Archive pour la catégorie '« AFFAIRES »'

La lettre de Laurent Joffrin………..(19/02/2020)

Libération 18 février 2020
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Foindu «communautarisme»

Le séparatisme, voilà l’ennemi ! Faut-il objecter, s’inquiéter, se gendarmer ? Non : cette réalité existe. C’est un fait que certains courants de l’islam politique, Frères musulmans, ou salafistes, prêchent des valeurs contraires à l’esprit républicain, que certains propagandistes cherchent à faire passer leurs principes archaïques au-dessus des lois de la République, à faire prévaloir leur vision biaisée de l’histoire ou de la science sur l’enseignement commun dispensé dans les écoles du pays. La chose a été décrite dans maintes enquêtes, documentée dans des monographies universitaires, analysée dans des ouvrages sérieux et peu contestables.

Le mot, en tout cas, vaut mieux que «communautarisme», concept flou employé à tort et à travers par la droite et l’extrême droite, qui tend à mettre dans le même sac ces entreprises minoritaires et l’exercice normal des cultes, tout comme les liens d’affinités qui peuvent réunir telle ou telle fraction de la population adhérant à la même foi ou bien originaire du même pays et qui ne menacent en rien l’unité républicaine. Chacun a le droit, dès lors qu’il respecte les lois et ne demande aucun privilège communautaire, de se rapprocher de ceux qui lui ressemblent. A cet égard, le Président, dans son discours de Mulhouse, a tenu un sage équilibre, stigmatisant l’intégrisme mais prônant bienveillance et tolérance envers nos compatriotes musulmans. Ceux-ci, pour la plupart, échappent justement à tout «séparatisme» et demandent seulement leur place légitime dans la République, c’est-à-dire dans l’emploi, dans la ville et dans la société en général.

Signal lancé à l’électorat de droite ? En partie : Emmanuel Macron a voulu montrer son refus de tout déni et détaillé des mesures de «reconquête républicaine». Mais les mesures annoncées ne sont guère différentes de celles que pourrait promouvoir une gauche laïque. Certaines avaient d’ailleurs été esquissées, ou mises en œuvre, sous le quinquennat précédent. Le Président s’est tenu dans sa longue explication au centre de la controverse qui agite l’opinion depuis des lustres. Ce n’est pas approuver le reste de sa politique que de le noter sans ambages. Il reste, sur ce point, fidèle à son projet de départ. Une fois n’est pas coutume…

LAURENT JOFFRIN
 
Publié dans:"AFFAIRES" |on 19 février, 2020 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……………….(170/02/2020)

La lettre de Laurent Joffrin...................(170/02/2020) dans

Consultez la version en ligne
Libération 17 février 2020
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Piotr Pavlenski : l’excuse anarchiste

L’affaire ressemble à un fait divers. Pourtant, il n’y a pas plus politique. En provoquant la chute de Benjamin Griveaux, elle a changé le cours de l’élection parisienne. Mais surtout, elle est le produit, non d’une simple vindicte personnelle ou d’une provocation gratuite, mais d’un raisonnement construit qui renvoie à une longue tradition idéologique : celle d’une partie de l’ultra-gauche.

En effet, à moins qu’on ne découvre derrière la diffusion de ce «revenge porn» une ténébreuse machination téléguidée de l’étranger – pure supposition à ce stade –, le geste est revendiqué par son auteur sur des bases très politiques. Il est qualifié comme tel par un proche qui se dit son avocat, lui-même activiste aux antécédents limpides. Résumons.

Première prémisse : les démocraties occidentales sont des régimes factices. Derrière les règles de l’Etat de droit, derrière un apparent pluralisme démocratique, se cache en fait le pouvoir sans partage d’une oligarchie prédatrice qui oriente la société en coulisse et tient sous son contrôle, non seulement l’Etat, mais aussi les médias et les partis politiques classiques, de droite ou de gauche. Le débat paraît libre et ouvert. Il est surplombé, manipulé, par une «pensée unique» qui n’a d’autre fonction que de maintenir au pouvoir ladite oligarchie.

Deuxième prémisse : détenant tous les leviers du pouvoir et gouvernant dans son seul intérêt, cette oligarchie est mauvaise par essence. Ce caractère maléfique ne désigne pas seulement des mécanismes impersonnels et des dominations structurelles, elle s’étend aux individus, immoraux par nature, hypocrites et manipulateurs, qui se remplissent les poches et jouissent de leurs privilèges sans aucune retenue. Des salauds, qui n’ont même pas l’excuse d’être sartriens. C’est au nom de ce sophisme que Benjamin Griveaux a été sacrifié.

Troisième prémisse : en face de ces puissants cyniques qu’aucun scrupule ne canalise, se trouve un peuple opprimé et rebelle, qui se situe par nature du côté du bien et dont cette ultra-gauche s’est auto-instituée la seule représentante légitime (ses autres défenseurs étant rangés dans la catégorie fourre-tout des tièdes, des mous, des légalistes abusés, des démocrates bêlants ou des traîtres avérés, les plus dangereux étant les plus sincères).

Conclusion : dans cette construction paranoïaque – mais redoutable – les afféteries démocratiques, les timidités républicaines, les règles civilisées, n’ont plus aucune pertinence. Elles ne sont, aux yeux de ces activistes, que le paravent d’une domination impitoyable. Devant tant de mensonges et d’hypocrisie, seule la lutte à outrance est légitime : tous les coups sont permis. La supériorité morale des rebelles est telle, la perfection du monde dont ils rêvent si lumineuse, que tout atermoiement, tout scrupule, tout réflexe d’indulgence ou d’humanité, confinent à la trahison. Face à cet enjeu politico-philosophique, que pèse la vidéo réprouvée par la loi bourgeoise, que valent les hypocrites jérémiades de l’oligarchie et de ses idiots utiles ? Rien. Quoique d’une rare bassesse, le «revenge porn» met en exergue l’hypocrisie des puissants. Vive le «revenge porn» !

Ce raisonnement sommairement résumé n’a rien de neuf. C’est celui des fanatiques religieux de toutes obédiences, qui s’estiment autorisés à employer les moyens les plus immoraux dès lors qu’ils servent la cause divine. «Ad majorem gloriam dei.» C’est surtout celui des ultras de la révolution, anarchistes violents ou léninistes militarisés. Dans les années 1970, on retrouvait les mêmes syllogismes pathologiques dans la littérature de l’ultra-gauche, avec une différence toutefois, puisqu’ils débouchaient sur l’usage de la violence terroriste, alors que leurs continuateurs s’en tiennent à la violence verbale, symbolique ou numérique, ce qui est un progrès incontestable.

Aux dires du même avocat, le dénommé Piotr Pavlenski se réclame de la tradition anarchiste russe. Certains de ses ancêtres putatifs furent glorieux, tel Kropotkine ou Bakounine, ou même pacifistes, tel Léon Tolstoï. Mais d’autres passaient à l’action violente, comme les assassins du tsar réformateur Alexandre II, membres d’une branche populiste adepte de l’action directe, Narodnaïa Volia, inspirée par le fiévreux révolutionnaire Netchaïev. Le frère aîné de Lénine fut condamné et pendu comme complice présumé, ce qui explique, pour certains de ses biographes, la haine viscérale du chef bolchevique envers l’oligarchie russe.

Alexandre II s’apprêtait à reprendre la politique d’ouverture qu’il prisait dans sa jeunesse. L’assassinat ouvrit au contraire une ère de répression et de réaction en Russie. Peu importe aux yeux des révolutionnaires : cette répression avait l’avantage de révéler la nature latente du pouvoir, essentiellement répressive, même sous couvert d’ouverture ou de réforme.

Nous n’en sommes pas là, fort heureusement. La culture démocratique est désormais solidement installée en France et les ultras restent une infime minorité. Tous les partis, y compris les plus contestataires, ont condamné les méthodesdu grotesque héritier de Netchaïev, qui n’a d’ailleurs usé que d’une violence numérique. Mais cette justification des moyens infâmes par une cause grandiose rappelle de très mauvais souvenirs. Les règles démocratiques ont une valeur en soi, elles civilisent le combat politique et assurent à tous les courants une expression libre, autant qu’une influence directe sur le gouvernement par voie d’élection régulière et sincère. Quitte à passer aux yeux des activistes pour un idiot utile de l’oligarchie, ce rappel est toujours nécessaire.

 

A écouter sur Libération.fr, le premier épisode de notre podcast «le Grand Entretien», avec Nicolas Hulot. L’ancien ministre de l’Environnement évoque son avenir politique et ­revient sur la nécessité d’adapter le modèle économique mondial à la crise climatique.

LAURENT JOFFRIN
 
Publié dans:"AFFAIRES" |on 17 février, 2020 |Pas de commentaires »

Quelle famille !!! (16/02/2020)

Logo Francetv info 10H06
ALERTE INFO
Vidéos intimes attribuées à Benjamin Griveaux : la compagne de Piotr Pavlenski placée en garde à vue dans l’enquête pour « atteinte à l’intimité de la vie privée »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 16 février, 2020 |Pas de commentaires »

Que du beau monde !! (15/02/2020)

Logo Francetv info 18H42
ALERTE INFO
L’artiste russe Piotr Pavlenski, qui a revendiqué la publication de vidéos privées attribuées à Benjamin Griveaux, a été interpellé dans le cadre d’une autre enquête
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 15 février, 2020 |Pas de commentaires »

Excellente fréquentation……………………(15/02/2020)

  • Griveaux :les dessous d’un sale coup

«Abomination»«déliquescence», «naufrage» : le retrait de Benjamin Griveaux a déclenché vendredi matin une avalanche de réactions consternées. Dans une rare unanimité, la classe politique a dit son «dégoût» pour ces pratiques qui mettraient en danger, au-delà des responsables politiques, rien moins que la démocratie. L’air défait, la voix blanche sur fond gris, le candidat LREM à la mairie de Paris s’est exprimé à 9 heures depuis son siège de campagne : «Un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée. […] Je ne suis pas prêt à nous exposer davantage, ma famille et moi, quand tous les coups sont désormais permis.» Par la voix de son avocat, Richard Malka, il a annoncé qu’une plainte serait déposée. Retour sur ces vingt-quatre heures qui ont vu exploser la candidature Griveaux.

Jeudi matin, le bruit qui court

Le cinéma 7 Batignolles est plein. Journalistes, candidats et soutiens sont venus voir Benjamin Griveaux présenter son prog

Libération
Publié dans:"AFFAIRES" |on 15 février, 2020 |Pas de commentaires »

Un copain à Macron………………………(14/02/2020)

Logo Francetv info 09H03
ALERTE INFO
Le candidat LREM Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion sur internet de vidéos et d’échanges à caractère sexuel non authentifiés
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 14 février, 2020 |Pas de commentaires »

La lettre de Laurent Joffrin……..(07/02/2020)

Libération 07 février 2020
Laurent Joffrin
La lettre politique
de Laurent Joffrin

Mila et le maelström

On a beau s’habituer à tout, la chose laisse tout de même pantois. Ainsi, pour avoir posté sur la Toile une vidéo provo­catrice envers l’islam –  insultante même  – dans le feu d’une embrouille entre jeunes comme il en existe des milliers en ligne, la jeune Mila doit vivre sous protection policière, quitter son lycée et retrouver péniblement une place dans un ­autre établissement, chassée par un déferlement de haine et de menaces de mort. Tout cela se passant dans la République française laïque, au sein d’une école dont la première vertu est d’assurer l’éducation des jeunes générations dans un climat de sereine tolérance. 

Personne ou presque ne recommandera l’usage d’invectives vulgaires dans la légitime critique de telle ou telle religion. Dans une société civilisée, on évite autant que possible d’injurier les convictions religieuses de ses voisins. Mais au pays de la satire anticléricale, du surréalisme transgressif, de la traditionnelle moquerie envers les religions impérieuses, on mesure la régression que ces lynchages en ligne risquent d’entraîner pour la liberté d’expression. Au rebours de l’insigne maladresse démontrée par la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, dans sa première réaction, le blasphème est licite en France, comme dans la grande majorité des démocraties. La loi est sur ce point d’une clarté cristalline. Ce qui nous conduit à tirer quelques leçons de cette affaire au départ microscopique, changée en polémique nationale par la violence verbale des contempteurs de la jeune Mila.

1) Une nouvelle fois, on mesure combien les sociétés contemporaines se sont laissées déborder par la puissance biface des réseaux sociaux. Instrument fascinant de culture et de communication, la Toile reste aussi un monstre sans limites. Des millions d’utilisateurs n’ont pas compris que ce qu’on poste sur les réseaux échappe à la première seconde au champ de la vie privée ou des cercles de proches pour devenir une déclaration publique susceptible, dans les cas majeurs, de faire le tour de la Terre. Dans une société policée, apaisée, ce qu’on dit dans l’intimité n’a pas vocation à devenir parole publique. L’abolition de cette barrière par Internet transforme le débat public, déjà passablement violent, en foire d’empoigne permanente qui laisse libre cours à toutes les pulsions, y compris les plus ­blessantes ou les plus mortifères. Faute d’un mode d’emploi reconnu, selon le langage de la ­psychanalyse, le «ça» et le «moi» emportent le «surmoi» dans un maelström d’affects grossiers. Il serait peut-être temps d’y réfléchir collectivement, pour retrouver, à l’expérience, les règles élémentaires de la communication civilisée.

2) Avant et après sa vidéo, Mila a été victime d’agressions en ligne sexistes et homophobes (c’est d’ailleurs ce qui a déclenché sa diatribe sur l’islam). Les réactions des associations féministes ou LGBT ont été variables, allant du soutien clair et immédiat à la défense gênée. Elles sont globalement restées inaudibles, alors même que ces associations ont pour habitude de professer haut et fort une vigilance de tous les instants. Pourquoi ? Parce les agresseurs sont –  ou semblent être  – des musulmans. Voilà le résultat d’idéologies certes bien intentionnées, mais qui sont handicapées par un essentialisme pervers. On juge les agresseurs pour ce qu’ils sont, et non pour ce qu’ils font. Selon qu’ils appartiennent ­à tel groupe, pour les mêmes faits, ils seront plus ou moins condamnables. Du coup, on introduit une hiérarchie des victimes et des coupables propice à toutes les dérives racialistes. Alors que dans ce domaine, comme dans tant d’autres, le bon vieil universalisme est la seule boussole légitime.

3) L’affaire, aussi bien, démontre la virulence de la pression intégriste, qui tend à rétablir de fait, et contre l’esprit des lois, l’interdiction du blasphème. Autre régression déplorable, justiciable d’une résistance et d’une lutte sans complexes, ni faiblesse.

4) On remarquera, enfin, que la principale autorité musulmane du pays, le CFCM, par la voix de son président, Mohammed Moussaoui, ne dit pas autre chose : «Nous devons accepter que l’islam soit critiqué y compris dans ses principes et fondements. […] La liberté d’expression est fondamentale. Elle est source d’enrichissement et de progrès par la diffusion d’idées et d’opinions qu’elle permet. Elle est le fondement de notre démocratie et le rempart contre toutes les formes d’alié­nation.» On ne saurait mieux dire. Comme quoi, tout n’est pas perdu.

LAURENT JOFFRIN
 
Publié dans:"AFFAIRES" |on 7 février, 2020 |Pas de commentaires »

Bravo………………………………………..(06/02/2020)

Logo Francetv info 07H36
ALERTE INFO
« Nous ne serons plus celles qui encaissent » : après l’affaire Matzneff, des personnalités du monde littéraire réclament la fin de la « loi du silence »
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 6 février, 2020 |Pas de commentaires »

Et vive le sport……………………..(05/02/2020)

Logo Francetv info 07H31
ALERTE INFO
Violences sexuelles dans le patinage : pourquoi Roxana Maracineanu ne peut-elle pas limoger Didier Gailhaguet, le président de la fédération ?
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 5 février, 2020 |Pas de commentaires »

Sarko a chaud……………….(31/01/2020)

Logo Francetv info 13H23
ALERTE INFO
Soupçons de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy : l’homme d’affaires Alexandre Djouhri est mis en examen pour corruption
Cliquez ici pour plus d’informations
Publié dans:"AFFAIRES" |on 31 janvier, 2020 |Pas de commentaires »
12345...131

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente