Archive pour la catégorie 'Economie'

Fumeurs, attention…………..(10/03/2017)

Si vous ne parvenez pas à lire cet email, visualisez la version en ligne.
Fumeurs, attention..............(10/03/2017) dans Economie header_alerte
bandeau_alerte dans Economie
bandeau_bottom
  dot   dot  
ALERTE > Le prix des paquets de cigarettes les moins chers en hausse de 10 à 20 centimes
Publié dans:Economie |on 10 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Les « frondeurs » sont-ils contents ? (09/03/2017)

#Eco L’économie a crée 187.200 emplois en 2016, du jamais vu depuis 2007, selon l’Insee

Publié le 09/03/17 à 7:45

L’économie française a crée 187.200 postes, en net, dans le secteur marchand (+1,2%) sur l’ensemble de l’année 2016, une performance inédite depuis 2007, selon les chiffres définitifs de l’Insee publiés ce jeudi.

Ces chiffres viennent confirmer à quelques milliers près les estimations provisoires de février (191.700 emplois). Le dernier trimestre de 2016 s’est bien terminé, avec 64.400 créations nettes d’emploi dans les secteurs marchands non agricoles (+0,4% par rapport au trimestre précédent), soit le septième trimestre consécutif de hausse, précise l’Insee.

La légère accélération de fin d’année découle principalement de la poussée de l’intérim, qui a progressé de 6,1% sur les trois derniers mois (+37.600 postes), et, sur l’année, bondi de 12%.

Sur cette même période, l’emploi tertiaire marchand hors intérim croît au même rythme que le trimestre précédent : +34.500 (+0,3%).

En revanche, l’industrie et la construction continuent de détruire plus d’emplois qu’elles n’en créent: 5.500 emplois perdus dans l’industrie (-0,2%) au dernier trimestre, soit 24.900 sur l’année (-0,8%), et 2.200 dans la construction (-0,2%) au dernier trimestre et 10.800 en un an (-0,8%).

(Avec AFP)

L’OBS

Publié dans:Economie |on 9 mars, 2017 |Pas de commentaires »

Info…………………………………….(31/01/2017)

Logo Francetv info 08h14
Alerte info
La croissance française a atteint 1,1% en 2016, alors que le gouvernement tablait sur 1,4%La croissance du Produit intérieur brut (PIB) de la France a atteint 1,1% en 2016, a annoncé l’Insee, mardi 31 janvier. Un chiffre nettement intérieur aux prévisions du gouvernement, qui tablait sur 1,4%, et qui marque un léger ralentissement par rapport à 2015, où la croissance était de 1,2%. Malgré tout , le ministre de l’Economie et des Finances Michel Sapin a estimé que ce chiffre témoignait d’une activité « dynamique » et « d’une reprise qui s’installe durablement« .
Publié dans:Economie |on 31 janvier, 2017 |Pas de commentaires »

Flash « franceinfo »………………………………………..(08/11/2016)

Logo Francetv info 08H35
ALERTE INFO
La chaîne britannique Marks and Spencer annonce la fermeture de sept magasins en France, 500 emplois sont menacésL’enseigne britannique Marks and Spencer a annoncé, mardi 8 novembre, la fermeture de plus d’une centaine de magasins dans le monde, dont sept en France qui emploient à eux seuls plus de 500 personnes. Le groupe a annoncé dans un communiqué qu’il souhaitait fermer les magasins de dix pays, déficitaires, ainsi que des points de vente au Royaume-Uni. En France, cela concerne la totalité des magasins directement gérés par l’enseigne dans l’alimentation et les vêtements à Paris et en région parisienne, dont l’enseigne des Champs-Elysées.
Publié dans:Economie |on 8 novembre, 2016 |Pas de commentaires »

Flash « franceinfo »……………………………………..(27/10/2016)

Logo Francetv info 12H26
ALERTE INFO
Traité Ceta : un accord a été trouvé en Belgique, annonce le Premier ministre Charles MichelC’est peut-être la fin du feuilleton Ceta en Belgique. Alors que la Wallonie refusait d’approuver ce texte, un accord a été trouvé entre les différentes parties belges pour signer le traité de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, a annoncé jeudi 27 octobre le Premier ministre, Charles Michel. « Le dernier mot revient aux parlements », qui doivent se réunir avant vendredi minuit, a précisé le Premier ministre, cité par Le Soir.
Cliquez ici pour plus d’informations

Publié dans:Economie |on 27 octobre, 2016 |Pas de commentaires »

L’éditorial de Laurent Joffrin………………………………….(25/10/2016)

EDITORIAL

Humaniser

Par Laurent Joffrin — 24 octobre 2016 à 20:51
Manifestation le 21 octobre à Bruxelles contre le traité de libre-échange Ceta entre le Canada et l'Union européenne.
Manifestation le 21 octobre à Bruxelles contre le traité de libre-échange Ceta entre le Canada et l’Union européenne. Photo François Lenoir. Reuters

  • Humaniser

ÉDITODe tous les peuples de la Gaule, écrivait César, les Belges sont les plus courageux. En va-t-il ainsi de la Wallonie, cette province de Belgique cousine et fière, qui refuse, contre tous les importants d’Europe, de consentir au traité de libre-échange avec le Canada ? Les esprits conformistes diront qu’il s’agit d’un combat d’arrière-garde mené par un petit peuple en difficulté au nom d’intérêts particuliers ou bien sous l’influence d’un Parti socialiste passéiste. Voire

En refusant de signer un texte jusque-là négocié dans la discrétion, en exigeant plus de garanties environnementales, en défendant l’intérêt de son agriculture contre une concurrence mondiale sans pitié, la Wallonie pourrait aussi bien ouvrir une voie nouvelle. Non celle d’un repli général derrière les frontières ou d’un souverainisme plus ou moins louche, mais celle d’un meilleur contrôle démocratique et d’une attention plus vigilante aux effets indésirables de la liberté totale de commercer. Sommes-nous au point d’inflexion ? Le libéralisme commercial, qui est l’alpha et l’oméga de la pensée internationale, est-il arrivé à son apogée ? Depuis de longues années, l’Organisation mondiale du commerce ne réussit plus à conclure de nouveaux accords multilatéraux. Partout les peuples écoutent d’une oreille plus attentive ceux qui dénoncent les agissements des multinationales, qui réclament une meilleure régulation des échanges ou qui mettent en lumière les dégâts occasionnés par le transport maritime et plus généralement par l’émission massive de gaz carbonique qu’implique le voyage incessant des marchandises. La mondialisation libérale rencontre une opposition qui n’est pas seulement celle des obsédés de l’identité et des frontières, mais procède de la volonté d’humaniser l’économie de marché. Une opposition qu’il faut soutenir.

Laurent Joffrin

Liberation.fr
Publié dans:Economie |on 25 octobre, 2016 |Pas de commentaires »

Une étude « franceinfo »…………………………………..(22/10/2016)

L’agence de notation Standard and Poor’s relève la perspective de la note de la France, de négative à stable

La note est donc de « AA » avec une perspective stable. Une évolution saluée comme un « signe de confiance » par le gouvernement.

Le siège de l'agence de notation Standard & Poor's à New York, le 18 septembre 2012.
Le siège de l’agence de notation Standard & Poor’s à New York, le 18 septembre 2012. (EMMANUEL DUNAND / AFP)
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le 21/10/2016 | 21:53
publié le 21/10/2016 | 

La France retrouve un peu grâce aux yeux de Standard and Poor’s. L’agence de notation américaine a relevé, vendredi 21 octobre, la perspective de la note « AA » de l’Hexagone de « négative » à « stable », un signe qu’elle se montre plus optimiste sur les perspectives économiques. Ses appréciations sont très suivies par les créanciers de la France.

Standard and Poor’s avait été la première à priver le pays de la fameuse note financière « AAA »,  la meilleure possible, en janvier 2012, un coup de tonnerre à quelques mois de la présidentielle. Cette agence, comme les trois autres principales, Fitch, Moody’s et DBSR, ont pour rôle d’évaluer la capacité des Etats, collectivités, organismes publics ou privés, et entreprises, à rembourser leurs dettes.

« La reprise économique est en bonne voie »

Pour justifier sa décision, S&P met en avant « l’introduction graduelle de réformes » du gouvernement français  »pour relancer la croissance sur fond de consolidation budgétaire ». L’agence cite les réformes de la fiscalité et du droit du travail, qui devraient avoir, selon elle,  »des effets stabilisateurs sur l’emploi, la croissance, la compétitivité et les finances publiques ».

« La reprise économique est en bonne voie, tout particulièrement si le rebond dans les investissements des entreprises est confirmé, et si la croissance de l’emploi accélère », estime Standard and Poor’s.

Le gouvernement se félicite de ce relèvement

« Nos réformes pour redresser notre économie, notre attractivité, sans RIEN sacrifier de notre modèle social, paient. Continuons ! », s’est félicité le Premier ministre Manuel Valls sur son compte Facebook.

Pour Michel Sapin, ministre de l’Economie et des Finances, ce relèvement est le reflet d’un « signe de la confiance de l’agence dans les perspectives économiques et budgétaires du pays ». « Les réformes entreprises paient puisque l’ensemble des agences de notation sont désormais confiantes dans les perspectives de la France », a-t-il ajouté.

Ce relèvement « conforte le gouvernement dans le bien-fondé de l’orientation de sa politique économique et budgétaire », souligne Michel Sapin, qui indique que le gouvernement « poursuivra ainsi l’assainissement des comptes publics, dont les objectifs ont été confirmés dans le projet de loi de finances pour 2017, et maintiendra le cap des réformes nécessaires pour renforcer le tissu économique français ».

Publié dans:Economie |on 22 octobre, 2016 |Pas de commentaires »

Flash « franceinfo »………………………………..(17/10/2016)

Logo Francetv info 07H03
ALERTE INFO
INFO FRANCEINFO. Le groupe PSA va supprimer plus de 2 000 postes l’an prochain en FranceLe groupe PSA compte supprimer 2 133 postes en 2017 dans ses usines françaises, selon des documents internes consultés par Isabelle Reymond de franceinfo. Le groupe ne prévoit pas de licenciements secs. Dans le détail, 1 025 départs volontaires ne seront pas remplacés, auxquels il faut ajouter 983 congés seniors (des pré-retraites pour les ouvriers les plus âgés), ainsi que 125 congés longue durée.
Publié dans:Economie |on 17 octobre, 2016 |Pas de commentaires »

Nos chères banques……………………………..(16/10/2016)

Les tarifs bancaires vont s’envoler

Economie

La hausse annoncée représente une hausse 250 fois plus élevée que l'inflation. / Photo DDM
La hausse annoncée représente une hausse 250 fois plus élevée que l’inflation. / Photo DDM

Nos chères banques...................................(16/10/2016) dans Economie image-zoom

Préparez-vous, la plupart des banques ont prévu d’augmenter assez fortement les tarifs de certains services en 2017. On peut citer notamment les frais de tenue des comptes courants, les retraits dans les distributeurs ou la cotisation des cartes bleues.

Difficile, voire impossible, aujourd’hui de se passer d’un compte bancaire. Du coup, c’est un peu le sentiment d’être pris au piège qui s’installe chez les clients des grandes banques françaises. Car les tarifs bancaires vont augmenter en 2017. C’était déjà le cas en 2015 et 2016, mais cette fois ça va flamber.

Au premier rang des hausses, les frais de tenus de comptes courants. En moyenne, ils augmenteront l’an prochain de 50 %, passant de 12€ à 18€ par an. On peut considérer que les montants restent modestes, c’est toujours une hausse 250 fois plus élevée que l’inflation. La Banque Postale par exemple, que ne faisait payer que 6,20€ pour cette prestation, va la doubler et passer à 12€. Pire, certains établissements qui ne facturaient pas de frais de tenue de comptes, rejoignent le mouvement. La Banque Populaire Rives de Paris fait désormais payer ce service 30€ par an, à compter d’aujourd’hui. Même des banques en ligne, pourtant réputées pour proposer des services moins chers, y viennent, comme Axa Banque qui vous demandera désormais 15€ par an.

Et ce n’est pas fini. Deux autres services voient leurs coûts augmenter significativement. Les banques vont faire payer plus cher les frais dits «déplacés», pas toujours bien connus des usagers. Il s’agit des frais que paye un client lorsqu’il retire à un distributeur qui n’est pas de la banque dans laquelle il a son compte. Généralement, selon les banques, un client peut retirer 5 ou 6 fois par mois chez une banque concurrente avant que la transaction ne lui soit facturée 1 euro par retrait.

Les banques devraient baisser ce nombre de retraits autorisés : il passera de 4 à 3 par mois avant facturation chez La Banque Postale et de 6 à 4 par mois au Crédit Agricole par exemple

Enfin, les cartes bleues vont aussi voir leur cotisation augmenter. La hausse sera toutefois plus modérée, puisqu’elle ne devrait pas dépasser les 2€ par an. Mais ne vous étonnez pas si votre banquier renouvelle votre CB par une carte à débit différée, c’est désormais la priorité. En effet, la commission perçue par les banques des porteurs de ces cartes – considérées comme des cartes de crédit – est plus élevée de… 0,1 % que celle des cartes à débit immédiat ! Il n’y a pas de petits profits.

Pour justifier ces hausses, les banques invoquent des taux d’intérêt exceptionnellement bas conjugués à de nouvelles contraintes réglementaires et des «dépenses informatiques». En clair, faire fructifier l’argent des clients ne suffit plus.

«Les revenus des banques sont sous pression : les taux sont très bas, les revenus générés par les dépôts des particuliers baissent et les commissions qu’elles percevaient sur les paiements diminuent également», explique Olivier Sampieri, directeur associé au cabinet de conseil en stratégie Boston Consulting Group.

Pas de quoi attendrir les consommateurs : «Ce n’est pas acceptable» a ainsi tranché Cédric Musso, directeur de l’action politique à l’UFC-Que choisir.


A Toulouse, la solution Morning

Dans le Volvestre, à une demi-heure au sud-ouest de Toulouse, Morning a pris le pari de révolutionner la banque. Au départ site de cobanking sous l’appellation Payname (il s’agissait de pouvoir échanger de l’argent avec ses proches, organiser une cagnotte en ligne, acheter/vendre entre particuliers, payer des prestations de services à la personne…) Morning veut désormais devenir une néobanque. Seule start-up à avoir obtenu l’agrément bancaire, elle est en train de préparer, dans les semaines qui viennent, l’arrivée de cartes de paiement Mastercard… gratuite. Avec des services… gratuits, comme le choix de son code secret, ou la suspension/réactivation de sa carte en cas d’égarement. Certains services seront néanmoins payants, mais la philosophie de Morning, c’est de laisser le choix au consommateur.

O.A.
Publié dans:Economie |on 16 octobre, 2016 |Pas de commentaires »

L’édito d’AS…………………………………(05/10/2016)

EDITORIAL

Tournant

Par Alexandra Schwartzbrod — 4 octobre 2016 à 20:31

La commande publique pour maintenir l’activité et les emplois d’Alstom à Belfort est une excellente nouvelle, mais aurait-elle été débloquée hors période électorale ?

  • Tournant

ÉDITOL’affaire Alstom est une parfaite illustration de la politique à la petite semaine menée depuis un bon moment par la France en matière industrielle. La commande publique annoncée mardi pour maintenir l’activité et les emplois du site de Belfort est une excellente nouvelle, mais aurait-elle été débloquée si le pays ne s’était pas trouvé en période électorale ? Il est bien loin, le temps de l’Etat stratège qui nourrissait en son sein des champions aptes à damer le pion aux plus grandes boîtes américaines ou asiatiques. L’Europe et la mondialisation sont passées par là, mais aussi un désintérêt total du politique pour la chose industrielle, sauf à l’approche d’une échéance électorale importante (le casque de chantier devient alors l’accessoire obligé de tout candidat qui se respecte). Au fil des années, l’Etat a ainsi perdu son rôle de stratège pour devenir simple pompier. Derniers exemples en date, le rafistolage plus ou moins réussi de la filière nucléaire – autrefois une des plus performantes de la planète, aujourd’hui en péril – et le sauvetage in extremis du site de Belfort. Est-ce pour autant la fin de l’industrie française ? Pas évident. C’est assurément la fin d’une époque. L’étude publiée mardi par l’observatoire Trendeo montre que l’Hexagone se trouve à un moment de bascule : depuis six mois, il se crée en France davantage d’usines qu’il n’en ferme. Comme si une autre courbe était en train de s’inverser. Une très bonne nouvelle, apte à clouer le bec aux déclinistes de tous poils. Mais les responsables de l’étude le précisent bien : ce léger mieux est très fragile. A la moindre faiblesse, le tissu industriel français pourrait s’effilocher à nouveau. S’il ne veut pas rater ce tournant comme il a raté celui des années 2000, l’Etat va devoir accompagner ce mouvement par tous les moyens, et d’abord en mettant la priorité sur l’usine du futur.

Alexandra Schwartzbrod

Liberation.fr
Publié dans:Economie |on 5 octobre, 2016 |Pas de commentaires »
12345...133

Vu de Corbeil-Essonnes |
ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU... |
DEBOUT SAINT ETIENNE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PS : UN NOUVEAU SOUFFLE POU...
| Comité de soutien de Quetig...
| Ségolène Royal présidente