes et concitoyens, pour dire et redire que l’affaire Benalla n’est pas un simple fait divers, ni une « tempête dans un verre d’eau ».
Il y a un an Emmanuel Macron prétendait mettre l’exemplarité au coeur de la République. Attaques contre les médias, affaiblissement du Parlement, mépris des corps intermédiaires : aujourd’hui, il cède à la tentation d’un pouvoir personnel aux accents populistes.
Face à cela, nous allons proposer une autre façon de concevoir le pouvoir pour mieux le rendre collaboratif, participatif et que l’équilibre des pouvoirs ne soit pas simplement un voeu mais une réalité.

« Face au mensonge d’Etat, face à la dérive d’un système, nous voulons le rééquilibrage des pouvoirs »

upload-file-1928162632018 dans ACTUALITES
Retrouvez la vidéo d’Olivier Faure !

Retrouvez le texte de notre motion de censure

upload-file-5757202772018
Cliquez ici

#AffaireBenallaMacron : La question d’Olivier Faure pour dénoncer un « scandale d’Etat »

upload-file-2736182772018
Brocardant la transformation de l’Etat de Droit en « Etat de passe-droits », Olivier Faure, lors d’une Question au Gouvernement mardi 24 juillet, a fustigé un « clan qui s’autorise tout parce qu’il ne se croit redevable de rien », et a rappelé la détermination des députés socialistes à obtenir la vérité.
Retrouvez la vidéo et le texte de l’intervention d’Olivier Faure

Retrouvez les vidéos du groupe Nouvelle Gauche

upload-file-840182772018

upload-file-641182772018

Parti Socialiste
10, rue de Solférino
75007 PARIS
courriel@parti-socialiste.fr
Facebook
Twitter
Instagram
Dailymotion
Flickr

Publié dans:ACTUALITES |on 28 juillet, 2018 |Pas de commentaires »

Indépendance de la justice………..(25/07/2018)

Logo Francetv info 16h17
Alerte info
Le Conseil d’Etat refuse de suspendre en urgence le décret réduisant la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:ACTUALITES |on 25 juillet, 2018 |Pas de commentaires »

La lmettre de Laurent Joffrin……………(14/07/2018)

Libération 16 juillet 2018
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Le 14 Juillet du ballon rond

Faut-il bouder son plaisir ? L’unanimisme est toujours suspect, certes. Mais tout de même : le patriotisme bon enfant de l’équipe de France déteint sur tout un peuple, qui emplit trois fois de suite les Champs-Elysées d’une France mélangée, fervente et unie, comme elle envahit les places de toutes les villes et de tous les villages. L’espace d’un instant, voilà qui fait chaud au cœur.

Illusion ? Non : symbole. Un symbole qui ne change pas grand-chose aux réalités cruelles de la société, mais qui agit sur les esprits, les mentalités et, peut-être un jour, sur les comportements. Unanimisme plus riche qu’on ne croit, puisqu’au bout du compte, à lire entre les lignes des hommages et des commentaires, il y en a plusieurs. Congédiée l’espace d’une Coupe du monde, la politique sourd malgré tout dans les interstices de la joie collective.

On laissera de côté l’extrême droite, décidément obsessionnelle. Dans ces cercles nationalistes incapables de communier avec la nation, on débat gravement d’une question essentielle : fallait-il soutenir une équipe de France «africaine», ou bien soutenir les Croates, «catholiques et slaves», Blancs quoi… Autrement dit, fallait-il être ouvertement «racines chrétiennes» ou bien mettre son racisme en veilleuse le temps d’un match ? Considération anecdotique, quoique inquiétante par le nombre des internautes qui fréquentent les sites en question.

La droite classique se tient mieux. Le Figaro, par exemple, contourne la question «multiculturelle» en mettant en exergue «le retour du patriotisme», qu’elle a tendance à confondre avec le nationalisme. Comme s’il était parti lors des coupes précédentes, comme si sous Chirac, Sarkozy ou Hollande nous étions sous le règne de l’anti-France. Comme si ces joueurs, dont les familles viennent souvent d’ailleurs – c’était déjà le cas en Suède en 1958, comme à chaque coupe – et qui jouent dans leur grande majorité ailleurs, dans cette Europe honnie par les souverainistes, avaient eux aussi le culte de l’identité étroite, fermée, culturellement homogène. Ils montrent, au contraire, qu’on peut être patriote et mélangé, être de Bondy par sa naissance et du Cameroun par son père, de Roissy-en-Brie et d’une famille guinéenne, sans que cela pose de faux problèmes de loyauté ou d’attachement à son pays. Comme si les enfants des cités qui ont afflué en masse au cœur des villes, et qu’on désigne trop souvent comme des mauvais Français, ne chantaient pas la Marseillaise comme les autres.

Le football professionnel, au demeurant, est un microcosme. Il est dominé par le culte de la réussite, sportive et financière. Comme le principe d’efficacité emporte tout, il laisse les considérations sociales, ethniques, religieuses, non pas au vestiaire, mais hors des stades. On devine la devise implicite des entraîneurs : qu’il soit noir, jaune ou bleu, musulman, catholique ou bouddhiste, celui qui marque des buts est notre homme. Voir Griezmann, Mbappé ou Pogba. Outre les convictions, qui jouent leur rôle, c’est la raison pour laquelle Deschamps et ses joueurs ont trouvé la parade : ce «vive la République !», qu’ils répètent à chaque apparition comme un mantra. République de l’égalité et du mérite, avec un reste de fraternité : la définition n’est pas si mauvaise. Le foot, sous cet angle, est supérieur à l’ENA et à Polytechnique, où les biais sociaux demeurent. Mais le plus rassurant, c’est la réaction du public, tout aussi divers que son équipe. Plus de «black-blanc-beur », qui sépare, mais un «bleu-banc-rouge» qui réunit, dans une révérence tranquille envers les valeurs républicaines. Plus «d’indigènes de la République» enfermés dans une idéologie victimaire, mais des républicains de partout, même des territoires qu’une certaine droite tient pour perdus. Un 14-Juillet du ballon rond, célébré le 15 et le 16, dont il faut rappeler qu’il ne commémore pas la prise de la Bastille, événement violent, mais la fête de la Fédération de 1790, autre moment d’unanimité.

Laurent Joffrin
Publié dans:ACTUALITES |on 16 juillet, 2018 |Pas de commentaires »

On est les champions, on est les champions…(15/07/2018)

Logo Francetv info 22h17
Alerte info
VIDEO. « We are the Champions ! » : vingt ans après, les Bleus de 2018 reprennent à leur tour le tube de Queen dans les vestiaires
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:ACTUALITES |on 15 juillet, 2018 |Pas de commentaires »
123

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente